Transmettre son savoir est un don de soi

 
 
 
Par le bureau du CNES de l’Ambassade de France aux Etats-Unis

Les moyens de propulsion utilisés dans l’espace ont peu changé en 40 ans. La NASA recherche en ce moment un nouveau concept de moteur appelé VASIMIR qui permettrait de voyager plus rapidement.

VASIMIR (Variable Specific Impulse Magnetoplasma Rocket) est constitué d’une source électrique utilisée pour ioniser un carburant en plasma. Ce plasma est ensuite chauffé et accéléré, puis dirigé par des champs magnétiques pour propulser la sonde.

La poussée de ce moteur est variable. Il existe même un mode « Afterburner » qui permet d’obtenir une accélération supplémentaire au détriment du rendement du moteur. L’hydrogène, l’hélium et le deutérium seraient des carburants possibles. « L’utilisation d’hydrogène aurait beaucoup d’avantage, d’après Franklin Chang-Diaz, astronaute expérimenté de la NASA (il a volé 7 fois !) et directeur du laboratoire de propulsion avancée du Johnson Space Center. Il y a de l’hydrogène partout dans notre système solaire. Une sonde lancée vers Mars par exemple ne partirait qu’avec la quantité de carburant nécessaire pour atteindre la planète rouge et ferait le plein sur Mars pour rentrer sur Terre« . L’hydrogène est aussi le meilleur bouclier anti-radiation connu et protégerait donc les astronautes pendant un éventuel voyage interplanétaire. VASIMIR pourrait être intégré au projet Prometheus de la NASA.

Bien entendu, l’énergie nucléaire serait la meilleure source d’énergie possible. Un prototype utilisant l’énergie solaire devrait être prochainement testé à bord de la station spatiale internationale (ISS). Si le test est un succès, le système VASIMIR pourrait utiliser l’hydrogène actuellement rejeté par la station comme carburant, pour la maintenir à poste et rehausser son orbite.

 

vidéo you tube:

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :