Transmettre son savoir est un don de soi

Archives de la catégorie ‘Billets et Infos Administration’

Elon Musk s’inscrit dans l’épopée spatiale en plaçant en orbite et sans encombre la capsule Crew Dragon de Space X.

Investigations UFO et Science

Les astronautes à bord de la capsule Crew Dragon de SpaceX / Crédits : SpaceX via YouTube

Matisse sylvain webmaster et auteur – Crédit photo / revue Sparse par Cédric de Montceau © 2019 photo soumise à autorisation pour être reprise.

Les vols spatiaux habités  sont  de retour mais cette fois c’est le privé qui se met à l’honneur et ceci nous ramène une fois de plus à la fiction. En effet nous ne comptons plus ces films ou ces séries dont les stations spatiales, les lunes  ou les planètes habitées sont sous le contrôle d’une coopérative ( Corporation, dune compagnie) ,bref d’une entreprise privé. Là nous rentrons dans cette ère , cette nouvelle étape de l’exploration spatiale que j’avais déjà pressentit en quelque sorte lors de certains de mes billets blog ( voir ).

Les astronautes américains Bob Behnken et Doug Hurley ont décollé ce  samedi 30 mai du centre spatial Kennedy…

Voir l’article original 181 mots de plus

Mégastructures artificielles ou naturelles détectées par les instruments spatiaux ?

Illustration d’une sphère de Dyson construite autour d’une étoile, hypothèse envisagée pour expliquer les étranges variations de luminosité de l’étoile KIC 8462852. © capnhack.com via Futura-sciences

 

Mardi 27 novembre 2018 à 14h45.

Des idées basées sur des calculs poussés aidés ou non par des expériences sont utilisées par des scientifiques pour étayer des hypothèses et suggérer des méthodes Des concepts sont alors plus ou moins envisagés et ceci donnera un projet qui aboutira à un programme si le projet est retenu puis enfin la réalisation du projet prendra forme au fil du temps et deviendra une réalité quelque chose qui fera le quotidien de notre espèce dite avancée.

Ainsi certaines méthodes servent de référence pour certains de nos contemporains. 

Parmi les méthodes j’ai relevé cette approche, car elle nous servira pour ce qui va suivre dans cet article.

Je précise que je me sers de mes précédents articles quelquefois et c’est le cas aujourd’hui pour vous  proposer une idée de réflexion en combinant deux principes qui peuvent être compatibles pour étayer une certaine perception qui restera de toute façon discutable à ce stade.

Échelle de Kardashev.

Nikolaï Kardashev a présenté son échelle en 1964 lors de la conférence de Byurakan (aujourd’hui en Arménie), qui faisait le point sur le programme d’écoute de l’espace par la radioastronomie soviétique.

Le but étant de classifier le niveau technologique de notre civilisation mais surtout de celles qui pourraient exister au sein de notre  système solaire, de notre galaxie la voie lactée ou plus loin encore aux confins du cosmos à travers l’espace et le temps dans d’autres dimensions ( estimées à 10 par la théorie des cordes ) mais ce chiffre est rejeté par d’autres savants. 

(  Extrait  ci-dessous en italique source  sciencetonnante.wordpress.com/)

« Dans le cas de la théorie des cordes, les 6 dimensions supplémentaires appartiennent à la catégorie des objets mathématiques non-directement mesurables. La géométrie de l’espace de Calabi-Yau ( du nom de leurs deux découvreurs, Eugenio Calabi et Shing-Tung Yau). influe sur le calcul des quantités physiques mesurables, mais ces dernières seront in fine présentées en 4 dimensions. »

Cet extrait pour préciser que le monde scientifique n’a pas de certitudes et que les débats sont interminables entre les différents courants de pensées , à ce stade ils nous ressemblent plus ou moins.

Revenons sur cette fameuse échelle de Kardashev qui elle même ne fait pas l’unanimité soit dit au passage !

Catégories définies par KARDASHEV

Kardashev astrophysicien et exobiologiste russe qui a participé au projet Radio Astron. ( Il s’agit d’un radiotélescope pesant 5 tonnes et qui, une fois ses 27 pétales en fibres de carbone déployés, se retrouve doté d’un miroir de 10 mètres de diamètre. Il a été lancé du cosmodrome de Baïkonour, situé au centre du Kazakhstan, le 18 juillet 2011 -crédit Futura-Sciences ) 

(Extrait Wikipédia )

Une civilisation de Type I est capable d’utiliser toute l’énergie disponible sur sa planète d’origine, approximativement 1,74×1016 W. Sur Terre, la puissance disponible s’élève à 1,74×1017 W. La valeur de 4×1012 W, proposée initialement par Kardashev, correspondait au niveau énergétique atteint sur Terre en 1964.

TYPE II

Une civilisation de Type II doit s’avérer capable de collecter toute l’énergie de son étoile centrale, soit à peu près 1×1026 W. Il s’agit là encore d’une estimation, le Soleil rayonnant environ 3,86×1026 W, tandis que Kardashev parlait de 4×1026 W.

TYPE III

Une civilisation de Type III a à sa disposition toute l’énergie émise par la galaxie dans laquelle elle est située, soit près de 1×1036 W. Ce niveau d’énergie varie largement en fonction de la taille de chaque galaxie, Kardashev le fixait à 4×1037 W.

Partons du principe qu’il existe une civilisation de type 2 qui est en passe de devenir une civilisation de type 3 conformément au principe de Kardashev, cette civilisation ultra avancée en matière de technologie a mis au point des vaisseaux  spatiaux performants et rapides mais aussi des machines.

Ceci nous amène à explorer une technique appelée sphère de Dyson.

Qu’est-ce une sphère de Dyson ?

Freeman Dyson dans son bureau à l’université de Princeton (États-Unis). Le physicien a très bien connu de grands noms de la physique comme Hans Bethe et Robert Oppenheimer. © Monroem, Wikipédia, CC by-sa 3.0 

Ce concept doit son nom au physicien Freeman Dyson voir image ci-dessus.

Il a proposé ceci en 1960 en rédigeant une lettre qui a été publiée dans le journal Science .

Ce physicien de haut niveau a participé au projet spatial Orion , un vaisseau qui posséderait l’énergie nucléaire en guise de carburant , des explosions successives situées  à l’arrière du vaisseau, le pousseraient vers l’avant ( pour faire court et simple). Un tel mode de propulsion permettrait d’atteindre la planète Mars en quelques mois seulement, moins de 6 mois qui est le temps  actuellement  pour couvrir la distance Terre-Mars sur la fenêtre de tir la plus favorable, c’est à dire là où nos deux planètes sont les plus proches et avec le mode propulsion chimique employé à ce jour à notre connaissance.

Nous pouvons également lui attribuer  le célèbre temps de Dyson (qui donne  une estimation de la durée pendant laquelle un univers en expansion infinie peut abriter une vie intelligente.)

Utiliser  l’énergie  de notre étoile le soleil ou d’un autre soleil  pour alimenter des vaisseaux interplanétaires.

Dyson a alors calculé qu’en utilisant une masse de matière équivalente à celle de Jupiter, il est possible d’entourer notre Soleil d’une coque semi-solide, d’une épaisseur de 2 à 3 mètres, capable de piéger le rayonnement de notre étoile.

Ces données technico-scientifiques utiles pour parler de certains mystères .

VVV-WIT-07

Représentation artistique d’une bande de poussière déformée hypothétique autour de KIC 8462852, également connue sous le nom de Tabby’s Star. Ce n’est qu’une des nombreuses explications possibles du scintillement étrange de l’étoile et ceci pourrait être un facteur si une seconde étoile récemment retrouvée affichait également un comportement similaire. Crédit: NASA / JPL-Caltech via scientificamerican.com

VVV-WIT-07 est une vieille étoile faible qui interpelle au sein de la communauté astronomique et de certains dont je fait parti. 

La première étoile rouge qui se trouve entre notre Soleil et le noyau galactique de la Voie Lactée a été observée pour la première fois comme «clignotante» en 2012. Elle faisait partie d’une étude réalisée par le télescope VISTA au Chili.

En 2012, VVV-WIT-07 a diminué progressivement au cours des 11 derniers jours. Elle  a ensuite rapidement disparu pour devenir presque noir – de plus de 80% – pendant une période de 48 jours.

C’est nettement plus que le KIC 8462852 (Tabby’s Star), qui a diminué de 20% environ. (Crédit academic.oup.com/  référence )

L’ astrophysicien Eric Mamajek de l’université de Rochester dira ceci au média Scientific American .

« Il faut que ce soit plus d’ un million de kilomètres de large, et très dense pour être en mesure de bloquer beaucoup starlight, ( de lumière de l’étoile en français)  » .

Des questions se posent lorsque ces impulsions ne sont pas rythmiques et que leur ampleur est extrême et erratique. Alors certes nous ne comprenons pas encore parfaitement le fonctionnement des systèmes stellaires,  et tout  ce qui les entourent, mais pouvons nous exclure une autre possibilité même si celle -ci est hasardeuse au premier abord ? Que ce soit cet objet insolite ou un autre, nous ne pouvons pas éliminer que certains soient peut-être des objets artificiels dont l’origine est issue d’une intelligence artificielle, biologique, métaphysique ou robotique,  ou des objets naturels transformés et utilisés pour différentes raisons, errant ainsi entre l’espace et le temps, passant d’une dimension à une autre, ou provenant  tout simplement de notre propre galaxie ou peut-être même plus proche de nous  encore, venant de notre propre système solaire  ? De surprises en surprises nous apprenons toujours et encore , à commencer par nos erreurs qui se révèlent tôt ou tard et personne ni même les savants n’échappent à ça. Pour l’heure continuons à explorer le maximum de contrées terriennes ou spatiales.

©2018- Matisse sylvain -droits d’auteur à respecter , merci .


Références  utilisées pour cet article :

NASA / JPL-Caltech

scientificamerican.com

blog.francis-leguen.com

sciencetonnante.wordpress.com

news.com.au

futura-sciences.com

Wikipédia

Investigations ufoetscience

Médiathèque et index ufologique et spatial 

academic.oup.com

 capnhack.com


 

Mise à jour le 27/11/2018 à 14h45.

Quel usage sera fait pour les nouveaux éléments chimiques issus du tableau périodique des éléments?

Investigations UFO et Science

Kosuke Morita, de l'institut Riken, montre le nouvel élément 113 du tableau périodique de Mendeleïev, lors d'une conférence de presse, le 31 décembre 2015 à Saitama (Japon). (NORIAKE SASAKI / YOMIURI)Kosuke Morita, de l’institut Riken, montre le nouvel élément 113 du tableau périodique de Mendeleïev, lors d’une conférence de presse, le 31 décembre 2015 à Saitama (Japon). (NORIAKE SASAKI / YOMIURI)

Sylvain Matisse Enquêteur Crédit Photo : Investigation Océanographique et Oanisinvestigations ufoetscience

Dimanche 10 Janvier 2016 à 11h25:

« La découverte récente du nouvel élément 113 du tableau périodique, par une équipe Japonaise fait suite à la découverte par  les américains et les russes des éléments 115, 117 et 118.

Le tableau périodique des éléments, parfois appelé table de Mendeleïev (du nom du scientifique russe qui en a créé la première version en 1869), rassemble les éléments chimiques classés en fonction de leur composition et propriétés chimiques . Ces découvertes pourront -t-elles à terme nous servir dans nos recherches concernant de près ou de loin l’ufologie?

Tout dépend à quoi serviront ces nouvelles trouvailles?

Tout est dans cette question, alors je reste pour ma part attentif à ce qui va en découler et à…

Voir l’article original 16 mots de plus

Toulouse: Le magazine top secret rencontre avec ses lecteurs

magazine topsecret_pp

Adm:investigations oceanographique et oanisarea51blog-2investigations ufoetsciencemediatheque

« Dans le cadre du partenariat que nous avons avec le magazine TOP SECRET, nous mettons en ligne cet événement:

l’organisation
des rencontres avec les lecteurs du magazine se dérouleront le 19 avril 2014 à Toulouse.
Venez nombreux pour échanger avec le magazine et certains de  ses partenaires .« 

Cliquez sur les liens ci-dessous

Magazine top secret

Page partenaires

N’oubliez pas le No 72« les fissures de la matrice »  arrive .

magazine top secret

A.T.O.M.E . T.V.

Note de sylv1 adm:mediatheque

Jeudi 23/01/2014 à : 12h05:

photo  atome(1)« ATOME une emission crée par Gilles Thomas (ODHTV) à laquelle nous avons plus ou moins contribué Eclipse (astropleïades) et moi ainsi que d’autres personnes.Magazine axé principalement sur la science , à la base pouvant servir pour l’ufologie. Atome amorce désormais un virage plus ludique d’une certaine manière, dirigé par Gilles T de belle manière. Nous remercions les intervenants de partager leur savoir.« 

ATOME Tv vous présente par le biais d’interviews, de reportages et conférence l’astronomie, les sciences, les mystères de l’Histoire, la géologie, l’océanographie et l’électronique.

Ci-dessous l’interview réalisée par Eclipse de l’astronaute Michel Tognini 

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Publiée le 10 janv. 2014

Michel Tognini est un astronaute français de l’Agence spatiale européenne (ESA).
Il a pris part à la mission « Antarès » du 27 juillet au 10 août 1992. Il s’agissait de son premier vol à bord de MIR, où pendant 14 jours il a mené un programme d’expériences franco-soviétiques.
Son second vol spatial, lors de la mission STS-93, a eu lieu du 22 au 27 juillet 1999. Il était principalement chargé d’aider au déploiement du satellite Chandra et s’était préparé à une sortie dans l’espace. L’observatoire dans le rayonnement X Chandra, conçu pour une étude approfondie de l’Univers, est équipé d’un télescope devant permettre aux scientifiques d’observer des phénomènes rares comme les explosions stellaires, les quasars et les trous noirs.
Depuis janvier 2005, Michel Tognini est le Chef du Centre Européen des Astronautes (EAC), Direction Vols habités, Microgravité et Exploration de l’ESA, à Cologne.

rainbow

Mise à jour médiathèque et index ufologique et spatial , le: 23/01/2014 à 12h05.

mediatheque

joyeuses fêtes de fin d’année

gif espace

 joyeuses fêtes de fin d’année

mediatheque

Océan synthèse d’investigation ( chapitre 1 )

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

« Carte marine

illustration

Pour la recherche ufologique l’administration a mis les cap sur les fonds marins.

Les premiers enseignements ne tarderont plus à venir une fois le travail colossal effectué .

Ce n’est pas  celà qui va nous décourager ou entamer notre motivation, bien au contraire!

Le domaine scientifique est vaste, complexe , les mystères tenaces et insaisissables.

L’objectif de la rédaction est d’explorer une à une les filières en rassemblant les découvertes, la connaissance , les témoignages dans un sens rationnel , crédible.

Rien que pour les océans, nous constatons que la vie abonde , même dans les endroits inadaptés elle s’installe, résiste se développe, évolue. Elle est si solide et fragile à la fois.

Des espèces étonnantes, intrigantes voir originales tapissent le fond de nos océans. Le premier constat éloquent si vous vous donnez la peine de consulter pages par pages ce site comme vous le feriez avec un livre  et si vous faites fonctionner vos neurones et ouvrez votre esprit , la vie même dans le poison existe ! Première preuve que je vous suggère pour étendre et revoir au possible les zones d’habitabilité des exoplanètes que les missions Kepler  et Corot scrutent!

 

Lire la suite :

Océan synthèse d’investigation ( chapitre 1 ).

 

David Grinspoon présentation d’un astrobiologiste

Image source:http://www.westword.com/photoGallery/index/231116/0/

Note administration:

Présentation d’un chercheur à l’esprit ouvert en étant pourtant un scientifique chevronné.

Il se livre quelquefois sur le sujet de ses études et analyses dans des documentaires qui sont toujours instructifs et nous permettent ainsi d’entrevoir ce qui peut exister sur notre terre tout d’abord,  puis sur d’autres planètes , ou certaines lunes comme Titan ou encelade lunes de Saturne, Europe lune de Jupiter….

Bien entendu la filière astrobiologique  possède d’autres personnes de qualité qui ne sont sans doute pas médiatisées du tout!

Ce savant nous guide sur ses propres recherches et convictions et ainsi nous bénéficions à mon sens, d’une base rationnelle de travail sur ce secteur d’activité. Cette orientation nous permets d’avancer en toute objectivité, en tout cas nous laisse  une piste non négligeable.

Lien externe concernant les travaux du scientifique:

Venus: Inhabited World?

Abstracts and PDFs of Papers

Article source:http://www.funkyscience.net/

David Grinspoon is Curator of Astrobiology in the Department of SpacSciences at the DenverMuseum of Nature & Science

and Adjunct

Professor of Astrophysical and Planetary Science at

the University of Colorado.

David Grinspoon est conservateur

d’astrobiologie au Département des

sciences de l’espace au Musée de

Denver de Nature & Science

et professeur auxiliaire de

sciencesastrophysiques et planétaires

à l’Université du Colorado.

An internationally known Planetary Scientist

funded by NASA to study the evolution of

Earthlike planets elsewherein the universe,

Dr. Grinspoon serves as an advisor to NASA

on space exploration strategy.

Un scientifique de renommée internationale

planétaire financé par la NASA pour étudier

l’évolution des planètes semblables

la terre ailleurs dans l’univers,le Dr Grinspoon

sert comme conseiller auprès de la NASA sur la

stratégie de l’exploration spatiale.

He serves as Interdisciplinary Scientist on

Venus Express, the European Space Agency’s

first mission to Venus.

Il sert en tant que scientifique interdisciplinaire

sur la sonde Venus Express, première mission de

l’Agence spatiale européenne à destination de Vénus.

He has also lectured and published widely.

Il a également donné des conférences et publié

de nombreux articles. His first book, Venus Revealed,

(Perseus Books, 1998) was a Los Angeles

Times Book Prize finalist. Son premier livre,

Vénus Revealed, (Perseus Books, 1998) était un

Los Angeles Times Book Prize finaliste.

David was also selected to be trained as a

sub-orbital astronaunt and completed his training

on the 13th of January 2010! David a également

été sélectionné pour être formé comme un

astronaunt sub-orbital et a complété sa

formation le 13 Janvier 2010!

Son dernier livre, Lonely Planet:

The Natural History de vie extraterrestre

a remporté le 2004 PEN Centre Unis

Prix littéraire pour Nonfiction recherche.

His popular writing has appeared in Slate,

Scientific American, Natural History,

The Sciences,Seed, Nature,

Astronomy, the Boston Globe,

LA Times and the New York Times.

Son écriture populaire a paru dans Slate,

Scientific American, Histoire naturelle,

les sciences,

de semences, de la nature, l’astronomie,

le Boston Globe, LA Times et le New York Times.

His technical papers have been published

in Nature,Science, and numerous

other journals.

Ses documents techniques ont été publiés

dans Nature, Science, et de nombreuses

autres revues.

Dr. Grinspoon has been featured on

numerous television

(PBS’s Life Beyond Earth; BBC’s The Planets)

and radio

(NPR’s Science Fridays, Wisconsin Public Radio, BBC World

Service)

shows. Dr Grinspoon a été présenté à la

télévision de nombreuses

(Vie PBS-delà de la Terre; BBC The Planets) et la radio

(les vendredis sciences NPR, Wisconsin Public Radio,

BBC World Service)

montre. He has given invited talks at international

conferences

throughout the US, Europe, and Australia.Il a donné

des conférences invitées dans des conférences

internationales à travers les Etats-Unis,

en Europe et en Australie.

The American Astronomical Society awarded

him the 2006

Carl Sagan Medal for excellence in public

communication of planetary science.

L’American Astronomical Society lui a décerné en

2006 la Médaille

Carl Sagan pour l’excellence en communication

publique de

la science planétaire. Grinspoon is also an

award-winning

musician who has played guitar and sung in several

great bands destined for obscurity.

Grinspoon est aussi

un musicien primé qui a joué de la guitare et chanté

dans plusieurs grands groupes destinés à l’obscurité.

In fact, Dr. G played lead guitar for a band called

the Geeks years before being a geek became cool.

En fait, M. Ga joué guitare lead pour un groupe appelé

les années Geeks avant d’être un geek devenu cool.

Grinspoon holds degrees in Philosophy of Science

and PlanetaryScience from Brown University and a

doctorate in Planetary

Sciences from the University of Arizona.

Grinspoon est diplômé en philosophie des sciences

et des sciences planétaires de l’Université Brown et

un doctorat en sciences planétaires del’Université de l’Arizona.

He lives in Denver with his three highly intelligent cats.

Il vit à Denver avec ses trois chats très intelligents.

Indice sur la recherche des O.A.N.IS OU O.S.N.IS et ….?

source image:http://dinoman.xooit.com/t1705-Dossier-sur-l-origine-de-la-vie.htm

                                                                                              P.M.N.I / O.A.N.I.S / O.S.N.IS:

D’ après divers documents de témoignages,  puis d’investigations à caractère scientifique, il convient de pousser plus loin certaines énigmes avec une certaine réalité pour sans doute avoir une piste nouvelle.

De ce fait cet  article doit orienter une direction nouvelle mais criante et quelque-part , si nos savants font preuve de curiosité , de bonne foi et de motivation surtout grâce à  une certaine largeur d’esprit, des énigmes pourraient  peut-être se résoudrent  d’elles même!

Je vais présenter ce billet entre réalité scientifique de nos jours , des témoignages et conclure avec une hypothèse  « alternative »  puis relative autant que fragile pour l’heure.

L’espace marin:

mémo personnel pour enquêteurs:

Pour certains cas cherchons nous dans une mauvaise direction?

Quelquefois nous ne percevons pas toujours ce qui se présente sous notre nez, et inlassablement, nous nous confortons dans l’erreur de nos idées, sûr de notre fait et persistons malgré nous à suivre une voie sans – issue ou ailleurs de notre intérêt principal qui à terme risque de ne pas nous « satisfaire » dans le résultat de nos recherches.

Des objets , des choses ou phénomènes hors du commun surgissent de l’inconnu plus ou moins brièvement et disparaissent comme ils sont venus.

Alors par logique, nous nous orientons d’abord vers le rationnel des aéronefs et des prototypes de conception humaine et examinons aussi le catalogue astronomique des objets célestes spatiaux naturels ,puis des phénomènes atmosphériques , météorologiques…

Ensuite nous nous tournons vers les lumières artificielles festives:projecteurs, lasers , lampes thaïlandaises….

Cette méthode est la voie de base obligatoire avant de se pencher à combler un vide!

Le nombre impressionnant de formes de vie toutes différentes appartenant à des groupes divers et variés en tous lieux ,habitent notre planète bleue.

Détails techniques scientifiques:

Cet article se décompose volontairement en plusieurs parties , ainsi nous bénéficions d’une base scientifique simple et rationnelle, c’est ma façon de fonctionner.

Biologie:

Les espèces:

 

Une espèce est une population ou un ensemble de populations dont les individus peuvent effectivement ou potentiellement se reproduire entre eux et engendrer une descendance viable et féconde, dans des conditions naturelles. »définition wikipédia, »

Un site spécialisé établit comme suit le recensement:consulter le tableau ci-contre:

http://villemin.gerard.free.fr/aScience/Biologie/Especes.htm

ESPÈCES VIVANTES connues  
 1, 9 million:           Nombre d’espèces vivantes connues, recensées dans le monde en 2009, dont: 

260 000

Espèces unicellulaires.-      Procaryotes:   10 000-      Eucaryotes:  250 000

100 000

Champignons (Fongi)

250 000

Espèces végétales:- cryptogames (sans fleur),- phanérogames (avec fleurs).

1 000 000

Espèces animales:- 15 embranchements dont   5 classes pour 59 900 vertébrés

 

Ainsi sur ce site web vous aurez une description précise de ce qui existe sur terre,ce qui m’arrange pour raccourcir cet article qui serait trop technique et inutile pour ce qui nous concerne.

Cet aspect technique nous aide à comprendre le processus adaptatif de la vie.

Milieu maritime:

Passons à présent à l’étape suivante celle qui va vraiment apporter un petit plus à cet article:

sur wikipédia voici un passage intéressant:

La sortie des eaux

C’est au silurien que des bactéries, des cyanobactéries, des algues, des lichens (association d’algues et de champignons) et des mousses, ont gagné le milieu terrestre et ont commencé à participer à la formation des premiers sols. Les sols, résultants de l’interaction entre êtres vivants, roches mères et climat, sont d’une très grande diversité; ils ne sont pas uniquement un support physico-chimique, mais un milieu de vie, où la biodiversité est très grande, et différente d’un endroit à un autre.

Par exemple, un sol de région tempérée contiendra en kilogrammes par hectare

  • 1 000 à 7 000 kg de bactéries
  • 100 à 1 000 kg de champignons
  • 10 à 30 kg d’algues
  • 5 à 10 kg de protistes
  • 1 000 kg d’arthropodes
  • 350 à 1 000 kg de vers de terre (lombrics)

En comparaison un sol tropical pourra contenir 10 % de fourmis, 33 % de vers de terre, 6 % de myriapodes, 4 % de coléoptères, 4 % de termites.

Des évolutions majeures se sont produites lors du passage de la vie aquatique à la vie terrestre. Elles concernent en particulier les appareils respiratoire, circulatoire et squelettique.

En effet, il y a 400 millions d’années, les animaux aquatiques ont dû :

  • s’adapter aux gaz atmosphériques (oxygène et dioxyde de carbone). La teneur en oxygène du milieu aérien est plus élevée qu’en milieu aqueux, requérant moins d’énergie.
  • s’adapter à la viscosité et à la densité du milieu, avec les adaptations en termes de squelette et de circulation sanguine. Ces contraintes ont limité le développement des animaux terrestres (le plus gros mammifère terrestre, le mammouth, faisait jusqu’à 20 tonnes alors que la baleine bleue atteint 200 tonnes).
  • et enfin faire face aux problèmes de dissipation d’énergie calorifique et de déshydratation. En effet, l’air constitue un bon isolant thermique : certains des animaux devinrent au Mésozoïque des homéothermes comme les reptiles, alors que les animaux aquatiques demeurèrent poïkilothermes.

Les animaux ont donc dû s’habituer au cours des ères géologiques aux modifications de leur milieu de vie, que les contraintes soient d’ordre climatique (changement climatique) ou biologique (maladies, prédation). Ils ont donc lentement évolué jusqu’au monde vivant actuel.

Biodiversité marine

Source wikipédia extrait:

La biodiversité marine est l’ensemble de la diversité biologique propre aux océans ou en dépendant très directement.

La biologie marine étudie de nombreux organismes, des plus petits comme le plancton (zooplancton et phytoplancton), dont la taille peut être aussi petite que 0,02 micromètre mais sont les premiers producteurs primaires de la mer, aux grands cétacés qui peuvent atteindre 33 mètres de long, et aux grandes algues brunes comme les Macrocystis qui atteignent les 45 mètres de long.

Les habitats étudiés par la biologie marine incluent tous les habitats en rapport avec la mer, de la très fine couche à l’interface entre les eaux et l’atmosphère aux profondeurs abyssales de plus 10 000 mètres de profondeur. Ces habitats sont aussi constitués des récifs de coraux, des forêts de kelp, des plages, des estuaires, etc.

Une large part de la vie sur terre se déroule en fait dans les océans. Quelle est la part qui reste inconnue ? Alors que la mer recouvre 71% de la surface de notre planète, de par leur profondeur, les océans représentent un volume habitable au moins 300 fois supérieur à celui des habitats terrestres. Fin de la source.

Ces aspects de techno-sciences ne seraient complets sans ce chapitre:

L’eau sur la terre:

La répartition de l’eau sur la Terre:

INTERNET/http://christian.coudre.pagesperso-orange.fr/pedagorepar.html

Les Océans couvrent 71 % de la surface de la terre et contiennent 97.2 % du volume d’eau de

notre planète

Le volume d’eau présent sur notre planète est composé de:
           97.2 %d’eau saléeet 2.8 % d’eau douce.

Les 2.8 % d’eau douce se répartissent entre les glaciers et

les calottes polaires (2.2 %), 
puis dans les nappes sousterraines (0.6 %). Les cours d’eau et les lacs

 ne représentent qu’une 
quantité insignifiante (environ 0.01 %).

(pourcentages du volume total d’eau sur Terre).

0.3 % de la quantité d’eau 
présente sur Terre

L’homme ne peut en utiliser que la moité.

L’eau et le corps humain:

Ce dernier volet techno-science concerne le corps humain très brièvement:

Petit rappel:L’eau est l’un des éléments essentiel de notre corps.

l’être humain se développe dans le corps de sa mère appelé liquide amniotique:

C’est un liquide clair et stérile dans lequel baigne le fœtus durant la grossesse.

Un adulte pesant 70 kg il contient 60% d’eau environ 42 litres.

 

Voici les proportions au fil de l’étape de notre vieillissement:

Un Fœtus en contient: 97%

un nourrisson: 75%

un adulte: 60%

une personne âgée: 55%

Cette eau est ainsi répartie comme suit dans notre corps:

Le cerveau en contient: 80%, les muscles: 75%, les os : 30%.

Nous voyons très bien que les êtres vivants sur notre belle planète dépendent tous directement ou indirectement du même élément:l’eau!

Ensuite les facteurs chimiques ,atmosphériques, gazeux et d’autres éléments permettent à la vie de s’installer, résister, se développer, évoluer.

Ces processus sont indiscutables, bien qu’une récente découverte scientifique bouleverse cette logique si elle se confirme:

La vie aurait trouvé son origine dans un milieu chaud et acide

Cet article de futura-sciences que j’ai repris sur mon site ufoetscience dans la rubrique recherche:

Des chercheurs ont réussi à ressusciter des enzymes ancestrales disparues depuis des milliards d’années.

 

Particulièrement bien adaptées à des conditions chaudes et acides, ces enzymes confirment que les océans de l’époque se sont progressivement rafraîchis jusqu’à aujourd’hui.

O.S.N.I/O.A.N.I.S:

Objets sous-marin ou/ et  aquatiques non-identifié

  

Ces objets qui sortent de l’eau et y plongent peuvent également sortir de notre atmosphère pour évoluer dans ce que nous appelons l’espace ou le cosmos,deviennent alors des O.V.N.I.S.

En effet certains phénomènes viennent de milieux marins,sous-marins plus exactement.

Vus vers des lacs,océans certains d’entre eux ne laissent aucune explications.

 

 

Le rasoir d’Ockham:

Ce principe de raisonnement « les multiples ne doivent être utilisés sans nécessité », » les entités ne doivent pas être multipliées par delà ce qui est nécessaire »ainsi que cette formulation:

« Que les hypothèses les plus simples sont les plus vraisemblables « étant l’un des principes fondamentaux selon certains de la science.

Cette »stratégie » dans la recherche peut sembler raisonnable pour peu qu’elle ne reste figée pour autant, de ce fait cela peut servir dans une moindre mesure.

 

 

Remarque personnelle à part ,revenons donc à ces observations des milieux aquatiques ,quelques exemples révèlent des objets plongeant, naviguant ou sortant de l’eau quand ce n’est pas tout ça à la fois!

Une question:

D’où sortent-ils?

Quelques exemples des cas les plus solides:

source « reprise « de mon  site « no 2 »web en commun avec era( adm du site: Aréa51):

https://mediathequedelufologie.wordpress.com/

Des objets sous-marins non identifiés

Nous connaissons bien les objets volants non identifiés ou ovnis. De nombreuses observations ont

été faites depuis la nuit des temps.

Par contre, nous parlons beaucoup moins d’engins sous-marins mystérieux que l’on pourrait baptiser OSNIS

.
Depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale, les forces navales du monde entier ont fréquemment

relevé la présence d’engins sous-marins dont les performances sont bien supérieures à tout ce qu’elles possèdent elles-mêmes.

Ces engins non identifiés semblent se cantonner dans des lieux particuliers de la planète, dont notamment les eaux scandinaves et la côte est de l’Amérique du Sud.

Performances des osnis:

Tout d’abord, il faut préciser que de nombreux engins non rien de mystérieux.

Les grandes puissances passent leur temps à s’espionner et beaucoup d’osnis ne sont sans doute que

des sous-marins soviétiques ou américains.

Par contre, certains témoignages sont vraiment troublants. Effectivement, certaines performances et comportements de ces osnis excèdent largement ceux des marines traditionnelles.

On retrouve donc le même cas de figure entre les performances de notre flotte aérienne et celles de certains ovnis.

Au début de 1985, la France lança le Nautile, sous-marin de recherche capable de descendre à 6 000 m et possédant des vitesses de montée et de descente élevées (1 m/s).

Il s’agit d’un sous-marin de poche qui participe à de multiples campagnes françaises et internationales d’exploration des grands fonds sous-marins.

Le premier sous-marin nucléaire d’attaque français, le Rubis, a été lancé en 1979. Long de 73,6 m, large de 7,6 m, il déplace 2 400 t en surface et progresse en plongée à la vitesse de 25 nœuds (46 km/h). Son immersion maximum est de 300 m.

L’immersion maximale des sous-marins militaires actuels est de 400 m.

L’un des records de plongée pour un sous-marin normal est de 1 900 mètres. Les sous-marins de poche, comme le Nautile, descendent beaucoup plus bas. L’immersion maximale du Nautile est de 6000 m. Le Mir, un sous-marin de poche russe, descend à la même profondeur.

On peut constater que les osnis ont des performances très supérieures. Par exemple, pendant les manœuvres en Atlantique Nord de 1963, le porte-avion américain Wasp et douze autres vaisseaux détectèrent un engin énorme voyageant sous l’eau à 150 nœuds (280 km/h).

Il les accompagna quatre jours, manoeuvrant au milieu d’eux et plongeant parfois à des profondeurs de 8 000 mètres. A cette époque, aucun submersible ne pouvait descendre à une telle profondeur et aller aussi vite ; c’est d’ailleurs toujours valable aujourd’hui malgré les progrès technologiques.

Quelques exemples d’osnis:

En 1978, il y eut une vague d’osnis en Italie. Plus de 500 rapports furent recueillis. Le long des côtes de l’Adriatique, la liste des phénomènes inexpliqués comprenait des colonnes d’eau s’élevant à 30 m par mer calme, des lumières rouges et blanches suivant les bateaux de pêche la nuit, des osnis sur ou sous la surface de l’eau, émergeant et plongeant en produisant des interférences électriques sur les radars, radios et télévisions.

Les pêcheurs finirent par exiger une protection militaire pour sortir en mer.

Le 1er août 1962, à 23 heures, trois pêcheurs français du port de Brusc, en Méditerranée, virent un long engin métallique qui se déplaçait à la surface de l’eau.

Ils pensèrent que c’était un sous-marin. Puis, l’eau se mit à bouillonner autour de l’engin et une douzaine d’hommes-grenouilles émergèrent. Les pêcheurs les interpellèrent mais aucun ne répondit puis le dernier se tourna vers eux et les salua. Jusque là, rien d’extraordinaire. Seulement les pêcheurs ahuris virent l’engin s’élever, des lumières clignotèrent et l’étrange sous-marin accéléra pour ne plus devenir qu’un point lumineux dans le ciel.

  

De telles activités ont été relevées un peu partout. Si l’on trie tous les rapports et que l’on retire les erreurs et les canulars, il reste des phénomènes inexpliqués.

En avril 1967, deux jeunes danois virent un engin lâcher plusieurs objets dans le Kattegat, à 80 km au nord-est de Copenhague. Ceux que l’on récupéra se révélèrent, à l’analyse, composés de chaux et de « charbon non organique » mélangés à une matière totalement inconnue.

Il est bien sûr impossible de citer tous les rapports. Par contre, il semble que de nombreux gouvernements ont porté un vif intérêt à toutes ces activités sous-marines. Ce qu’ils ont appris du matériel repêché depuis 60 ans demeure inconnu.

D’où viennent ces osnis ?

Autant préciser tout de suite qu’il n’existe aucune théorie scientifique à tous ces phénomènes. Par objectivité, je cite les thèses de quelques ufologues, qui personnellement ne m’ont pas convaincues. Mais, je vous laisse juge.

En 1970, Ivan T. Sanderson, biologiste et fondateur de la Société pour l’investigation de l’inexpliqué, a publié un livre sur les « Résidents Invisibles ». Il y expose quelques cas analogues à ceux qui sont cités dans ce dossier.

Il suggère que, sous les océans, vit une race plus vieille que l’humanité. En avance sur le genre humain, ils ont développé une technologie qui leur permet des exploits comme les voyages interstellaires.

Pour l’auteur, les ovnis sont également leur création. Cette « race » dériverait des formes de vie qui ne quittèrent pas la mer pour évoluer.

De son côté, l’ufologue John Keel avance « qu’une force aéronavale clandestine opère sur cette planète ». Il suppose que ces bases sous-marines se situent près du cercle polaire.

D’autres ufologues sont persuadés que des engins venus d’autres mondes ont établi des bases sous-marines sur Terre.

Une chose est certaine, les mers et océans sont encore un monde inconnu et nul ne sait vraiment ce qui se cache dans les plus grandes profondeurs.

 

V.Battaglia (09.06.2006)

Source du site: http://www.dinosoria.com/osni.htm

Sur nos sites internet vous pouvez consulter à souhaits bien des cas.

De conception humaine ces « objets»sortant de bases sous-marines secrètes, seraient fabriqués par:

des militaires, privés, scientifiques,industriels un peu de tout ce petit monde?

Des extraterrestres dont le milieu marin est plus adapté que la terre ferme pour:

survivre,prospérer,évoluer et surtout se planquer!

Une civilisation semblable à notre évolution intellectuelle mais bien évidemment modifiée en biologie, adaptée en ambiance sous-marine.

Indice sur la recherche:

Ainsi une concentration importante d’oxygène, ainsi que de vapeur d’eau et dioxyde de carbone suggère fortement que la vie est présente. L’oxygène moléculaire est détectable dans la partie rouge du spectre tandis que l’ozone produit par photolyse est détectable dans les parties visible et infrarouge du spectre. La détection de méthane et les éléments associés à la photosynthèse sont aussi des « signatures de vie »

Alors ceci est axée sur un style de vie connu:

Sean Caroll physicien théoricien déclare dans une interview ceci:

-Un principe de base en science dit que rien n ‘arrive qu’une fois et que si une forme de vie intelligente s’est créée, il est possible que ceci se reproduise plus d’une fois.

L’inconvénient pour comprendre la vie sur les autres planètes c’est qu’elles sont toutes différentes, et ainsi on pense pouvoir reconnaître une forme de vie si on en rencontre une.

La vie est un long processus chimique. Telle que connaissons l’émergence de la vie et son évolution, l’eau qui sert de solvant pour dissoudre les composés organiques qui se forment autour d’un atome de carbone. La chose primordiale à une forme de vie est une source d’énergie.

Sur la terre , la lumière du soleil permet de garder l’eau à l’état liquide associé à des composés organiques , ces ingrédients: eau, composés organique et source d’énergie font une recette de la vie en quelque sorte. Cette alchimie s’est – elle répétée ailleurs?

Qu’en est- il alors dans des conditions extrêmes? Quel est le pourcentage de chance de création de la vie puis de sa résistance dans des milieux tels que Callisto , lune de Jupiter par exemple , ou d’ Europe autre lune de Jupiter couverte de glace mais pouvant révéler un océan si on forait, cette lune ressemblant un peu à la terre, à une exception de taille! Cette lune  se trouve dans la pire zone de radio-activité!

En attendant les futures missions martiennes et les résultats, qui pourraient détectés des microbes. Il faut donc orienter les recherches sur « les traces de vie ». En principe se sera le cas.

La N.A.S.A doit bien avoir inclus ce type de recherche dans leur programme.

Science océanographique:

Graig Smith professeur à l ‘université de Hawaï  a eue l’intuition visionnaire que les cadavres des baleines perceraient le mystère des abysses.

Voici  le site:

http://www.noc.soton.ac.uk/chess/education/edu_whale_fr.php

vidéo youtube

Lithodid feeding and traces.mp4

SuiteIcône d'alerte

 

description en anglais:Icône d'alerte
  

King crabs in Palmer Deep on the west Antarctic Peninsula shelf: potential invasive impacts.
Species: Neolithodes yaldwyni.
Footage taken by Prof. Craig R. Smith from the Oceanography Department of University of Hawaii at Manoa.
Find more information about this species and potential effects of climate warming in the Antarctic Peninsula in the recently published article in the Proceedings of the Royal Society B [doi:10.1098/rspb.2011.1496 ]

Enlèvements et engins spéciaux:programme Top-Secret?

source images: http://markosun.wordpress.com/2011/04/05/top-secret-united-states-flying-saucers/

Note de sylv1 adm:

Cet article proposé ici n’est qu’une idée que je soumets, inutile de chercher des preuves dans le sens ou j’exprime seulement une voie possible qui sera à mon sens invérifiable.

J’imagine simplement un scénario  style science-fiction, mais qui s’ appuie sur l’omerta soupçonnée par un certain nombre d’entre-nous envers  nos dirigeants et ainsi décriée par beaucoup de gens. Afin de comprendre un tel agissement et si telle est cette vérité si difficile  à accepter, l’issue pourrait ainsi être un mal pour un bien. Malgré qu’une opération, un programme, un projet , une mission  engendre de ce que l’on appelle couramment des dommages collatéraux, ceci ne sera pas  la première fois , ni malheureusement,  la dernière!

Supposons que l’espace aérien de notre planète a bel et bien été survolé et le serait encore de nos jours par quelque chose d’intelligent ou des entités quelconques, en haut lieu  des relevés, recueils, points de surveillance,  des  études , des analyses, des statistiques ont été établies et de ce fait ont du faire l’objet d’un programme classé Top Secret.

Alors par logique me vient une question contenant une quantité de détails si je peux m’exprimer ainsi.

Voilà ce que je suggère et ce que pourrait contenir une telle organisation financée et structurée.

Nous savons que les américains ont fait le projet blue book, puis il y a eu ces divers autres rapports, comme condon, projets twinkle, grudge ….

En France le célèbre rapport COMETA, les anglais , les russes et bien d’autres nations ont toutes plus ou moins pris en compte le fait que des phénomènes aérospatiaux non-identifiés violaient leur espace aérien au nez et à la barbe de leurs défenses.

Source image: http://www.meilleures-offres-voitures.com/image/detail/radar?item=7&original

A partir de là tout le monde a soupçonné telle ou telle puissance, et quand celles-ci s’interrogeaient aussi sur l’autre, tout ce petit monde s’est rendu compte qu’en fait les présumés coupables de ces intrusions n’étaient tout simplement pas du fait de l’homme.

Donc, il a bien fallu collaborer, échangé pour éclaircir ce mystère, afin de savoir si ces prétendus objets volants ou phénomènes étaient naturels ou artificiels, pour les identifier puis comprendre qui ou quoi était au dessus de nos têtes par moment.

Admettons l’hypothèse que ces apparitions soient d’origine extraterrestre et que la capacité intellectuelle serait au moins identique, voir supérieure à celle des humains, il faut dès lors agir.

Comment?

Une possibilité:

Admettons que certains responsables de  la communauté internationale aient la preuve depuis une quarantaine d’années environ que quelqu’un ou quelque chose viole  l’espace aérien.

Les mesures pourraient selon moi être les suivantes:

premièrement recueillir les faits, les témoignages… et en faire une base de données pour une étude puis une analyse de la situation, ce serait déjà la genèse d’un programme suivi de procédures.

Ensuite, il faudrait élaborer un plan par rapport à ce que les renseignements savent.

Capacités technologiques  » des intrus », vitesse, camouflage, manœuvrabilité, points forts et points faibles.

Des questions viennent ainsi rapidement à l’esprit:

D’où viennent ces phénomènes ou ces êtres, est- ce par hasard?

Ces visites sont elles volontaires?

Si ces intrusions sont volontaires, dans quel but?

Ces choses se contentent-elles de traverser notre planète comme un poste avancé ni plus ni moins, ou viennent-elles prendre quelque chose qui leur fait défaut?

Veulent -elles seulement étudier notre planète et pourquoi?

Sont-elles pacifiques, hostiles ou neutres ?

Parmi un tas d’interrogations, il faut envisager de se protéger, se prémunir, anticiper.

Et ceci nous dirige à une autre phase du programme qui impliquerait  plusieurs secteurs de recherches, d’essais, de leurres…

Un vaste et coûteux projet aurait ainsi pu voir le jour.

Voici ce que me propose mon imagination car bien entendu je ne vous soumets qu’une idée qui est difficile à croire mais qui pourrait de près ou de loin ressembler à ceci:

contenu du processus selon moi:    Source image: http://picfind3.bloguez.com/

En partant du principe que nos meilleurs avions, radars, satellites, armes sont mis hors-service, surclassés , un laboratoire grandeur nature avec des tests multiples et incluant des disciplines  telles que la biologie, l’exobiologie, l’aéronautique, l’armement, les moyens d’énergie, les modes de propulsions, les systèmes de décodages et de surveillance, le contrôle de la population victime ou témoin civile ou militaire , aurait peut-être au fil du temps vu le jour et ainsi peut-être confiée en secret aux plus grandes puissances en collaboration unilatérale.

Je vais loin mais certains O.V.N.I.S  seraient ainsi des éssais privés très spéciaux pour se rapprocher au plus près de ceux qui surclassent nos appareils en terme de propulsion, vitesse, manoeuvrabilité et performances technologiques .

L’ armement, comme la protection ont été sans doute pris en compte.

Pour la population, qui nous dit que des gens qui disparaissent et que l’on ne retrouve jamais ou dans un état de traumatisme important, n’auraient pas été enlevés pour servir de cobayes et non pas par des entités – et là le leurre rentre en ligne de compte – mais par une unité spéciale déguisée  ? et en testant un armement spécial du genre reprogrammer le cerveau en ‘injectant  un implant (nanotechnologie).

Les personnes enlevées à leur insu  transportées dans un vaisseau expérimental, dans le but de tester et le vaisseau et le comportement biologique et psychique du » cobaye ».Vous leur administrez une drogue et avec quelques effets spéciaux, les cobayes croiraient dur comme fer à une RR4  ou un cauchemar ( pour le mieux lotis, c’est à dire ceux qui ne présentent aucune séquelle physique). Ce qui pourrait expliquer des traces chimiques, radiations, brûlures sur quelques-uns d’entre eux lorsque ces expériences échouent.

Propagande d’un côté, menaces de l’autre les fameux men-in black (MIB) , tout ceci ne serait qu’une machination pour le bien de l’ humanité bien obligée de sacrifier quelques-uns de ses semblables pour espérer sauver le cas échéant le reste du monde.

Ainsi on comprendrait aisément pourquoi ce sont toujours les militaires qui s’occupent du problème  des P.A.N ( phénomènes aérospatiaux non-identifiés) et ceci partout dans le monde. Exemple avant d’aboutir au GEIPAN en France le recueil est déposé en gendarmerie (ministère de la défense) soit dit au passage l’ US air force pour les U.S.A etc….

Ceci relève un peu de l’hypothèse du complot de la conspiration certes, mais pour le bien de l’humanité quelquefois il n’y a pas d’autres choix. L »histoire nous le rappelle avec cet exemple dans un autre contexte et autre problème, celui du 06 Juin 1944 en normandie le débarquement  n’ a pas du tout été un bon souvenir pour les villages abondamment bombardés par les alliés afin de réussir ce qui allait rester historique, alors pour moi, tout est envisageable, le meilleur comme le pire, l’ absurde comme le devoir au nom de l’intérêt général…..

Dans tout ça en fait il n’y aurait qu’un très faible pourcentage de phénomènes aérospatiaux non-identifiés de type exotiques que des prototypes qui n’auront officiellement jamais existé, aurora, ajax, black manta et consors…..

Mes amis je vous laisse ainsi à votre prore réflexion, la vérité est ailleurs semble nous démontrer une série qui nous a sans doute glissé un petit message ni vu ni connu dans des épisodes très très romancés.

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :