Transmettre son savoir est un don de soi

Les observations de La Tuque PERIODE DES ANNEES 1970

La région de La Tuque est une région de notre Province qui est régulièrement visitée par des ovni. Cette région semble être choyée par nos visiteurs insolites. Il y a plusieurs centrales électriques dans le secteur, et plusieurs lignes haute-tension sillonnent toute la région. La majestueuse rivière Saint-Maurice a été le théâtre de plusieurs observations et tout le long de son parcours des dizaines de témoins nous ont rapporté de nombreux cas très intéressants de phénomènes insolites. Pour en citer quelques-uns sur cet axe La Tuque-Trois-Rivières et Rive sud, en passant par Drummondville, donc sur cet axe nord-sud, il y a les observations de La Tuque, du lac à Beauce, Saint-Roch- de-Mékinac, Saint-Jean-Des-Piles, Saint-Mathieu, Shawinigan, Saint- Thomas-le-Caxton, Trois-Rivières, Cap-de-la-Madeleine, un saut par- dessus le fleuve Saint-Laurent, la région de Drummondville, et ça continue avec Acton Vale, Waterloo, etc… et j’en passe. Avis aux témoins de la région de La Tuque. Lieu: La Tuque, compté Laviolette. Date: Mercredi, 28 octobre 1970. Heure: 18 h 30 Température: ciel clair, sombre, presque la nuit. Description du fait: (le témoin parle). Il était environ 18 h 30, le soir du 28 octobre 1970. Je travail- lais dans ma cuisine. Tout à coup, un bruit à la porte attira mon attention, des enfants de mon voisinage, ils étaient trois, âgés de 8, 9 et 12 ans, criaient: « vite, ouvrez la porte, il y a quelque chose d’étrange dans le ciel et on dirait que cela veut atterrir. J’ouvris la porte avec précipitation et je discernai, juste au- dessus de la maison de mon voisin, laquelle est située à 50 pieds environ, un objet qui s’y tenait suspendu à environ 300 pieds de hauteur, n’émettant aucun bruit, mais dont je crus discerner une coupole. Cela m’a paru être un objet d’une très grande dimension. Sur le dessus de la coupole de cet objet, une lumière éblouissante zigzaguait (ce qui me faisait un peu penser à celle qui est émise lorsqu’on fait une soudure dans un atelier). Les rayons émis par cette lumière me donnait l’impression d’être photographiée… On distinguait aussi aux extrémités de l’ovni des lumières rouges et vertes qui clignotaient. Ma surprise était bien grande et les enfants me firent observer qu’ils avaient détecté cet objet alors qu’ils s’amusaient dans une maison en construction, plus précisément dans le solage ( maison en construction voisine de mon voisin ). Les enfants prirent peur car, d’après eux, l’objet descendait vers eux. De là leur course jusque chez moi. Nous étions là, les trois enfants et moi-même, un peu éberlués et craintif car nous réalisions tout à coup que cela n’était ni un avion, ni un hélicoptère, ni un ballon… Je pris, au bout d’une minute ou deux, une décision. Je dis aux enfants de continuer à observer de l’intérieur de la maison, et j’allai chercher mes longues-vue. Cela prit tout au plus une demie-minute. A mon retour, l’ovni était rendu à la hauteur de la lune ( du moins, c’est une évaluation facile ,a l’oeil ). A l’oeil nu, on voyait encore le clignotement émis par intervalles réguliers, du rouge au vert, et au blanc. Un voisin, alarmé par les cris des enfants, me demanda ce qui se passait. Je lui indiquai du doigt l.objet qui fuyait et il me dit qu’il n’y comprenait rien! Avec l’aide des enfants, nous avons fait un croquis assez simple de l’objet que nous venions d’observer; cela va quand même vous permettre de constater, ou tout au moins d’imaginer l’objet que les témoins et moi-même avons observé. Un deuxième rapport nous a été fourni par un homme qui, pour la première fois de sa vie, a été confronté avec le phénomène ovni. Il était la dernière personne à croire que ça lui arriverait, à lui, d’être spectateur, et un des témoins d’un phénomène aussi insolite que stupéfiant que l’événement qui se déroula dans la nuit du 4 au 5 novembre dernier. Pour des raisons personnelles, notre principal témoin nous demande l’anonymat; pour ces raisons, le lieu précis de l’observation ne sera pas divulgué. Enquêteur: Marc Leduc, Philippe Blaquière Région: La Tuque. Date: nuit du 4 au 5 novembre 1975. Heure: 0 h 20 à 1 h 00 a.m. Température: ciel dégagé, tout étoilé. Témoins: Quatres témoins, dont deux policiers. Description de l’événement Notre témoin termine son travail à minuit, il arrive chez lui vers minuit vingt minutes. Commes les soirs précédents, il arrête la voiture au même endroit, les phares allumés dirigés sur la porte de la grange car il doit entrer les deux chiens, ce qu’il fait tous les soirs car il n’aime pas se faire réveiller par les aboiements de ces bêtes. Il trouve inhabituel le comportement de ses deux chiens: ils sont très agités et jappent de toutes leurs forces. Après avoir mis les chiens à l’intérieur du bâtiment, il retourne à la voiture, fait marche arrière pour se placer près de la galerie, arrête la voiture, descend, et c’est au moment où il ferme la portière qu’il aperçoit, venant sur sa gauche, cette grosse boule lumineuse blanche, fluorescente et pulsante, de la grosseur apparente de la pleine lune; il s’inquiète, vu que la boule s’approche rapidement avec un bruissement. Pris de panique, notre témoin n’a fait qu’un bond et s’est précipité vers la galerie, a ouvert la porte et, se sentant en sécurité, s’est retourné pour voir ce qui venait derrière lui. A ce moment, la boule lumineuse était stationnaire au-dessus d’une haie qui sépare le terrain, à peine à 50 mètres du témoin. Cette boule puissante, qui faisait bien douze centimètres à bout de bras, était à peine à trois mètres du sol. et était maintenant immobile. Le témoin entendait un bruit comme un léger vent qui souffle. Le témoin ne pouvait distinguer la forme de l’objet, à cause de la luminosité de cette sphère. Après environ cinq minutes d’observa- tion, il voit cet objet qui s’incline légèrement et presque instantanément se déplace de l’autre côté de la route, à soixante mètres d’altitude, au-dessus d’une petite carrière située à trois cents mètres de la maison. Maintenant cette boule ressemblait à une grosse lune de couleur blanche comme un néon, elle pulse et semble tourner sur elle-même de droite à gauche. A ce moment, le témoin pense à sa femme et se dit qu’il faut qu’elle voit cela. En toute hâte, il monte au deuxième étage, réveille celle-ci et, de la fenêtre de la chambre, tous deux voient cette étrange boule lumineuse qui est toujours stationnaire au-dessus de la carrière. Après quelques minutes d’observation, tous deux décident de sortir à l’extérieur afin de mieux voir le phénomène et, après quelques minutes d’observation, un grand vent se met à tourbillonner et, en même temps, une noirceur épaisse, un nuage de ténèbre envahit les environs, graduellement, et cela malgré un beau ciel tout étoilé. Les témoins sont affolés et entrent en vitesse dans la maison. Le vent soufle de plus en plus fort. Par la grande fenêtre panoramique nos témoins voient maintenant une nouvelle manifestation, en face de la maison, de l’autre côté de la route: il se forme dans l’air un espace rempli d’étincelles et de grbes en mouvement incessant. Ces étincelles de feu blanc volent en tous sens mais dans un espace relativement rond et limité. Plusieurs descendent au sol et remontent en haut dans un va-et-vient continuel.; le témoin nous dit que c’était comme des étoiles filantes. Ce phénomène a bien duré une quinzaine de minutes; nos témoins, ne se sentant pas en sécurité, l’homme décide alors d’aller appeler la police. Deux agents en voiture-patrouille lui disent qu’ils seraient sur place dans une vingtaine de minutes. Les témoins trouvent les minutes interminables; ils voyagent d’une fenêtre à l’autre, la boule est toujours stationnaire au-dessus de la carrière quand, tout à coup, le grand vent cesse, la boule lumineuse s’éteint presqu’aussitôt, plus de pluie d’étincelles: c’est devenu le grand calme. L’homme, regardant par une des fenêtres, à l’arrière de la maison, est témoin d’un nouveau phénomène: il voit deux colonnes noires qui se distinguent dans les ténèbres. Elles proviennent du ciel, passant au-dessus de la maison, et se dirigent quelque part dans le champ, vers le sol, en arrière des bâtiments. Ces deux trombes inversées en forme de cône donnaient l’impression d’ avoir à leur base, l’une six mètres de diamètre, l’autre deux mètres. L’homme perplexe, est très intrigué par ce nouveau phénomène. A ce moment, il voit des lueurs de phares d’auto, puis il voit venir l’auto de la police sur la route. Ces policiers s’arrêtent juste `l’entrée de la carrière et stationnent leur voiture à l’écart du chemin. Le téléphone sonne; c’est le policier qui dit à l’homme qu’ils sont là, qu’ils ne voient absolument rien d’anormal, qu’il peut maintenant aller se coucher et qu’eux surveilleront pour un certain temps. Etant trop sous le choc pour aller dormir, l’homme prend une collation avec sa femme et jase avec elle jusqu’à deux heures et demie; il fait la remarque à son épouse qu’il trouve étrange que les policiers ne soient pas venus à la maison à leur arrivée. C’est le lendemain qu’il apprend ce qui se passait pendant que les policiers étaient en veilleuse à l’écart de la route. Ils voyaient une boule lumineuse au-dessus de la maison du témoin, mais par prudence ils n’osèrent pas s’en approcher. Lors de l’enquête, Marc Leduc et moi-même avons parlé aux deux policiers et tous deux refusèrent de nous donner le moindre détail sur les événements de cette nuit-là. Quinze jours après l’observa- tion du témoin, un autre témoin a vu, vers cinq heures du matin, une boule de couleur rouge-orange, en fusion, avec une traînée de feu, passer au-dessus de la maison de notre même témoin. Les observations de La Tuque PERIODE DES ANNEES 1970 La région de La Tuque est une région de notre Province qui est régulièrement visitée par des ovni. Cette région semble être choyée par nos visiteurs insolites. Il y a plusieurs centrales électriques dans le secteur, et plusieurs lignes haute-tension sillonnent toute la région. La majestueuse rivière Saint-Maurice a été le théâtre de plusieurs observations et tout le long de son parcours des dizaines de témoins nous ont rapporté de nombreux cas très intéressants de phénomènes insolites. Pour en citer quelques-uns sur cet axe La Tuque-Trois-Rivières et Rive sud, en passant par Drummondville, donc sur cet axe nord-sud, il y a les observations de La Tuque, du lac à Beauce, Saint-Roch- de-Mékinac, Saint-Jean-Des-Piles, Saint-Mathieu, Shawinigan, Saint- Thomas-le-Caxton, Trois-Rivières, Cap-de-la-Madeleine, un saut par- dessus le fleuve Saint-Laurent, la région de Drummondville, et ça continue avec Acton Vale, Waterloo, etc… et j’en passe. Avis aux témoins de la région de La Tuque. Lieu: La Tuque, compté Laviolette. Date: Mercredi, 28 octobre 1970. Heure: 18 h 30 Température: ciel clair, sombre, presque la nuit. Description du fait: (le témoin parle). Il était environ 18 h 30, le soir du 28 octobre 1970. Je travail- lais dans ma cuisine. Tout à coup, un bruit à la porte attira mon attention, des enfants de mon voisinage, ils étaient trois, âgés de 8, 9 et 12 ans, criaient: « vite, ouvrez la porte, il y a quelque chose d’étrange dans le ciel et on dirait que cela veut atterrir. J’ouvris la porte avec précipitation et je discernai, juste au- dessus de la maison de mon voisin, laquelle est située à 50 pieds environ, un objet qui s’y tenait suspendu à environ 300 pieds de hauteur, n’émettant aucun bruit, mais dont je crus discerner une coupole. Cela m’a paru être un objet d’une très grande dimension. Sur le dessus de la coupole de cet objet, une lumière éblouissante zigzaguait (ce qui me faisait un peu penser à celle qui est émise lorsqu’on fait une soudure dans un atelier). Les rayons émis par cette lumière me donnait l’impression d’être photographiée… On distinguait aussi aux extrémités de l’ovni des lumières rouges et vertes qui clignotaient. Ma surprise était bien grande et les enfants me firent observer qu’ils avaient détecté cet objet alors qu’ils s’amusaient dans une maison en construction, plus précisément dans le solage ( maison en construction voisine de mon voisin ). Les enfants prirent peur car, d’après eux, l’objet descendait vers eux. De là leur course jusque chez moi. Nous étions là, les trois enfants et moi-même, un peu éberlués et craintif car nous réalisions tout à coup que cela n’était ni un avion, ni un hélicoptère, ni un ballon… Je pris, au bout d’une minute ou deux, une décision. Je dis aux enfants de continuer à observer de l’intérieur de la maison, et j’allai chercher mes longues-vue. Cela prit tout au plus une demie-minute. A mon retour, l’ovni était rendu à la hauteur de la lune ( du moins, c’est une évaluation facile ,a l’oeil ). A l’oeil nu, on voyait encore le clignotement émis par intervalles réguliers, du rouge au vert, et au blanc. Un voisin, alarmé par les cris des enfants, me demanda ce qui se passait. Je lui indiquai du doigt l.objet qui fuyait et il me dit qu’il n’y comprenait rien! Avec l’aide des enfants, nous avons fait un croquis assez simple de l’objet que nous venions d’observer; cela va quand même vous permettre de constater, ou tout au moins d’imaginer l’objet que les témoins et moi-même avons observé. Un deuxième rapport nous a été fourni par un homme qui, pour la première fois de sa vie, a été confronté avec le phénomène ovni. Il était la dernière personne à croire que ça lui arriverait, à lui, d’être spectateur, et un des témoins d’un phénomène aussi insolite que stupéfiant que l’événement qui se déroula dans la nuit du 4 au 5 novembre dernier. Pour des raisons personnelles, notre principal témoin nous demande l’anonymat; pour ces raisons, le lieu précis de l’observation ne sera pas divulgué. Enquêteur: Marc Leduc, Philippe Blaquière Région: La Tuque. Date: nuit du 4 au 5 novembre 1975. Heure: 0 h 20 à 1 h 00 a.m. Température: ciel dégagé, tout étoilé. Témoins: Quatres témoins, dont deux policiers. Description de l’événement Notre témoin termine son travail à minuit, il arrive chez lui vers minuit vingt minutes. Commes les soirs précédents, il arrête la voiture au même endroit, les phares allumés dirigés sur la porte de la grange car il doit entrer les deux chiens, ce qu’il fait tous les soirs car il n’aime pas se faire réveiller par les aboiements de ces bêtes. Il trouve inhabituel le comportement de ses deux chiens: ils sont très agités et jappent de toutes leurs forces. Après avoir mis les chiens à l’intérieur du bâtiment, il retourne à la voiture, fait marche arrière pour se placer près de la galerie, arrête la voiture, descend, et c’est au moment où il ferme la portière qu’il aperçoit, venant sur sa gauche, cette grosse boule lumineuse blanche, fluorescente et pulsante, de la grosseur apparente de la pleine lune; il s’inquiète, vu que la boule s’approche rapidement avec un bruissement. Pris de panique, notre témoin n’a fait qu’un bond et s’est précipité vers la galerie, a ouvert la porte et, se sentant en sécurité, s’est retourné pour voir ce qui venait derrière lui. A ce moment, la boule lumineuse était stationnaire au-dessus d’une haie qui sépare le terrain, à peine à 50 mètres du témoin. Cette boule puissante, qui faisait bien douze centimètres à bout de bras, était à peine à trois mètres du sol. et était maintenant immobile. Le témoin entendait un bruit comme un léger vent qui souffle. Le témoin ne pouvait distinguer la forme de l’objet, à cause de la luminosité de cette sphère. Après environ cinq minutes d’observa- tion, il voit cet objet qui s’incline légèrement et presque instantanément se déplace de l’autre côté de la route, à soixante mètres d’altitude, au-dessus d’une petite carrière située à trois cents mètres de la maison. Maintenant cette boule ressemblait à une grosse lune de couleur blanche comme un néon, elle pulse et semble tourner sur elle-même de droite à gauche. A ce moment, le témoin pense à sa femme et se dit qu’il faut qu’elle voit cela. En toute hâte, il monte au deuxième étage, réveille celle-ci et, de la fenêtre de la chambre, tous deux voient cette étrange boule lumineuse qui est toujours stationnaire au-dessus de la carrière. Après quelques minutes d’observation, tous deux décident de sortir à l’extérieur afin de mieux voir le phénomène et, après quelques minutes d’observation, un grand vent se met à tourbillonner et, en même temps, une noirceur épaisse, un nuage de ténèbre envahit les environs, graduellement, et cela malgré un beau ciel tout étoilé. Les témoins sont affolés et entrent en vitesse dans la maison. Le vent soufle de plus en plus fort. Par la grande fenêtre panoramique nos témoins voient maintenant une nouvelle manifestation, en face de la maison, de l’autre côté de la route: il se forme dans l’air un espace rempli d’étincelles et de grbes en mouvement incessant. Ces étincelles de feu blanc volent en tous sens mais dans un espace relativement rond et limité. Plusieurs descendent au sol et remontent en haut dans un va-et-vient continuel.; le témoin nous dit que c’était comme des étoiles filantes. Ce phénomène a bien duré une quinzaine de minutes; nos témoins, ne se sentant pas en sécurité, l’homme décide alors d’aller appeler la police. Deux agents en voiture-patrouille lui disent qu’ils seraient sur place dans une vingtaine de minutes. Les témoins trouvent les minutes interminables; ils voyagent d’une fenêtre à l’autre, la boule est toujours stationnaire au-dessus de la carrière quand, tout à coup, le grand vent cesse, la boule lumineuse s’éteint presqu’aussitôt, plus de pluie d’étincelles: c’est devenu le grand calme. L’homme, regardant par une des fenêtres, à l’arrière de la maison, est témoin d’un nouveau phénomène: il voit deux colonnes noires qui se distinguent dans les ténèbres. Elles proviennent du ciel, passant au-dessus de la maison, et se dirigent quelque part dans le champ, vers le sol, en arrière des bâtiments. Ces deux trombes inversées en forme de cône donnaient l’impression d’ avoir à leur base, l’une six mètres de diamètre, l’autre deux mètres. L’homme perplexe, est très intrigué par ce nouveau phénomène. A ce moment, il voit des lueurs de phares d’auto, puis il voit venir l’auto de la police sur la route. Ces policiers s’arrêtent juste `l’entrée de la carrière et stationnent leur voiture à l’écart du chemin. Le téléphone sonne; c’est le policier qui dit à l’homme qu’ils sont là, qu’ils ne voient absolument rien d’anormal, qu’il peut maintenant aller se coucher et qu’eux surveilleront pour un certain temps. Etant trop sous le choc pour aller dormir, l’homme prend une collation avec sa femme et jase avec elle jusqu’à deux heures et demie; il fait la remarque à son épouse qu’il trouve étrange que les policiers ne soient pas venus à la maison à leur arrivée. C’est le lendemain qu’il apprend ce qui se passait pendant que les policiers étaient en veilleuse à l’écart de la route. Ils voyaient une boule lumineuse au-dessus de la maison du témoin, mais par prudence ils n’osèrent pas s’en approcher. Lors de l’enquête, Marc Leduc et moi-même avons parlé aux deux policiers et tous deux refusèrent de nous donner le moindre détail sur les événements de cette nuit-là. Quinze jours après l’observa- tion du témoin, un autre témoin a vu, vers cinq heures du matin, une boule de couleur rouge-orange, en fusion, avec une traînée de feu, passer au-dessus de la maison de notre même témoin. Aussi, lors de notre passage à La Tuque, nous avons rencontré une dame qui, dans la semaine du 9 novembre ( elle ne se souvient pas quel soir exactement), elle, aurait vu, du côté des deux tours, sur la montagne une lune stationnaire qui était plus petite que la vraie lune qui, elle, était à sa place normale dans le ciel; quatre témoins ont vu ce phénomène.

source:http://x-philes.ifrance.com/latuq.htm

 

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :