Transmettre son savoir est un don de soi

Archives de la catégorie ‘Déclarations’

Un astronaute roumain affirme que les ovnis existent

       SOURCE DU SITE : SECRET OVNI  

Un astronaute roumain affirme que les ovnis existent

Le vaisseau spatial Soyouz sur lequel Dumitru Prunariu a effectué son voyage dans l’espace

Les astrophysiciens qui spéculent sur la possibilité d’une vie extra-terrestre dans l’univers ne devraient pas rester indifférents à cette nouvelle, un de leurs confrères affirme qu’ils existent et qu’il y a des preuves. Au-delà de l’aspect sensationnel de cette prise de position, voyons quelles sont les déclarations de l’astronaute roumain Dumitru Prunariu.

Personnage au départ tout ce qu’il y a de plus sérieux, il est le 103e homme a être allé dans l’espace, il a été choisi pour prendre part au programme Intercosmos, en 1978. Après 3 années de préparation, l’homme a effectué en 1981 un séjour de 8 jours dans l’espace à bord d’une fusée Soyouz 40 et puis a bord du laboratoire spatial Salyut 6, en compagnie notamment du cosmonaute russe Leonid Popov.

Leur mission consistait à réaliser des expériences scientifiques qui avaient trait à l’astrophysique, aux radiations spatiales, à l’exploitation de différentes technologies spatiales mais aussi à la médecine dans l’espace ainsi qu’à la biologie. Dumitru Prunariu a par la suite rédigé plusieurs ouvrages sur les technologies spatiales et sur les vols dans l’espace. En tant que spécialiste, il a fait partie d’une équipe internationale de chercheurs auprès du conseil de sécurité de l’ONU, au sujet d’une potentielle collision de l’astéroïde « Apophis » avec la Terre aux alentours de 2029.

Rien ne laisse a priori supposer d’un quelconque manquement de Mr Prunariu a son devoir de réserve. Dans une interview explosive donnée au journal roumain « Gardianul », il tient les propos suivant :

« Regardons les choses en face : nous sommes à une étape technologique trop précoce pour voyager loin dans l’univers. Une forme de vie intelligente est cherchée à des milliers d’années-lumière de nous. On recherche n’importe quel signal qui pourrait avoir du sens, et pourrait être émis par une espèce intelligente. Durant la Guerre Froide, toutes les découvertes étaient gardées secrètes parce que ça aurait pu permettre une technologie plus avancée que celle des humains, une technologie qui aurait pu être utilisée contre l’adversaire. Même aujourd’hui, les rapports qui datent de 40 ou 50 ans demeurent secrets. Quelques informations font surface, mais sont rapidement infirmées par ceux que ça intéresse. C’est assez facile pour eux de détruire la confiance du public sur ce type d’information. »

Prunariu ajoute une possible explication aux modes de transports qui seraient utilisées par les extra-terrestres :

” Einstein a parlé d’une force d’interaction du champ gravitationnel avec le champ magnétique. Les expériences ont confirmées ce fait il y a plusieurs années. Une énergie produisant un puissant champ électromagnétique pourrait nous permettre de voyager dans l’espace à très haute vitesse, sur de très longue distance, sans en ressentir l’accélération. Les technologies actuelles nécessitent trop de puissance pour nous permettre de voyager hors du système solaire. Les ovnis utilisent sans doute des lois physiques que nous ne connaissons pas encore. Nous avons déjà accompli des progrès extraordinaires lors des derniers siècles, une civilisation qui aurait 5000 années de plus pourrait avoir une avance technologique inimaginable » affirme Prunariu, pour qui l’agressivité des extra-terrestres décrite dans le film ‘Independance Day’ est tout bonnement impossible, sans quoi ils nous seraient déjà tombés dessus. “

Autre polémique, Prunariu ne réfute pas la théorie des ‘graines extra-terrestres‘ à la source de la vie sur Terre, comme par exemple la possibilité d’un ADN extra-terrestre.

Le plus intéressant dans les propos de l’astronaute roumain concerne peut-être ses déclarations au sujet des rencontres faites avec les extra-terrestres. Bien que cela ne le concerne pas directement, il dit « un collègue russe a vu deux vaisseaux ovnis volant de façon parallèle à la navette spatiale durant une expédition, qui disparurent après un moment. Il reporta l’incident auprès de ses responsables, qui eurent seulement une réaction négative, et lui rappelèrent qu’il avait été envoyé dans le cosmos pour des buts scientifiques. On demanda ensuite à l’homme de ne pas rapporter l’incident à qui que ce soit, il a même été menacé d’être exclu des prochains programmes de vols. A chaque fois que des journalistes lui ont parlé de l’incident, il a nié l’événement ». Dumitru Prunariu a fait remarquer que certains ovnis pouvaient être détectés par des radars.

Autre élément tangible cité :

« Dans un cas qui s’est produit en Roumanie avant 1989, le service de la station militaire d’aviation de la base de Kogalniceanu (ou se trouve une unité américaine de l’Otan de façon permanence) rapporta avoir observé une formation de neuf objets volant qui se déplaçaient à une vitesse très rapide dans le ciel. Les calculs du radar montrèrent que leur vitesse était aux alentours de 6000 km/h. Les objets brillants disparurent après la Mer Noire, vers la Russie. Une telle vitesse ne peut être atteinte par un avion ou un missile, qui serait alors désintégré, ainsi la vitesse n’aurait pas été constante tout le temps. L’incident n’a pas pu être expliqué. Il se peut que la Terre est constamment contrôlée depuis l’extérieur par une civilisation plus avancée, mais au moins ils le font discrètement, ne souhaitant pas interférer avec la vie sur Terre »

Cette interview étonnante, invite à en savoir davantage sur son auteur. Dumitru Prunariu est membre de l’Académie Internationale d’Astronautique depuis 1992. En 1985, il rejoint l’association des explorateurs de l’espace (ASE), qui rassemble 370 astronautes de plus de 33 pays. De 1993 à 2004 il a été représentant permanent de l’Association des explorateurs de l’espace au comité des Nations Unies pour l’usage de la paix en dehors de l’espace (COPUOS). En 2004 Prunariu a été élu président du sous comité Scientifique et Technique de ce comité de l’ONU et ce pour un mandat de deux ans. Aujourd’hui, Prunariu est président du Bureau de l’Agence Spatiale de Roumanie et représente son pays en tant que directeur du bureau pour la Science et la Technologie au sein de l’Union Européenne (ROST en anglais) à Bruxelles.

Les déclarations de l’astronaute SCOTT CARPENTER (1962) :

source: secret ovni

Les déclarations de l’astronaute SCOTT CARPENTER (1962) :

« A aucun moment lorsque les astronautes étaient dans l’espace, ils n’étaient seul: il y avait une surveillance constante par des OVNIS. »

Note: dans la source [1], il est également écrit que Scott Carpenter a démenti avoir jamais dit cela. L’auteur Tim Good en déduit qu’il se rétracte car il n’aurait pas du le dire. J’en déduis plutôt que Scott Carpenter n’a effectivement jamais dit cela, qui ne correspond de tout façon pas à la situation décrite par les autres astronautes (aucun ne dit avoir été sous surveillance constante d’OVNIS). Je n’ai pas eu l’occasion de vérifier que les sources [2] et [3] reprennent bien le démenti.

On dit également que Carpenter a vu et photographié un OVNI pendant son vol Mercury – Aurora 7 du 24 Mai 1962, et que la photo n’a jamais été montrée après que le film ait été développé. Je n’ai pas trouvé de source fiable à ce sujet.

Carpenter est cité par Walter Schirra comme ayant observé une luminosité vague semblable a celle que Schirra a vue.

L’histoire suivante circule sur l’Internet:

« En 1962, Scott Carpenter fut sauvé par des Extraterrestres. Il dit d’abord par radio: « C’est vrai, ils existent. Ils sont ici, faites-le savoir à Glenn ». Lors du même vol, lorsqu’il pilotait manuellement, il fit une erreur de quatre cents kilomètres, radio coupée. On le crut désintégré. Lorsqu’il amerrit finalement, et dès l’ouverture du portillon de sortie, il s’écria : « Qui êtes-vous ? D’où venez-vous ? ». Puis, de retour à la base, il expliqua : « L’entrée dans l’atmosphère fut douce, je n’ai senti aucune chaleur. La capsule était entourée d’un halo vert qui clignotait et qui disparut à l’entrée dans l’atmosphère. »

Je n’ai trouvé aucune source fiable pour ce récit.

En avril 2001 il déclare à un journal de Cincinnatti: [4]

« UFOs absolutely do exist, but flying saucers do not, » said Mr. Carpenter, who believes there is intelligent life elsewhere in the universe. « Fifty percent of UFOs are deliberate hoaxes, another 45 percent are (phenomena) from this planet not understood by the viewing public, and that leaves just 5 percent. We have no hard evidence of visitation » from other planets.

Sources:

     

  • [1] « Above Top Secret », livre de Timothy Good.
  • [2] « Great Mysteries: UFOs », livre de Robert Jackson.
  • [3] « The UFO Encyclopedia », livre de John Spencer.
  • [4] « Astronaut tells of travels, » article du journal Cincinatti Enquirer par Sue Kiesewetter, 10 Avril 2001.

Scott Carpenter est né le 1er Mai 1925 à Boulder, Colorado. Il est allé à l’Université du Colorado et a reçu sa licence en Science de la Construction Aéronautique, puis a participé à des missions de vols anti-sous-marins pendant la guerre de Corée. Il est devenu pilote d’essai de l’US Navy et a été affecté à la Division des Tests de l’Electronique du Centre Naval des Essais Aériens où il a piloté des jets de chasses et avions à hélice, bombardiers, transporteurs et hydravions. Il a été affecté en tant qu’officier du renseignement aérien au porte-avions U.S.S. HORNET. Il a ensuite rejoint la NASA le 2 Avril 1959, a piloté son vaisseau spatial Aurora 7 trois fois autour de la Terre, avec une durée de 0,21 jours et a quitté la NASA en 1967

Les déclarations de l’astronaute Donald SLAYTON (1951)

source du site: secret ovni

Les déclarations de l’astronaute Donald SLAYTON (1951)

Donald Slayton, un astronaute de la mission Mercury révéla au cours d’une interview qu’il avait vu un ovni en 1951:

« Je testais un chasseur P-51 Mustang vers Minneapolis lorsque je vis cet objet. Il était à environ 10,000 pieds, et c’était un après midi de beau temps, ensoleillé. J’ai pensé que c’était un cerf volant, puis je me suis rendu compte qu’aucun cerf volant n’allait voler si haut.

Alors que je me rapprochais, cela prenait l’allure d’un ballon météo, gris et d’à peu près trois pieds de diamètre. Mais quand je me suis approché suffisamment, j’ai vu que ce n’était pas un ballon mais uns soucoupe volante, en forme de disque.

Au même moment à peu près j’ai réalisé qu’il se mettait soudain à s’éloigner de moi, et comme ça, d’un coup, ce truc atteignait les 300 miles par heure. Je l’ai poursuivi un petit moment, mais tout d’un coup, ce satané truc file à toute vitesse. Il accéléra avec un angle de 45 degrés vers le haut et disparut littéralement. »

LE MESSAGE DU COLONEL GORDON COOPER, ASTRONAUTE, AUX NATIONS UNIES:

source du site: secret ovni

LE MESSAGE DU COLONEL GORDON COOPER, ASTRONAUTE, AUX NATIONS UNIES:

« Je pense que ces vaisseaux extraterrestres et leurs équipages qui visitent la Terre à partir d’autres planètes sont d’une manière évidente un peu plus avancés technologiquement que nous. Je pense que nous devrions avoir un programme de recherche de haut niveau, coordonné, scientifique pour analyser les données provenant de toute notre planète sur les observations d’OVNIS et les rencontres rapprochées, et afin de déterminer comment nous pourrions contacter ces visiteurs de manière pacifique ». L'astronaute Gordon Cooper
« Nous devrions d’abord leur montrer que nous avons appris à résoudre nos problèmes par des moyens pacifiques plutôt que par des guerres, avant d’être accepté comme membres à part entière de la communauté universelle. Leur acceptation donnerait à notre monde d’immenses possibilités de progrès dans tous les domaines. Il est certain que les Nations Unies seraient alors l’autorité naturelle pour traiter ce sujet de façon appropriée et diligente. » »J’ai le sentiment que je suis quelque peu qualifié pour en parler puisque je suis allé aux lisières des vastes étendues où ils voyagent. Et puis, j’ai eu l’occasion, en 1951, d’observer, pendant deux jours, de nombreux vols d’OVNIS de différentes tailles qui évoluaient en formation de combat, généralement d’Est en Ouest, au-dessus de l’Europe. Ils se situaient à une altitude supérieure à celle que nous pouvions atteindre, à celle époque avec nos chasseurs à réaction. »

« Si les Nations Unies sont d’accord pour poursuivre ce projet et pour lui reconnaître une crédibilité, peut-être que beaucoup plus de gens, parfaitement qualifiés, consentiront alors à faire un pas en avant et à fournir leur aide et des renseignements. »

« Pendant des années, j’ai vécu avec un secret, le secret imposé à tous les spécialistes et les astronautes. Je peux maintenant révéler que chaque jour, aux Etats-Unis, nos radars repèrent des objets de forme et de nature inconnues. Et il y a des milliers de rapports de témoins et quantités de documents qui le prouvent, mais personne ne veut les rendre publics. »

« Pourquoi? Parce que les autorités ont peur que les gens imaginent une espèce d’horribles envahisseurs. Donc le maître mot demeure: nous devons éviter la panique à tout prix. »

SOURCES:

Numéro de novembre 1988 issue (Vol 1, No. 3) de UFO Universe magazine; Condor Books 351 West 54th St., New York, N.Y. 10019.

L’astronaute Gordon Cooper interpellant une assemblée des Nations Unies discutant des OVNIS et des extraterrestres à New York, en 1985; L’assemblée était dirigée par le secrétaire général de l’époque, Kurt Waldheim.

Gordon Cooper est l’un des sept astronautes de Mercury. Cooper a effectué 22 orbites terrestres en une durée record de 34 heures dans la capsule ‘Faith 7’, en Mai 1963. Il a toujours été franc en ce qui concerne la nécessité de faire des recherches libres et publiques sur les OVNIS, il se base sur sa propre expérience de la question, puisqu’il a lui-même pu observer des OVNIS en 1951 quand il était pilote de chasse, et a encore été impliqué dans une affaire d’OVNI dans la suite de sa carrière (mais non pas lui-même dans l’espace)

UN TEMOIN EXPERIMENTE:

Observation d’OVNIS par Gordon Cooper en 1957:

« Alors que je volais avec d’autres pilotes de l’USAF au-dessus de l’Allemagne, en 1957, nous avons observé de nombreux disques qui rayonnaient au-dessus de nous. Nous ne pouvons pas vous dire à qu’elle altitude ils se trouvaient. Nous étions incapables d’atteindre cette hauteur.

« Alors qu’il était en train de travailler avec une équipe de tournage sur le test d’un nouvel appareil sur la base d’Edward, un cameraman filma l’atterrissage d’un objet en forme de disque qui volait au-dessus de nos têtes et qui atterrit sur un lac asséché tout proche. Le cameraman s’approcha de la soucoupe elle s’éleva alors au-dessus de la zone et s’envola très loin a une vitesse supérieure à n’importe quel avion connu. »

UN ASTRONAUTE PARLE:

Un article de Timothy Green Beckley, extrait de son livre « MJ-12 et les secrets du Hangar 18 »; 1981; Inner Light Publications P.O. Box 753, New Brunswick, N.J. 08903; p.12 – 14.

Un des rares individus dont la prééminence est évidente a, cependant, au cours des derniers mois, osé ouvrir sa bouche et défier le statu quo.

Gordon Cooper était un des premiers astronautes Américains. Il a été un pionnier dans les efforts d’exploration de l’espace de son pays lorsqu’à bord de la minuscule capsule de l’espace Mercury Faith 7, il a satellisé la Terre pendant 34 heures, montrant que l’homme pourrait vivre en dehors de notre atmosphère pendant des périodes prolongées. Son patriotisme, son courage et sa respectabilité vont de soi…

Cooper a récemment fait plusieurs déclarations publiques au sujet de sa croyance forte dans la réalité des OVNIS comme vaisseaux extraterrestres. Invité sur le show TV de Merv Griffin, Cooper a stupéfié les téléspectateurs en parlant pendant plus de cinq minutes sur ce sujet qui est normalement considéré comme trop loufoque pour faire l’objet d’une conversation polie à la télévision.

Mais il y a certaines choses que Cooper n’a pas voulu discuter en public sur les ondes.

Heureusement Lee Spiegel est un ami personnel de Gordon Cooper. Ils ont conféré en plusieurs occasions, et en compagnie l’homme qui est décidé et déterminé à pourfendre ‘le Watergate Cosmique’ dont il est convaincu de l’existence aux échelon les plus élevé du gouvernement, l’ancien astronaute est plus qu’heureux de parler de ses observations d’OVNIS – et elles sont nombreuses.

Au début des années 50, Cooper était affecté à un groupe de chasse à réaction en Allemagne. A ce poste, il se rappelle très bien la semaine où des formations entières de disques volants passait au-dessus de sa base aérienne presque quotidiennement.

« Nous ne sommes jamais parvenus à nous rapprocher suffisamment pour les intercepter, ils étaient de forme ronde et d’aspect très métallique » précise Cooper. Les OVNIS devaient continuer à le hanter quand en tant que le colonel de l’Armée de l’Air il fut transféré plusieurs années après au centre d’essai de vol de la base aérienne d’Edwards dans le désert de la Californie.

Ce qui s’est produit lors d’une après-midi alors qu’il était en service à cette base militaire est assez probant pour lui permettre d’affirmer que le gouvernement garde certainement beaucoup de choses secrètes en matière d’OVNIS!

L’incident a eu lieu vers la fin des années 50, 1957 ou 1958 – selon les meilleurs souvenirs de Cooper, et à ce jour, la preuve photographique d’un OVNI atterrissant sur notre planète est toujours gardée secrète.

A cette époque, Cooper était directeur de projet à la base aérienne d’Edwards, juste trois ou quatre ans avant de suivre le programme spatial Américain. Après le déjeuner ce jour particulier, Cooper avait affecté une équipe de photographes à un secteur des vastes lits de lacs asséchés près d’Edwards.

Dans une interview enregistrée par l’ufologue Lee Spiegel, l’ancien astronaute a révélé que tandis que son équipage était là au-dehors, ils ont repéré un engin d’aspect étrange planant au-dessus du lit de lac, et ils ont commencé à le filmer.

Cooper dit que l’objet « planait au-dessus du sol. Et alors il est lentement descendu et s’est posé sur le lit de lac pendant quelques minutes. » Pendant tout ce temps les caméras cinématographique de son équipe ont pu filmer l’événement.

« Les estimations de la taille de l’engin variaient un peu parmi les caméraman, mais tous s’accordaient pour convenir qu’il avait au moins la taille d’un véhicule qui pourrait transporter des personnes de taille normale. »

Le Colonel Cooper n’eut pas la chance d’être avec l’équipe le jour de cette incroyable rencontre, mais il vit les films aussitôt qu’ils firent développés.

« C’était l’OVNI typique de forme circulaire, » se souvient-il. « Peu de gens le virent, parce qu’il décolla à un angle très brutal et fila tout droit hors de vue! »

Cooper admet qu’il n’a effectué aucune enquête afin d’établir la liste des témoins de l’atterrissage de l’engin, « parce qu’il y avait toujours des choses étranges volant dans le ciel au-dessus d’Edwards. » Mais Lee Spiegel fut en mesure de vérifier par ses propres efforts de recherches, ayant obtenu des bandes de conversation entre les pilotes militaires entourant la base et leurs officiers commandants dans la tour de contrôle, dépistant la présence de d’objets inconnus. « Les gens ne posaient pas beaucoup de questions sur ces choses qu’ils ont vues et ne pouvaient pas comprendre, » note Cooper, qui ajoute qu’il était beaucoup plus simple de regarder ailleurs en haussant les épaules, et se convaincre qu’on avait juste vu « un autre avion expérimental qui avait du avoir été développé par un autre secteur de la base aérienne. »

Mais qu’en est-il de la preuve photographique, le film qui a été tourné?

« Je pense qu’il s’agissait véritablement d’un OVNI » affirme Cooper, qui n’a aucun doute à son sujet. « Cependant, il me semble difficile de déterminer d’où il venait et qui était à bord, parce qu’il n’est pas resté assez longtemps pour que des recherches soit faites – il n’est même pas resté assez longtemps pour qu’on puisse envoyer un comité d’accueil!

Après qu’il ait passé en revue le film au moins une douzaine de fois, celui-ci a été rapidement expédiée à Washington. Cooper ne doutait pas qu’il recevrait une réponse dans les semaines qui suivirent quant à ce que ses hommes avaient vu et avaient filmé, mais il n’y en eut aucune, et le ne reparut jamais…

Sur la télévision nationale, Cooper a récemment fait des déclarations sensationnelles qui firent l’effet d’une bombe qui aboutit à la saturation des standards téléphoniques des chaînes de télévision le jour suivant, alors que les téléspectateurs téléphonaient sans relâche aux chaînes locales qui avaient relayé ses propos lors du Merv Griffin Show, impatients de découvrir si leurs oreilles leur avaient joué des tours le soir d’avant.

En effet vers la fin du talk show avec l’ancien astronaute, Merv utilisa le ton de la confidence et posa la question à cent mille dollars à son invité: « Gordon, des histoires circulent, comme quoi un vaisseau alien à débarqué au beau milieu des Etats-Unis, il y avait des occupants, et les membres de notre gouvernement auraient maintenu un des occupants vivant pendant une certaine période. Ils ont vu que le métal de l’engin et eux connaissent l’aspect des aliens. Est-ce une histoire crédible? »

Cooper aurait du logiquement éclaté de rire à propos d’une histoire si spéculative relevant à priori de la science-fiction ou de l’imagination. Mais Cooper au contraire répondit sans sourciller: « Je pense que c’est tout à fait crédible. Je voudrais voir venir le moment ou des personnes qualifiées pourraient vraiment enfin travailler ensemble pour étudier correctement ces histoires et pour les réfuter ou les prouver. »

La bombe avait éclaté. Cooper continua en affirmant que du fait de ses connaissances sur un certain nombre d’observations et de rapports sur les OVNIS et des affaires d’enlèvements, il est lui-même convaincu que les occupants de ce fameux OVNIS crashé « ne sont probablement pas très différents de nous, » – qu’ils sont probablement d’apparence humanoïdes (i.e. qu’ils ont deux bras deux jambes, un torse et une face familière).

Impressionné par ce que Cooper avait dit sur les ondes hertziennes nationales, Lee Spiegel a téléphoné au bureau de Cooper le matin suivant et l’est parvenu à obtenir son secrétaire privé, alors que d’autres dans les médias obtenaient étaient poliment prié de s’abstenir.

« Cooper a admis qu’il aurait pu donner plus d’indications sur les ondes mais qu’il a décidé de ne pas trop parler car il se sent certain que « quelques sourcils officiels pourraient fortement se froncer ».

FABLES ET REALITES A PROPOS DE GORDON COOPER:

Vous lirez les comptes rendus suivants sur diverses sources:

« Un des astronautes originaux de Mercury et le dernier Américain à voler seul dans l’espace. Le 15 Mai 1963 il a filé vers l’espace dans une capsule Mercury pour un voyage de 22 orbites autour du monde. Pendant l’orbite finale, le Major Gordon Cooper a signalé à la station de communication de Muchea (près de Perth, en Australie) qu’il pouvait observer un objet verdâtre brillant en avant de lui approchant rapidement sa capsule. L’OVNI était bien réel, il a été détecté par les radars de Muchea. »

Et:

« Le 15 mai 1963, lors du vol de la capsule américaine Mercury 9, Gordon Cooper voit « une chose brillante et verdâtre en forme de disque qui s’approche de son engin, volant d’est en ouest contrairement à la trajectoire des satellites. Au-dessus d’Hawaï les transmissions sont interrompues pendant plusieurs minutes sur le canal radio réservé aux voyages spatiaux et remplacées par un langage incompréhensible. »

« L’observation de Cooper a été rapporté par National Broadcast Company, qui couvrait le vol point par point; mais quand Cooper a débarqué, on a dit aux journalistes qu’on ne leur permettrait pas de l’interroger au sujet d’observations d’OVNIS. »

Et vous lirez à ce propos dans son ouvrage « Nous ne sommes pas seuls dans l’espace: » [1]

« Seul problème avec ces rapports: cela ne m’est jamais arrivé. »

En réalité, le Major Cooper est fermement convaincu de la réalité des OVNIS, et n’en fait aucunement mystère [4], mais n’en a simplement jamais observé lui-même dans l’espace. Dix ans plus tôt, en 1951 il avait aperçu des OVNIS alors qu’il pilotait un jet F-86 Sabre au-dessus de l’Allemagne occidentale. C’était des disques métalliques volant à une altitude considérable et d’une capacité de manoeuvre totalement hors de portée de tous les avions de chasse américains. Il connaît personnellement de nombreux pilotes ayant été témoins d’engins volants non terrestre et a personnellement entendu une équipe de l’Air Force qui venait de filmer l’atterrissage d’un OVNI. [1]

Le Major Cooper a également témoigné devant les Nations Unies: [2]

« Je pense que ces véhicules extraterrestres et leurs équipages visitent cette planète et d’autres planètes… La plupart des astronautes étaient peu disposés à discuter OVNIS. »

« J’ai eu l’occasion en 1951 d’avoir deux jours d’observation de beaucoup d’objets volants non identifiés, de différentes tailles, volant en formation de combat, généralement à partir de l’Est de l’Europe et vers l’Ouest. »

Et selon une interview enregistrée par J. L. Ferrando, Cooper déclara:

« Pendant de nombreuses années j’ai vécu avec un secret, un secret imposé à tous les spécialistes de l’astronautique. Je puis maintenant indiquer que chaque jour, aux Etats-Unis, nos instruments de radar capturent des objets dont l’origine et la nature nous sont inconnues. Et il y a des milliers des rapports de témoins et une quantité de documents pour prouver ceci, mais personne ne veut les rendre publics.

Pourquoi? Puisque l’autorité a peur que les gens puissent penser à Dieu sait quel genre d’envahisseurs horribles. Ainsi le maître mot est toujours: nous devons éviter une panique certaine. »

J’ai été en outre un témoin d’un phénomène extraordinaire, ici sur cette planète. Il s’est produit il y a quelques mois en Floride. Là j’ai vu de mes propres yeux un secteur défini du sol brûlé par des flammes, avec quatre enfoncements laissés par un objet volant qui s’était posé au milieu d’un champ. Des êtres étaient sortie de l’engin (il y avait d’autres traces pour le prouver). Ils ont semblé étudier la topographie, ils avaient rassemblé des échantillons du sol et, par la suite, ils sont reparti d’où ils étaient venus, disparaissant à une vitesse fantastique… Il s’avère justement que je sais que les autorités ont tout fait pour garder cet incident inconnu de la presse et de la TV, dans la crainte d’une réaction de panique du public. »

Ci-dessous: le 14 juillet 1978, aux Nations Unies, auditions sur la question des OVNIS à l’initiative de la Grenade. De gauche à droite: dr Claude Poher (GEPAN, France), Sir Eric Gairy (Grenade, initiateur des auditions), Kurt Waldheim (Autriche, Secrétaire Général de l’ONU), Gordon Cooper (Astronaute et pilote américain, témoin d’OVNIS dans les années 50), dr J. Allen Hynek (ancien consultant de l’USA en matière d’OVNIS, astronome et ufologue), dr Jacques Vallée (ufologue français).

REFERENCES:

     

  • [1] « Nous ne sommes pas seuls dans l’Espace, » mémoires, par Gordon Cooper, Presses du Châtelet, 2000-2002.
  • [2] Déclaration de Gordon Cooper, panel de l’ONU, discussions sur les OVNIS et les extraterrestres, New-York 1985; présidé par le secrétaire général Kurt Waldheim.
  • « MJ-12 and the Riddle of Hangar 18 » par Timothy Green Beckley; 1981; Inner Light Publications P.O. Box 753, New Brunswick, N.J. 08903; voir pages 12 à 14.
  • [4] Vidéo, interview de Gordon Cooper.
  • Communiqué NASA, décès de Gordon Cooper.

Jack KRINE, Colonel

L’observation de Jack KRINE, Colonel (23 septembre 1975 à 23H00 -vol: Mission d’entrainement nocturne à Cambrai)
Krine naît à Comé en 1944. A partir de 1961, il est pilote de chasse dans l’Armée de l’Air française puis chef-moniteur, officier de sécurité des vols, instructeur combat aérien Mirage III. Il participe à l’évaluation en combat aérien du Mirage III et du Mirage F1 au Centre d’Expérimentation Aérienne de Mont-de-Marsan.

Observation (1975)

Le 23 Septembre 1975 à 23 h, lors d’une mission d’entraînement nocturne dans la région de Cambrai, Krine fait une observation :

J’étais à l’époque capitaine, chef de patrouille instructeur confirmé à l’escadron de chasse « Seine ». Vers 22 h 30, nous décollons de Creil à 2 chasseurs pour une mission d’entraînement-rassemblement radar appelée « Plastron Mimosa ». Un exercice relativement délicat, simulant l’interception de nuit d’un avion sans identification. Je vole sur un Dassault Mirage 3-C et monte à 12000 m d’altitude vers le secteur nord, dans une zone de travail comprenant Cambrai, Reims et la Belgique. La nuit est très noire mais avec une voûte étoilée extraordinaire. J’arrive à une vitesse subsonique à 28 km à l’arrière de l’autre Mirage, quand soudain, je vois passer entre lui et moi un truc très lumineux ! Ca pourrait être un autocar ou le fuselage d’un avion de ligne d’une quinzaine de m de long, de forme allongée avec de gros hublots bien éclairés de l’intérieur. Je demande à mon ailier : « Tu vois quelque chose ? » Il me répond non. Je signale au contrôleur radar : « Vous avez quelque chose entre nous ? » « Non, négatif, on n’a rien… » Au moment où j’approche de la chose, elle file et disparaît instantanément. Nous nous éloignons sur 9 km pour un autre virage relatif. Et pouf ! Ca réapparaît… J’ai alors annoncé au pilote de l’autre Mirage : « Tu as un truc dans tes 2 h ! Tu le vois ? » L’autre capitaine répond : « Ouais… Je le vois… C’est drôle, c’est curieux ! On va dessus… » Et hop, ça disparaît encore… On a fait ainsi 4 présentations, et pratiquement à chaque fois, ce truc se trimbale entre nous et dégage. Après 30 mn de vol, nous sommes rentrés en patrouille serrée à Creil sans rien dire. En tous cas, ça ne ressemblait à rien de ce que je pouvais identifier.
A partir de 1976 il intégré à la Patrouille de France comme leader Solo. Colonel de réserve, il est officier supérieur adjoint au colonel commandant le Sirpa Air. Il a plus de 400 meetings aériens à son actif. Lors du meeting aérien international de Cholet, Krine est le directeur adjoint des vols, il seconde le directeur des vols. Parrain de l’Aérienne du Choletais depuis sa création, Krine totalise plus de 15000 heures de vol. Il est Officier de l’Ordre National du Mérite, et a réçu la Médaille de l’aéronautique sur 42 types d’avions. En 1978, il quitte l’Armée de l’Air pour devenir pilote de ligne à Air France, et accéde ensuite au grade de commandant de bord et instructeur sur Airbus A 320. Colonel de réserve, il est officier supérieur adjoint au colonel commandant le Sirpa Air.

Source : SECRETOVNI

Autres références :

OVNIs – Le secret américain, documentaire de Vincent Gielly
http://rr0.org/personne/k/KrineJack/

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :