Transmettre son savoir est un don de soi

Archives de la catégorie ‘Billets et Infos Administration’

Mégastructures artificielles ou naturelles détectées par les instruments spatiaux ?

Illustration d’une sphère de Dyson construite autour d’une étoile, hypothèse envisagée pour expliquer les étranges variations de luminosité de l’étoile KIC 8462852. © capnhack.com via Futura-sciences

 

Mardi 27 novembre 2018 à 14h45.

Des idées basées sur des calculs poussés aidés ou non par des expériences sont utilisées par des scientifiques pour étayer des hypothèses et suggérer des méthodes Des concepts sont alors plus ou moins envisagés et ceci donnera un projet qui aboutira à un programme si le projet est retenu puis enfin la réalisation du projet prendra forme au fil du temps et deviendra une réalité quelque chose qui fera le quotidien de notre espèce dite avancée.

Ainsi certaines méthodes servent de référence pour certains de nos contemporains. 

Parmi les méthodes j’ai relevé cette approche, car elle nous servira pour ce qui va suivre dans cet article.

Je précise que je me sers de mes précédents articles quelquefois et c’est le cas aujourd’hui pour vous  proposer une idée de réflexion en combinant deux principes qui peuvent être compatibles pour étayer une certaine perception qui restera de toute façon discutable à ce stade.

Échelle de Kardashev.

Nikolaï Kardashev a présenté son échelle en 1964 lors de la conférence de Byurakan (aujourd’hui en Arménie), qui faisait le point sur le programme d’écoute de l’espace par la radioastronomie soviétique.

Le but étant de classifier le niveau technologique de notre civilisation mais surtout de celles qui pourraient exister au sein de notre  système solaire, de notre galaxie la voie lactée ou plus loin encore aux confins du cosmos à travers l’espace et le temps dans d’autres dimensions ( estimées à 10 par la théorie des cordes ) mais ce chiffre est rejeté par d’autres savants. 

(  Extrait  ci-dessous en italique source  sciencetonnante.wordpress.com/)

« Dans le cas de la théorie des cordes, les 6 dimensions supplémentaires appartiennent à la catégorie des objets mathématiques non-directement mesurables. La géométrie de l’espace de Calabi-Yau ( du nom de leurs deux découvreurs, Eugenio Calabi et Shing-Tung Yau). influe sur le calcul des quantités physiques mesurables, mais ces dernières seront in fine présentées en 4 dimensions. »

Cet extrait pour préciser que le monde scientifique n’a pas de certitudes et que les débats sont interminables entre les différents courants de pensées , à ce stade ils nous ressemblent plus ou moins.

Revenons sur cette fameuse échelle de Kardashev qui elle même ne fait pas l’unanimité soit dit au passage !

Catégories définies par KARDASHEV

Kardashev astrophysicien et exobiologiste russe qui a participé au projet Radio Astron. ( Il s’agit d’un radiotélescope pesant 5 tonnes et qui, une fois ses 27 pétales en fibres de carbone déployés, se retrouve doté d’un miroir de 10 mètres de diamètre. Il a été lancé du cosmodrome de Baïkonour, situé au centre du Kazakhstan, le 18 juillet 2011 -crédit Futura-Sciences ) 

(Extrait Wikipédia )

Une civilisation de Type I est capable d’utiliser toute l’énergie disponible sur sa planète d’origine, approximativement 1,74×1016 W. Sur Terre, la puissance disponible s’élève à 1,74×1017 W. La valeur de 4×1012 W, proposée initialement par Kardashev, correspondait au niveau énergétique atteint sur Terre en 1964.

TYPE II

Une civilisation de Type II doit s’avérer capable de collecter toute l’énergie de son étoile centrale, soit à peu près 1×1026 W. Il s’agit là encore d’une estimation, le Soleil rayonnant environ 3,86×1026 W, tandis que Kardashev parlait de 4×1026 W.

TYPE III

Une civilisation de Type III a à sa disposition toute l’énergie émise par la galaxie dans laquelle elle est située, soit près de 1×1036 W. Ce niveau d’énergie varie largement en fonction de la taille de chaque galaxie, Kardashev le fixait à 4×1037 W.

Partons du principe qu’il existe une civilisation de type 2 qui est en passe de devenir une civilisation de type 3 conformément au principe de Kardashev, cette civilisation ultra avancée en matière de technologie a mis au point des vaisseaux  spatiaux performants et rapides mais aussi des machines.

Ceci nous amène à explorer une technique appelée sphère de Dyson.

Qu’est-ce une sphère de Dyson ?

Freeman Dyson dans son bureau à l’université de Princeton (États-Unis). Le physicien a très bien connu de grands noms de la physique comme Hans Bethe et Robert Oppenheimer. © Monroem, Wikipédia, CC by-sa 3.0 

Ce concept doit son nom au physicien Freeman Dyson voir image ci-dessus.

Il a proposé ceci en 1960 en rédigeant une lettre qui a été publiée dans le journal Science .

Ce physicien de haut niveau a participé au projet spatial Orion , un vaisseau qui posséderait l’énergie nucléaire en guise de carburant , des explosions successives situées  à l’arrière du vaisseau, le pousseraient vers l’avant ( pour faire court et simple). Un tel mode de propulsion permettrait d’atteindre la planète Mars en quelques mois seulement, moins de 6 mois qui est le temps  actuellement  pour couvrir la distance Terre-Mars sur la fenêtre de tir la plus favorable, c’est à dire là où nos deux planètes sont les plus proches et avec le mode propulsion chimique employé à ce jour à notre connaissance.

Nous pouvons également lui attribuer  le célèbre temps de Dyson (qui donne  une estimation de la durée pendant laquelle un univers en expansion infinie peut abriter une vie intelligente.)

Utiliser  l’énergie  de notre étoile le soleil ou d’un autre soleil  pour alimenter des vaisseaux interplanétaires.

Dyson a alors calculé qu’en utilisant une masse de matière équivalente à celle de Jupiter, il est possible d’entourer notre Soleil d’une coque semi-solide, d’une épaisseur de 2 à 3 mètres, capable de piéger le rayonnement de notre étoile.

Ces données technico-scientifiques utiles pour parler de certains mystères .

VVV-WIT-07

Représentation artistique d’une bande de poussière déformée hypothétique autour de KIC 8462852, également connue sous le nom de Tabby’s Star. Ce n’est qu’une des nombreuses explications possibles du scintillement étrange de l’étoile et ceci pourrait être un facteur si une seconde étoile récemment retrouvée affichait également un comportement similaire. Crédit: NASA / JPL-Caltech via scientificamerican.com

VVV-WIT-07 est une vieille étoile faible qui interpelle au sein de la communauté astronomique et de certains dont je fait parti. 

La première étoile rouge qui se trouve entre notre Soleil et le noyau galactique de la Voie Lactée a été observée pour la première fois comme «clignotante» en 2012. Elle faisait partie d’une étude réalisée par le télescope VISTA au Chili.

En 2012, VVV-WIT-07 a diminué progressivement au cours des 11 derniers jours. Elle  a ensuite rapidement disparu pour devenir presque noir – de plus de 80% – pendant une période de 48 jours.

C’est nettement plus que le KIC 8462852 (Tabby’s Star), qui a diminué de 20% environ. (Crédit academic.oup.com/  référence )

L’ astrophysicien Eric Mamajek de l’université de Rochester dira ceci au média Scientific American .

« Il faut que ce soit plus d’ un million de kilomètres de large, et très dense pour être en mesure de bloquer beaucoup starlight, ( de lumière de l’étoile en français)  » .

Des questions se posent lorsque ces impulsions ne sont pas rythmiques et que leur ampleur est extrême et erratique. Alors certes nous ne comprenons pas encore parfaitement le fonctionnement des systèmes stellaires,  et tout  ce qui les entourent, mais pouvons nous exclure une autre possibilité même si celle -ci est hasardeuse au premier abord ? Que ce soit cet objet insolite ou un autre, nous ne pouvons pas éliminer que certains soient peut-être des objets artificiels dont l’origine est issue d’une intelligence artificielle, biologique, métaphysique ou robotique,  ou des objets naturels transformés et utilisés pour différentes raisons, errant ainsi entre l’espace et le temps, passant d’une dimension à une autre, ou provenant  tout simplement de notre propre galaxie ou peut-être même plus proche de nous  encore, venant de notre propre système solaire  ? De surprises en surprises nous apprenons toujours et encore , à commencer par nos erreurs qui se révèlent tôt ou tard et personne ni même les savants n’échappent à ça. Pour l’heure continuons à explorer le maximum de contrées terriennes ou spatiales.

©2018- Matisse sylvain -droits d’auteur à respecter , merci .


Références  utilisées pour cet article :

NASA / JPL-Caltech

scientificamerican.com

blog.francis-leguen.com

sciencetonnante.wordpress.com

news.com.au

futura-sciences.com

Wikipédia

Investigations ufoetscience

Médiathèque et index ufologique et spatial 

academic.oup.com

 capnhack.com


 

Mise à jour le 27/11/2018 à 14h45.

Publicités

Quel usage sera fait pour les nouveaux éléments chimiques issus du tableau périodique des éléments?

Investigations UFO et Science

Kosuke Morita, de l'institut Riken, montre le nouvel élément 113 du tableau périodique de Mendeleïev, lors d'une conférence de presse, le 31 décembre 2015 à Saitama (Japon). (NORIAKE SASAKI / YOMIURI)Kosuke Morita, de l’institut Riken, montre le nouvel élément 113 du tableau périodique de Mendeleïev, lors d’une conférence de presse, le 31 décembre 2015 à Saitama (Japon). (NORIAKE SASAKI / YOMIURI)

Sylvain Matisse Enquêteur Crédit Photo : Investigation Océanographique et Oanisinvestigations ufoetscience

Dimanche 10 Janvier 2016 à 11h25:

« La découverte récente du nouvel élément 113 du tableau périodique, par une équipe Japonaise fait suite à la découverte par  les américains et les russes des éléments 115, 117 et 118.

Le tableau périodique des éléments, parfois appelé table de Mendeleïev (du nom du scientifique russe qui en a créé la première version en 1869), rassemble les éléments chimiques classés en fonction de leur composition et propriétés chimiques . Ces découvertes pourront -t-elles à terme nous servir dans nos recherches concernant de près ou de loin l’ufologie?

Tout dépend à quoi serviront ces nouvelles trouvailles?

Tout est dans cette question, alors je reste pour ma part attentif à ce qui va en découler et à…

Voir l’article original 16 mots de plus

Toulouse: Le magazine top secret rencontre avec ses lecteurs

magazine topsecret_pp

Adm:investigations oceanographique et oanisarea51blog-2investigations ufoetsciencemediatheque

« Dans le cadre du partenariat que nous avons avec le magazine TOP SECRET, nous mettons en ligne cet événement:

l’organisation
des rencontres avec les lecteurs du magazine se dérouleront le 19 avril 2014 à Toulouse.
Venez nombreux pour échanger avec le magazine et certains de  ses partenaires .« 

Cliquez sur les liens ci-dessous

Magazine top secret

Page partenaires

N’oubliez pas le No 72« les fissures de la matrice »  arrive .

magazine top secret

A.T.O.M.E . T.V.

Note de sylv1 adm:mediatheque

Jeudi 23/01/2014 à : 12h05:

photo  atome(1)« ATOME une emission crée par Gilles Thomas (ODHTV) à laquelle nous avons plus ou moins contribué Eclipse (astropleïades) et moi ainsi que d’autres personnes.Magazine axé principalement sur la science , à la base pouvant servir pour l’ufologie. Atome amorce désormais un virage plus ludique d’une certaine manière, dirigé par Gilles T de belle manière. Nous remercions les intervenants de partager leur savoir.« 

ATOME Tv vous présente par le biais d’interviews, de reportages et conférence l’astronomie, les sciences, les mystères de l’Histoire, la géologie, l’océanographie et l’électronique.

Ci-dessous l’interview réalisée par Eclipse de l’astronaute Michel Tognini 

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Publiée le 10 janv. 2014

Michel Tognini est un astronaute français de l’Agence spatiale européenne (ESA).
Il a pris part à la mission « Antarès » du 27 juillet au 10 août 1992. Il s’agissait de son premier vol à bord de MIR, où pendant 14 jours il a mené un programme d’expériences franco-soviétiques.
Son second vol spatial, lors de la mission STS-93, a eu lieu du 22 au 27 juillet 1999. Il était principalement chargé d’aider au déploiement du satellite Chandra et s’était préparé à une sortie dans l’espace. L’observatoire dans le rayonnement X Chandra, conçu pour une étude approfondie de l’Univers, est équipé d’un télescope devant permettre aux scientifiques d’observer des phénomènes rares comme les explosions stellaires, les quasars et les trous noirs.
Depuis janvier 2005, Michel Tognini est le Chef du Centre Européen des Astronautes (EAC), Direction Vols habités, Microgravité et Exploration de l’ESA, à Cologne.

rainbow

Mise à jour médiathèque et index ufologique et spatial , le: 23/01/2014 à 12h05.

mediatheque

joyeuses fêtes de fin d’année

gif espace

 joyeuses fêtes de fin d’année

mediatheque

Océan synthèse d’investigation ( chapitre 1 )

Cliquez pour agrandir
Cliquez pour agrandir

« Carte marine

illustration

Pour la recherche ufologique l’administration a mis les cap sur les fonds marins.

Les premiers enseignements ne tarderont plus à venir une fois le travail colossal effectué .

Ce n’est pas  celà qui va nous décourager ou entamer notre motivation, bien au contraire!

Le domaine scientifique est vaste, complexe , les mystères tenaces et insaisissables.

L’objectif de la rédaction est d’explorer une à une les filières en rassemblant les découvertes, la connaissance , les témoignages dans un sens rationnel , crédible.

Rien que pour les océans, nous constatons que la vie abonde , même dans les endroits inadaptés elle s’installe, résiste se développe, évolue. Elle est si solide et fragile à la fois.

Des espèces étonnantes, intrigantes voir originales tapissent le fond de nos océans. Le premier constat éloquent si vous vous donnez la peine de consulter pages par pages ce site comme vous le feriez avec un livre  et si vous faites fonctionner vos neurones et ouvrez votre esprit , la vie même dans le poison existe ! Première preuve que je vous suggère pour étendre et revoir au possible les zones d’habitabilité des exoplanètes que les missions Kepler  et Corot scrutent!

 

Lire la suite :

Océan synthèse d’investigation ( chapitre 1 ).

 

David Grinspoon présentation d’un astrobiologiste

Image source:http://www.westword.com/photoGallery/index/231116/0/

Note administration:

Présentation d’un chercheur à l’esprit ouvert en étant pourtant un scientifique chevronné.

Il se livre quelquefois sur le sujet de ses études et analyses dans des documentaires qui sont toujours instructifs et nous permettent ainsi d’entrevoir ce qui peut exister sur notre terre tout d’abord,  puis sur d’autres planètes , ou certaines lunes comme Titan ou encelade lunes de Saturne, Europe lune de Jupiter….

Bien entendu la filière astrobiologique  possède d’autres personnes de qualité qui ne sont sans doute pas médiatisées du tout!

Ce savant nous guide sur ses propres recherches et convictions et ainsi nous bénéficions à mon sens, d’une base rationnelle de travail sur ce secteur d’activité. Cette orientation nous permets d’avancer en toute objectivité, en tout cas nous laisse  une piste non négligeable.

Lien externe concernant les travaux du scientifique:

Venus: Inhabited World?

Abstracts and PDFs of Papers

Article source:http://www.funkyscience.net/

David Grinspoon is Curator of Astrobiology in the Department of SpacSciences at the DenverMuseum of Nature & Science

and Adjunct

Professor of Astrophysical and Planetary Science at

the University of Colorado.

David Grinspoon est conservateur

d’astrobiologie au Département des

sciences de l’espace au Musée de

Denver de Nature & Science

et professeur auxiliaire de

sciencesastrophysiques et planétaires

à l’Université du Colorado.

An internationally known Planetary Scientist

funded by NASA to study the evolution of

Earthlike planets elsewherein the universe,

Dr. Grinspoon serves as an advisor to NASA

on space exploration strategy.

Un scientifique de renommée internationale

planétaire financé par la NASA pour étudier

l’évolution des planètes semblables

la terre ailleurs dans l’univers,le Dr Grinspoon

sert comme conseiller auprès de la NASA sur la

stratégie de l’exploration spatiale.

He serves as Interdisciplinary Scientist on

Venus Express, the European Space Agency’s

first mission to Venus.

Il sert en tant que scientifique interdisciplinaire

sur la sonde Venus Express, première mission de

l’Agence spatiale européenne à destination de Vénus.

He has also lectured and published widely.

Il a également donné des conférences et publié

de nombreux articles. His first book, Venus Revealed,

(Perseus Books, 1998) was a Los Angeles

Times Book Prize finalist. Son premier livre,

Vénus Revealed, (Perseus Books, 1998) était un

Los Angeles Times Book Prize finaliste.

David was also selected to be trained as a

sub-orbital astronaunt and completed his training

on the 13th of January 2010! David a également

été sélectionné pour être formé comme un

astronaunt sub-orbital et a complété sa

formation le 13 Janvier 2010!

Son dernier livre, Lonely Planet:

The Natural History de vie extraterrestre

a remporté le 2004 PEN Centre Unis

Prix littéraire pour Nonfiction recherche.

His popular writing has appeared in Slate,

Scientific American, Natural History,

The Sciences,Seed, Nature,

Astronomy, the Boston Globe,

LA Times and the New York Times.

Son écriture populaire a paru dans Slate,

Scientific American, Histoire naturelle,

les sciences,

de semences, de la nature, l’astronomie,

le Boston Globe, LA Times et le New York Times.

His technical papers have been published

in Nature,Science, and numerous

other journals.

Ses documents techniques ont été publiés

dans Nature, Science, et de nombreuses

autres revues.

Dr. Grinspoon has been featured on

numerous television

(PBS’s Life Beyond Earth; BBC’s The Planets)

and radio

(NPR’s Science Fridays, Wisconsin Public Radio, BBC World

Service)

shows. Dr Grinspoon a été présenté à la

télévision de nombreuses

(Vie PBS-delà de la Terre; BBC The Planets) et la radio

(les vendredis sciences NPR, Wisconsin Public Radio,

BBC World Service)

montre. He has given invited talks at international

conferences

throughout the US, Europe, and Australia.Il a donné

des conférences invitées dans des conférences

internationales à travers les Etats-Unis,

en Europe et en Australie.

The American Astronomical Society awarded

him the 2006

Carl Sagan Medal for excellence in public

communication of planetary science.

L’American Astronomical Society lui a décerné en

2006 la Médaille

Carl Sagan pour l’excellence en communication

publique de

la science planétaire. Grinspoon is also an

award-winning

musician who has played guitar and sung in several

great bands destined for obscurity.

Grinspoon est aussi

un musicien primé qui a joué de la guitare et chanté

dans plusieurs grands groupes destinés à l’obscurité.

In fact, Dr. G played lead guitar for a band called

the Geeks years before being a geek became cool.

En fait, M. Ga joué guitare lead pour un groupe appelé

les années Geeks avant d’être un geek devenu cool.

Grinspoon holds degrees in Philosophy of Science

and PlanetaryScience from Brown University and a

doctorate in Planetary

Sciences from the University of Arizona.

Grinspoon est diplômé en philosophie des sciences

et des sciences planétaires de l’Université Brown et

un doctorat en sciences planétaires del’Université de l’Arizona.

He lives in Denver with his three highly intelligent cats.

Il vit à Denver avec ses trois chats très intelligents.

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :