Transmettre son savoir est un don de soi

La vague belge:

source image: http://area51blog.files.wordpress.com/2008/09/rechain_expertise_marion_small.jpg

Source: http://www.ufologie.net/htm/belgique.htm

La vague belge:

QUELQUES OBSERVATIONS:

Pour la période de 1989 à 1993, on compte au moins un millier d’observations rapportées en Belgique, dont au moins 500 ont fait l’objet d’un rapport d’enquête.

Cliquez! Les observations dans la région d’Eupen le 29 novembre 1989.
Cliquez! 1er décembre 1989, au bord d’Eupen en soirée.
Cliquez! Observations du 11 décembre 1989.
Cliquez! 12 décembre 1989, Jupille-sur-Meuse.
Cliquez! 12 décembre 1989, Natoye.
Cliquez! 30 au 31 mars 1990, « La Nuit des F-16 ».
Cliquez! Le 17 mai 1991, à Braine l’Alleud.
Cliquez! Le 21 janvier 1991 vers 19:50 entre Hoeilaart et Overijse.
Cliquez! Observations en 1991.
Cliquez! La soirée du 26 juillet 1992.
Cliquez! 25 octobre 1993, en soirée, dans le centre du Hainaut.
Cliquez! Observations en janvier 1993.

LES RAPPORTS OFFICIELS:

Cliquez! Rapport de synthèse de la force aérienne belge 30-31 mars.
Cliquez! Rapport complet de la force aérienne belge 30-31 mars.
Cliquez! Les communications radio entre pilote et contrôleur, 30-31 mars 90, les données.

LA PRESSE:

Cliquez! Paris Match.
Cliquez! Le Provençal, 7 décembre 1989.
Cliquez! Le Figaro magazine, 13 avril 1991.
Cliquez! Sunday Express, 17 septembre 1995.

ETUDES, ARTICLES:

Cliquez! La chute du mur du silence, 1991, par A. Huneeus.
Cliquez! Au-delà de la vague Belge: les OVNIS et l’Europolitique, FATE Magazine, août 1993, par A. Huneeus.
Cliquez! Postface au rapport de la SOBEPS, par le général De Brouwer.
Cliquez! Les OVNIS face à l’analyse scientifique, par Christian Nault.

PHOTOS, SCHEMAS ET VIDEOS:

Cliquez! Schémas et dessins réalisés par les témoins.
Cliquez! Echos d’un OVNI sur les écrans radars des F16 à sa poursuite.
Cliquez! Les vidéos sont également disponibles.

[STREAM]Le Colonel De Brouwer déclare dans une interview qu’il pense que les OVNIS qu’il a fait poursuivre ne sont pas des engins secrets US mais probablement des vaisseaux extraterrestres.

L’ANTI-VAGUE BELGE:

Quelque douze ans après les événements OVNI de la vague Belge de 1989-90, commencent à apparaître d’auteurs divers un certain nombre de textes professant que les OVNIS n’existent pas ou voulant démontrer qu’aucun OVNI n’a survolé la Belgique à ce moment. J’ai donc jeté un oeil critique sur les textes de « l’anti-vague Belge de 2002, » et j’ai constaté qu’il n’y avait là rien de bien intéressant, que ces textes ressemblent fort aux réactions négatives, naïves, souvent très émotionnelles, et sans argumentation véritable qui étaient déjà opposés aux travaux des scientifiques et ufologues, aux récits des témoins, et aux cas probants d’il y a plus de cinquante ans sous d’autres cieux. Morceaux choisis:

Cliquez! Les ufologues, des schizophrènes sectaires malhonnêtes qui croient aux poissons d’avril.
Cliquez! Cet OVNI, c’était le LoFlyte. Vraiment?
Cliquez! Stupidités britanniques.

RECITS ET OPINIONS:

Cliquez! « Plusieurs personnes de ma connaissance ont vu ces triangles, parfois de très près… », un particulier.
Cliquez! « Je me rappelle peu de la vague… », un particulier.
Cliquez! Transparence ou bêtise?
Cliquez! Une photo d’OVNI.
Cliquez! Le même engin vu à Verviers deux ans avant.
Cliquez! Triangle à Braine-le-Comte le 1er november 1989.
Cliquez! Je me rappelle un engin.

LA VAGUE BELGE:

INTERET DE L’AFFAIRE:

Parmi les cas les plus avérés et les mieux documentés des années 1990, la vague d’OVNIS qui déferlent sur la Belgique occupe une place privilégiée.

L’un des points qui en fait son intérêt exceptionnel est l’implication des autorités militaires belges, qui non seulement n’ont pas dissimulé ce qui se passe, mais au contraire ont aidé à faire connaître les événements et ont même eu une part active dans les enquêtes et dans les événements eux-mêmes.

C’est la première fois en effet que des forces armées ont une attitude ouverte face au phénomène, on ne peut qu’applaudir, quand on connaît l’attitude de la défense des Etats-Unis qui consiste à effectuer des études biaisées comme le projet Blue Book pour cacher au mieux l’existence des OVNIS au grand public et tout faire pour convaincre les scientifiques et les médias que les OVNIS n’ont aucune réalité. L’affaire Belge au contraire a ceci d’extraordinaire que les militaires ont diffusé les informations immédiatement, consultant et informant les élus et informant au mieux le grand public de ce qui se passe.

LES EVENEMENTS:

A la fin de l’année 1989, une véritable vague d’OVNI converge sur les cieux belges, particulièrement au-dessus de la Wallonie. Des milliers de personnes rapportent avoir aperçu des engins volants triangulaires dans le ciel, ayant des caractéristiques de vol qui sont totalement impossible pour les appareils volants d’origine humaine. L’un des aspects parmi les plus remarquables de ces milliers de témoignages est que l’OVNI décrit est bien défini et semble être quasiment toujours de mêmes types: plateformes rectangulaires ou losanges, et triangles.

Comme nous le savons bien, des témoignages de gens ordinaires sont une chose. Mais quand le gouvernement et ses forces armées corroborent les observations, il s’agit d’une toute autre affaire! Et dans ce cas, un grand nombre d’observations ont été officiellement corroborées par les Forces Aériennes belges, les forces de Polices et les contrôleurs de trafic aérien.

De façon inédite, en totale opposition avec ce qui se pratique dans la plupart des autres pays, les données techniques recueillies par les militaires ont été publiées. Des responsables des Forces Aériennes Belges se sont exprimés publiquement sur la question en ne cachant pas leur conclusions, basées sur la réalité des observations d’engins au performances époustouflantes. Le Colonel de Brouwer, maintenant Général, alors membre de l’Etat Major des forces aériennes, a déclaré que les données radars dans un cas célèbre indiquent des accélérations de 40G. Il va sans dire qu’aucun engin volant connu ne permettrait à un être humain de supporter de telles accélérations: un pilote soumis à un tel traitement ne survivrait pas.

Le Colonel de Brouwer a expliqué que les manoeuvres de l’engin en question rendaient impossible une approche correcte par ses poursuivants, deux chasseurs F16 dépêchés par les forces aériennes précisément dans le but de poursuivre l’OVNI d’abord signalé depuis le sol. Il est également remarquable que ces engins qui ne se privent pas de dépasser la vitesse du son ne fassent pas entendre de bang supersonique, ce dont aucun appareil conventionnel n’est capable.

De plus il semble que les OVNIS aient souvent eu un comportement qui laissent penser qu’ils sont en formation, et suivent une intelligence, volant de concert, en général lentement et à basse altitude, balayant le sol en utilisant des rayons lumineux intenses ou des lasers dans de nombreux cas. Ceci a non seulement été signalé par des témoins au sol, mais aussi depuis les airs.

Quels que soient les engins qui ont été vus lors de cette vague d’OVNIS, il ne peu en tout cas pas s’agir d’engin volant militaires secrets. La presse à profité de l’aspect vaguement ressemblant du bombardier F117 de l’US Air Force dont on a entrevu les possibilités peu après, mais les caractéristiques de vols, les sources lumineuses, le comportement des OVNIS font qu’ils ne peut s’agir du F117. Très clairement, l’US Air Force à officiellement démenti cette rumeur, ce que la presse a d’ailleurs omis de mentionner. Il suffit par ailleurs d’un tout petit peu de bon sens pour écarter cette explication: comment les Etats-Unis pourraient-ils se permettre d’investir secrètement l’espace aérien d’un allié? Comment peut-on penser que les Etats-Unis, qui font voler ces engins fort parcimonieusement et dans le plus grand secret de leurs bases des déserts des Etats du Sud auraient transporté des centaines d’avions en Europe pour leur faire faire des rondes au dessus de la Belgique? Quelle technologie secrète permettrait a de tels avions de voler à l’allure d’un piéton à quelques dizaines de mètres d’altitude, puis de soudain prendre le large avec une accélération de 40G qui réduirait le pilote le plus endurci à l’état de crêpe?

Comme avec beaucoup de cas d’observation d’OVNIS, des doutes et des incertitudes subsistent, et pour le moment la seule conclusion est que les engins observés ne sont pas explicables par des causes triviales. Mais au contraire de bien des cas, nous avons cette fois la participation et la collaboration d’un gouvernement et de ses forces armées, qui loin de cacher le problème, ont communiqué avec le public aussi bien que les ufologues. Cette transparence s’est depuis lors révélée quelque peu contagieuse, et dans un nombre de plus en plus important d’autres Etats, les militaires acceptent de parler et les dossiers sont rendus accessibles au public.

QUELQUES REFERENCES:

Outre les sources disponible dans cette section, reportez-vous à:

  • « Vague d’OVNI sur la Belgique – Un Dossier Exceptionnel« , livre par la SOBEPS, Bruxelles, 1991.
  • « Vague d’OVNI sur la Belgique 2 – Une Enigme Non Résolue« , livre par la SOBEPS, Bruxelles, 1994.
  • « Observations, analyses et recherches« , par le pr. Auguste Meessen, Chapitre 1 in Vague d’OVNI 2, ibid.
  • « Etude des particularités remarquables« , par Marc Valckenaers, Chapitre 2 in Vague d’OVNI 2, ibid.
  • « Report Concerning the Observation of UFOs During the Night of March 30-31, 1990« , par le Major P. Lambrechts, rapport préliminaire, 31 mai 1990.
  • Interview téléphonique du Major General De Brouwer, par Antonio Huneeus, 5 octobre 1995.
  • « Ovnis belges: nouvelle rumeur » par Renaud Marhic, Phénomèna No. 13, SOS OVNI, Aix-en-Provence, France, janvier / février 1993.

Valid XHTML 1.0 Strict

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :