Transmettre son savoir est un don de soi

Archives de la catégorie ‘Vidéos’

UN nouveau véhicule pour la NASA le Mars Rover.


Un rover Mars construit par une société de véhicules- nouveau concept pour le Centre spatial Kennedy de la NASA.
crédit photo businessinsider.fr
Shanon Parker / Parker Brothers Concepts

La NASA a exploité  au kennedy Space Center situé en Floride avec succès six engins de débarquement sans équipage et des véhicules pour la surface martienne depuis que le premier a atterri il y a plus de 40 ans. CBS News ‘Omar Villafranca jette un coup d’œil concernant l’avenir d’un Mars Rover.

Le complexe des visiteurs du Centre spatial Kennedy de la NASA a déployé silencieusement un rover Mars de six roues. Le véhicule a été fabriqué par une société de concept-car et a débuté début mai. Un réseau de câblodistribution majeur devrait produire une émission de télévision sur la conception et la construction du véhicule non identifié. Bien qu’il s’agisse d’un véhicule de démonstration pour une utilisation éducative, il a été créé pour être aussi réaliste que possible.

La vidéo et les images du véhicule complété ont commencé à apparaître sur les sites ainsi que les réseaux sociaux à partir du  9 mai, après un dévoilement officiel du rover anonyme en Floride ce jour-là. Un clip partagé sur Instagram montre le rover, qui ressemble à la Bat mobile du film « Batman Begins »,  qui roule lentement autour d’une route en face du complexe. ( Source

Publié par – cbsnews.usa – 2017.06.03. 14:54

Vidéo CBS This Morning Via youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Mise à jour le 06/06/2017 à 18h50.

 

Conférence de Serguey Ryazanskiy – cosmonaute russe

Ajoutée le 14 mai 2017

Conférence de Sergey Ryazanskiy, cosmonaute Russe aux 11ème Rencontres de l’espace d’Auriol en 2016.

Riazanski a été sélectionné comme cosmonaute en 2003. Du 31 mars au 14 juillet 2009, il a participé à la première mission (105 jours) du programme Mars500, simulant les conditions d’une mission vers Mars.

Le 25 septembre 2013, Serguei Riazanski s’envole à bord de Soyouz TMA-10M, lancé en direction de la station spatiale internationale, en tant que membre de l’expédition Expédition 37/38, et revient sur Terre le 12 mars 2014.

Sergey Ryazanskiy est actuellement dans l’espace en mission dans la station spatiale internationale depuis le mois d’avril 2017.

Le télescope spatial IRIS a filmé une tempête solaire géante avec des jets de matière ayant 5 à 7 fois la taille de la Terre.

Une éjection de masse coronale a surgi sur le côté du soleil, le 9 mai 2014. Crédit: NASA / LMSAL / IRIS / SDO / Goddard

Une éjection de masse coronale a surgi sur le côté du soleil, le 9 mai 2014.
Crédit: NASA / LMSAL / IRIS / SDO / Goddard

mediatheque

Note adm:

Lundi 02 Juin 2014 à 18h00:

« Spectacle naturel époustouflant.Lancé en Juin 2013, l’instrument spatial de la NASA  IRIS(  Interface Region Imaging Spectrograph) a filmé une tempête solaire.Il a capturé les images d’une éjection de masse coronale (CME).« 

Voci cette vidéo mise en ligne sur youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Barre cora

Mise à jour médiathèque et index ufologique et spatial, le: 02/06/2014 à : 18h00.

mediatheque

 

 

A.T.O.M.E . T.V.

Note de sylv1 adm:mediatheque

Jeudi 23/01/2014 à : 12h05:

photo  atome(1)« ATOME une emission crée par Gilles Thomas (ODHTV) à laquelle nous avons plus ou moins contribué Eclipse (astropleïades) et moi ainsi que d’autres personnes.Magazine axé principalement sur la science , à la base pouvant servir pour l’ufologie. Atome amorce désormais un virage plus ludique d’une certaine manière, dirigé par Gilles T de belle manière. Nous remercions les intervenants de partager leur savoir.« 

ATOME Tv vous présente par le biais d’interviews, de reportages et conférence l’astronomie, les sciences, les mystères de l’Histoire, la géologie, l’océanographie et l’électronique.

Ci-dessous l’interview réalisée par Eclipse de l’astronaute Michel Tognini 

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Publiée le 10 janv. 2014

Michel Tognini est un astronaute français de l’Agence spatiale européenne (ESA).
Il a pris part à la mission « Antarès » du 27 juillet au 10 août 1992. Il s’agissait de son premier vol à bord de MIR, où pendant 14 jours il a mené un programme d’expériences franco-soviétiques.
Son second vol spatial, lors de la mission STS-93, a eu lieu du 22 au 27 juillet 1999. Il était principalement chargé d’aider au déploiement du satellite Chandra et s’était préparé à une sortie dans l’espace. L’observatoire dans le rayonnement X Chandra, conçu pour une étude approfondie de l’Univers, est équipé d’un télescope devant permettre aux scientifiques d’observer des phénomènes rares comme les explosions stellaires, les quasars et les trous noirs.
Depuis janvier 2005, Michel Tognini est le Chef du Centre Européen des Astronautes (EAC), Direction Vols habités, Microgravité et Exploration de l’ESA, à Cologne.

rainbow

Mise à jour médiathèque et index ufologique et spatial , le: 23/01/2014 à 12h05.

mediatheque

impressionnante vidéo de la Nasa, publiée en mars 2012

Logo nasa logo main (1)

mediatheque

Note adm:

Lundi 05 août 2013 , 12h55:

« Caméras embarquées sur un lanceur au décollage. Comme si vous y étiez, impressionnnant! »

Vidéo youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

rainbow

Mise à jour sylv1 ,médiathèque et index ufologique et spatial ,le : 05/08/2013 à : 12h55.

mediatheque

Chasseurs d’ovnis 21 – Retombées Extraterrestres

Note adm:

20/10/2012, 15h30:

La saga ufohunters dirigée par Bill Birnes continue avec une autre intrigue que nous vous laissons découvrir et analyser, bon visionnage.

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

La fin des astronautes.

Source image:http://www.gentside.com/

Note adm:

Galaxien propose ce post repris par Jack que nous reprenons à notre tour.Reportage Arte mis en ligne sur youtube.

Visiblement , l’orientation de l’exploration spatiale prendrais un autre tournant et bien sûr les interrogations avec.

Ce reportage nous fait un petit historique comme un clin d’oeil parfois.

Nous rajoutons en bas de cette page un lien intitulé:

Ces astronautes sont complètement déprimés !

La fin des astronautes, est un documentaire (0h53) qui s’interroge sur l’apport scientifique que les vols spatiaux ont pu fournir jusqu’ici et ce qu’ils vont pouvoir apporter dans le futur, moins centrés sur les voyages de l’homme dans l’espace que sur les robots et sondes.

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

On pense encore que l’homme ira sur Mars, que de futurs astronautes voyageront aux confins de la galaxie, voire au-delà, repoussant toujours plus loin les bornes de l’inconnu, comme nos grands explorateurs du passé. Visiblement, il faut se rendre à l’évidence, l’homme n’est pas adapté, à notre époque, pour l’exploration spatiale de longue distance. Il ne peut rivaliser avec les sondes, capables de voyager des décennies sans oxygène ni repas, et puis, dans le cosmos, les robots ne s’ennuient pas…
Le voyage interplanétaire est une idéologie autant qu’une industrie, nous disent Frédéric Compain et Serge Brunier. En réalité, les astronautes d’aujourd’hui n’ont guère d’autres horizons que l’orbite terrestre. Ils réparent Hubble, jouent aux mécanos dans la Station Spatiale Internationale ISS, où ils effectuent des expériences dont beaucoup doutent de l’intérêt réel.
En début d’année 2010, pour la première fois dans l’histoire de la conquête spatiale maintenant cinquantenaire, et malgré l’indéniable puissance symbolique que constitue l’envoi d’hommes dans l’espace, le président des États-Unis, Barack Obama, n’a pas hésité à prendre une décision lourde de conséquences sur les plans scientifique, économique et politique, celle de l’abandon du programme Constellation de retour sur la Lune de la NASA et la remise à plat de la politique spatiale américaine.
Cette décision, qui a stupéfié par sa radicalité tous les acteurs de l’astronautique mondiale, a été vécue comme un traumatisme par le milieu spatial américain et international. Elle stoppe l’élan, pour des années, voire des décennies, des astronautes qui s’imaginaient déjà en partance vers la Lune, Mars et au-delà, selon l’expression de l’ancien Président Bush.
Il y a en fait deux conquêtes spatiales. La première a fait accomplir à l’humanité des progrès prodigieux en un demi-siècle tels que, météorologie, étude de la Terre, télécommunications, système GPS, étude des autres mondes et de l’Univers. Cette conquête, réalisée par des robots, satellites et sondes spatiales, progresse plus vite que l’imagination des hommes, car personne n’est capable de prédire ce que la recherche spatiale permettra d’accomplir dans dix ou vingt ans. Cette conquête-là est assez peu médiatisée, sauf quand, de temps à autres, elle nous fait découvrir en direct la surface d’une planète située à un milliard de km de chez nous.
La deuxième conquête spatiale est celle représentant un tiers des budgets spatiaux, qui a été l’enjeu d’un gigantesque bras de fer idéologique et technologique entre les deux blocs politiques dominants du XXe siècle, symbolisant et portant depuis les années 1960, le prestige et la puissance des grandes nations. C’est la conquête spatiale par l’homme, les vols habités, et c’est à elle que la décision d’Obama porte un coup d’arrêt.
Une page est tournée, mais avant de prendre la décision de stopper le programme lunaire de son prédécesseur, le président Obama s’est appuyé sur une commission d’experts, La commission Augustine, qui a procédé à un bilan de la politique spatiale américaine, qui outre les programmes portant sur les vols habités comme la Station Spatiale Internationale ISS, les fusées et capsules pour le retour sur la Lune, etc., comprend également un volet dit automatique, essentiellement constitué d’une armada de satellites d’observation de la Terre, de télescopes spatiaux et de sondes d’exploration du Système solaire.
En procédant au bilan de ces deux conquêtes, les membres de la commissions Augustine ont eu à en évaluer leurs apports respectifs, en terme de notre connaissance de l’Univers mais aussi en terme des effets et des applications possibles, techno-scientifiques, industrielles, économiques, liées à l’état d’apesanteur.
Avec des résultats scientifiques comparables, les soviétiques ont dépensé cent fois moins grâce à Lunokhod, une sonde robotisée, pour leur exploration lunaire.
Alors que les astronautes rêvent de fouler un jour le sol de Mars, cela fait déjà plus de huit ans que le robot Opportunity envoie quotidiennement des photos et des mesures de la planète rouge, et depuis aout 2012, le rover Curiosity est arrivé sur Mars. Le débat est passionné et controversé, les partisans des vols habités répètent que ces sondes ne peuvent être que de simples outils pour une exploration préalable. Face à eux, de nombreux scientifiques pensent que l’homme ne présente que des inconvénients.
Pendant la guerre froide, le vol spatial habité était un symbole politique, aujourd’hui, il s’apparente plutôt à un rêve. D’après certains spécialistes, c’est un challenge sportif comparable à la montée de l’Everest, un exploit physique dépourvu de tout intérêt scientifique, comparent-ils.
Entre Moscou et Houston, Cologne, Paris, Los Angeles et Washington, c’est un documentaire sans complaisance sur l’état actuel de la conquête spatiale, ses impasses et son avenir. Il interroge de nombreux astronautes et donne la parole aux partisans du vol spatial comme à ses détracteurs, tout en présentant un argumentaire clair et impartial. Les réalisateurs ont rencontré l’astronaute Eugene Cernan, le dernier homme à avoir marché sur la Lune. À son retour, il pensait que Mars constituait la prochaine étape de la conquête de l’espace. « Aujourd’hui, nous en sommes au même point qu’il y a quarante ans », constate-t-il, un brin amer. Les astronautes se consolent en s’improvisant guides touristiques pour milliardaires désabusés, en quête de sensations fortes.

Lien externe:

Ces astronautes sont complètement déprimés !

 

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :