Transmettre son savoir est un don de soi

Articles tagués ‘Nikola Tesla’

L’énergie libre ou énergie du point zéro

The photograph image of Nikola Tesla (1856-194...

Image via Wikipedia

Nikola Tesla est le premier (scientifique moderne) à avoir parlé de ce nouvel aspect de la science (Sous le nom d’Ether).

On peut assimiler l’energie libre à ce que les physiciens quanticiens appellent « l’énergie du vide », et elle est extraite du vide par polarisation locale de cet espace énergétique. L’idée est que le vide est rempli d’énergie « potentielle »: tous les modes d’énergie quantiques minimaux possibles existent et interfèrent les uns avec les autres pour s’annihiler de la même manière que deux vagues de sens contraire (en creux et en bosse) s’annihilent. Ainsi la fantastique énergie quantique est totalement détruite par les interférences aléatoires de tous les modes d ‘énergie à toutes fréquences… Mais en créant des zones de cohérence , des zones où on fait en sorte d’amener les vagues en bosses s ‘accumuler, on peut localement récupérer de l’énergie… on pense que c’est ainsi que fonctionne l’extraction d’énergie du vide. Les physiciens quanticiens estiment que l’énergie du vide (celle qui se détruit et est donc inaccessible) est si grande dans chaque centimètre cube qu’elle dépasse aisément l’énergie contenue dans le soleil, et cela pour chaque centimètre cube d’espace seulement… alors si on arrive à polariser légèrement ce vide par des phénomènes encore mal expliquées mais basées sur l’électromagnétisme, on peut comprendre qu’on puise récupérer un peu d’énergie qui, injecté dans une machine nous fournit plus d’énergie qu’elle n’en consomme: la machine ne fait que « pomper » l’énergie là où elle est, mais ne crée rien… c’est la nature qui alimente l’énergie du vide.

source

De l’«énergie libre», à profusion et gratuite…

Crise d’Énergie ou crise d’Ignorance ?

« Il n’y a pas de crise de l’énergie mais simplement une crise d’ignorance » disait déjà Richard Buckminster Fuller (1895-1983), cet inventeur, à la fois architecte, ingénieur, mathématicien et philosophe, qui fut entre autres le concepteur du dôme géodésique (Montréal) de Terre des Hommes.

Les propos de M. Fuller sont encore d’actualité puisque très peu d’entre nous avons jusqu’ici entendu parler de l’énergie libre, une énergie communément appelée dans les milieux scientifiques « énergie du vide » ou « énergie du point zéro ».  Selon plusieurs sources, cette énergie, non polluante, illimitée, et gratuite, va bientôt se développer sur la planète et pourra remplacer en quelques années le pétrole.  Qu’on le veuille ou non, cette révolution de l’énergie est en marche… et cassera la volonté politique et économique de plusieurs pays à moins que ceux-ci décident dès maintenant, comme l’Inde et le Japon, d’appuyer leurs chercheurs et de passer à l’avant-garde dans ce  domaine avec des technologies qui affecteront toutes les sphères de l’existence, dépassant de loin tout ce qui a pu exister jusqu’ici.

Comme je ne pouvais pas passer sous silence la recherche sur l’énergie libre que j’ai effectuée tout d’abord pour assouvir ma propre curiosité, j’ai décidé il y a quelques semaines de rédiger un article pour faire prendre conscience au plus grand nombre que la solution à la crise pétrolière et alimentaire mondiale actuelle est à portée de main.  Il reste à savoir si nos décideurs d’ici emboîteront le pas dès maintenant dans cette avenue prometteuse et salutaire pour toute la planète dont l’impact économique sera énorme.

Alain Coutu
Alma (Québec)
coutualain@sympatico.ca

—————————————–
Note : Pour en savoir plus à mon sujet, je vous invite à visiter www.lagrandeloi.com un site relié à ma passion pour un autre champ d’activité, soit celui des pouvoirs créateurs de la conscience via la loi d’attraction.
————————————————

Article paru le 24 mai 2008 dans le journal « Le Quotidien » du Saguenay-Lac-Saint-Jean (Québec)

De l’«énergie libre», à profusion et gratuite…

Saviez-vous qu’au cours de l’été 1931, à Buffalo aux États-Unis, un scientifique émérite très connu à l’époque du nom de Nikola Tesla (1856-1943), qu’on surnommait le deuxième Einstein, a fait des essais sur route d’une berline Pierce Arrow haut de gamme ? L’auto était propulsée par un moteur électrique à courant alternatif, tournant à 1,800 t/m, alimenté par un « récepteur d’énergie ». Celle-ci était puisée dans l’éther, soit dans l’air ambiant.

Vous avez bien lu: dans l’air ambiant !  Il est important que vous saisissiez que ce moteur fonctionnait sans batterie et sans combustible d’aucune sorte.  Difficile à croire n’est-ce pas?

Pourquoi n’en a-t-on jamais entendu parler me direz-vous? La réponse est simple: Tesla, qui en était l’inventeur, dérangeait trop avec son moteur révolutionnaire qui, pour s’alimenter, pouvait capter à volonté une énergie illimitée et gratuite (énergie libre) provenant de l’espace.  C’est qu’il aurait fait perdre des sommes d’argent colossales à l’industrie de l’énergie (électrique et pétrolière) si son invention aurait été connue du grand public et produite en série.

Brevets

Plusieurs sources mentionnent que Tesla aurait vendu ses brevets à des magnats de l’industrie qui, au lieu d’en faire profiter l’humanité, les aurait mis au rancart. Il est bien clair qu’on ne voulait plus entendre parler de l’existence de cette  énergie illimitée et surtout gratuite et d’une  physique primaire  dans laquelle le spectre électromagnétique connu ne joue qu’un rôle secondaire.

Ainsi, Tesla s’est vu retirer rapidement tout soutien financier des grosses compagnies pour faire avancer ses recherches. Les médias sont devenus ensuite récalcitrants à son égard.

C’est ainsi que le nom de Tesla, ce superstar de l’énergie, fut pratiquement rayé de l’histoire des États-Unis, et ce, même s’il a été l’auteur de nombreux brevets traitant de nouvelles méthodes pour aborder la conversion de l’énergie.  Ce génie inconnu révolutionna le monde entier par ses inventions en électricité appliquée, nous donnant le moteur électrique à induction, le courant alternatif (AC), la radiotélégraphie, la télécommande par radio et les lampes à fluorescence et d’autres merveilles scientifiques.

Technologie moderne

C’est le courant polyphasé (AC) de Tesla, et non le courant continu (DC) de Thomas Édison, qui initia l’ère de la technologie moderne, bien que l’on ait fait d’Édison le père officiel de l’âge électrique.

Allez sur Google et inscrivez les mots-clés suivants: « Tesla ─ énergie libre ─ voiture à énergie libre de Nikola Tesla ─ énergie libre et technologies ». Vous apprendrez, entre autres choses, qu’il y a eu d’autres inventeurs qui ont créé des prototypes de moteurs (pouvant même servir à chauffer nos résidences) conçus sur le même principe que celui de Tesla et qui, comme lui, ont été réduits au silence.

Heureusement, les choses sont en train de changer; de plus en plus d’experts à travers le monde contribuent actuellement à ouvrir la porte à l’énergie libre, appelée également l’énergie du vide ou énergie du point zéro.

Ici au Québec,  le site www.lumieresurlaplanete.org qui est supervisé par des scientifiques aguerris, est dédié à la compréhension scientifique et à la diffusion d’informations visant à faciliter l’arrivée d’équipements fonctionnant à l’énergie libre dans nos sociétés.

Livres

Enfin, bien qu’il y ait de nombreux livres qui traitent des technologies de remplacement en énergie, il y en a un qui doit absolument être lu par nos décideurs et par tous ceux et celles qui cherchent des solutions à la crise énergétique actuelle.  Il s’agit du livre de Jeane Manning intitulé « Énergie libre et Technologies » paru en 2001 aux Éditions Louise Courteau, dont la préface est signée par Brian O’Leary, physicien et ancien astronaute.

Alain Coutu
Alma (Québec)
coutualain@sympatico.ca

source

Les machines à énergie libre

Les machines à énergie libre

Les machines à énergie libre constituent certainement les preuves tangibles de l’existence d’une forme d’énergie totalement ignorée du monde des sciences.

Ce sont des machines qui transforment  une certaine forme d’énergie non répertoriée par la science moderne, en énergie mécanique bien tangible. Ces machines fonctionnent à l’aide d’électricité et produisent plus d’énergie qu’elles n’en consomment. N’en déplaise à quelques physiciens, cela ne viole pas le sacro-saint principe de conservation de l’énergie car la machine ne crée pas quelque chose qui n’existait pas auparavant, mais elle transforme quelque chose que l’on ne sait pas détecter en quelque chose d’utilisable.

La physique quantique nous a montré que beaucoup de lois physiques qui semblent figées et inflexibles sont en fait violées. En effet, et là c’est de la physique reconnue de manière officielle, l’univers est constitué de plusieurs dimensions (infiniment petites), toutes les parties de l’univers sont interconnectées les unes avec les autres et agissent les unes sur les autres à distance infinie, les particules de matière existent simultanément à plusieurs endroits de l’univers (même à des années lumières les unes des autres), il est possible de téléporter de la matière à travers de la matière sur des distances infiniment faibles, ou de l’information à travers l’univers instantanément, le vide de l’univers est rempli d’énergie quantique en des proportions astronomiques dans chaque petite cuillère à café de vide. Bref, toutes ces informations ne font que donner du crédit aux machines à énergie libre et leur existence réelle. 

 

La source d’énergie dans laquelle puisent les machines dites « à énergie libre » est souvent appelée « énergie de point zéro ». On peut l’assimiler à ce que les physiciens quanticiens appellent « l’énergie du vide », et elle est extraite du vide par polarisation locale de cet espace énergétique. L’idée est que le vide est rempli d’énergie « potentielle »: tous les modes d’énergie quantiques minimaux possibles existent et interfèrent les uns avec les autres pour s’annihiler de la même manière que deux vagues de sens contraire (en creux et en bosse) s’annihilent. Ainsi la fantastique énergie quantique est totalement détruite par les interférences aléatoires de tous les modes d’énergie à toutes fréquences… Mais en créant des zones de cohérence , des zones où on fait en sorte d’amener les vagues en bosses s’accumuler, on peut localement récupérer de l’énergie… on pense que c’est ainsi que fonctionne l’extraction d’énergie du vide. Les physiciens quanticiens estiment que l’énergie du vide (celle qui se détruit et est donc inaccessible) est si grande dans chaque centimètre cube qu’elle dépasse aisément l’énergie contenue dans le soleil, et cela pour chaque centimètre cube d’espace seulement… alors si on arrive à polariser légèrement ce vide par des phénomènes encore mal expliquées mais basées sur l’électromagnétisme, on peut comprendre qu’on puise récupérer un peu d’énergie qui,  injecté dans une machine nous fournit plus d’énergie qu’elle n’en consomme: la machine ne fait que « pomper » l’énergie là où elle est, mais ne crée rien… c’est la nature qui alimente l’énergie du vide.

Les machines à énergie libre fonctionnent sur un principe que le scientifique inventeur génial Nikola Tesla avait énoncé. Pour rependre son analogie: imaginez-vous dans un cirque en contre-bas, entouré de falaises retenant de l’eau en hauteur tout autour de vous. Imaginez maintenant que vous creusiez une fente à un endroit précis d’une falaise en haut. Alors, l’eau s’écoule à grande vitesse du haut de la falaise vers vous au fond du cirque. Imaginez maintenant que vous ayez un moyen de faire retourner l’eau qui s’est écoulée en haut sans que cela ne vous coûte de l’énergie (si vous la chauffez pour l’évaporer ou la transportez, cela vous coûte autant d’énergie [et même plus avec toute l’énergie gaspillée en frottement lors de la descente] que l’énergie que vous avez récupéré lors de la descente de l’eau. Imaginez maintenant que l’eau représente l’énergie du vide (c’est l’énergie qui est récupérée par la machine). La machine crée une faille dans ce haut niveau d’énergie à l’aide d’une certaine forme d’excitation électrique. En retour, l’énergie du vide travaille (comme l’eau qui descend la pente) et produit une énergie sous forme d’une induction magnétique supplémentaire de la bobine de la machine qui provoque un supplément de mouvement mécanique. Ce faisant, elle rejoint son état d’énergie initial. Bien sûr, cette explication n’a de valeur qu’en tant qu’image et des théories beaucoup plus précises ont été proposées dans un détail technique bien plus complet. Vous pourrez vous référer à une documentation sur un site américain que j’indique à la fin de cette page.

Il existe quelques inventeurs indépendants qui ont construit de telles machines et dont les résultats ont été publiés au grand jour et vérifiés, mais comme la communauté scientifique ne comprend pas les principes théoriques sur lesquels reposent ces inventions, elle en ignore tout simplement l’existence. Ainsi, tout va bien. Et le commun des mortels de se dire: si ça existait, on en aurait entendu parler. Posons alors la question: qui vous en aurait parlé? Prenons l’exemple de la machine à énergie libre de Joseph Newman, un inventeur américain professionnel. Sa machine a un rendement de 800%. Il a fait vérifier son invention par le bureau des brevets américains, qui a conclu, après avoir envoyé une équipe d’ingénieurs bardés d’instruments de mesures, que sa machine fonctionne exactement comme il l’ annoncé (c’est même cette équipe qui a calculé le rendement de 800%), sans aucune supercherie d’aucune sorte, ni source d’énergie cachée. Mais, étant donné qu’il n’existe pas de principes physiques reconnus selon lesquels on peut expliquer le fonctionnement de la machine, ce même bureau des brevets l’a informé qu’il ne pouvait donc pas délivrer de brevets. Point final : question réglée. Imaginez donc de quelle curiosité scientifique ils font donc preuve? Devant l’insistance de l’inventeur qui se bat depuis 18 ans pour faire reconnaître son invention, une commission d’étude composée de physiciens compétents s’est réunie en présence de Mr Newman, mandatée pat les organismes officiels pour désavouer son invention, mais c’est le contraire qui s’est passé. Les scientifiques étaient tellement intéressés par les résultats de Mr Newman ainsi que par son modèle théorique, que la petite réunion d’une heure qu’ils avaient prévue s’est vue durer de nombreuses heures, et beaucoup voulaient trouver des moyens pour creuser la question. Ces conclusions n’étant pas celles qui avaient été espérées par les instigateurs de la réunion, ils ont dé-mandaté la commission et ont rédigé leur propre conclusion: sans intérêt.

Un physicien (ph. D.) indépendant venu démontrer une supercherie a lui aussi du s’en remettre à l’évidence de la réalité face à nos hautes idées de ce qu’elle devrait être et s’est rallié à la cause de Mr Newman avec qui il travaille depuis plusieurs années à l’élaboration d’une théorie solide. Imaginez-vous que cela existe depuis 20 ans: en avez-vous déjà entendu parler? Non, puisque au contraire tout est fait pour enterrer la question. Aujourd’hui, Mr Newman est parti travailler au Japon avec une équipe d’industriels qui ont l’idée de construire une voiture propulsée par son moteur à énergie libre.

Machine de Palma

Un autre américain , un physicien (ph. D.) a conçu une machine à énergie libre: Mr Bruce De Palma. Il s’est vu confisquer son invention par les autorités officielles parce qu’il s’en servait pour alimenter en énergie électrique toute sa maison gratuitement. Interdiction lui a été faite d’en reconstruire une. Il a dû aller lui aussi travailler avec des Japonais, qui travaillent actuellement avec lui à perfectionner un défaut de surchauffe de son moteur à énergie libre, qui ne peut pas fonctionner de manière continue opérationnellement.

Dans quelques années peut-être (cela dépendre de la puissance des lobbys énergétiques pétroliers, nucléaires,… et de manière générale de tous ceux qu’un énergie à très faible coût empêcherait de s’enrichir, ainsi que de la très grande inertie des milieux scientifiques, due à leur orgueil et leur impossibilité d’admettre leur modestie face aux nombreuses inconnues de l’univers), des engins fonctionnant à l’aide de machines à énergie libre seront sur le marché, mais ce sera alors par la force des choses, et pas grâce à la bonne volonté.

Je préciserais enfin qu’un ancien astronaute américain très intéressé et très conscient de l’extrême utilité de cette nouvelle branche inexplorée par la science tente depuis quelques années de réunir toutes les personnes et les informations en relation avec les systèmes à énergie libre, au niveau international, et a constitué un centre de connaissance à cet effet. Devant autant de réaction négative, ce n’est qu’ainsi que les choses ont des chances d’avancer: le proverbe dit : « l’union fait la force ».

Tout le détail des informations techniques, ainsi que la bibliographie pouvant être acquise dans le commerce pourra être trouvé dans les sites suivants qui regroupent de nombreux rapports d’expériences et liens vers des sites sur l’énergie libre :

Science Hobbyst-Free Energy Devices : Vaste quantité de liens et d’informations sur les machines à énergie libre, l’antigravité, etc.

The Quest of overunity : Excellent site sur lequel vous trouverez des rapports très détaillés sur les schémas de construction, les principes de fonctionnement et les mesures expérimentales de fonctionnement d’une grande variété de machines à énergie libre, machine à antigravité, etc. Toutes les expériences sont passionnantes et les rapports effectués très pertinents. Consultez aussi les expériences sur la machine de Joseph Newman.

The Home of Primordial Energy : Si vous voulez en savoir plus sur la machine de De Palma dont la photo est dans cette page.

Joseph Newman’s web site : Site de Joseph Newman.

Secrets et désinformation : Vous donnera accès à de très nombreux liens vers des sites sur énergie libre et autres choses bien mystérieuses toutes plus intéressantes les unes que les autres.

Moteur Développement International : Ce site ne traite pas de machines à énergie libre, mais il présente un type de moteur à air comprimé non polluant permettant de propulser des véhicules à bonne vitesse pour un petit prix (plus sympa que le moteur électrique), et bien sûr on voit encore qu’il existe des alternatives aux moteurs à carburant pétrolier mais tans que le lobby pétrolier sera aussi puissant… Petite note: l’inventeur du moteur est français!

Point Zéro : Page francophone sur l’énergie libre appelée aussi énergie du point zéro. De très nombreux liens, les dernières nouveautés, etc.

Space Energy Access System : En anglais. Projet dirigé par Mr Steven M. Greer, dont le but est de mettre en place des systèmes d’alimentation gratuits et disponibles pour la planète entière (et les pays pauvres notamment) à l’aide de l’énergie libre; pour lutter contre les déficits d’énergie et surtout les énergies polluantes actuelles; de manière pratique, et afin de lutter aussi contre la main mise des lobbys énergétiques sur les énergies classiques, à des fins économiques. Leur plan d’action est ambitieux mais part de bases éclairées.

source article de Pascuser

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :