Transmettre son savoir est un don de soi

Archives de la catégorie ‘aéronautique/aviation/prototypes’

UN nouveau véhicule pour la NASA le Mars Rover.


Un rover Mars construit par une société de véhicules- nouveau concept pour le Centre spatial Kennedy de la NASA.
crédit photo businessinsider.fr
Shanon Parker / Parker Brothers Concepts

La NASA a exploité  au kennedy Space Center situé en Floride avec succès six engins de débarquement sans équipage et des véhicules pour la surface martienne depuis que le premier a atterri il y a plus de 40 ans. CBS News ‘Omar Villafranca jette un coup d’œil concernant l’avenir d’un Mars Rover.

Le complexe des visiteurs du Centre spatial Kennedy de la NASA a déployé silencieusement un rover Mars de six roues. Le véhicule a été fabriqué par une société de concept-car et a débuté début mai. Un réseau de câblodistribution majeur devrait produire une émission de télévision sur la conception et la construction du véhicule non identifié. Bien qu’il s’agisse d’un véhicule de démonstration pour une utilisation éducative, il a été créé pour être aussi réaliste que possible.

La vidéo et les images du véhicule complété ont commencé à apparaître sur les sites ainsi que les réseaux sociaux à partir du  9 mai, après un dévoilement officiel du rover anonyme en Floride ce jour-là. Un clip partagé sur Instagram montre le rover, qui ressemble à la Bat mobile du film « Batman Begins »,  qui roule lentement autour d’une route en face du complexe. ( Source

Publié par – cbsnews.usa – 2017.06.03. 14:54

Vidéo CBS This Morning Via youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Mise à jour le 06/06/2017 à 18h50.

 

Stratolaunch, un avion gigantesque qui va lancer une fusée en plein vol.Un premier vol d’essai en 2019

Après avoir été les premiers à concevoir un avion-fusée privé (SpaceShipOne) capable d’emmener des passagers au delà de l’atmosphère terrestre (+ de 100 km d’altitude), ils remettent le couvert avec Stratolaunch, un avion gigantesque qui va lancer une fusée en plein vol. Après l’arrêt du programme des navettes spatiales de la NASA, cette nouvelle technologie pourrait donner un nouveau souffle à la conquête spatiale américaine.
crédit: actinnovation.com

Article source: usinenouvelle.com

Première sortie pour l’avion géant Stratolaunch. Financé par Paul Allen, le cofondateur de Microsoft, cet avion a une envergure de 117 mètres. Perché sur 28 roues et propulsé par six réacteurs Stratolaunch doit transporter et lancer en orbite basse une fusée et son satellite.

Suite

Vidéo youtube

Si cette vidéo ne fonctionne pas cliquez ici

Mise à jour le 04/06/2017 à 13h50.

Fiche technique : Propulsion électrique des engins spatiaux

Fiche technique : Propulsion électrique des engins spatiaux.

 

analyse.gif

ius6

avatar i love japan

Note de sylv1 adm:

Vendredi 14 juin 2013, 12h20.

Je suggère un article décryptant certains aspects technologiques pour la conception  de certains véhicules spatiaux , sans doute un critère des engins de demain voué à s’étendre dans ce genre de procédé concernant la filière aérospatiale à divers stades.

Explications dans l’article ci-dessous.

gif

Barre cora

VASIMR source: salotti.pagesperso-orange.fr/

VASIMR
Source: salotti.pagesperso-orange.fr/

Propulsion électrique des engins spatiaux

Article source:salotti.pagesperso-orange.fr/

Introduction

Il existe déjà de nombreux sites webs consacrés à la propulsion électrique des engins spatiaux, aux technologies des moteurs ioniques ou à plasma comme le concept VASIMR. Le concept est maîtrisé, car plusieurs missions, dont SMART 1, ont déjà exploité des moteurs ioniques. Il n’est pas question ici d’en rappeler les détails, mais de discuter de l’exploitation de ces systèmes de propulsion dans le cadre d’un voyage habité aller-retour vers Mars. A priori, le concept semble intéressant car en propulsion chimique classique la masse des ergols embarqués dans les fusées est colossale. En ce qui concerne les moteurs ioniques ou à plasma, ils permettent précisément une grande économie de carburant. Le principe du moteur ionique est simple : il faut d’abord ioniser un gaz, puis accélérer les ions grâce à la force électromagnétique. Les ions sont ensuite éjectés à très grande vitesse (de l’ordre de 50 km/s) dans la direction opposée au déplacement de la fusée. Il existe 4 caractéristiques essentielles :

  • La poussée est extrêmement faible, souvent inférieure à 1 Newton, ce qui implique une durée de poussée de l’ordre de plusieurs mois pour atteindre une vitesse significative.

  • Le Delta V qu’il faut atteindre pour rejoindre une orbite haute depuis LEO, ou pour atteindre Mars depuis une orbite haute terrestre est très supérieure au Delta V classiquement requis en propulsion chimique. Ceci est dû à l’effet Oberth. Voir par exemple le site dédié au « Delta V budget » de l’Université de Delft pour un tableau approximatif des Delta V en propulsion électrique. Bien entendu, cela a un impact encore plus fort sur la durée du voyage.

  • Il faut énormément d’énergie électrique pour faire fonctionner le moteur, typiquement de l’ordre de plusieurs dizaines ou centaines de kiloWatts et certains envisagent même des MegaWatts.

  • Le durée de vie du moteur est généralement limitée en raison de l’érosion due aux ions (sauf pour le concept VASIMR qui n’utilise pas de cathodes)

1. Exercice d’application : quelle durée pour atteindre 1 km/s ?

Pour se faire rapidement une idée, il est utile de prendre un exemple. Supposons que le vaisseau soit équipé d’un moteur ionique alimenté par des panneaux solaires ou un réacteur nucléaire. Prenons en considération les données du système NEXIS (Nuclear Electric Xenon Ion System) publiées dans la référence suivante :
J.E. Polk et al, An overview of the Nuclear Electric Xenon Ion System (NEXIS) Program, Joint AIAA Propulsion Conference, Huntsville, Alabama, 20-23 juillet 2003.
Ce système requiert 20 kW électrique pour obtenir une impulsion spécifique de 7500 secondes avec une poussée de 0,4 Newton. Supposons que nous disposions de 100 kW et prenons 5 moteurs à propulsion ionique de ce type. Cela fait une poussée de 2 Newtons. Si un souhaite augmenter la vitesse d’un vaisseau de X tonnes de 1 km/s, par exemple pour atteindre la vitesse de  libération martienne à partir d’une orbite martienne déjà haute, combien de tonnes d’ergols faut-il et combien de temps doit durer la poussée ? Voici quelques équations importantes pour tout calculer :

L’avion sans pilote, le taxi de demain (vidéo)

 Il s’agit du moyen de transport de demain. C’est l’objectif avoué d’une équipe de chercheurs européens qui planche depuis trois ans sur cet avion personnel libre-service. Sans pilote à bord.

Aussi absurde soit-il, le concept n’est pas aussi irréaliste qu’il n’y paraît. LePPlane, pour Personal Plane, pourrait devenir dans les vingt ans le transport public à la mode. Une piste sérieuse puisque l’ONERA, le centre français de recherche aérospatial, et des partenaires européens ont déjà dépensé 4 millions d’euros en trois années pour développer cet avion libre-service sans pilote capable de transporter jusqu’à quatre personnes. L’ensemble du système serait entièrement automatisé. Le décollage se ferait à partir d’une rampe de lancement de deux cents mètres, alors qu’à l’atterrissage, l’avion serait réceptionné par une sorte de wagonnet.

viaL’avion sans pilote, le taxi de demain (vidéo).

La vision de l’aviation en 2050 d’Airbus‏

L’avionneur Airbus a profité du Salon Aéronautique ILA de Berlin pour révéler le dernier chapitre de ‘The Future by Airbus’, mettant en scène sa vision d’une aviation durable en 2050 et au-delà.

dezeen_Smarter-Skies-by-Airbus-3

Cette vision ne s’arrête pas à la conception des appareils mais s’attache aussi à démontrer comment les appareils sont exploités au sol et en vol afin de répondre de manière durable à la croissance programmée du transport aérien.

« Nous encourageons constamment nos ingénieurs à avoir un esprit ouvert et à proposer des idées ‘déroutantes’ qui permettront à notre industrie d’atteindre les objectifs que nous nous sommes fixés pour 2050. Ces derniers ainsi que tous les autres objectifs ambitieux en matière d’environnement ne pourront être atteints que grâce à un investissement dans une conception plus intelligente des avions combiné à l’optimisation de l’environnement dans lequel ils sont exploités. C’est la raison pour laquelle nos tout derniers concepts ‘The Future by Airbus – Smarter Skies’ ne sont pas uniquement axés sur les appareils que nous faisons voler, mais sur la manière dont nous pourrions voyager en 2050 », a déclaré Charles Champion, Executive Vice President Engineering d’Airbus.

D’ailleurs, si le système de gestion du trafic aérien (ATM) et les technologies embarquées étaient déjà optimisés aujourd’hui, les recherches menées par Airbus semblent indiquer que la durée des vols en Europe et aux Etats-Unis pourrait être réduite de 13 minutes en moyenne. Des résultats similaires pourraient être obtenus pour les vols sur les autres continents. Sur une base d’environ 30 millions de vols par an, quelque 9 millions de tonnes de carburant pourraient être économisés à l’année, ce qui reviendrait à émettre 28 millions de tonnes de CO2 en moins et à gagner 5 millions d’heures de vol. Ajoutez à cela une nouvelle conception des avions, des sources d’énergies alternatives et une nouvelle conception du transport aérien, et vous pourrez constater des améliorations d&# 39;autant plus significatives.

‘The Future by Airbus’ met l’accent sur ces différents points et la vision ‘Smarter Skies’ se compose de 5 concepts pouvant être mis en œuvre tout au long des étapes de l’exploitation d’un appareil afin de réduire les pertes dans le système (perte de temps, gaspillage de carburant, réduction des émissions de CO2). Ces concepts sont les suivants :

Des avions assistés au décollage grâce à une accélération propulsée, alimentée par des énergies renouvelables pour une ascension à pente plus forte depuis l’aéroport afin de réduire le bruit et d’atteindre plus rapidement et plus efficacement des altitudes de croisière. L’espace se raréfiant et les mégapoles devenant une réalité, ce type d’approche permettrait également de limiter au maximum l’aménagement du territoire puisque l’on pourrait recourir à des pistes plus courtes.

Des appareils très intelligents devraient pouvoir « s’organiser entre eux » et opter pour les lignes les plus efficientes et les plus respectueuses de l’environnement (« vol libre »), en tirant le meilleur parti des conditions météorologiques et atmosphériques. Les lignes très fréquentées devraient également permettre aux appareils de voler en formation, à l’instar des oiseaux, en phase de croisière, optimisant ainsi l’efficience grâce à une réduction de la traînée et de la consommation d’énergie.

dezeen_Smarter-Skies-by-Airbus-1

Des avions autorisés à procéder à des approches plus souples jusqu’à l’aéroport permettraient une réduction des émissions tout au long de la descente et une réduction du bruit lors d’une approche à forte pente dans la mesure où une poussée des réacteurs ou un freinage aérodynamique est inutile.
Ces approches permettraient également d’anticiper la diminution de la vitesse d’atterrissage, réduisant ainsi les distances (moins de longueur de piste nécessaire).

A l’atterrissage, les moteurs pourraient être coupés plus tôt, les pistes dégagées plus rapidement et les émissions engendrées par les opérations au sol réduites.

La technologie pourrait optimiser la position d’atterrissage d’un appareil avec suffisamment de précision pour mettre en place des moyens autonomes de roulage fonctionnant grâce à des énergies renouvelables, dans le but de dégager la piste plus rapidement, permettant ainsi d’optimiser l’espace des terminaux et de lever les restrictions en termes d’espace pour les pistes et les portes d’embarquement.

Il sera nécessaire d’utiliser des biocarburants et toute autre source d’énergie alternative potentielle (électricité, hydrogène, énergie solaire, etc.) afin de garantir l’approvisionnement et de réduire encore davantage l’empreinte environnementale de l’aviation sur le long terme.

Les énergies renouvelables régionales proches des aéroports seront ainsi introduites à grande échelle et permettront à la fois d’alimenter les appareils et de satisfaire aux exigences des infrastructures de manière durable.

Airbus étudie d’ores et déjà un certain nombre de solutions innovantes dans le but de relever les défis de l’aviation durable de demain, que ce soit en termes de développement et d’utilisation de carburants alternatifs, d’investissement dans la conception des appareils ou en favorisant une gestion du trafic aérien (ATM) plus efficace.. Ces nouvelles solutions ont été pensées pour permettre de réduire l’encombrement du trafic aérien et les retards, d’emprunter des lignes plus directes, de choisir de meilleurs profils de vol et devraient contribuer à la diminution des coûts des services de la navigation aérienne par le biais de communications et technologies avancées.

« Nous savons que les gens ont le désir de voyager davantage à l’avenir et nos prévisions vont en ce sens. Nous savons également qu’ils ne souhaitent pas voyager à n’importe quel prix », a déclaré Charles Champion. « Notre priorité, à Airbus, est de satisfaire une demande en croissance constante et de placer les passagers, nos clients et l’environnement au cœur de nos préoccupations. Le futur de l’aviation durable est la somme de divers facteurs et la clé du succès repose sur la collaboration entre les différentes parties qui s’emploient à écrire une suite heureuse à l’histoire de l’aviation»

Sources:

http://www.airbus.com/no_cache/newsevents/news-events-single/detail/la-humboldt-box-de-berlin-illuminee-par-la-vision-de-laviation-en-2050-dairbus/

http://www.airbus.com/newsevents/news-events-single/detail/airbus-unveils-its-2050-vision-for-smarter-skies/

http://www.technologyreview.com/view/429209/flying-the-smarter-skies/

Liste des avions militaires du XXIe siècle

Source image:http://www.gentside.com/avion/

Note administration:

aéronautique/aviation/prototypes

Cette page reprends le concept que j’ai créé sur ufoetscience, concernant cette filière afin que vous sachiez ce qui existe ce que l’homme est capable de faire, ce qui a été élaboré, et le potentiel à venir sur cette « technologie » en évolution constante.

Une base , un historique permets à chacun de nous dans une certaine mesure sans doute relative à comparer les objets connus à ceux étant inexpliqués et ainsi aider à se faire une idée plus précise entre l’observation insolite recueillie et la  performance réélle des engins volants de conception humaine, et des protoypes en essais dans le domaine aérien et  aérospatial aussi!

article source:http://fr.wikipedia.org/wiki/

Liste des avions militaires du XXIe siècle:

Même si la « course aux armements » de la guerre froide a été remplacée par des risques de guerres asymétriques comme la guerilla ou le terrorisme, les armées continuent de se doter d’avions toujours plus performants qui profitent des dernières technologies.

On voit aussi l’avènement d’avions européens et chinois.

Le F-35, encore à l’état de prototype

Avions militaires suivant les pays:

Chine:

Autre article source:http://www.techno-science.net/

Posté par Adrien le Mardi 21/11/2006 à 00:00

Collaboration entre les USA et l’Australie sur les vols hypersoniques:

Vue d’artiste du prototype d’avion hypersonique X-43A de la NASA

L’U.S. AirForce travaillera ainsi en collaboration avec la NASA, des industriels et des universitaires américains, ainsi qu’avec la DSTO australienne (Defense Science and Technology Organisation). Le projet HIFIRE (Hypersonic International Flight Research Experimentation) est un des plus grands programmes de collaboration entre les deux pays, et devrait avoir un impact conséquent dans les domaines de la défense, des vols internationaux et de l’accès à l’Espace.

Dans le cadre de ce projet, près de dix vols hypersoniques réalisés à des vitesses dépassant cinq fois celle du son (Mach 5) auront lieu. Ces essais se dérouleront au cours des cinq prochaines années à Woomera en Australie.

Source: Etats-Unis Espace – bureau du CNES de l’Ambassade de France aux Etats-Unis

Liens externe:

http://www.gentside.com/avion/prototype-avion-futuriste_pic4507.html

http://jpcolliat.free.fr/x6/x6-4.htm

https://moodle.polymtl.ca/course/view.php?id=928

http://coursdubia.pagesperso-orange.fr/NSR%2010.pdf

Vidéos youtube:

Dassault LOGIDUC & nEUROn (stealth UCAV) concept & design

Xtreme prototypes North American X-15

This is a short movie showing the beautiful Xtreme Prototypes X-15 flying above the earth atmosphere and coming back for a safe landing on Edwards base lakebed.
Thanks for watching!
http://www.cleartheprop.com

DARPA Second Test Flight Falcon HTV-2 Mach 20 X Speed Sound 08/11/2011

Icône d'alerte

Pour de meilleures performances de lecture, passez à Flash Player 10. Mettre à niveau maintenant ou en savoir plus

Ajoutée par le 12 août 2011

08/11/2011 atualized 08/12/2011 at 05:24 AM
The second and final flight test of DARPA’s Hypersonic Test Vehicle 2 (HTV-2) is expected to take place today over the Pacific Ocean. The wedge shaped unmanned hypersonic test vehicle is scheduled for launch by a Minotaur IV rocket from Vandenberg Air Force Base on the pacific coast, between 7 AM and 1 PM PDT. The flight is expected to take about 20 minutes. Credit DARPA.

UK’s Stealth Fighter BAE « TARANIS »

Defence firm BAE Systems officially unveiled its first ever high-tech unmanned stealth jet.
The Taranis, named after the Celtic god of thunder, is about the same size as a Hawk jet and is equipped with stealth equipment and an ‘autonomous’ artificial intelligence system.
The plane will test the possibility of developing the first ever autonomous stealthy Unmanned Combat Air Vehicle (UCAV) that would ultimately be capable of precisely striking targets at long range, even in another continent.
Taranis, the prototype of an unmanned combat aircraft of the future, which was unveiled today
The trial aircraft cost £143 million pounds to construct and spearheads BAE’s drive to convince the Ministry of Defence to invest in the next generation of unmanned aircraft.
Almost invisible to ground radar, it is designed to travel at high jet speeds and cover massive distances between continents.
The plane is built to carry out intelligence, surveillance and reconnaissance on enemy territory using onboard sensors.
And it has been designed to carry a cache of weapons — including bombs and missiles -, giving it a potential long-range strike capability.
It can be controlled from anywhere in the world with satellite communications.
Experts say the cutting-edge design is at the forefront of world technology and as advanced as any US development.
The plane began development in December 2006, and is intended to prove the UK’s ability to produce a stealthy UAV.
Taranis will be stealthy, fast, able to carry out use a number of on-board weapons systems and be able to defend itself against manned and other unmanned enemy aircraft.
The concept demonstrator will test the possibility of developing the first ever autonomous stealthy Unmanned Combat Air Vehicle (UCAV) that would ultimately be capable of precisely striking targets at long range, even in another continent
Any future need hinges on the outcome of the Strategic Defence and Security Review, which will conclude around October.Speaking at the unveiling ceremony at BAE Systems in Warton, Lancashire, Minister for International Security Strategy Gerald Howarth said: ‘Taranis is a truly trailblazing project.
‘The first of its kind in the UK, it reflects the best of our nation’s advanced design and technology skills and is a leading programme on the global stage.’
He added: ‘Taranis shows the UK’s advanced engineering, research, technology and innovation sector at its world-beating best.’
Taranis is an informal partnership of the UK MoD and industry British engineering firms including BAE Systems, Rolls Royce, QinetiQ and GE Aviation.
Rolls-Royce will focus on the next generation propulsion system for the Taranis demonstrator.
Speaking on behalf of the industry team, Nigel Whitehead, Group managing director of BAE Systems’ Programmes & Support business, said: ‘Taranis has been three and a half years in the making and is the product of more than a million man-hours.
It represents a significant step forward in this country’s fast-jet capability. This technology is key to sustaining a strong industrial base and to maintain the UK’s leading position as a centre for engineering excellence and innovation. »
The Taranis prototype will provide the MOD with knowledge on the technical and manufacturing challenges and the potential capabilities of Unmanned Combat Air Systems.
Test flights for the Taranis plane are due to start in 2011.

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :