Transmettre son savoir est un don de soi

Les satellites

Source image: http://www.insu.cnrs.fr/ib1272,satellites-sondes-spatiales-service-recherche-astronomie.jpg

Domaines d’utilisation des satellites

Source: http://www.questmachine.org/article/Domaines_d_utilisation_des_satellites

S’il existe différents types de satellites, ils peuvent êtes néanmoins utilisés dans différents domaines . Leur fonction a beau être la même ils ne servent pas forcement les mêmes intérêts.

Le domaine scientifique

Les satellites ont été permis de mieux connaître notre planète. Avant les satellites artificiels nous n’avions pas de « vision d’ensemble » de la Terre. Ils permettent aussi, à l’heure des préoccupations écologique, de surveiller la déforestation des forets ou d’étudier la fonte de la banquise…

Mais en plus de notre planète, les satellites peuvent observer d’autres galaxies de l’univers grâce aux satellites agronomique. Et d’autres que l’on peut qualifier de « sondes spatiales » ont été envoyé en orbite autour d’autres planètes du système solaire ce qui a permis de les étudier plus précisément.

Le domaine météorologique

Si l’on peut allumer sa télévision ou aller sur internet et pourvoir regarder des prévisions météorologique si précises se sont en partie grâce à eux. Bien sur il existe de nombreuses stations terrestres mais les satellites permettent d’observer les mouvements des nuages, les vents… Leurs données sont également traitées pour en tirer la structure de l’atmosphère (stabilité, température, vents et humidité) ce qui supplémente les données de stations terrestres et aérologiques pour alimenter les modèles de prévision numérique du temps.

En plus des informations purement météorologiques sur la température et la couverture des nuages on peut mentionner :

  • Mesure de la température de surface de la mer, de la couverture de glace en hiver et des déplacements des icebergs pour les marins et les pêcheurs
  • Études climatologiques de la progression des glaciers, des déserts pour l’hydrologie
  • Évolution de la fumée venant des feux de forêt, des cendres volcaniques (éruption du Mont Saint Helens par exemple), des tempêtes de sable au Sahara, etc
  • Étude de la pollution atmosphérique et des traînées de mazout en mer
  • Suivre l’évolution de la luminosité des villes pour des études de pollution lumineuse ou pour repérer une perte de courant nocturne
  • Étude des ouragans ….

 

Les domaines des télécommunications

Téléphonie

Même concurrencée par les câbles optiques terrestres ou sous-marins, l’application qui est toujours la plus importante pour les satellites de communication est la téléphonie internationale. Les centraux locaux transportent les appels jusqu’à une station terrienne (aussi appelée téléport), d’où ils sont émis en direction d’un satellite géostationnaire. Ensuite ce satellite les retransmet vers une autre station qui procède à la réception et l’acheminement final.

Les téléphones mobiles satellitaires (depuis des bateaux, avions, etc.) eux se connectent directement au satellite. Ils doivent donc être en mesure d’émettre un signal et de le pointer vers le satellite même en cas de mouvements (vagues sur un bateau, déplacement et turbulences en avion) ou de lieux isolés (déserts…) .

Internet

Depuis quelques années, les techniques de communication par satellite sont utilisées pour des connexions Internet à haut débit. C’est surtout très utile pour des utilisateurs très isolés qui ne peuvent pas être connectés en ADSL ou via le réseau téléphonique. Ces techniques servent aussi pour des entreprises ou des organisations implantées mondialement et ne voulant pas dépendre d’un opérateur de télécommunication local pas toujours fiable, et qui veulent que tous leurs réseaux soient gérés par le même opérateur (voir par exemple cette étude de cas). Enfin l’utilisation d’un satellite pour l’échange de données permet de se passer des FAI locaux, censurés et espionnés (Corée du Nord) la plupart du temps , quand ils ne tombent pas « en panne » en cas de manifestations (Birmanie).

Télévision

L’antenne parabolique reçoit des signaux transmis par un satellite placé généralement sur orbite géostationnaire, c’est à dire un satellite qui est en orbite autour de la Terre au-dessus de l’équateur avec une inclinaison de zéro degré, à la même vitesse (période de 24 heures) et dans le même sens que la Terre. Le satellite géostationnaire semble donc fixe pour un observateur terrestre. Les signaux captés par l’antenne parabolique sont ensuite envoyés vers le décodeur numérique afin d’être traités et décodés.

Satellites au service de la télévision

 

Les domaines des renseignements et militaire

Le traité de l’espace de 1967 interdit l’envoi en orbite d’armes nucléaires ou de destruction massive. Mais il n’empêche pas l’utilisation des satellites à soutenir ou à aider les forces militaires au sol. Aujourd’hui les armes comme les troupes des armées les plus modernes sont devenues en partie dépendante d’une panoplie de satellites militaires en particulier des satellites de reconnaissance, de communications et de positionnement. Mais aucun satellite n’a été jusqu’à aujourd’hui doté de capacité offensive.

Un satellite espion est un satellite artificiel dont l’objet est l’obtention d’informations sur des pays étrangers ou des installations civiles ou militaires, le plus souvent à leur insu.

Ce satellite peut procéder par l’observation optique de la Terre (prise de photographies), l’observation radar, ou par écoute et enregistrement des communications radio. Ses applications sont militaires ou « commerciales » dans le but de récupérer des données susceptibles d’aider à la prise de décisions stratégiques. Les images sont envoyées par liaisons hertziennes jusqu’à la terre ou sous forme de films contenus dans des capsules récupérables (cette vieille technique est extrêmement rarement utilisée).

Les États-Unis disposent du réseau de satellites espions le plus dense au monde. Les caractéristiques de ces satellites, dont le prix unitaire dépasse le milliard de dollars, sont couvertes par le secret-défense. Pour répondre aux besoins des militaires, les satellites espions sont amenés à faire de fréquentes corrections d’orbite, ce qui implique des réserves d’énergie plus importantes que pour la plupart des engins civils spatiaux. Les satellites espions sont placés en orbite basse afin de détecter le plus de détails possibles à la surface de notre planète.

Très peu d’informations sont disponibles sur eux. Le grand public ne sait ni combien, ni ou sont ces satellites, à qui ils appartiennent et ce qu’ils font.

Au États-Unis deux organismes sont en charges de ces satellites espions: la C.I.A. acronyme de Central Intelligence Agency et la NSA acronyme de National Security Agency (à ne pas confondre avec la NASA). Ces deux agences n’ont pas totalement le même rôle. La C.I.A. , fut créée en 1947 dans le but de coordonner les activités de renseignements des ÉtatsUnis et en corollaire, d’évaluer et de diffuser les informations pouvant affecter la sécurité nationale.

Ses fonds qui demeurent encore partiellement secrets servent à protéger les États-Unis et ses intérêts à l’étranger. La N.S.A fut créée en 1952 sous l’administration Truman, la NSA a pour mission de fournir des renseignements et de conduire des missions de haute sécurité en collaboration avec les services de l’armée des Etats-Unis. Au fil du temps, l’agence s’est spécialisée dans toutes sortes d’activités touchant la cryptologie, qu’elle soit militaire ou civile et bien entendu dans la lutte anti-terrorisme.

La NSA est donc avant tout la plus grande organisation de cryptologie au monde. A l’image de la CIA, elle est responsable de la sécurité des communications sur le territoire et possessions des Etats-Unis et comme la CIA, elle a développé un réseau de renseignements international.

Grâce à des satellites espions qui peuvent être d’observation ou autre, des organismes, agences comme cités précédemment, peuvent observer, espionner, prendre en photo n’importe qui, n’importe où, ou encore écouter des conversations téléphoniques…

Conclusion

Pour conclure, les satellites peuvent être identique mais ne pas servir le même dessein. Voici un exempte flagrant: Les télescopes Hubble et Keyhole présentent le même objectif (~2.40m) et la même résolution (moins de 10 cm au sol à 300 km d’altitude) mais l’un regarde vers le ciel, l’autre vers la Terre; le premier est au service de l’astronomie, le second de l’espionnage.

A gauche, gros-plan sur la Tour Eiffel de Paris.
La photographie a été réalisée par le satellite espion Keyhole-7 le 20 mars 1966.
La résolution est d’environ 10 mètres.
A droite, l’aéroport de Frankfort en Allemagne photographié par le satellite Ikonos en 2000.
La résolution est de 1 mètre.http://physicus.free.fr/cours_seconde/travaux_pratiques/assets/2D-PHY-TP-satellite.pdf

lien ci- dessus complémentaire en format pdf: 

ci -dessous autre source:http://www.notre-planete.info/geographie/outils/satellites.php

Les satellites d’observation de la Terre

MSG-2 – © 2005 EUMETSAT

Le placement de satellites en orbite terrestre aide les scientifiques à mieux comprendre la multiplicité et la complexité des mécanismes à l’oeuvre sur Terre. Cette observation à distance permet à la fois d’obtenir une vision planétaire mais aussi des « zooms » sur des zones vulnérables.
Ainsi, l’observation de la Terre par satellite renseigne sur l’atmosphère, les océans, les activités humaines, les glaces et les différents milieux sur les terres émergées (forêts, déserts, fleuves…)

Les images qui en sont issues nous permettent de surveiller l’état global de notre environnement, de gérer nos ressources et de suivre les catastrophes naturelles comme les cyclones ou les tsunamis. Les images-satellite et les compétences dans ce domaine appuient aussi les efforts humanitaires et le développement durable à l’échelle de la planète. 

Actuellement, de nombreux satellites, spécialisés, issus de pays de plus en plus nombreux (Etats-Unis, Chine, France, Japon, Inde…) observent et surveillent notre planète.

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :