Transmettre son savoir est un don de soi

Archives de la catégorie ‘Crop-circles’

Crop Circles : synthèse d’investigation

Théories nouvelles, pistes variées : une approche différente pour compléter l’investigation

CROP-CIRCLES : Plans pour une nouvelle technologie (ou/et) des prototypes?

Ce premier article m’a donné envie d’en savoir plus sur ces formations non conventionnelles, j’admets qu’au départ je n’ai pas accroché plus que cela et comme un certain nombre de personnes,  je pensais que ces agroglyphes étaient l’oeuvre des humains et rien d’autre.

Ma position actuellement est bien moins tranchée, de ce fait je m’investis à prospecter ci et là, dans l’unique but d’ouvrir des perspectives théoriques diverses et intéressantes.

Entrons dans le domaine investigation

Source gif animé:http://www.csenergie.qc.ca/st-sauveur/lucie/

Fonctionnement

Cet article réunira différentes recherches, analyses, théories dans un état d’esprit ouvert puis rationnel.

Le pragmatisme proposé permettra une série de documents, images et vidéos qui servira à rassembler quelques notions incluant quelques données allant des plus rationnelles,  aux plus folles, incroyables…, que certains qualifieront de « science- fiction ». Afin que la palette soit la plus complète possible en hypothèses, quelques « orientations » sont suggérées. Partons du principe que je propose seulement, à vous de prendre le temps d’analyser, chercher .

Avec le recul nécessaire, la provenance et signification suggérée sur cet article n’engage que la source qui prône une affirmation, pour ma part, je reste attentif et ouvert, sans pour autant détenir la vérité. Espérons trouver quelques réponses avec le temps, ainsi cet article doit vous aider dans votre discernement , C’est à mon sens sa seule raison d’être publié car  l’insolite des crop circles pour l’heure, demeure, là -dessus  vous pouvez me croire !

Le procédé est simple j’expose les recherches et théories qui sont numérotées en indiquant la source. De cette source, pour réduire la conteneur de cet article d’une part , et de vous diriger vers l’auteur de l’article repris, pour que vous puissiez  vérifier à la source  la théorie indiquée, et ainsi,  vous assurer que les propos ne soient déformés par ma rédaction de ce billet . C’est aussi  une façon de renvoyer l’ascenseur à la personne ou à l’organisme qui ont mis du temps sur leurs recherches et à publier leurs travaux. Juste une notion de respect !

Entrons dans le vif du sujet avec la première théorie:

Pour cet article j’ai pris contact avec une personne qui travaille activement sur le sujet et qui a accepté que je reprenne pour vous, ses travaux et analyse. Monsieur Daniel Harran ayant écrit un livre est un spécialiste des crop circles et a 2 sites web que vous trouverez en liens à la fin de l’article ( ses bannières  sont accessibles en pages liens et amis).

  • Son livre présenté ci-dessus image source: http://ecoutelaterre.fr/images/couverture_1_700.jpg
  • propose une autre vision sur ces agroglyphes qui peut paraître irrationnelle, mais les crops pourtant existent et c’est un fait, comme pour les O.V.N.I.S.
  • Donc nous verrons quelques points de ses recherches que je suis autorisé à mettre en page ici.
  • Il conviendra à chacun d’entre vous d’explorer à votre guise cet article et liens inclus pour démarrer ou continuer vos propres recherches, ou tout simplement de vous faire votre propre opinion.

avant garde!

Sur ce paragraphe, passons à l’essentiel sur  ce que j’appellerai ici les « vrais crop-circles », pour éviter de perdre du temps et ne pas faire de pub aux faussaires qui servent à ridiculiser le phénomène voir retarder l’avancée dans cette recherche ! Les crop-circles exécutés mécaniquement et avec des moyens rudimentaires, rouleaux, planches et bois,  ne nous intéressent nullement ici, car à part la beauté éventuelle qui peut susciter un quelconque intérêt, aucun mystère, donc acte!

Théorie 1 : Daniel Harran, auteur:  Les crop-circles le défi à la science:

à propos de monsieur Harran: (  source édition Louise Courteau.)

Daniel Harran  est titulaire d’un doctorat ès sciences et maître de conférences en physique. Son activité d’enseignant chercheur à l ‘université l ‘a conduit à ressentir peu à peu les limites de cette science trop matérialiste pour décrire réellement les lois de l’univers .

Il s’est alors intéressé, à titre personnel, à quelques phénomènes inexpliqués par la science et, depuis quelques années, se consacre pleinement à l’étude du phénomène des crop-circles. Son analyse s’appuie  sur un grand nombre d’observations sur le terrain, en France , mais surtout en Angleterre. Il se rend disponible pour donner des conférences partout, sur invitation. Il peut être contacté à l’adresse indiquée dans le site de l’association.

Voici en  quelques  lignes sa présentation du phénomène : (extraits des points clés que j’ ai tiré pour vous de son de son livre : Les crop- circles un défi à la science, et de son site web)

C’est un phénomène universel, puisqu’ observé sur les 5 continents dans plus de 80 pays.

Tous les ans plus de 200 sont signalés de par le monde. Un pays se distingue entre tous : Tous les ans un tiers des formations signalées dans le monde le sont en Angleterre, dans une région très limitée du sud-ouest de ce pays.

C’est depuis quelques années autour du site mégalithique d’Avebury , et à moins de 15 km de distance le plus souvent, que de l’ordre de 70 à 80 crop-circles apparaissent chaque année. La densité de ces formations est donc là exceptionnellement élevée.

Quel est le sens de ces signes qui, autrefois étaient simplement circulaires, mais évoluent maintenant en complexité chaque année ? La science se trouve impuissante à répondre à ces questions et à expliquer la nature de ce phénomène, même si de nombreuses analyses scientifiques ont permis des avancées significatives pour en cerner quelques paramètres.

Dans notre monde technologique où l’homme conquiert aujourd’hui l’espace interplanétaire en même temps qu’il développe  les nanotechnologies, aucune réponse satisfaisante n’ a pu être apportée à ce jour.

Un phénomène très ancien:

C’est au début des années 1980 que le phénomène s’est véritablement développé et que les observations se sont multipliées, en particulier dans la région du wiltshire, en Angleterre.

Mais les paysans les plus anciens de cette région se souviennent que dans leur enfance il y avait déjà des crop-circles dans leurs champs, et ils racontent que leurs grands pères avaient aussi des souvenirs identiques.

Ce qui montre que, de mémoire d’homme, le phénomène remonte au moins au début du 20 ème siècle.

Le plus ancien document photographique a été retrouvé par le chercheur anglais Andy Thomas.Il s’agit d’une vue aérienne de l’année 1932 et montrent 3 anneaux plus un demi-anneau imprimés dans un champ d’orge à Chilchester.Elle figure dans un guide touristique  du west sussex.La description de l’un des cercles au moins, où l’orge a été »rabattue au sol », montre à l‘évidence qu’il s’agit d’un agroglyphe.Une observation plus ancienne  dans le comté de SURREY en Angleterre, a fait l’objet en 1880 d’une publication dans la revue scientifique internationale »nature », par le technicien en spectroscopie J.Rand Capron de Guildown qui a écrit: »Les récentes tempêtes  au-dessus de cette partie du SERREY étaient fortes et certains de leurs effets étranges .Lorsque nous visitâmes le champ de blé d’ un fermier voisin , nous le trouvâmes aplati en grande partie ,mais non loin dans sa totalité, en surfaces qui, vues de loin, révélaient une forme circulaire.

Examinés de plus près, tous ces cercles  présentaient les mêmes caractéristiques :
Quelques plantes restées  debout formaient le centre , tandis que les épis et les tiges des plantes couchées étaient orientées  dans une même direction et formaient un cercle autour de la touffe centrale .Ce cercle était limité  par un pourtour de plantes intactes. »

Cette description de 1880 est semblable à celle que nous pourrions faire de nos jours dans des formations circulaires.

Vous trouverez d’autres cas anciens dans le livre un défi à la science, prochaine étape du livre, que voici :
Nature scientifique »analyse »:

Des supports très variés : Si les agroglyphes sont connus le plus souvent pour être des dessins formés dans les champs de blé, ce phénomène mystérieux a été observé dans une grande variété de supports différents.

Même si la qualité esthétique des dessins est souvent plus éclatante dans les champs de céréales telles que le blé ou l’orge qui s’y prêtent mieux, une très grande variété de supports végétaux (et minéraux !) est utilisée pour réaliser ces œuvres : colza, seigle, maïs, herbe, betteraves, neige, glace à la surface d’un étang, etc. En Europe et en Angleterre en particulier, les dessins sculptés dans les champs de céréales restent visibles jusqu’à la récolte, c’est-à-dire pendant une durée qui varie de… quelques heures à quelques mois selon la réaction du cultivateur, mais aussi selon la date de création (qui va du mois d’avril au mois de septembre).

Une évolution très nette dans les motifs représentés

Jusqu’aux années 1980, les agroglyphes (= sculptures dans les champs) étaient simplement des cercles, ou des ensembles de cercles, d’où le nom qui leur est resté en anglais (crop circles = cercles dans les cultures). A la fin des années 1980, les motifs ont commencé à évoluer sur la base d’ensembles de cercles et de segments rectilignes (photos 1 et 2).

Sans préjuger de l’identité des auteurs des agroglyphes, et encore moins des techniques qu’ils ont mises en œuvre pour sculpter ces motifs dans les champs, il est important de remarquer que la grande sobriété ou simplicité de ces motifs circulaires et rectilignes porte à penser que les techniques utilisées étaient elles aussi « relativement » simples.

On se souvient que c’est en 1991 qu’a éclaté « l’affaire » des deux retraités appelés Doug et Dave, qui ont reconnu avoir réalisé eux-mêmes un certain nombre de crop-circles, puis se sont laissés emporter à déclarer qu’ils étaient soi-disant les auteurs d’un très grand nombre de crop circles ! Malgré l’invraisemblance de cette déclaration, les média s’en sont emparé et ont répandu partout que le mystère était résolu ; tout l’intérêt que commençaient à montrer les lecteurs a dès lors disparu, ce qui a fait beaucoup de tort pendant de nombreuses années en alimentant la confusion qui persiste aujourd’hui encore sur le sujet. La suite pour ce paragraphe

Les analyses scientifiques

De multiples analyses scientifiques ont été réalisées et ont mis en évidence des modifications biologiques des céréales par rapport à des échantillons témoins prélevés à l’extérieur de la formation :

allongements des nœuds sur les tiges,

teneur en eau diminuée dans ces nœuds,

perforations ou éclatement de certains nœuds,

pouvoir de germination amélioré de façon significative (les graines semées donnent des plantes plus fortes et produisent elles-mêmes plus de graines), quand le glyphe a été formé dans une culture arrivée à maturation,

sur d’autres échantillons, pouvoir de germination diminué au contraire (mais toujours de façon significative par rapport à des échantillons témoins), quand le glyphe a été formé dans une culture jeune.

D’autres analyses, menées tout aussi rigoureusement par des chercheurs scientifiques, ont mis en évidence des modifications étonnantes des propriétés physico-chimiques des sols à l’intérieur des formations :

développement surprenant de la structure cristalline de certains composants de l’argile prélevée dans le sol de la formation, par rapport à des échantillons témoins pris à l’extérieur,

dépôts étranges d’une poudre blanche au centre de certaines formations circulaires des Pays-Bas ; cette poudre a été analysée par un laboratoire universitaire d’Amsterdam, il s’agit d’un hydrocarbonate de magnésium,

concentration anormale de poussières météoritiques (oxydes de fer). Ces particules existent à l’état naturel dans l’atmosphère, en très faible concentration. Or on a trouvé à l’intérieur de certains agroglyphes des teneurs jusqu’à plusieurs centaines de fois plus élevées qu’à l’extérieur de la formation, ce qui porte à penser que ces particules ont été attirées et concentrées par l’application d’un champ magnétique intense lors de la création du glyphe.

Les premières véritables recherches scientifiques ont été menées par une équipe de trois chercheurs à l’initiative de W. Levengood (équipe BLT) dès 1989. Ces chercheurs américains ont collecté des échantillons en provenance d’agroglyphes de différents pays afin de les étudier, et ont publié leurs résultats dans des journaux scientifiques spécialisées (345). Les résultats sur les anomalies de croissance ont été confirmées par d’autres chercheurs (6).

Ces analyses scientifiques, même si elles n’ont pas permis d’élucider la nature du phénomène, ont conduit à des conclusions très significatives qui mettent en relief les caractéristiques « étranges » du phénomène. Il va de soi que ces modifications des propriétés physiques et biologiques traduisent de façon indiscutable que les techniques mises en œuvre pour réaliser les agroglyphes n’ont rien à voir avec les techniques tout à fait rudimentaires utilisées habituellement par les hommes-faussaires. En effet, la seule méthode que les hommes auteurs des supercheries sachent utiliser consiste à écraser les tiges au sol devant eux avec une simple planche (tenue à l’aide de cordes), ou d’un rouleau qu’ils poussent devant eux ou qu’ils tirent ; cette technique rudimentaire ne peut certainement pas entraîner de modifications physiques ni biologiques des plantes.

Mais ces analyses scientifiques sont évidemment lourdes à mettre en œuvre et ne peuvent pas être utilisées pour contrôler la totalité des agroglyphes.Suite du paragraphe.

Agroglyphes  fantômes:

La durée de vie d’un agroglyphe n’est pas limitée par la moisson de la culture dans laquelle il a été imprimé.Il arrive souvent en effet que plusieurs semaines après la moisson , à l’automne, on se rende compte que l’herbe est plus verte à l’endroit précis du glyphe et révèle exactement le motif disparu , de façon moins nette cependant.

Ou bien plus tard l’hiver, quand la neige a recouvert le champ ,on se rend compte qu’elle est moins épaisse et fond plus vite dans la zone qui coïncide précisément avec l’ancien glyphe ,ce qui met de nouveau en évidence le même motif.Et encore plus tard ,l’été suivant , il arrive aussi que, quand une nouvelle culture a été semée et est sortie du sol, le même motif réapparaisse encore subtilement, les plantes étant plus vigoureuses aux endroits où les plantes avaient été couchées l’année précédente .Dans certains cas, cette observation a même été fait 2 ans après.

Dans ces 3 cas précis, on parle alors d’agroglyphe fantôme, expression très juste en effet.

L’existence de ces fantômes montre qu’une énergie particulière a été appliquée pour coucher les tiges , et qu’une partie de cette énergie est restée emmagasinée dans le sol.Elle est capable d’accélérer la fonte de la neige , et peut être communiquée aux plantes qui ,pousseront là au printemps suivant.Cette énergie ne se dissipe que lentement, au bout d’une longue durée.

Supports minéraux:

Sur la neige et la glace: ce ne sont pas à proprement parler des agroglyphes , mais ce sont bien des phénomènes apparentés ,entourés du même mystère pour ce qui est de leur réalisation, et qui ont probablement la même origine.

Dans les pays froids , on a vu des formes circulaires apparaître « spontanément » sur des étendues de neige:La neige est fondue à l’intérieur du cercle parfait .Ou bien on découvre un matin une série de cercles (ou de figures plus complexes) »comme creusés » dans la neige sur leur périmètre. Ces cercles ne sont donc pas apparus progressivement comme les formations fantômes, mais ont été créés soudainement.
La même observation a été faite sur un étang gelé : de façon inexpliqué , on découvre parfois, une forme circulaire dans laquelle la glace n’a pas la même structure qu’alentour.Dans certains cas elle est même fondue , alors que la fine épaisseur de glace interdit de penser qu’un homme ait pu marcher dessus.Sur un cours d’eau gelé plus spectaculaire encore, on a pu observer le même phénomène sur un cours d’eau gelé en surface.

Des enregistrements vidéo montrent très nettement la pellicule de glace fondue dans un disque de plusieurs mètres de diamètre et on voit clairement un tourbillon d’eau parfaitement circulaire et stationnaire dans ce disque , sans que celui-ci soit entraîné par le courant qui est très visible à côté du cercle.Ces observations sont très spectaculaires , car elles montrent un phénomène dynamique et non pas statique comme dans les agroglyphes.Le mouvement permanent de l’eau montre que les forces mystérieuses sont à l’oeuvre sous nos yeux.

Ces observations sur la neige ou la glace peuvent sembler de nature différente des agroglyphes , car les formes sont ici toujours simples et circulaires , mais elles posent en fait le même type de question .Il faut se souvenir que jusqu’à il y a 30 ans seulement , les glyphes dans les champs de céréales étaient toutes couchées dans le même sens.Et l’on peut comprendre que les supports solides , tels que les plantes végétales, ont permis que, d’année en année , les motifs évoluent et deviennent plus complexes, alors que l’eau et la glace ne le permettent pas.

Sur le sable:

D’autres supports minéraux ont encore été utilisés.De façon toujours étonnante, de mystérieux cercles ont ainsi été découverts tracés , dans le sable.

En Nanibie, un phénomène  semblable   est observé de très longue date et n’ a jamais reçu d’explication.Dans cette région de savane sèche , de très nombreux cercles sont matérialisés spontanément par le fait que l’herbe ne pousse pas à l’intérieur , et qu’elle pousse au contraire avec une plus grande densité  pour former un liseré sur le pourtour de ces cercles .Les gens du pays les appellent: »des cercles de fées ».Ils apparaissent spontanément et  sont même devenus une attraction touristique dans cette région.

Sur des arbres:

De façon également incroyable, des cercles ont été formés sur des supports aussi solides que des arbres!

Des troncs de diamètres déjà respectables ont été courbés par une force mystérieuse, puissante, mais toujours respectueuse puisqu’ils ne sont pas cassés, de façon que tous convergent vers un point central.

La spécialiste néerlandaise Janet Ossebard a fait ces observations et pris des photos dans son pays, alors que la même observation avait déjà été faite au Canada.

§§§§§§§§

2 agroglyphes uniques en leur genre:

Pour la majorité des humains aujourd’hui , il n’existe pas d’autres êtres intelligents présents sur la terre que l’homme lui même ,d’où l’hypothèse qui vient naturellement à l’esprit que les auteurs des agroglyphes seraient des êtres originaires d’ une autre planète ou d’ un autre système stellaire .C’est  d’ailleurs  la seule hypothèse qui soit sérieusement envisagée  le plus souvent , et c’est actuellement la plus partagée.

Si nous avons compris que les agroglyphes sont des messages, ou des signaux, envoyés par des êtres intelligents inconnus de l’homme, et destinés à l’homme, à tous les hommes, la question de l’identité de leurs auteurs est évidemment essentielle, et la question du sens de ces messages est encore plus fondamentale.

Des êtres intelligents immatériels, ou qui seraient capables de se dématérialiser : on peut les désigner comme des êtres spirituels, ou pour employer un autre langage, des êtres vivant dans une autre dimension, ou sur un autre plan.

Deux catégories d’agroglyphes…
et deux catégories d’auteurs

Deux agroglyphes de types très différents de ceux décrits précédemment sont apparus en Angleterre ces dernières années.

Figure et message de Chibolton - Chibolton - Août 2001Photo © Lucy Pringle Message de Chibolton - Chibolton - Août 2001Photo © Lucy Pringle

Le premier en 2001 au pied de l’observatoire astronomique de Chibolton, formé de deux parties : la représentation d’un visage « humanoïde » d’une part, et un rectangle contenant une grille de points d’autre part, appelé message de Chibolton, du nom de l’observatoire (photos 1 et 2). Ce message a pu être décodé aisément quand on s’est aperçu que l’agroglyphe ressemblait beaucoup à la représentation visuelle du message envoyé par une équipe de chercheurs astronomes en 1974 à destination d’étoiles lointaines, dans le cadre d’un programme de recherche sur l’existence d’autres intelligences dans l’univers. Ce programme américain du SETI (Search for Extra Terrestrial Intelligences, ou recherches d’intelligences extraterrestres), dirigé par Carl Sagan, avait envoyé un message codé sous forme d’ondes électromagnétiques avec le télescope d’Arecibo (Porto Rico).

Représentation visuelle du message envoyé par l'homme depuis Arecibo (1974)
Comparaison des messages d'Arecibo (1974) et de Chibolton (2001)

Quand on représente ce message sous forme visuelle (photo 3), on se rend compte en effet que sa structure est très semblable à celle du message découvert dans le champ de Chibolton (photo 4), ce qui indique que le code utilisé est le même. Mais des différences apparaissent, ce qui permet de considérer que le message de Chibolton constitue une « réponse « au message d’Arecibo. Et connaissant donc le code de ces messages, la réponse a pu être décryptée.

De la même façon que l’homme « se présentait » lui-même dans le message envoyé à Arecibo en 1974, les auteurs de cet agroglyphe ont donné quelques indications sur leur identité dans le message reçu à Chibolton en 2001. Mais ces indications sont évidemment sujettes à discussion, et ne donnent pas de réponse explicite (voir la proposition d’interprétation ci-dessous).

Haut de page

Une interprétation du message de Chibolton (2001)

Les messages d’Arecibo et de Chibolton se lisent de haut en bas.

Dans la ligne supérieure, sont indiqués les chiffres de 1 à 10 exprimés en code binaire. Cette ligne est identique dans les deux messages.

Au dessous figurent, dans le message d’Arecibo, les numéros atomiques des éléments principaux qui constituent le corps humain, à savoir l’hydrogène, l’oxygène, le carbone, l’azote et le phosphore. Une première différence apparaît dans la réponse de Chibolton : l’élément Silicium a été ajouté, signifiant que les auteurs de cette réponse possèdent aussi du silicium dans leur organisme, en plus des mêmes éléments que nous.

Comparaison des messages d'Arecibo (1974) et de Chibolton (2001)

Au dessous nous trouvons un schéma simplifié de la molécule d’ADN, avec le nombre de nucléotides de base qui la constituent. Dans la réponse, on voit aisément que la molécule correspondante chez les auteurs de la réponse est plus complexe.

Puis au dessous et au centre, la représentation de la silhouette d’un être humain avec, à droite, la taille moyenne (1,74 m) et, à gauche, la population mondiale en 1974 (4,29 milliards). Dans le message réponse, on découvre la silhouette d’un être représenté avec une grosse tête, de petite taille (1,01 m), la population correspondante étant de 21,3 milliards.

Au dessous nous avons, dans le message d’Arecibo, une représentation du système solaire avec le soleil (à droite) et ses neuf planètes. La troisième planète (à partir du soleil) est décalée pour signifier que les êtres humains auteurs du message habitent cette planète : la Terre. Les quatre planètes suivantes, qui sont des planètes géantes, sont représentées avec de plus grandes dimensions.

Dans le message réponse de Chibolton, on a également une étoile et ses neuf planètes, qui donnent donc une information sur le système stellaire occupé par les auteurs du message, mais le code utilisé (choisi par les hommes) ne prévoyait pas de donner plus de précision ! On se trouve confronté à cette coïncidence que ce système stellaire possède le même nombre de planètes que notre propre système solaire : est-elle significative ? Je propose l’hypothèse de travail, même si elle peut paraître extravagante, que les deux systèmes pourraient bien être les mêmes. Dans cette hypothèse, les auteurs seraient alors présents sur les planètes décalées : numéro trois (la Terre), quatre (Mars) et cinq (Jupiter). Mais cette cinquième planète n’est pas représentée simplement comme dans le message initial d’Arecibo. On a ici un ensemble de quatre « points », qui font penser aux quatre satellites de Jupiter. Or il se trouve justement que la planète Jupiter est une planète gazeuse, donc impropre à une vie matérielle, mais qu’elle possède quatre satellites principaux de nature tellurique (que Galilée avait observé le premier à l’aide de sa lunette). Elle en possède en réalité un grand nombre d’autres, mais qui sont de plus petites tailles. Cette représentation de ce qui pourrait être les quatre satellites principaux de Jupiter tend à donner un peu de poids à l’hypothèse précédente.

En bas du message d’Arecibo, nous trouvons une représentation schématique du télescope qui a servi à l’émission (on voit la source du signal au centre, celui-ci étant réfléchi symétriquement par le miroir vers le bas), avec ses caractéristiques géométriques.

Au bas du message de Chibolton, on est donc censé trouver également une représentation de l’instrument qui a servi à l’émission du message. Or les spécialistes s’accordent à voir dans cette représentation une copie (simplifiée) de l’agroglyphe apparu l’année précédente (en 2000)… au pied du même télescope de Chibolton (photos 5 et 6) ! On peut voir dans cet agroglyphe de 2000 une antenne, représentée par une image fractale : le cercle central se divise en deux cercles à droite et à gauche ; puis chacun d’eux se divise de nouveau en deux, et ainsi de suite, en terminant chaque fois par trois points de suspension… comme un faisceau électromagnétique qui se divise progressivement et diffuse dans l’espace jusqu’à l’infini.

L'antenne de l'observatoire et l'agroglyphe représentant une antenne - Chibolton  - Août 2000

Mais le fait que cette antenne, qui est censée être l’instrument avec lequel a été envoyé le message de Chibolton, soit située au pied même de l’observatoire, pourrait bien traduire le fait que le message a été envoyé depuis là-même, c’est-à-dire que leurs auteurs sont présents là-même, autrement dit sont présents parmi nous ! Cette conclusion, qui paraît extravagante, est en tout cas cohérente avec l’interprétation proposée pour la ligne précédente, selon laquelle les auteurs seraient présents sur Terre !

Il est évident que tout ce raisonnement est parfaitement discutable et ne constitue en rien une démonstration, mais il présente l’avantage d’être cohérent. Il tendrait à montrer que les auteurs du message de Chibolton sont des êtres de type humanoïde (voir le visage associé au message) mais pourvus d’un corps de petite taille et d’une grosse tête (par rapport à l’homme), des êtres extraterrestres selon l’expression consacrée. Mais leur civilisation pourrait être présente sur plusieurs planètes de notre système solaire (dont la Terre !). Leur corps n’aurait sans doute pas la même densité que le nôtre puisque nous ne les voyons pas, et qu’ils ont réalisé cet agroglyphe au pied de l’observatoire sans avoir été vus : ils possèderaient donc apparemment la capacité de se rendre invisibles, c’est-à-dire de se dématérialiser… Il est évident que, d’autre part, leur civilisation serait beaucoup plus avancée que la nôtre. Science-fiction ou réalité ? L’agroglyphe de Chibolton en tout cas était bien réel.

Haut de page

Traduction du message de Winchester (2002)

Le deuxième agroglyphe de type différent est apparu en 2002 près de la ville de Winchester, dans la même région que le précédent. Il représentait aussi un visage mais de type différent (type alien), associé à un disque dans lequel était comme « imprimé » un message (photos 7, 8 et 9). On y voit en effet une série de « points » alignés sur une spirale, ce qui fait inévitablement penser à un disque compact contenant des informations imprimées sur une piste de lecture. Ce message a pu être décodé facilement car il s’est avéré être la traduction en langage ASCII (en langage informatique) d’un texte écrit en anglais. Ce texte ne fournit pas non plus de réponse explicite sur l’identité de ses auteurs, mais le visage associé indiquerait que les auteurs seraient des êtres « extraterrestres » de type différent de l’homme, et différent des auteurs du message de Chibolton.

Il faut bien réaliser que cet agroglyphe est le premier et le dernier à ce jour, c’est le seul qui contienne un message écrit dans une langue humaine, l’anglais transcrit en code ASCII.

Après traduction en français, nous obtenons : « Méfiez-vous des porteurs de faux cadeaux et des promesses non tenues. Beaucoup de peine mais il est encore temps. Croyez. Il y a du bon là-bas. Nous nous opposons à la tromperie. »

Ce message énigmatique veut nous inciter à la prudence, au discernement, et à ne pas céder aux illusions…

Ces deux agroglyphes sont tout à fait originaux et absolument uniques : non seulement ce sont les deux seuls qui représentent un visage parmi les milliers de formations observées jusqu’à présent ; mais ce sont aussi les deux seuls qui contiennent un message explicite contenant des informations intelligibles adressées à l’homme.

La suite

Ainsi vous avez une théorie basée sur des recherches.

Avant de passer à la seconde théorie de cet article je vous propose cette vidéo d’une série qui en contiendra 5, afin d’agrémenter ce billet blog.

vidéo youtube: Crop-circles – reportage TV France – (1)

me théorie:

Mr Weissmuler responsable de l’association Race- ovni a donné son accord pour diffuser l’article de leur site web ici. Je remercie ainsi Race-ovni pour leur concours.

Voici leur article:

Crop-Circles 1

Pour ceux qui l’ignorent encore, les Crop-Circles, parfois appelés en français cercles de culture, ou Agroglyphes, sont d’immenses dessins réalisés dans des champs de céréales par couchage des plantes. Simples figures géométriques ou superbes créations, ces œuvres ne sont visibles que depuis les airs et ont de quoi impressionner les témoins. Les Agroglyphes comme les ont baptisés pompeusement les scientifiques remonteraient officieusement à 1912. Dans son livre Thirty Indian Legends of Canada réédité en 1992, Margaret Bemister cite la légende « The Daughters of the Star » (les sœurs des étoiles) où un indien découvre un cercle aplati dans une prairie. L’auteur utilise deux termes, « ring » (anneau) et « circle » (cercle) mais privilégie le cercle, ce qui sous-entend que toute la surface fut aplatie de la périphérie jusqu’au centre.

Au cours des enquêtes menées ces dernières décennies, on apprit que des fermiers américains découvrirent les premières formations dans leurs champs dans les années 1950. On en découvrit également en 1966 en Australie, en 1968 près de Téhéran (dans la neige des montagnes d’Elbruz en Iran) et en 1975 en Suisse et en Turquie (dans les montagnes de Munzur). Ces formations n’ont jamais été revendiquées ni associées aux rites d’une tribu au sens large.
C’est en 1978 que le premier « Crop-Circle » fut découvert dans le Hampshire, en Angleterre mais la découverte resta isolée. En 1981, Pat Delgado, un ingénieur en électromécanique pensionné découvrit une série de marques circulaires dans un champ de maïs à Cheesefoot Head, dans le Wiltshire, en Angleterre. Il fut tellement impressionné par sa découverte qu’il souhaita la révéler au public et écrivit un livre sur le sujet en 1990, « Crop-Circles. The Latest Evidence « .

En 1983, Delgado raconta son histoire à Colin Andrews, un ingénieur électricien en chef qui depuis, n’a cessé d’étudier le phénomène. Il faudra attendre 1985 pour que l’enquêteur Busty Taylor rapporte la découverte d’une formation similaire alors qu’il survola un autre champ de culture en Angleterre à bord d’un avion privé. C’est à cette époque que les « Crop-Circles » furent médiatisés.
Simples cercles dans leurs premières apparitions, les Crop-Circles sont devenus au fil des années de superbes dessins, figurant parfois des visages à peu près humains ou des signes aux allures cabalistiques. On commence à parler de land art. En 2001, l’une de ces figures reproduisait approximativement le schéma envoyé en 1974 par le radiotélescope à destination d’éventuels extraterrestres. D’autres représentent des figures mathématiques savantes. Face à l’étrangeté de cette œuvre planétaire, une drôle de science est née : la céréalogie. Dans les années 1990, il est apparu évident que des réalisations bien humaines, et parfois revendiquées, peuplaient les champs de céréales. Est alors apparue la notion de  » vrais cercles « , à l’origine inconnue, et de  » faux cercles « , dessinés de main (et de pied) d’homme.

Pour les vrais cercles, les explications les plus spectaculaires évoquent l’action d’extraterrestres qui auraient comme motif de nous laisser quelques informations. Les tenants de cette origine non humaine mettent en avant plusieurs arguments, comme la rapidité de réalisation, la déformation des tiges de nœud variant selon la position dans le dessin), des traces de chauffage du sol, les dessins trop complexes pour un cerveau humain, etc.
Ceci dit, certains « Crop-Circles » ont été associés à l’observation d’un OVNI. On cite par exemple la découverte d’un cercle de 10 m de diamètre aplani de manière spiralée au nord-est des Etats-Unis en 1967, donc deux ans avant la découverte du cercle calciné de Van Horn. Un témoin oculaire aurait aperçu une grande lumière la nuit précédente. En 1972, on découvrit un cercle de 15 m de diamètre également aplani de manière spiralé à Örebro en Suède. Une lumière rouge descendant vers le sol aurait été aperçue avant la découverte de la formation.
Aujourd’hui on dénombre plus de 5000 « Crop-Circles » distribués dans plus de 40 pays ! En Europe il s’en crée des dizaines chaque été ! La plupart mesurent quelques dizaines à une centaine de mètres de côté ou de diamètre, cela reste de petites formations à échelle humaine. La plupart ont aujourd’hui disparu car leur durée de vie est limitée à une saison, le temps parfois que le fermier profite financièrement de cette opportunité avant d’effectuer sa moisson et laboure son champ à la fin de l’été (la plupart des « Crop-Circles » apparaissant entre juin et août dans le Hampshire). Certains motifs ont été créés à proximité immédiate de village, de lieu touristique ou d’un centre radar et à l’insu du personnel.
Les « Crop-Circles » sont devenus un phénomène de société étudié comme tel par les scientifiques, mais pas uniquement à ce titre. Dans ce registre, les interprétations suivent la piste de messages codés, voire de documents techniques qui pourraient faire avancer la science humaine.
Le 16 Novembre 1974, un schéma digital encodé avait été émis par le radio télescope d’Arecibo à Puerto Rico. D’une puissance de 20 trillards de watts, l’émission omnidirectionnelle fut dirigée grossièrement en direction de la Voie Lactée à environ 20 000 années-lumière.

La réponse, si elle devait arriver, était attendue 40 000 ans après. Mais le 17 Août 2001, deux images se révèlent sur un champ à proximité d’un radio télescope ! L’image reproduit le schéma émis et la face humanoïde semble suggérer que l’émissaire délivre son identité et sa signature.
Le principe utilisé pour le message envoyé par l’antenne d’Arecibo a été mis à profit pour tenter un décodage de certains signes. Le signal radio envoyé vers l’amas Hercule comportait une information binaire (sous forme d’un petit décalage de fréquence pour les ( » « ), de 1 bits, formant une image de 73 lignes de 23 caractères.
Cette méthode a été reprise pour décoder l’extraordinaire dessin découvert en 2002 près de Winchester, dans le Hampshire. On y voit la tête d’un extraterrestre flanquée d’un disque portant, sur des cercles concentriques, des zones carrées où le blé est abattu.

Le16 Août 2002, sur un champ à environ 5 miles (env. 8 km) de Chibolton une nouvelle formation représentant une silhouette d’alien « gris », dans un rectangle, accompagnée d’un disque assimilable à un CD-Rom. La formation fait 110m sur 70 environ.

Certains y ont vu un message, en affectant la valeur 0 aux céréales couchées et 1 aux zones intactes. Pour les premiers à avoir effectué l’analyse, il ne semble y avoir aucun doute : pour le lire, il faut utiliser le code ASCII (celui de nos ordinateurs. Avec cette correspondance entre caractères et groupes de 8 bits, on obtient un texte en anglais, dont la traduction française est celle-ci :
 » Méfiez-vous de ceux qui apportent de FAUX cadeaux & de leurs PROMESSES NON TENUES.Beaucoup de DOULEUR mais toujours du temps. CROYEZ…Il y a du BON là-haut. Nous nous opposons à la TROMPERIE. FERMETURE de la canalisation  » (Augustin Vidovic, Cercle Zététique).

Mais la lecture du blé couché n’est pas si simple et il existe des variantes, comme :
 » Se méfier des porteurs de FAUX cadeaux et de leurs PROMESSES NON TENUES. Beaucoup de DOULEUR mais encore temps. EELRIJVE. Il y a du BON là-bas. Nous nous Opposons à la FRAUDE. Tuyau FERMETURE (Son de Cloche)  » (Jean Pollion).
On remarque que le mot CROYEZ, c’est-à-dire BELIEVE en anglais, est ici remplacé par EELRIJVE. Ce terme serait un mot ummite, selon l’auteur Jean Pollion (c’est bien sûr un pseudonyme) qui a longuement étudié la langue de ces extraterrestres venus de la planète Ummo (Ummo, de vrais extraterrestres, éditions Aldane, 2003). Nos lecteurs insuffisamment familiarisés avec la fabuleuse épopée des Ummites, venus visiter la Terre entre 1950 et 1991 (ou peut-être sont-ils encore là), pourront facilement se renseigner sur internet. « Crop-Circles 2 » la suite

L’argumentation pour défendre l ‘hypothèse des élementaires de la nature est détaillée sur le site de monsieur Harran et encore mieux sur son livre.( pour bien comprendre le phénomène que je ne peu résumé ici faute de place et de compétence.)

2ème vidéo, source:youtube

Comment se forment les crop circles?

3ème théorie: Era co-adm de ce site,  participant à l’élaboration de cet article a obtenu l’autorisation  de M. Umberto Molinaro, que nous remercions également pour son aimable coopération.

le site web de umberto Molinaro:  http://www.cerclesdanslanuit.com/ 

Auteur  de : Des Cercles dans la nuit

voici à présent son travail et théorie:

Enquête inédite au pays des crop circles

Étude préliminaire sur les agroglyphes en France

1. Phototropisme des céréales
2. Étude préliminaire
3. Suite

L’ensemble de notre analyse vous est présenté dans les lignes suivantes. Cela nécessite un minimum d’explications.
La conductivité est la fonction inverse de la résistivité. Je m’explique : plus un corps est isolant (caractérisé par la résistivité), moins il est conducteur au passage du courant. Et inversement plus il est conducteur et moins il est isolant.
Le Siemens (noté S) est l’unité de mesure de la conducivité.
Le symbole μ correspond à 1 millionième de l’unité. Nos mesures sont effectuées en micro Siemens et notées μS. Par exemple : une mesure de 100 μS correspond à une résistivité de : 1/(100μS)  ou 1/ 0,000 01 = 10 000 Ohms ou aussi noté 10 Kilo ohms (10 KΩ).
Nous n’utiliserons pour notre part que la mesure en μS  pour des raisons de compréhension et de simplicité pour le lecteur. (sauf pour l’étude détaillée de Montélier qui a nécessité un soin  plus important.) Notre but étant de rendre l’étude accessible au plus grand nombre.
L’erreur maximum pour la plus haute valeur est de +/- 1µS.
Nous allons tout d’abord parler de chaque agroglyphe en France et nous terminerons par le petit dernier en date, celui de Montélier (Valence) dont l’étude est la plus détaillée pour les raisons citées plus haut.

Nous regrettons seulement que certains sites internet n’aient pas coopéré à cette étude. Cela nous aurait permis d’avoir des prélèvements sur deux ou trois autres agroglyphes supplémentaires.

(*) Voir notes en fin d’article.

Un vrai faux!: à comparer avec Test champ N°1!

Etude menée sur les effets du micro-onde sur quatre échantillons de terre prélevés dans quatre champs différents:

Etude faite sur deux champs test :

Suit un graphe comparatif en ayant pris soin de mettre au même niveau toutes les valeurs des mesures.
Cela permet de comparer à la même échelle et au même ordre de grandeur.
La valeurs maxi pour chaque cas est portée à 200 μS, l’autre étant recalculée afin d’obtenir le même rapport : Maxi/Mini ou Intérieur/Extérieur.


Cliquez sur l’image ci-dessus pour l’agrandir.

Le Beugnon
Ce site fut découvert par nous-mêmes à la suite de notre enquête sur le terrain à La couarde et la Forêt de l’Hermitain en 2007, afin de vérifier la présence du champ rémanent un an après la formation des deux  agroglyphes. Un habitant d’origine anglaise nous à fait part de la présence d’un agroglyphe fait dans un champ du Beugnon en juillet de la même année. Malheureusement nous sommes arrivés trop tard pour le voir, le champ avait été fauché un ou deux jours auparavant. Nous avons quand même reconstitué, grâce aux tiges coudées restées au raz du sol, la taille de l’agroglyphe qui s’étalait sur 95 mètres de long. Il était constitué d’un grand cercle de 26 mètres de diamètre (selon les dires de l’autochtone) et de trois autres de 3,6 mètres environ (selon nos propres mesures). C’est pourquoi celui-ci n’est référencé nulle part. Nous n’avons pas de photo de la figure, simplement des tiges coudées en grand nombre, et un ressenti intense et merveilleux sur le champ à l’emplacement de l’agroglyphe.

Remerciements à : « Cercles dans la nuit » Site qui nous a permis de réaliser cette analyse par ses nombreux contacts. Les habitués du Forum de « Cercles dans la nuit » sans qui cette étude n’aurait pas été possible. Et surtout pour leur constance, leur patience et leur opiniatreté à réaliser des prélèvements dans les champs concernés. Umberto Molinaro pour son aide et le lien qu’il a créé avec les personnes qui se sont chargées de faire tous ces prélèvements. A l’agriculteur qui, sur Valence, a eu le courage de laisser dans son champ la parcelle concernée encore intacte. Ainsi que la gentillesse et la patience dont il a fait preuve, afin de nous permettre d’effectuer toutes ces mesures.

VOIR SUITE article n° 2: Cliquez ici !

3ème vidéo, source:youtube

Témoignage OVNI dans crop circle

Un habitant logeant pas loin des crops de Waterloo a aperçu la veille un OVNI avec 4 autres témoins alors qu’ils se trouvaient dans le crop en face de la butte du lion.
www.cropcirclewaterloo.be

4ème vidéo, source:youtube

Agroglyphes.fr | Crop-Circles.eu | Une nouvelle approche… de nouvelles réponses !

Les « vrais » agroglyphes (nom français pour les crop-circles) sont de véritables œuvres d’art, magnifiques, toujours renouvelées, réalisées « en un clin d’œil », sans témoins et sans traces de passage au sol. Ils laissent perplexes tous les observateurs.
Le phénomène des agroglyphes est manifestement créé pour interpeller les hommes d’aujourd’hui ! Pourtant la très grande majorité d’entre eux restent ignorants ou incrédules, et sont inconscients des réalités de leur monde !

The « genuine » crop circles are truly works of art,
magnificent, always renewed, made « in a blink of an eye », without witnesses and without passage traces on the ground. They leave every observer perplexed.
The phenomenon of crop circles is clearly created
to call out to mankind of today ! However, the greatest majority of human beings remain ignorant or incredulous, and they are unconscious of the realities of their world .

4éme vidéo

Note de sylv1 adm,

Nous venons de voir ensemble quelques théories, et déjà avec seulement 3 travaux différents et sélectionnés pour vous ici nous nous rendons-compte de la difficulté de la chose si je peux m’exprimer ainsi.

Alors à la fin de cet article des liens complémentaires et encore différents en analyses compléteront cette « documentation » suggérée.


ÉTUDE RÉCAPITULATVE: »analyse »

« points clés »

Parmi ces 3 articles réunis ici, nous avons donc quelques données intéressantes, alors essayons  de réunir les points similaires et opposés.

  1. Première constatation,  nos auteurs remarquent que ces créations sont universelles, mais cependant l’Angleterre est le pays le plus concerné par ces agroglyphes en nombre!
  1. « bis »: – Ils  » s’accordent  » à dire que ce phénomène est ancien, mais surtout prolifère depuis les années 1980,  et devient de plus en plus en plus complexe, de simples cercles, en passant par des figures géométriques et avec 2 cas isolés représentant des visages « humanoïdes ».
  2. Un champ magnétique plus ou moins intense  est soupçonné lors de l’élaboration d’un agroglyphe. Attraction magnétique inhabituelle relevée sur des extraits de plants.
  3. Les méthodes de pliage sont de plus en plus sophistiquées, plusieurs segments reliés par 3 noeuds à des hauteurs différentes, le premier étant près du sol.
  4. Au centre de certains d’entre eux se trouve  une gerbe de tiges restées verticales et celle-ci peut être simple ou parfois enlacée par quelques autres tiges à l’extérieur. D’autres fois le centre peut être marqué par un bouquet de tiges pliées dont les épis ont été rabattus de façon à donner la forme d’un cône. On peut aussi trouver des « petits puits » dans les blés à l’intérieur desquels les tiges ont été assemblées et torsadées pour former comme un paquet central  non pas posé au sol, mais à mi-hauteur des blés environnants.
  5. Modifications de propriétés physiques et biologiques traduisent de façon indiscutable que les techniques mises en oeuvre pour réaliser ces agroglyphes n’ont rien à voir avec les techniques tout à fait rudimentaires utilisées par les hommes- faussaires.
  6. Les résultats sur les anomalies de croissance ont été confirmées par des chercheurs.
  7. Concentration anormale de poussières météoriques « oxydes de fer ». Ces particules existent à l’état naturel dans l’atmosphère mais en très faible concentration. Or, à l’intérieur de certains glyphes, des teneurs jusqu’à plusieurs centaines de fois plus élévées qu’à l’extérieur de la formation, ceci porte à penser que ces particules ont été attirées et concentrées par l’application d’un champ magnétique intense hors de la création de l’agroglyphe.
  8.  Certains « Crop-Circles » ont été associés à l’observation d’un OVNI. On cite par exemple la découverte d’un cercle de 10 m de diamètre aplani de manière spiralée au nord-est des Etats-Unis en 1967, donc deux ans avant la découverte du cercle calciné de Van Horn. Un témoin oculaire aurait aperçu une grande lumière la nuit précédente. En 1972, on découvrit un cercle de 15 m de diamètre également aplani de manière spiralé à Örebro en Suède. Une lumière rouge descendant vers le sol aurait été aperçue avant la découverte de la formation.
  9. Le 16 Novembre 1974, un schéma digital encodé avait été émis par le radio télescope d’Arecibo à Puerto Rico. D’une puissance de 20 trillards de watts, l’émission omnidirectionnelle fut dirigée grossièrement en direction de la Voie Lactée à environ 20 000 années-lumière.La réponse, si elle devait arriver, était attendue 40 000 ans après. Mais le 17 Août 2001, deux images se révèlent sur un champ à proximité d’un radio télescope ! L’image reproduit le schéma émis et la face humanoïde semble suggérer que l’émissaire délivre son identité et sa signature.
  10. Le principe utilisé pour le message envoyé par l’antenne d’Arecibo a été mis à profit pour tenter un décodage de certains signes. Le signal radio envoyé vers l’amas Hercule comportait une information binaire (sous forme d’un petit décalage de fréquence pour les ( » « ), de 1 bits, formant une image de 73 lignes de 23 caractères.
    Cette méthode a été reprise pour décoder l’extraordinaire dessin découvert en 2002 près de Winchester, dans le Hampshire. On y voit la tête d’un extraterrestre flanquée d’un disque portant, sur des cercles concentriques, des zones carrées où le blé est abattu.
  11. Etude menée sur les effets du micro-onde sur quatre échantillons de terre prélevés dans quatre champs différents:

  12. La base des plants « colza, blé,  maïs, froment, orge , était pliée, jamais cassée, froissée ou brûlée  et les fleurs , le cas échéant restées intactes.

  13. Chaleur intense et petites sphérules vitrifiées alors que les plants eux-mêmes n’avaient pas été brûlés.

  14. Les segments des tiges de céréales auraient explosés comme si les sucs de la plante avaient été portés haute température et fait explosés la tige.

  15. Animaux morts,insectes collés sur les tiges , oiseau  comme si le corps avait littéralement explosé et comme si avait été cuit vivant dans un four à micro-ondes , et ailleurs des hérissons desséchés.

  16. Absence de trace de passage au  sol.

  17.  La variété de motifs, depuis que les motifs représentés ne sont plus simplement circulaires ( fin des années 1980), chacun a pu observer une très grande variété de ces motifs, puisque en réalité….il n’y en a jamais eu 2 semblables ! alors que leur complexité continue de croître d’année en année , et que le nombre des agroglyphes  observés est de plusieurs milliers.

  18. Des agroglyphes réalisés en temps record ! en quelques secondes, sans présence visible. (malgré les veilleurs!)

  19.  Allongement des noeuds sur les tiges

  20. teneur en eau diminuée dans ces noeuds.

  21. pouvoir de germination  amélioré de façon significative.( les graines semées donnent des plantes plus fortes et produisent elles- mêmes plus de graines), quand le glyphe a été formé dans une culture arrivée à maturation.

  22.  Sur d’autres échantillons, le pouvoir de germination diminué au contraire ( mais toujours de façon significative par rapport à des échantillons témoins), quand le glyphe a été formé dans une culture jeune.

  23.  D’autres analyses menées tout aussi rigoureusement par des chercheurs scientifiques , ont mis en évidence des modifications étonnantes des propriétés physico-chimiques des sols à l’intérieur des formations.

  24. Développement surprenant de la structure cristalline de certains composants de l’argile prélevée dans le sol de la formation par rapport à des échantillons témoins pris à l’extérieur .

  25. Dépôts étranges d’une poudre blanche  au centre de certaines formations  circulaires aux pays-bas.Cette poudre a été analysée par un laboratoire universitaire d’Amsterdam ,il s’agit d’hydrocarbonate de magnésium.

  26. Les tiges céréales « quand il s’agit d’un champ de céréales bien entendu » sont pliées au niveau des noeuds.( dans la nature ce phénomène existe, il  permet à la plante de se redresser vers la lumière si un coup de vent ou un accident quelconque a couché l’épi vers le sol.)Mais dans un crop-circle, le phénomène est très différent, car se sont tous les épis qui sont pliés suivant la place qu’ils occupent dans le dessin.

  27. En observant bien, vous pouvez voir des petits trous ou des cavités d’expulsion au niveau des noeuds. En effet, quand le crop-circle se produit, il y a un tel dégagement de chaleur en quelques secondes que les tiges trop jeunes et gorgées d’eau, peuvent éclater comme le bouchon d’une cocotte minute. Il faut bien que la vapeur d’eau trouve son chemin  sinon le noeud est simplement gonflé. Le biphysicien américain William. C. Levengood, a fait une très bonne étude sur le sujet. En analysant ces anomalies dans les céréales , les chercheurs ont très vite compris qu’il s’agissait de micro-ondes diffusés par une source lumineuse. Des expériences ont été faites aux ETATS -UNIS, on  sait  reproduire le phénomène en laboratoire ….mais sur des petites quantités de blé.

  28. Les mouches (une dizaine)  étaient coincées avec leur « langue » debout dans une formation à Cherhill ( royaume-uni). Pas une seule mouche morte hors de la formation. »L’analyse en laboratoire n’ a pas trouvé la cause de la mort , mais exclu les pesticides et les champignons.Les mouches ont été touchées par le cercle des décideurs « énergie? » Ont-elles été au mauvais endroit au mauvais moment?? » C e témoignage est tiré du site de Janet Ossebard, il est très explicite surtout lorsque l’on connaît l’effet HUTCHINSON. » voir site Hutchinson »

  29. Au Canada on a découvert dans certains crop-circles des porcs épics écrasés ou plutôt compressés et ne présentant plus qu’une épaisseur de 5 à 10 cm comme s’ils avaient été immobilisés et  avaient du supporter une masse très importante. Dans deux autres cas le pauvre animal a été traîné sur quelques mètres par un objet très massif et toutes ses épines sont alignées dans le même sens que les plants.

  30. Les tiges inclinées à partir de certains noeuds seraient également la preuve d’une influence magnétique sur les céréales. (cette hypothèse est réfutée par une simple contre -expertise sur le terrain par un sceptique.) En effet, des plants similaires présentant cette inclinaison à environ 30 ou 45° de la tige à partir d’un noeud existe également et aléatoirement dans les épis restés intacts en dehors du crop-circle. C’est donc un phénomène banal lié à la croissance des céréales, et sur ce point les agronomes sont unamimes!

  31. Sur plusieurs sites les enquêteurs ont découvert  des grains  de blé « déshydratés et croustillants« , d’autres ou les espaces intercellulaires des plantes étaient dilatés et avaient subi une forte T°, et la plante était brûlée. Ailleurs la germination des plants ou le taux de croissance était altéré ( plus lent de 45% ou plus rapide  de la normale.)Enfin certains sites , les zones ont été aplanies de manière alternée comme on le fait par exemple pour fabriquer un objet en rotin. Dans tous les cas l’effet semble artificiel car il est anormal et requiert l’activité d’un phénomène organisé , stable ,capable de générer une force importante et à grande échelle. Cela ne prouve rien pour autant.

  32. Dans tous les cas on ne trouve jamais d’empreintes de pieds, de traces de compression au sol ou des cultures  ou de dommages  autres qu’un aplatissement de plants de manière bien précise. Pas de traces d’huile non plus, ni de graisse d’outils perdue sur les lieux mis à part les quelques traces de brûlures.

  33. Les cas de déshydratation des graisses sont très localisées, des épiphénomènes sur des épis, comme les effets liés à une éventuelle chaleur ou champ magnétique.

  34. théorie micro-onde : implications électromagnétiques très sophistiquées, notamment la théorie micro-onde ( UHF). Un signal radioélectrique puissant émettant des ondes UHF. Reste à prouver cette hypothèse à grande échelle.

  35. Théorie alternative du docteur Maeden propose des tourbillons de plasma liés à certaines conditions météorologiques, phénomènes qui devraient être de courtes durées mais qui n’ont jamais été vues ni démontrés.

36.Des associations ont réalisé des films au cours de ces simulations révélant qu’il est possible de créer des « crop circle » complexes en l’espace de quelques heures ,même la nuit ,mais il leur manque toujours un détaild’importance, la signature en spirale notamment!

 

Ma conclusion théorique &   subjective , remarques …..

Nous avons vu ensemble sur cet article  3 sources différentes voir un peu plus si l’on ajoute les liens à visionner.

quelques  pistes, orientations demandent j’en conviens une certaine ouverture d’esprit. Cette variété d’études aboutissant quelquefois à des  hypothèses offrent des perspectives qui donneront ainsi du fil à retordre aux explications toutes faites et simplistes .

Chacun peut s’orienter à sa guise vers la théorie qui lui convient, celle qui lui  paraît la plus crédible, correcte, envisageable,  c’est la démocratie.

Cette synthèse d’investigation permet de réunir en un seul article plusieurs études, analyses et d’idées tout simplement.

En aucun cas ces notations proposées ici ont le but de s’imposer comme une vérité absolue, sans détour, je dirais même bien au contraire, une théorie est faite pour être démontée si la contre -théorie est prouvée et meilleure que celle suggérée.Il vous appartient de complèter cet article par vos propres reherches, le but ultime est d’apporter une réponse définitive satisfaisante ne souffrant d’ aucune contestation scientifique, historique et éthique.

La complexité du dossier crop circle incite à la prudence, mais aussi à l’audace et sur ce point les sources figurant sur cet article ont pris leurs responsabilités et nous ne pouvons que nous en réjouir ,car si ces travaux étaient restés au fond de leur tiroir de bureau nous serions limités à des explications rétrogrades et sans aucun intérêt, des hommes ayant effectué des dessins de culture avec des moyens rudimentaires et mécaniques!

Quelques idées se dégagent, certes nous ne pouvons pas encore confirmer une hypothèse plus qu’une autre, mais l’étau se ressere.

suggestions:

  1. êtres élémentaires de la nature,êtres interdimensionnels ?
  2. extraterrestres
  3. programme secret scientifique privé
  4. essais militaires
  5. phénomène naturel pas encore détecté, compris..
  6. phénomène physique, plasma…
  7. phénomène météorologique, atmosphérique
  8. voyageurs spatio-temporels.
  9. . un champ magnétique?

Les pour et contre de mes 9 suggestions:

1. êtres élémentaires de la nature, êtres interdimensionels: 

Le pour, pourquoi pas? l’avantage d’être invisible permet de reproduire au nez et à la barbe des veilleurs et autres instruments de surveillance ces agroglyphes, en plus pas de déplacement pour ces êtres ils sont sur place!

Le contre : ces êtres sont censés nous avertir de prendre soin de la nature et donc de ceux qui y vivent (les animaux et végétaux), le fait d’avoir trouvé des insectes, hérissons, oiseau déroge à la règle, pourquoi?

2.Des extraterrestres:

Le pour:

Un code pour entre-eux , qui ferait un marquage, une traçabilité de leur mission, programme, projet.

Un repère vu en haute altitude, un peu comme  l’être humain a élaboré les phares en mer pour guider nos bâteaux.

le contre:

Je ne vois pas le pourquoi du comment de communiquer ainsi alors que les ordinnateurs et autres téléphones mobiles toucheraient ceux qui veulent atteindre comme nos gouvenements, idem si c’est à la population qu’ils voudraient s’identifier. Sinon ils se montrent en atterrissant en ville comme à Paris , Marseille, Lyon etc… , point barre.

3.programme scientifique privé:

Le pour:

laboratoire naturel mêlé à une technologie innovatrice dans le but de rendre des terres fertiles là ou la culture n’a aucune ou très peu de chance  de se développer, et ainsi espérer règler la famine qui sévit de par le monde et qui guette doucement mais sûrement les pays dits développés, à cause de la pollution,surpopulation….

Le contre:

Budget pharaonique et aléatoire, »donc voire risqué », la deuxième raison pourrait être une sérieux frein pour de tels projets d’expériences

4.Essais militaires:

Le pour:

Les armées ont toujours un cran d’avance qui se situe dans une fourchette comprise entre 20 à 50 ans d’avance.

Tester des armes nouvelles , des antidotes, des parades est le but d’une défense nationale.

La fin justifie les moyens ,en cas de dérapage ou erreur, tout sera nié en bloc, tout au mieux la vérité sera déformée et de toute façon comme pour une mission martiale cela reste dans les dommages collatéraux, sacrifier une vie pour en sauver 10, ou un peuple, une ville pour un pays, un continent, la planète, si la voie est sans issue, la cause « noble ».

Le contre:

Est-ce sérieusement ce type de recherche que ferait l’armée ???

5. phénomène naturel pas encore détecté, compris..

Le pour: 

L’humanité est loin de tout connaître de son environnement intérieur qui plus est  de l’extérieur .

Des éléments rares et naturels auraient ainsi échapper au commun des mortels, tant que le phénomène ne se produit pas.

Le contre:

Au pire , je pense quand même que depuis le temps les crop-circles inexpliqués sont étudiés,  une piste scientifique se dégagerait.

6. phénomène physique, plasma…
Le pour:
La haute température pourrait expliquée en partie le mystère.
Le contre:

Comment un plasma peut faire de la déco?

7. phénomène météorologique, atmosphérique:
Le pour:
le vent, les variations de températures.
Le contre:
Comme pour le plasma, un coup de vent, de chaleur ou tout ce que vous voulez que cela fasse des cercles o.k, mais des visages humanoïdes? faut pas quand même pas pousser mémé!
  • 8. voyageurs spatio-temporels:
  • Le pour:
  • Avertir l’humanité que reculer la nature est risquée, manipuler l’atome à tout va ,sans le maîtiser est sans doute déraisonnable.
  • Le fait de nous prévenir par code avec d éventuels apparitions  O.V.N.I.S » qui seraient leurs machines ou vaisseaux », est la seule chose qu’ils peuvent faire afin de ne pas perturber l’histoire de l’humanité et laisser notre indépendance et apprendre de nos erreurs.
  • Le contre:
  • Le temps est inventé par l’être humain afin d’avoir des repères , alors de ce point de vue exit toute notion de voyageurs du temps!
  • 9  champ magnétique?
  • Le pour:
  • pliage des plants sans cassure sans doute et le fait que ceci ne se voit pas.
  • Le contre:
  • un champ magnétique faire de la géométrie et des portraits??

Voila donc mes petites remarques et suggestions , il se peut que je me trompe ou que je sois incomplet, c’est pratiquement certain, mais ces indications complètent cet article qui doit servir avant tout aux spécialistes et éventuellement les aider dans leurs travaux.

Pour le public spectateur ce billet blog doit ouvrir les yeux sur le fait que la vérité n’est parfois pas aussi simple et  banale que certains le prétendent. Seuls des efforts dans la recherche , le regroupement des faits, l’ analyse des points obscurs autorise une interprétation convenable mais discutable tant que l’énigme, le doute subsiste.

5éme vidéo ( source médiathèque et index ufologique et spatial)

Remerciements à:

D. Harran,

U. Molinaro,

F. Weissmuller,

et aux sites et créateurs des vidéos mises en ligne sur youtube et reprises ici pour agrémenter cet article.

Remerciement à Era co-administratrice de ce site pour avoir réalisé le diaporama spécial médiathèque et index ufologique et spatial, puis pour avoir obtenu l’autorisation de monsieur Molinaro.

Puis aux visiteurs de plus en plus nombreux sur nos sites Aréa 51, ufoetscience et la médiathèque et index ufologique et spatial.

Liens externe:d’autres alternatives pour complèter vos recherches, votre savoir….

http://ecoutelaterre.fr/

http://www.crop-circles.eu/

http://www.cerclesdanslanuit.com/dossier_scientifique_1.php

http://secretovni.e-monsite.com/rubrique,dossiers-crop-circle,193849.html

http://www.raceovni.com/crbst_21.html

http://fr.wikipedia.org/wiki/Cercle_de_culture

NOTA: Cette synthèse,ces présentations ne peuvent être que fragmentaires, et donc ne peuvent pas refléter fidélement les théories. Il convient à vous de les explorer  à fond  en vous rendant sur les sites et sources mis en avant sur cet article.

Publicités

A paraître prochainement sur la Médiathèque : Crop-Circles : synthèse d’investigation

A paraître prochainement sur la Médiathèque : Crop-Circles : synthèse d’investigation

 

A paraître prochainement sur la Médiathèque : Crop-Circles : synthèse d’investigation

Derniers signalements de crop-circles en Angleterre

Trois crop-circles ont récemment été découverts au Royaume Uni au Whiltshire et au Lincolnshire
18 juillet : Overton Down près d’Avebury au Wiltshire.

La suite:

Crop-Circles Vidéos en 3 parties

Des ondes dans les crop circles.

Source : Des cercles dans la nuit

Un article  de Monsieur Umberto Molinaro

Encore une année riche en crop circles, et pas seulement en Angleterre, le phénomène est cependant toujours concentré dans la région de Stonehenge et d’Avebury.

Paradoxalement, chaque année, les explications semblent de plus en plus complexes. Hé oui ! Nous pourrions facilement croire qu’en étudiant les agroglyphes, ceux-ci nous délivreraient leurs secrets une fois pour toute. Ce n’est pas le cas et les « crop circles makers » qui travaillent pendant de longues heures avec leurs planches sont de plus en plus doués, de mieux en mieux informés et capables de reproduire certaines caractéristiques subtiles que l’on attribuait autrefois aux authentiques crop circles.

Cette étude portant l’accent sur les différentes formes d’anomalies que l’on trouve dans les crop circles, met en évidence l’existence d’un type d’onde particulier encore peu connu mais qui expliquerait, sans pour autant les banaliser, bien des mystères. Sans les connaître de façon scientifique, les hommes connaissent certaines propriétés de ces ondes depuis la nuit des temps et leur ont attribué des pouvoirs divins. On sait aussi que les ondes se manifestent par des formes, notamment géométriques. Voir la résonance de Chladni.

Poudre blanche sur une plaque métallique en vibration

Résonance de Chladni : Poudre blanche sur une plaque métallique en vibration.

Vidéo sur la résonance de Chladni

resonance de Chladni

Résonance de Chladni

La forme est induite par la vibration.

Voici une vidéo très intéressante qui met en évidence que ces crop circles ne sont pas d’origine humaine.

1- La géomètrie :

C’est grâce à la symbolique et à la beauté de la géométrie sacrée que l’on peut encore percevoir la différence entre les fabrications mécaniques humaines et les formations originales. Cependant les principes sont repris par les hoaxers d’année en année.

D’autre part dans un véritable agroglyphe, les tracés régulateurs font apparaître des lois particulières comme celle de l’interrelation entre chaque élément géométrique. En effet même des figures très complexes, comme le Papillon de 2007 ou la Spider Web de 1994, nous dévoilent que l’origine du crop circle est un cercle à partir duquel tout le tracé se développe de façon harmonieuse et subtile. Rien n’est laissé au hasard, tout est synchronicité, résultante liée au sens global.

A cette complexité rigoureuse portée par la symbolique, viennent se greffer d’autres systèmes de lecture comme la numérologie et les subtilités liées aux fractales. C’est dans une vision holistique que les liens entre les mondes s’enracinent pour former cette structure universelle, si particulière aux crop circles.

Dessin du cocon

Dessin du cocon. C’est à partir du tracé de la chenille que l’on pourra dessiner les ailes de papillon.

Dessin du papillon

Tracé du papillon crop circle apparu en 2007, symbole de la transformation inéluctable de l’humanité.

Dans le wiltshire en Angleterre

Tracé de la Spider Web,

Tracé de la Spider Web, toile d’araignée ou fil d’Ariane qui permet à l’humanité de sortir et de se sauver du labyrinthe virtuel et mortiphère dirigé par le « Minotaure »

2- Des énergies Supranaturelles :

Cette année, j’ai pu faire l’expérience aussi bien en Angleterre qu’en France, de ces énergies particulièrement présentes dans les crop circles, que je qualifie de supranaturelles car elles ne font pas encore partie de notre quotidien, de façon consciente. Là encore, nous pourrons faire la différence entre les authentiques agroglyphes et les cercles fabriqués de mains d’homme qui alimentent la désinformation sous toutes ses formes.

Comment peut-on se rendre compte de la présence de ces ondes ? Depuis une dizaine d’années que j’étudie ce phénomène, j’ai pu noter les incidences de celles-ci sur la nature, sur les appareils sensibles ou sur les êtres humains. Grâce au travail d’un de mes amis, physicien, nous commençons à cerner ce type d’ondes, et à mettre en évidence son existence.

Crop circle 2009 dans le Wiltshire

Photo umberto molinaro . Crop circle 2009 dans le Wiltshire

3 – Anomalies dans les cercles

A – Des anomalies physiques :

Les premières hypothèses concernant les anomalies trouvées dans les crop circles ont été l’occasion d’évoquer les micro-ondes. Or après de multiples expériences on s’aperçoit que cette idée ne tient pas. Il s’agit d’ondes beaucoup plus complexes mises en évidence au début du siècle par Nicola Tesla.

Voici quelques aspects qui accréditent notre approche.

Au préalable, il faut noter que nous ne trouvons pas forcément toujours les mêmes anomalies et les mêmes particularités dans tous les cercles, pour ces raisons précises, nous ne généraliserons pas.

A l’intérieur des crop circles on remarque que :

– Les tiges ne sont pas cassées mais pliées.

– Les noeuds des tiges sont coudés et étirés exagérément sans que l’on puisse parler ni d’héliotropisme ni de phototropisme.

– Les noeuds des tiges sont percés ou éclatés de l’intérieur.

– De fines herbes sont parfois recroquevillées et emmêlées comme les cheveux que l’on approche d’une flamme.

– Certaines tiges sont entortillées.

– Des mouches sont collées par leur trompe sur des tiges de céréale, sans que cela soit une maladie ou le champignon Entomophtora muscae.

– Des dépôts de silice peuvent être retrouvés au centre d’un crop circle ainsi que tes taux considérables de poussière de fer. Ces ondes ont la particularité de recréer de la matière. Voici un petit exemple qui n’a rien à voir avec le phénomène mais qui illustre cela : La rosée du matin est constituée de petites gouttelettes d’eau venues de nulle part – on explique cela par la condensation tout simplement.

Crop circle 2009 dans le wiltshire

Photo umberto molinaro . Crop circle 2009 dans le wiltshire

B – Des anomalies électromagnétiques sur les appareils :

Voici quelques étrangetés auxquelles j’ai moi-même été confronté :

– La boussole a perdu le Nord. Après une visite dans un crop circle, elle n’indique plus la bonne direction.

– Le GPS n’indique plus la route, la flèche se porte au milieu du crop circle dans le champ et revient à sa bonne position au bout de cinq kilomètres, à l’aller comme au retour.

– Des appareils photo sont détraqués.

– Des pollutions hertziennes se manifestent pendant des enregistrements par microphone, ou sur des films.

– Des couleurs disparaissent soudainement en plein milieu d’un film, au moment ou la caméra passe à certains endroits du crop circle.

– Anomalies lumineuses, dédoublements, flous ponctuels sur les photographies.

– Carte bancaire inutilisable après une visite dans un crop circle, disparition d’un fichier clients dans un ordinateur.

Crop circle 2009

Crop circle 2009

C – Phénomènes lumineux :

– Bien des témoins ont aperçu des boules lumineuses ou entendu des sifflements et des crépitements avant l’apparition d’un agroglyphe.

– D’étranges signes lumineux sont apparus sur les photos sous forme de boules en mouvement très rapide. Ces phénomènes étranges ont été visibles aussi lors de conférences sur les crop circles.

– L’armée est capable de détecter les crop circles avec des caméras thermiques car on peut apercevoir des lumières au dessus du champ 24 heures avant l’apparition des dessins. L’émergence de ces ondes est accompagnée de ce phénomène lumineux invisible à nos yeux mais détectables avec ces caméras.

D – Traces laissées dans les champs et influences diverses:

– J’ai observé que la terre à l’intérieur des agroglyphes n’était plus tout à fait identique à la terre à l’extérieur des cercles, des analyses l’ont aussi confirmées et cela sur différents points.

– Nous avons parlé de ces anomalies que l’on appellera « fantômes ». En effet après la moisson et le labour, les traces du crop circle réapparaissent.

– Soit parce que la terre à l’intérieur de l’agroglyphe est meilleure pour la nouvelle culture et dans ce cas la forme du crop circle de l’année précédente se dévoile car les plants poussent mieux à cet endroit. Soit, inversement, la terre est moins adaptée à ce genre de culture là, et la forme du crop circle apparaît alors en négatif.

– Des graines recueillies à l’intérieur des crop circles ont été étudiées, elles se développent plus vite que les semences ordinaires. D’autre part les souris font la différence, elles attaqueront et grignoteront plus volontiers les graines ramassées en dehors du crop circle laissant les autres de côté.

– L’inverse peut arriver, si la formation est apparue très tôt, l’influence sur les graines sera néfaste – manque de maturité – et celles-ci ne se développeront pas.

– La neige réagit aussi de deux façons mettant en évidence la trace des crop circles. En effet : Soit elle fond à l’endroit où se trouvait la figure, car la terre n’a plus les mêmes caractéristiques soit elle fond d’abord à l’extérieur du crop circle. Dans les deux cas, la trace de l’agroglyphe est visible et témoigne de l’efficience des ondes scalaires.

– Ces ondes ont aussi une influence sur la pluie, ce qui expliquerait des déformations ou des trous dans les nuages remarqués au dessus de certains crop circles et le fait mystérieux que des personnes à l’intérieur d’un agroglyphe n’aient pas été mouillées alors qu’il avait plu sur le secteur.

La neige a fondu plus vite sur les traces du crop circle

La neige a fondu plus vite sur les traces du crop circle ; Photo de Eltjo Haselhoff

E – Influence biologique sur les humains :

C’est là un des points qui nous semble des plus intéressants. Des expériences ont été faites en Angleterre et j’ai moi même remarqué ces phénomènes en France et j’en parle dans mon premier livre qui a été publié en 2006.

– Dans un crop circle les personnes sensitives ressentent les énergies différentes d’un endroit à un autre, celles-ci sont très souvent plus élevées au coeur de la formation. A ces ressentis sont associés de multiples effets physiologiques et physiques. D’une façon générale, on peut dire que les visiteurs se sentent très bien dans un crop circle, mais parfois l’énergie est telle que certains ressentent des migraines ou des pressions et des bouffées de chaleur au niveau du plexus et de la gorge – qui correspond au chakra du coeur. La liste est très longue, certaines personnes ressentent des picotements dans les mains, dans les jambes, le long de la colonne vertébrale, et nombreux sont ceux qui ressentent de la chaleur …

– Bien entendu l’inverse existe, des personnes peuvent ressentir des angoisses, des palpitations, de la fatigue. Tout cela s’explique car les ondes qui agissent, contiennent des informations du même type que celles émises par des guérisseurs ou magnétiseurs. Il faut savoir que ces énergies qui vont dans le sens de l’amélioration de la vie auront des répercutions sur les individus en fonction de leur état d’être du moment. Ainsi certains sortiront de l’agroglyphe avec une sensation de bien être intense, d’harmonie et de paix, d’autres se sentiront bouleversés. Jadis on célébrait le culte de la fertilité autour des pierres levées et de nombreux dolmens, comme la Pierre des Fiévres du Puy en Velay, ont permis aux hommes de s’harmoniser. Certains y retrouvaient la guérison et il n’a échappé à personne que les ondes émanant de ces lieux agissaient sur la libido. J’ai de multiples exemples et j’ai donc pu observer les mêmes propriétés dans les agroglyphes. Dans une étude (faite sous la forme d’un questionnaire) de Lucy Pringle, un homme a déclaré avoir eu « une érection pendant près de 48 heures après avoir visité un crop circle ». Vous comprendrez ainsi aisément pourquoi l’Eglise s’en est prise à ces cultes de la nature.

– Bien entendu certaines personnes peuvent être mal à l’aise car l’évolution ou tout simplement la guérison d’un certain déséquilibre entraîne inévitablement une remise en question, des changements d’habitudes ou une autre façon de voir.

– Ces ondes agissent sur nos corps subtiles, énergétique et spirituel, et sur notre corps physique. Je n’ai ici cité que quelques points, car les répercutions sur le développement des hormones entraînent de multiples réactions bénéfiques. Les glandes du système endocrinien sont stimulées dans les agroglyphes :

– Glande Pituitaire, Hypothalamus, Glande Thyroïde, Glande Pinéale etc…

Méditation dans un crop circle

Photo Eric du 24

F – Approche holistique:

Il est donc évident que les états de relaxation, de méditation, d’introspection sont plus facilement accessibles et plus profonds dans les crop circles et cela explique pourquoi ceux qui ont fait l’expérience des vrais agroglyphes y retournent dès qu’ils le peuvent. La joie est présente dans les cercles et ce n’est pas un effet du New Age ou d’une hallucination collective. Les ondes dont je vous parle touchent au mystère. Mais pour ceux qui en font l’expérience elles peuvent réveiller des états d’âme et on se sent plus proche des grandes traditions où l’homme était relié ou plus prés de la Source.

Voir l’héritage des Druides ou des moines Bouddhistes. Ces ondes étaient certainement utilisées par les Indiens pour attirer la pluie ou par les Maîtres qui soignaient par imposition des mains. On peut aussi penser qu’elles sont à l’origine des traces de brûlures dans les fibres du tissu faisant ainsi apparaître le visage et le corps du Christ dans le Suaire de Turin. Quelques individus peuvent plier du métal à distance, fusion à froid comme dans les crop circles, il y a tant de mystères qui trouveront un jour un écho à travers une vision globale du monde. La force psychique de l’homme n’est donc pas étrangère à ces phénomènes.

G – Synergie, ondes de forme et courants telluriques.

Même de faux crop circles peuvent contribuer à l’enthousiasme des visiteurs car dans un agroglyphe il est possible de trouver comme dans certaines églises romanes des points très forts :

– Les lignes telluriques : Une grande partie des cercles apparus en Angleterre, sont sur des lignes telluriques « Marie ou St Michel ». C’est pour une raison précise que bien des sites mégalithiques se trouvent à proximité ou sur des lignes sacrées.

– Les ondes de forme que représentent ces immenses mandalas ont un impact indéniable sur le lieu et sur les hommes. Il y a bien longtemps que les triskèles et les roses ou fleurs de vie sont utilisés ainsi que le Nombre d’Or et la géométrie sacrée, pour élever le taux vibratoire des cathédrales.

– La radionique, l’intention des « circle makers », les égrégores de pensées positives, la résonance s’ajoutent à ces ondes et ces réseaux d’énergie dans ces agroglyphes. Les visiteurs ont alors les sensations de bien être dont nous avons parlé ci-dessus.

– Ceux qui sont allés sur un authentique crop circle sauront faire la différence, mais il faut avouer que c’est de plus en plus difficile. Qu’à cela ne tienne, le plus important dans l’histoire des crop circles c’est l’ouverture de conscience qu’il suscite et qui se produit à l’intérieur de chacun d’entre nous.

Crop circle

Voir les autres articles :

http://www.cerclesdanslanuit.com/geometrie-sacree.php

Étude préliminaire sur les agroglyphes en France

Source : Des cercles dans la nuit

Avec l’aimable autorisation de Monsieur Umberto Molinaro

Phototropisme des céréales (Orientation des végétaux par rapport à la lumière).

Vous devez vous douter qu’il y a parfois de faux crop circles. Bien sûr les mystificateurs existent. Pourquoi ? Il y a plusieurs raisons.
Certains le font pour faire un coup de pub, pour un journal ou une radio par exemple.
D’autres le font pour expérimenter et montrer que « c’est faisable ».
Il y a aussi ceux qui veulent créer le doute… c’est de la désinformation.
Puis certains « mystiques » qui tentent sincèrement de poursuivre l’œuvre réalisé, et réussissent à faire certains crop circles intéressants. C’est aussi le goût de l’aventure qui les pousse vers cette expression artistique.

Alors  parfois on peut se faire « avoir ». Mais je peux vous assurer que le crop circle apparu en France à Amilly et celui qui fit face au Lion de Waterloo en Belgique sont de vrais phénomènes non encore identifiés par la Science. Comme je vous l’ai déjà dit dans l’article sur « Waterloo », je ne suis pas convaincu par le deuxième crop circle, en forme de deux cœurs apparu peu après.

Voici comment vous pouvez vous faire une première petite idée.

Il vous faut connaître un peu le phénomène qui se déroule très rapidement. Parfois tout peut se jouer en quelques secondes.

Les tiges des céréales (quand il s’agit d’un champ de céréales bien entendu) sont pliées au niveau des nœuds. Dans la nature ce phénomène existe, il permet à la plante de se redresser vers la lumière si un coup de vent ou un accident quelconque a couché l’épi vers le sol. Mais dans un crop circle, le phénomène est très différent, car ce sont tous les épis qui sont pliés suivant la place qu’ils occupent dans le dessin.

blés coudés

Exemple

Si nous prenons le cas simple d’un cercle, les tiges seront coudées selon un angle de 80° quand elles se trouvent à la circonférence. Si on se rapproche du centre du crop circle, les angles sont différents. Cela s’explique ainsi :

Imaginez un boule de force énergétique au dessus du champ, en un premier temps les épis vont se tourner vers cette source, ils vont être étirés et coudés et l’angle sera plus ouvert à mesure que l’on approchera du centre. Par contre la force d’attraction étant plus grande à mesure que l’on avance vers le centre, les nœuds seront plus étirés, plus déformés.

Une fois les blés coudés, l’ensemble est alors brossé, le dessin apparaît … les blés sont pliés ou torsadés à la base sans être cassés. Pas mal, non ! Allez voir si les hommes sont capables d’une telle prouesse avec leurs petites planches.

blés coudés
Céréales provenant du Crop circle de Waterloo en face de la Butte au Lion.
blés coudés

Vous pouvez essayer de plier les tiges au niveau des nœuds… elles casseront toutes. Il n’y a qu’une méthode.

Attendre que les blés couchés se redressent naturellement. Il faut alors beaucoup de temps, c’est le phototropisme.

Si vous observez bien, vous pouvez voir des petits trous ou des cavités d’expulsion au niveau des nœuds. En effet, quand le crop circle se produit, il y a un tel dégagement de chaleur en quelques nanosecondes que les tiges trop jeunes et gorgées d’eau, peuvent éclater…comme le bouchon d’une cocotte minute. Il faut bien que la vapeur d’eau trouve son chemin. Sinon le nœud est simplement gonflés. Vous trouverez différents cas de figures suivant les conditions dans lesquelles ont lieu ces phénomènes.

blés coudésnoeuds gonflés

Le biophysicien américain, William.C.Levengood, a fait une très bonne étude sur le sujet.

En analysant ces anomalies dans les céréales, les chercheurs ont très vite compris qu’il s’agissait de micro-ondes diffusées par une source lumineuse. Des expériences ont été faites aux Etats-Unis, on sait reproduire le phénomène en laboratoire… mais sur de petites quantités de blé.

Dans l’avenir l’homme possèdera peut être la technique, mais on n’y est pas encore. Affaire à suivre…

grains de maïs

Étude préliminaire sur les agroglyphes en France

L’ensemble de notre analyse vous est présenté dans les lignes suivantes. Cela nécessite un minimum d’explications.
La conductivité est la fonction inverse de la résistivité. Je m’explique : plus un corps est isolant (caractérisé par la résistivité), moins il est conducteur au passage du courant. Et inversement plus il est conducteur et moins il est isolant.
Le Siemens (noté S) est l’unité de mesure de la conducivité.
Le symbole μ correspond à 1 millionième de l’unité. Nos mesures sont effectuées en micro Siemens et notées μS. Par exemple : une mesure de 100 μS correspond à une résistivité de : 1/(100μS)  ou 1/ 0,000 01 = 10 000 Ohms ou aussi noté 10 Kilo ohms (10 KΩ).
Nous n’utiliserons pour notre part que la mesure en μS  pour des raisons de compréhension et de simplicité pour le lecteur. (sauf pour l’étude détaillée de Montélier qui a nécessité un soin  plus important.) Notre but étant de rendre l’étude accessible au plus grand nombre.
L’erreur maximum pour la plus haute valeur est de +/- 1µS.
Nous allons tout d’abord parler de chaque agroglyphe en France et nous terminerons par le petit dernier en date, celui de Montélier (Valence) dont l’étude est la plus détaillée pour les raisons citées plus haut.

Nous regrettons seulement que certains sites internet n’aient pas coopéré à cette étude. Cela nous aurait permis d’avoir des prélèvements sur deux ou trois autres agroglyphes supplémentaires.

(*) Voir notes en fin d’article.

Un vrai faux!: à comparer avec Test champ N°1!

Etude menée sur les effets du micro-onde sur quatre échantillons de terre prélevés dans quatre champs différents:

Etude faite sur deux champs test :

Suit un graphe comparatif en ayant pris soin de mettre au même niveau toutes les valeurs des mesures.
Cela permet de comparer à la même échelle et au même ordre de grandeur.
La valeurs maxi pour chaque cas est portée à 200 μS, l’autre étant recalculée afin d’obtenir le même rapport : Maxi/Mini ou Intérieur/Extérieur.


Cliquez sur l’image ci-dessus pour l’agrandir.

Le Beugnon
Ce site fut découvert par nous-mêmes à la suite de notre enquête sur le terrain à La couarde et la Forêt de l’Hermitain en 2007, afin de vérifier la présence du champ rémanent un an après la formation des deux  agroglyphes. Un habitant d’origine anglaise nous à fait part de la présence d’un agroglyphe fait dans un champ du Beugnon en juillet de la même année. Malheureusement nous sommes arrivés trop tard pour le voir, le champ avait été fauché un ou deux jours auparavant. Nous avons quand même reconstitué, grâce aux tiges coudées restées au raz du sol, la taille de l’agroglyphe qui s’étalait sur 95 mètres de long. Il était constitué d’un grand cercle de 26 mètres de diamètre (selon les dires de l’autochtone) et de trois autres de 3,6 mètres environ (selon nos propres mesures). C’est pourquoi celui-ci n’est référencé nulle part. Nous n’avons pas de photo de la figure, simplement des tiges coudées en grand nombre, et un ressenti intense et merveilleux sur le champ à l’emplacement de l’agroglyphe.

Remerciements à : « Cercles dans la nuit » Site qui nous a permis de réaliser cette analyse par ses nombreux contacts. Les habitués du Forum de « Cercles dans la nuit » sans qui cette étude n’aurait pas été possible. Et surtout pour leur constance, leur patience et leur opiniatreté à réaliser des prélèvements dans les champs concernés. Umberto Molinaro pour son aide et le lien qu’il a créé avec les personnes qui se sont chargées de faire tous ces prélèvements. A l’agriculteur qui, sur Valence, a eu le courage de laisser dans son champ la parcelle concernée encore intacte. Ainsi que la gentillesse et la patience dont il a fait preuve, afin de nous permettre d’effectuer toutes ces mesures.

Déceler les falsifications

Ce que les radiesthésistes ou les géobiologues ont pu mesurer ou ressentir dans ces agroglyphes peut donc être corroboré par des études scientifiques dont le principe est assez simple. Vous avez bien compris qu’à partir du moment ou le résistivité mesurée au milieu d’un crop circle est significativement différente de celle relevée dans le reste du champ, il y a là manifestement un phénomène que l’homme ne peut reproduire.

Maintenant nous nous gardons bien de tout expliquer car il est facile de comprendre à la lumière de ce travail que la désinformation et la « falsification » de certains sites notamment celui de Hesse, ne peuvent plus passer inaperçues. Cependant, dans cette course vers la lumière ou vers l’ombre, vous vous doutez bien que chaque progrès dans un sens amène une réponse dans l’autre. Il est envisageable que les pistes puissent être brouillées par des produits chimiques. Si vous voulez en savoir plus sur le crop circle de Hesse, lisez le livre « En Quête de Lumière ».

Quelle technologie pour les agroglyphes?

Cette démonstration s’appuie sur des témoignages qui sont issues de sites comme B.L.T., ou celui de Janet Ossebaard, ainsi que sur les découvertes de divers chercheurs comme Hutchinson, et S de Chaudun (holodynamique quantique), et divers autres qui ne veulent être cités, ces découvertes corroborant les faits et les témoignages sur lesquels nous allons nous appuyer pour expliquer ce phénomène.

Les Mouches mortes

« En 1998, j’ai découvert des dizaines de mouches mortes dans une formation à CHERHILL (Royaume-Uni).
Les mouches étaient coincées avec leur «langue» dans les tiges debout dans la formation, et ont ainsi trouvé la mort. Je n’ai pas trouvé une seule mouche morte hors de la formation. L’analyse en laboratoire n’a pas trouvé la cause de la mort, mais exclu les pesticides et les champignons. Les mouches ont été touchées par le Cercle des décideurs «énergie»? Ont-elles été « au mauvais endroit au mauvais moment…? ».

Ce témoignage est tiré du site de Janet Ossebaard. Il est très explicite surtout lorsque l’on connaît l’effet Hutchinson (voir le site du même nom -Hutchinson).

http://quanthomme.free.fr/energielibre/convertisseurs/SPM2.htm
La fusion de matériaux dissemblables tels le métal et le bois, comme on la voit dépeinte dans le film « /Philadelphie Experiment/ » est très remarquable et indique clairement que l’effet Hutchison a une influence puissante sur les forces de Van der Waals.
Dans une contradiction saisissante et confondante, des substances dissemblables peuvent simplement s’assembler, cependant les substances individuelles ne se dissocient pas. Un bloc de bois peut simplement s’enfoncer dans une barre de métal, cependant ni la barre métallique ni le bloc de bois ne se désagrègent.
Il n’y a aussi aucune preuve de déplacement de volume comme en produirait par exemple une pierre plongée dans une cuvette d’eau.
Le réchauffement anormal de métal sans une quelconque preuve de brûlure ou mise à feu des matériaux voisins (en général du bois) montre nettement que la nature de cette chaleur puisse ne pas être totalement comprise.
Ceci a des implications d’une grande portée dans la thermodynamique qui dépend entièrement de la présomption d’une telle connaissance.
On pourrait remarquer que toute la thermodynamique est représentée par la partie infrarouge du spectre électromagnétique qui est insignifiante dans un contexte de 0 Hz à l’infini Hz.
Le réchauffement anormal présenté par l’effet Hutchison montre bien qu’il y a beaucoup à apprendre, particulièrement là où se rencontrent l’électromagnétisme et la thermodynamique.
Ce chercheur est capable, grâce à un type d’ondes très particulières, nous en parlerons par la suite, de produire ce genre de phénomène.
Il arrive à inclure du bois dans du métal devenu liquide sans élévation de température, ce métal n’est pas du plomb et possède un point de fusion bien plus élevé!
Et le bois inclus n’est pas brûlé.
On peut donc imaginer que ce type d’onde a piégé la trompe de ces mouches dans les épis de blé et qu’elles sont mortes d’épuisement sans pouvoir s’arracher du plant dans lequel elles sont restées prisonnières.

Les noeuds des tiges nous parlent.

La présence de ces ondes particulières expliqueraient aussi le fait que dans certains crop circles les tiges sont toutes coudées, respectant des angles précis selon la situation des céréales. On trouve aussi des crop circles à l’intérieur desquels toutes les tiges des plantes sont explosées de l’intérieur ou perforées.
Voyez tous ces exemples qui proviennent des agroglyphes que l’on a visité en France et en Belgique : Saraltroff, Marly, Waterloo, et Amilly.

noeuds

Les images fantômes

Exemple 1:
Juillet 1999: cette formation à Barbury Castle apparue dans le blé.
Automne 1999 : l’agriculteur laboure. Aucune trace ne reste de la formation.

Printemps 2000 : l’agriculteur sème de nouvelles cultures: de l’orge.
Été 2000 : cette nouvelle culture montre clairement le «fantôme» de l’agroglyphe de l’année précédente.

La cause : l’orge qui pousse sur l’endroit où la formation est apparue l’année précédente, se développe plus rapidement que les «contrôles» (c’est-à-dire que les plantes normales dans le reste du terrain). Les plantes dans le fantôme sont plus écologiques, plus fortes et plus fraîches.

Cela ne peut être expliqué par les graines des plantes de l’agroglyphe en 1999 qui auraient été piétinées et auraient repoussé, puisque celles en cause sont complètement différentes! La seule explication possible est que la composition du sol a également été modifiée par l’apport d’énergie.

Exemple 2 :

Juin 2000 : cette formation apparaît à Silbury Hill.
Automne 2000 : l’agriculteur récolte et laboure le terrain. Aucune trace ne reste de la formation.
Printemps 2001 : l’agriculteur sème la nouvelle récolte.
Eté 2001 : cette nouvelle culture montre clairement le «fantôme» de la formation de l’année précédente:

La cause : les graines qui ont été semées sur le lieu où la formation est apparue l’année précédente, germent avec peine. L’agriculteur déclare qu’il n’a jamais vu cela auparavant dans son champ. Il n’a tout simplement aucune explication …

La cause de ces phénomènes est liée au type d’ondes utilisées. La terre, nous l’avons vue dans l’étude précédente, reste marquée pendant plus d’un an. Les effets sont donc parfaitement visibles sur les cultures de l’année suivante. Et bien plus que cela, en fonction du type d’onde et donc de la signature, la terre est soit plus résistive ou au contraire moins résistive. Le résultat est dans le même ordre une culture poussant plus vite ou moins vite, d’où l’image fantôme dans la culture l’année d’après.

Les travaux d’un autre chercheur, travaillant dans le domaine de la thérapie, reconnaît très bien les effets de ces ondes utilisées sur le vivant. « Sur le végétal, il est possible d’agir sur la croissance ou au contraire
sur le retard de croissance des plantes. »

Parfois, la neige ne fond pas

sur un endroit où un agroglyphe a été formé plusieurs mois auparavant. Il se produit également que la neige disparaît plus vite lorsqu’un agroglyphe a été formé auparavant, comme si le sol était à quelques degrés plus chaud que la normale ..Hoeven, Décembre 1996 Cela s’explique par les recherches d’un inventeur dont nous ne citerons pas le nom par discrétion. Il utilise ce type d’ondes très particulière pour assécher des bâtiments qui sont la proie de remontées capillaires ou d’humidité ascensionnelle.
Nous le citons : « Ce type d’onde pousse la molécule d’eau en phase vapeur et régule ainsi l’hygrométrie du terrain. C’est ainsi que l’on peut voir des figures dans la neige qui disparaît plus ou moins vite selon le type d’onde utilisé. Retraçant ainsi les agroglyphes de la saison passée ».

Les phénomènes atmosphériques

Dans certains cas, quelque chose d’intéressant se produit au-dessus des formations. Un bel exemple en est ce petit et très localisé arc-en-ciel juste au-dessus d’une formation à Hoeven (NL) en 2002. En 1998, un groupe de chercheurs d’agroglyphe assistent à un événement spectaculaire dans les nuages au-dessus et à l’est d’Alton Barnes (Royaume-Uni). Au cours du lever de soleil au solstice d’hiver, une «formation de nuages » est apparu au-dessus du champ où, plusieurs mois auparavant, un beau polygone à 7 côtés a été trouvé. Une forme en V est descendue du ciel, simplement suspendue pendant environ une demi-heure, puis est remontée se fondre avec la couverture nuageuse …

En voici la formation apparue sur le terrain plusieurs mois auparavant (1998)

« Ces phénomènes atmosphériques sont toujours liés à ce type d’onde. Elles agissent sur l’hygrométrie de l’air. Il faut savoir que le champs d’onde peut rester en place pendant plusieurs années. »
C’est ce que nous déclare ce chercheur en voyant ce type de photos. Pour lui, c’est l’évidence, qui ressort des années de pratique sur ce type d’ondes. Il nous cite en exemple les travaux de Wilheim Reich et de l’orgone ( le même type d’ondes d’après lui). Nous citons : « Il était capable de faire des trous dans les
nuages avec ses émetteurs à orgone!!! ». Tous ces phénomènes, témoignages, photos etc … nous amènent à une seule cause. Comme un faisceau de présomption dans une enquête criminelle menée par un département scientifique.
La cause, nous allons l’expliciter dans les lignes suivantes.

Mais quel est donc ce type d’ondes ?

Nous avons cherché longtemps avant de comprendre de quelle sorte d’onde il s’agissait. Après plusieurs conversations, un mot est lâché : les mystérieuses ondes scalaires. Il existe deux types d’ondes scalaires : les longitudinales et les transversales. Seules les transversales ont la capacité d’agir sur la molécule d’eau. Leur effet sur le noeud des plantes est similaire à l’effet Hutchinson. Elles sont capables de rendre les métaux liquides à température ambiante et ce, sans
dégagement de chaleur. Les noeuds des plantes se ramollissent et les tiges se couchent afin de former des jolies figures géométriques. Les motifs sont formés à partir de paternes ou de complexe mélanges de fréquences. Je vous incite, pour le comprendre à aller voir sur Youtube les vidéos de sons et de dessins formés à partir de ces sons dans une mince couche de farine ou de sel sur une feuille de carton, elle-même sur un haut-parleur, avec des fréquences simples. Ces ondes scalaires laissent sur place un champ scalaire qui occupe un espace de temps s’étendant vers le passé et le futur. En d’autres termes, un champs rémanent qui reste pendant une période assez longue, plusieurs années. Ces ondes scalaires agissent directement sur la résistivité de l’eau et de la terre. Ce qui explique les variations aussi importantes de résistivité dans la terre même après un, voire deux ans. Ce sont ces mêmes ondes capable de faire des trous dans les nuages en poussant la molécule d’eau. Ce sont elles aussi qui sont responsables des images
fantômes dans la neige à cause de leur présence rémanente et de leurs effets sur la molécule d’eau. Quand aux images fantômes laissées l’année suivante dans les champs, elles proviennent des effets sur la résistivité de la terre en fonction des figures obtenues. Les plantes poussent plus vite lorsque la terre présente une résistivité accrue, et moins vite lorsqu’elle est diminuée, comme nous l’avons constaté dans toutes ces mesures sur autant d’échantillons.
Aujourd’hui nous savons créer des ondes scalaires, mais la technologie n’en est qu’à ses débuts et rien ne nous permet de réaliser de telles prouesses. Nous savons émettre une onde, mais pas un faisceau si fin et encore moins des paternes permettant des motifs géométriques complexes. Nous en sommes aussi éloignés que l’homme des cavernes était éloigné de la conquête spatiale.
Alors qui ? Pas l’être humain avec sa technologie, mais quelque chose qui nous dépasse tous. Une intelligence est à l’oeuvre dans nos champs de culture. Pourquoi serions nous les seuls êtres pensant de cette galaxie ? Au nom de quel égoïsme, ou de quelle immaturité pourrions nous prétendre être les
premiers ? Notre système solaire est vieux de 5 milliard d’années. L’univers lui est âgé de 12 à 15 milliards d’années. C’est tout au moins ce qu’en disent les astronomes d’aujourd’hui et certains physiciens auraient un autre point de vue. Mais nous nous éloignons du sujet. Nous avons donc sur terre quelque
chose comme 7 à 10 milliards d’années de retard sur toute autre évolution. Ce laps de temps n’est il donc pas suffisant pour qu’une vie intelligente se développe et conquiert son espace environnant ? Suffisant pour qu’elle évolue jusqu’à pouvoir se déplacer au sein même de notre galaxie ? Il n’y a rien d’illogique
ou d’inepte à cette vision des choses. Pourquoi cette intelligence ne chercherait-elle pas à nous contacter en douceur en commençant par manifester sa présence dans nos champs de culture, afin de nous habituer progressivement à l’idée de son existence et peut-être à son arrivée sur terre un jour …

Les Cercles de Culture sont ils des messages secrets ?

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :