Transmettre son savoir est un don de soi

Où chercher la vie ?

Article source:http://www.cnes.fr/web/CNES-fr/

 

Selon vous existe-t-il de la vie ailleurs ?

    NASA/CNES.

 

         Véronique Dehant, planétologue, Belgique. Crédits : CNES.

La molécule de méthane est composée d'un atome de carbone et de 4 atomes d'hydrogène. Crédits : CNES. La molécule de méthane est composée d’un atome de carbone et de 3 atomes d’hydrogène. Crédits : CNES.

Le méthane est un gaz composé d’un atome de carbone entouré de 4 atomes d’hydrogène.

A l’état naturel, il y principalement 2 types d’hydrogène : le protium, dont le noyau ne comporte qu’un proton, et le deutérium, dont le noyau est alourdi d’un neutron.

Les exobiologistes ont remarqué que les êtres vivants préféraient nettement utiliser la version la plus légère de l’hydrogène.

Aussi, si dans les échantillons de méthane analysés, SAM repère une proportion de protium nettement plus importante que celle relevée à l’état naturel, ce sera une forte présomption en faveur d’un processus biologique.

 
la découverte de traces de vie microbienne sur Mars aurait des implications dépassant très largement le seul cadre martien. Crédits : NASA. la découverte de traces de vie microbienne sur Mars aurait des implications dépassant très largement le seul cadre martien. Crédits : NASA

Avant d’être des scientifiques, les chercheurs sont des hommes et des femmes comme les autres. Et ils se posent les mêmes questions fondamentales que tout le monde : qui sommes nous ? D’où venons nous ? Sommes nous seuls dans l’Univers ?

Il se trouve que certains chercheurs ont la chance de travailler dans des disciplines qui détiennent sans doute une partie des réponses à ces questions. Alors le biologiste, le chimiste, ou le planétologue peuvent devenir à un moment de leur carrière un peu plus que tout cela réuni : exobiologiste. C’est-à-dire un chercheur qui, avant de chercher s’il y a de la vie ailleurs, essaye déjà de comprendre comment elle a pu apparaître et se développer sur Terre.

 
La vie serait apparue sur Terre dans une sorte de soupe primitive. Crédits : Ill. Ron Miller.  

Les 1eres démarches scientifiques véritablement construites sur l’apparition de la vie ont vu le jour dans les années 1920.

C’est l’époque à laquelle le Russe Alexandre Oparine et l’Anglais John Haldane imaginent la théorie de la soupe primitive : des composés chimiques simples formés dans l’atmosphère de la jeune planète Terre se seraient par la suite combinés dans ses océans pour fournir les premières briques de la vie.

Cependant 90 ans plus tard, les exobiologistes ne savent toujours pas comment ces composés organiques sont passés de l’inanimé à l’animé, de la chimie pure à la vie.

vidéo

En avant Mars !

 
     
Le robot MSL partira à l'assault des roches martiennes en 2012. Crédits : NASA. Le robot MSL partira à l’assault des roches martiennes en 2012. Crédits : NASA.

Pour les exobiologistes comme pour les planétologues, Mars constitue un terrain d’exploration prioritaire. C’est pourquoi de nombreuses missions s’apprêtent à rejoindre la surface martienne dans les années à venir.

Dès 2012, le robot automobile de la mission Mars Science Laboratory s’élancera à l’assaut des roches martiennes. Parmi la dizaine d’instruments scientifiques qu’il emmènera sur son dos, 2 font l’objet de participations françaises pour lesquelles le CNES assure la maîtrise d’ouvrage, ChemCam et SAM.

Tandis que ChemCam saura, grâce à un laser volatilisant quelques grammes de roche martienne, repérer à distance les roches intéressantes, SAM (pour Sample Analysis at Mars, soit « analyse d’échantillons sur Mars ») s’intéressera entre autres au méthane, un gaz dont on sait depuis début 2009 qu’il est présent en grande quantité sur Mars.

Fonctionnement de ChemCam. Crédits : CEA. Fonctionnement de ChemCam. Crédits : CEA.Vidéo:
 
En exclusivité ci-dessous info du site maxisciences! 
 

De l’eau découverte sur la lune de Jupiter, Europe

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :