Transmettre son savoir est un don de soi

Photo : EPA

Source de l’article : http://french.ruvr.ru/

L’observatoire spatial à rayons X NuSTAR, lancé le 13 juin 2012, vient de présenter des images du trou noir supermassif caché dans le centre de notre galaxie. Cet objet est appelé Sgr A* en astrophysique (Sgr comme Sagittaire, car il est situé dans la constellation du Sagittaire). Sur les photos envoyées par NuSTAR on peut observer une augmentation temporaire de la luminosité, qui ressemble à un flash de rayons X. Ce phénomène témoigne d’un court regain d’activité du trou noir.

Le trou noir supermassif, dont la masse est estimée à plusieurs millions de masses solaires, n’est pas visible à l’aide des télescopes classiques. L’observatoire NuSTAR a pu enregistrer un puissant flux de rayons X provenant de la matière qui l’entoure et qui atteint en accélérant des vitesses très élevées. Si le trou noir peut absorber une certaine quantité de matière, il peut dégager également une grande quantité d’énergie. C’est cette énergie qui est captée grâce au renforcement du flux des rayons X.

Les observations ont été réalisées en juillet en collaboration avec l’observatoire spatial Chandra (NASA), qui étudie la gamme des flux de rayons X de moins forte intensité. Par ailleurs, l’observatoire Keck (Hawaii), station de recherche basée au sol et spécialisée dans le rayonnement infrarouge a participé à ce projet.

Il ne s’agit pas d’une véritable découverte scientifique. NuSTAR n’a pu qu’enregistrer ce rayonnement, qui caractérise le comportement du trou noir. Mais selon Fiona Harrison, la directrice de ce projet, les données du télescope permettront de comprendre l’origine des regains d’activité sur le Sgr A*, qui reste généralement plutôt calme. La sensibilité de NuSTAR en termes de perception du flux des rayons X reste suffisamment élevée pour étudier ces processus en détail.

La nature calme de Sgr A * suscite des interrogations. Selon les études des scientifiques russes, il y a à peine plusieurs centaines d’années, ce trou noir était beaucoup plus actif. Il absorbait la matière environnante en grandes quantités et devait être donc plus lumineux exposé à des rayons X.

En 1993, l’observatoire spatial russe à rayons X GRANAT a constaté un rayonnement électromagnétique sur le nuage moléculaire SgrB, qui se trouve à seulement 10 parsecs de Sgr A * (environ 300  milliards de milliards de kilomètres). Les chercheurs russes Rachid Suniaev, Maxime Markevitch et Mikhaïl Pavlinski, de l’Institut de recherche spatiale de l’Académie des Sciences de Russie, ont proposé une explication à ce phénomène. Le nuage moléculaire, selon eux, « reflète » toujours le rayonnement électromagnétique du trou noir supermassif, qui était un million de fois plus brillant il y a 300 ans.

Cette hypothèse a été confirmée par l’observatoire orbital INTEGRAL (Agence spatiale européenne). Au cours de 10 années d’observation, les astronomes ont pu déterminer que le rayonnement du nuage moléculaire Sgr B s’estompe progressivement, car le Sgr A*, qui a émis les photons X, est inactif depuis plusieurs siècles.

Malgré cette « hibernation » temporaire, Sgr A* pourrait se réveiller en 2013, car un petit nuage de gaz est en train de se déplacer en direction du trou noir. L’année prochaine, ce nuage devrait s’approcher de lui à une distance de 40 milliards de kilomètres (soit 270 fois la distance de la Terre au Soleil). Les chercheurs supposent que sous l’influence de la force gravitationnelle du trou noir, le nuage moléculaire pourrait commencer à se décomposer, et qu’une partie de la matière se dirigera vers Sgr A*, ce qui pourrait le rendre plus actif. Les astrophysiciens auront donc le privilège d’observer ce spectacle magnifique.

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :