Transmettre son savoir est un don de soi

Article source:http://wiki.razing.net/ufologie.net/htm/japan86f.htm

Le vol 1628 de de Japan Airlines était près de l’extrémité de la jambe d’Iceland-to-Anchorage en son vol de Paris vers Tokyo avec une cargaison de vin, quand son équipage a vu et a détecté trois objets non identifiés. Cette nuit du 17 novembre 1986, l’observation de l’un au moins de ces ovnis a été officiellement confirmé par les radars militaires de la FAA et des États-Unis.

LE CAS:

Selon capitaine Kenju Terauchi, le co-pilote Takanori Tamefuji et l’ingénieur de vol Yoshio Tsukuda, deux petites lumières et un objet lumineux énorme étaient visibles sur leur radar pendant plus d’une demi-heure. Ils l’ont aussi observé visuellement pendant qu’ils pilotaient sur 350 miles (550 kilomètres) vers le Sud à travers l’Alaska du Yukon vers Anchorage.

Dessins par le capitaine Terauchi et l’équipage du vol JAL 1628 représentant ce qu’ils ont vu au dessus de l’Alaska en novembre 1986. Source FAA.

Le capitaine Terauchi, un vétéran ayant volé 29 ans, raconte « C’était très gros, une ou deux fois plus gros qu’un porte-avions. » Il a changé l’altitude et a fait des virages, avec la permission de FAA, dans le but d’identifier les objets qui ont continué à le suivre. Il a dit que les objets se déplaçaient rapidement et s’arrêtaient soudainement. En même temps, la lumière du grand objet était si intense qu’elle illuminait l’habitacle de l’avion et Terauchi a déclaré qu’il pouvait sentir la chaleur émanant de cette lumière sur son visage. Il a ajouté qu’il avait observé l’ovni pendant six minutes avant d’informer quiconque au sol, on en déduit que l’observation visuelle avait commencé à 18:13.

La FAA a d’abord confirmé les affirmations de plusieurs de ses contrôleurs du trafic par radar qui ont détecté le 747 et le grand objet, qui fut aussi confirmé par le radar de l’Armée de l’Air des États-Unis. Les rapports officiels qui suivirent ont essayé de s’en dédire, en attribuant les échos radars à des effets météorologiques. Finalement, cependant, un porte-parole de la FAA a fini par admettre: « nous acceptons les descriptions de l’équipage, mais ne pouvons pas accepter ce qu’ils ont vu.  » 1

LE RAPPORT:

Le résumé des communications entre le capitaine Terauchi et les contrôleurs aériens a été édité par l’administration fédérale de l’aviation:

6:19 PM heure locale:Le pilot de JL1628 demande des informations au contrôleur de la ZAN sur un trafic dans le secteur 15. (FAA Air Route Traffic Control Center, Anchorage)

6:26 PM:La ZAN contacte le centre opérationnel de la Région Militaire (ROCC), et demande s’ils ont des échos radars près de la position de JL1628. Le ROCC répond qu’ils reçoivent un écho radar incontestable à 8 miles (13km) à 10:00 sur l’avant à gauche de la position de JL1628.

6:27 PM:Le ROCC entre en contact avec le ZAN pour leur indiquer qu’ils ne reçoivent plus aucun écho radar à proximité de JL1628.

6:31 PM:JL1628 informe que « l’avion » est « très grand » et en réponse le contrôleur de la ZAN approuve toutes déviations de route qui serait requise pour éviter une collision.

6:32 PM:JL1628 a demandé et a reçu l’autorisation de descendre de FL350 à FL310 (niveau 350 et 310 de vol, signifiant l’altitude de 35.000 et 31.000 pieds, soit 10.500 m. et 9.500 m). Interrogé pour savoir si l’objet était également descendu, le pilote a énoncé qu’il était descendu ‘en formation.’

6:35 PM:JL1628 demande et reçoit l’autorisation de changer de cap à deux un zéro (210 degrés, ou Sud-Ouest). L’avion était maintenant à proximité de Fairbanks et la ZAN est entrée en contact avec le contrôle aérien de l’aéroport de Fairbanks pour savoir s’ils avaient quelque écho radar près de la position de JL1628. Le contrôleur de Fairbanks répondit par la négative.

6:36 PM:JL1628 a effectué un tour de 360 degrés et fut invité a informer la ZAN si le trafic était toujours avec eux, la réponse fut affirmative.

6:38 PM:Le ROCC a appelé la ZAN pour es informer qu’ils avaient confirmation d’un ‘deuxième écho radar’ près de la position de JL1628. Ils leur ont dit qu’ils surveillaient « cela » avec un « autre » équipement radar, et qu’un seul des deux échos était identifié.

6:39 PM:JL1628 informe la ZAN qu’ils n’ont plus l’objet en vue.

6:42 PM:Le ROCC informe qu’il semble que l’objet était parti en arrière et à la droite de JL1628, cependant, ils ne le détectaient plus.

6:44 PM:JL1628 annonce que l’objet est maintenant à 9 heures (à gauche).

6:45 PM:La ZAN demande a un vol de la Northern United Flight de changer son cap de 10 degrés avec l’accord du pilote, afin d’essayer de confirmer l’observation de l’objet.

6:48 PM:JL1628 annonce à la ZAN que l’objet est maintenant à 7 heures (arrière gauche), 8 miles [13 kilomètres].

6:50 PM:Le vol de la Northern United informe qu’il est en vue du vol de la Japan Airlines, sur fond clair, et qu’ils ne peuvent voir aucun autre objet volant.

6:53 PM: JL1628 annonce qu’il n’a plus de contact visuel avec l’objet. 2

Les rapports officiels sont devenus de plus en plus négatifs au fur et à mesure que les jours passaient, émettant des doutes sur la confirmation par radar des observations visuelles. Mais à une conférence de presse de la par le FAA qui s’est tenu le 5 Mars, le porte-parole Paul Steucke a fini par indiquer: « d’après ce que nous savons, l’intégralité de l’équipage est constitué de gens intègres qui ont rapporté exactement ce qu’ils on vu. » 3

ETUDES:

Le cas de la JAL a été analysé par le docteur en optique et physicien Bruce Maccabee, qui l’a divisé en quatre phases. Dans la première phase, le capitaine Terauchi a vu quelques lumières éloignées au-dessous et vers sa gauche, qui a semblaient suivre le 747. Terauchi a d’abord pensé qu’elles provenaient d’un avion militaire, mais le contrôle aérien a indiqué qu’il n’y avait aucun trafic dans le secteur. La deuxième phase fut l’observation par de multiples témoins visuels, l’équipage en entier, des lumières qui se sont déplacées brutalement vers l’avant de l’avion.

Maccabee écrit:

L’observation visuelle par des témoins multiples de l’ensemble de lumières semble inexplicable. L’observation ne peut être une hallucination de l’équipage tout entier. Les lumières ne peuvent pas avoir été des étoiles ou des planètes. Les étoiles et planètes étaient visibles et évidentes avant l’apparition des ‘vaisseaux’ apparus devant l’avion et étaient encore évidentes après que les ‘vaisseaux’ se soient écartés. Il n’y a aucun phénomène normal qui peut expliquer l’arrangement rectangulaire des lumières en rangées horizontales, avec des clignotements occasionnels, et avec l’espacement sombre rectangulaire vertical entre les rangées de lumières, la réorientation des paires de rangées lumineuses l’une au-dessus de l’autre puis l’une près de l’autre, la chaleur que le capitaine a ressenti sur son visage, et ainsi de suite. 4

La troisième phase s’est produite pendant que les « vaisseaux » reculaient et ne pouvaient plus qu’être vus comme « deux lumières faibles, pâles et blanches, » mais un écho a été détecté par le radar à bord d’avion. Tandis que Maccabee concède que l’écho pourrait avoir été provoqué par « une panne temporaire du radar (à réparation automatique, ‘fail over’) » comme suggéré par la FAA, il a ajouté « il semble beaucoup plus probable qu’il y ait eu un certain objet là dehors. »

La dernière phase est peut-être la plus controversée, car le capitaine Terauchi était le seul témoin du prétendu vaisseau spatial géant « deux fois plus grand qu’un porte-avions. »

Maccabee concède:

Il semble au moins plausible qu’il a pu y avoir des nuages curieusement éclairés ou mal interprétés que l’équipage a dit avoir vu au-dessous de l’avion. Bien que les multiples détections des radars au sol sous le jet soient intrigants, l’incapacité des radars a montrer une trajectoire vraiment continue de l’écho inconnu rend la confirmation de radar au mieux ambiguë. Par conséquent il semble que, pour le moins, la dernière partie de l’observation ne convainc pas tant que cela. « Mais même si on ignore arbitrairement la dernière partie du « vol fantastique JAL1628 » on est tout de même intrigué par l’observation visuelle multiple des deux « vaisseaux » qui ont dépassé l’avion. Il semble donc que JAL1628 a été accompagné pendant une partie de son vol au moins par deux TRUFOS (UFOs véritables). 5

LA PRESSE:

Source : UPI, 31 décembre 1986.

UN PILOTE DECRIT UNE RENCONTRE RAPPROCHEE « INCROYABLE »:

 

Anchorage, Alaska – « C’était incroyable. »

Ces mots sont de Kenju Terauchi, un pilote de la Japan Air Lines qui essayait de décrire un incident de vol qui, jusqu’à présent, défie l’explication.

Le pilote vétéran raconte que trois objets volants non identifiés – deux petits et un faisant deux fois la taille d’un porte-avions – ont suivit son avion cargo sur 400 miles dans les cieux Arctiques.

Terauchi reconnaissait hier que certains de ses collègues ont des doutes sur ce que lui, son copilote et l’ingénieur de vol, ont vu le 17 novembre alors qu’ils faisaient de trajet Islande à Anchorage.

L’équipage du JAL 1628 a rapporté voir des lumières clignotantes suivre leur jet dans la nuit claire à l’Administration Fédérale de l’Aviation, qui les a interviewé à Anchorage. L’avion devait ultérieurement se rendre à Tokyo.

Lundi les fonctionnaires du FAA confirmaient que le contrôleur qui s’occupait du vol 1628 voyait un objet mystérieux traîner derrière le jet sur son radar, et les fonctionnaires de l’armée de l’air au Alaska Air Command ont dit que leur radar avait détecté quelque chose près de l’avion .

Pendant l’entrevue hier, Terauchi, 47 ans, un pilote avec 29 années d’expérience, a dit qu’il avait vu trois OVNIS et qu’à un moment donné les deux petits sont apparus directement devant le cockpit du Boeing 747, très près.

Terauchi appelait les objets « les deux petits navires et le vaisseau mère, » et exprimait sa stupéfaction qu’ils disparaissaient et reparaissaient et se déplaçaient rapidement et s’arrêtaient soudainement. Il disait qu’il ne pouvait pas expliquer les événements, sauf en spéculant qu’il voyait quelque chose d’origine extraterrestre.

Parlant en anglais avec l’aide occasionnelle d’un traducteur, Terauchi a dessiné des cartes, des images et ajouté des annotations techniques pour décrire l’incident.

Terauchi a répété souvent que l’objet qui paraissait sur le radar de l’armée de l’air et du FAA était « très grand – deux fois plus grand qu’un porte-avions. »

Les plus petits OVNIS ne paraissaient pas sur son radar, disait-il. Aucun objet supplémentaire ne fut détecté sur le radar de l’armée de l’air ou du FAA.

Terauchi disait que les trois membres de l’équipage ont vu les lumières des deux petits objets. Il a fait un dessin pour le FAA montrant des lumières en formation, chaque objet avait ce qui paraissait être deux panneaux de lumières.

Le capitaine disait qu’il voyait les lumières sur le plus grand objet et une fois, près de Fairbanks, il a vu sa silhouette alors qu’il se trouvait à moins de huit miles. Le dessin qu’il en a fait ressemblait une grande noix écossée.

L’équipage n’était pas effrayé, ajouta Terauchi. Leur désir était, disait-il, « Nous voulons échapper à cela. » Et donc – avec la direction et permission du FAA – l’équipage a perdu de l’altitude et a fait de nombreuses manœuvres, mais les objets suivaient.

« Ils nous suivaient toujours, » a dit Terauchi, et radar du FAA a confirmé qu’au moins un objet est resté malgré les manœuvres.

Quand on lui a demandé s’il était nerveux, Terauchi a répondu, « Aucunement, je suis le capitaine. Je ne peux pas être nerveux. »

Quand on lui a demandé s’il savait pourquoi les OVNIS filaient son avion, Terauchi a ri et a répondu, « Nous transportions du Beaujolais, un vin très célèbre fait en France. Peut-être qu’ils veulent le boire. »

Le responsable de sécurité du FAA, Jim Derry, qui interviewait l’équipage, a dit qu’ils étaient « normaux, professionnels, rationnels, (et n’avait) aucune alcool ou drogue. »

Les rapports de contrôle de vol du FAA indiquent que l’objet mystérieux est resté avec le vol 1628 pendant au moins 32 minutes. Terauchi pense que ça a été plus long.

Le contrôleur de vol dirigeant l’avion du JAL rapportait que l’objet sur son radar s’est approché à quelque cinq miles du jet.

NOTES:

  • (1)Federal Aviation Administration (FAA), rapport du 29 Décembre 1986.
  • (2)Federal Aviation Administration (FAA), « Chronological Summary of the Alleged Aircraft Sightings by Japan Airlines Flight 1628, 6 Janvier 1987.
  • (3) Statement by FAA Regional Director, Paul Steucke, conférence de presse du 5 Mars 1987, Anchorage, Alaska. Voir Anchorage Daily News,6 Mars 1987.
  • (4) Maccabee, Bruce, « The Fantastic Flight of JAL1628 », International UFO Reporter,Vol. 12, No. 2, CUFOS, Mars/Avril 1987.
  • (5) Ibid
  • AUTRES REFERENCES:


Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :