Transmettre son savoir est un don de soi

SOURCE IMAGE: http://momodu76.m.o.pic.centerblog.net/2fvshtut.jpg

Ouvrages en ligne sur les OVNIS:

LES OVNIS DANS LE GUIDE DE GESTION DES DÉSASTRES POUR LES POMPIERS US:

Ceci est le chapitre 13 du « Guide de Maîtrise des Désastres de l’Officier du Feu, » édition de1992, traitant de rien moins que des OVNIS. Il reflète une vie entière d’intérêt pour les OVNIS de la part de son auteur, mais c’est néanmoins également un guide utilisé à l’échelle du pays par de nombreux fonctionnaires locaux de la lutte contre les incendies et de la gestion des désastres, et il est approuvé par FEMA (l’agence fédérale de gestion des secours). Malgré les démentis de canaux militaires officiels de la réalité des OVNIS, il y a ici un manuel avec beaucoup d’information sur la question qui est tout aussi « officiel. » Bien que ce chapitre ne soit pas une « déclaration officielle » au sujet des OVNIS, il montre à quel point le sujet peut être pris au sérieux par certains occupants de postes gouvernementaux.

CHAPITRE 13: ATTAQUE ENNEMIE ET POTENTIEL OVNI

PEU D’HABITANTS des Etats-Unis, excepté ceux d’Hawaï, ont subi une attaque ennemie sur leur ville natale en ce siècle; certains pensent que cela leur est arrivé. Le Grand Raid Aérien de Los Angeles du 26 février 1942, a commencé à 02:25 du matin quand l’armée américaine a annoncé l’approche d’avions hostiles et que le système d’alerte de raid aérien de la ville a été mis en marche pour la première fois lors de la deuxième guerre mondiale. « Soudainement la nuit était occupée par les sirènes. Les projecteurs ont commencé à balayer le ciel. Quelques minutes plus tard les équipes de la DCA des forts de l’armée le long de la ligne de côte ont commencé à tirer les premiers d’un total de 1.433 obus de DCA dans le clair de lune. Des milliers de surveillants volontaires de raid aérien ont dégringolé de leurs lits et ont saisi leurs bottes et casques. Les citoyens réveillés par les hurlements des sirènes et insouciant de l’ordre de black out total, ont commencé à essayer d’allumer les lumières… Le vacarme a continué pendant deux heures. Enfin les canons se sont tus. L’ennemi, évidemment, avait été éconduit. Los Angeles a commencé à goûter la joie de vivre de sa première victoire militaire. » (1)

LA MENACE OVNI – UN FAIT

Dans ce chapitre nous tournerons maintenant notre attention vers la menace très réelle constituée par les Objets Volants Non Identifiés (OVNIS), qu’ils existent ou non. La Guerre des Mondes, l’émission bien documentée et largement diffusée de Orson Welles montre que la seule idée de l’existence de créatures étrangères peut causer un désastre très réel et la causer la panique dans une population donnée. En outre, si les visites apparentes d’êtres extraterrestres et de leurs véhicules spatiaux posent la moindre menace, ce sera, comme toujours, le service du feu qui sera invité à fournir la première ligne du sauvetage de vies et de lutte contre le désastre.

Le 25 avril 1991, la station radio KSHE à St Louis, Missouri a été condamnée à 25.000 $ par la Commission Fédérale de la Communication pour avoir diffusé une fausse alerte d’une attaque nucléaire pendant la guerre du Golfe Persique. Le sérieux avec lequel la FCC a traité ce cas est indicatif de la panique très réelle qui peut être créée à partir de phénomènes même illusoires ou fictifs. Certainement si ces événements inexplicables deviennent plus répandus, la possibilité de panique pourrait être encore plus grande; et là encore, le département de feu sera l’agence invitée à gérer la situation. (35) Par conséquent, alors que nous approchons l’an 2000, n’importe quel plan complet de gestion de désastre devrait prendre en compte le potentiel pour la panique et d’autres effets négatifs qui pourraient se produire dans un secteur peuplé quand des phénomènes inexplicables se produisent. Nous verrons, tout en poursuivant notre discussion en ce chapitre, que des pannes totales de courant, des ruptures des communications, et d’autres conditions potentiellement désastreuses ont été liées directement aux observations d’OVNIS. Par conséquent, les chefs des services du feu qui veulent s’assurer que leur planification de désastre est complète ne négligeront pas une annexe pour décrire les choses qui pourraient être faites en vue de l’occurrence de tels phénomènes.

Dans tout ce livre, plusieurs des références aux événements réels sont basées sur les expériences des deux auteurs. Cependant, dans le domaine des OVNIS et de leur potentiel, nous comptons en grande partie sur la recherche et les expériences de Charles Bahme. Chuck a effectué une étude considérable de ce sujet et a acquis de nombreuses publications et bandes de magnétoscope pour augmenter sa bibliothèque sur ces phénomènes et ce qui s’y rattache. Son intérêt pour les OVNIS s’est considérablement intensifié quand le Congrès a adopté une loi en 1969 (CFR 14, Chapitre V, partie 1211 – Exposition aux extraterrestre) qui a donné à l’administrateur de la NASA la discrétion arbitraire de mettre en quarantaine sous garde armée n’importe quel objet, personne, ou toute autre forme de vie qui a été exposé à quelque chose d’extraterrestre. Le fait même que nos membres du ont pensé qu’il y avait une nécessité pour une autorité si énergique a fait que Chuck s’est demander s’ils avaient seulement nos astronautes à l’esprit quand ils l’ont adopté. Est-ce que ceci pourrait être appliqué à quiconque qui aurait vécu une rencontre avec un OVNIS? Que cela ait été le cas ou non, cela n’est pas susceptible d’être un sujet qui soit diffusé publiquement.

Discussion sur les OVNIS – Pourquoi maintenant?

Le sujet des OVNIS (objets volants non identifiés) n’a pas été inclus dans les éditions précédentes de ce livre. La première édition était le Manuel du Contrôle des Désastres que Chuck a personnellement publié en 1952 à la suite de la fin de son service actif dans l’US Navy. Bien que ses services dans le conflit coréen comme coordonnateur de la sécurité pour le chef des opérations navales ait compris la création d’une organisation mondiale de contrôle des désastres pour la protection des propriétés physiques de la Navy, il doit être admis que les directives approuvées pour cette nouvelle organisation n’ont reflété aucun souci significatif pour une menace de soucoupes volantes. C’était dans les années 50; maintenant que nous sommes dans les années 90 où il est douteux que le potentiel OVNI serait écarté aussi légèrement par nos forces de sécurité militaires. Ce changement d’attitude a été démontré dès le 24 Décembre 1959, quand le l’Inspecteur Général de l’Armée de l’Air a publié les Ordres Opérationnels et d’Entraînement suivants: « les objets volants non identifiés – parfois traités légèrement par la presse et désignés sous le nom de « soucoupes volantes – doivent êtres considérés rapidement et correctement comme affaires sérieuses par l’Armée de l’Air… » (36)

Il n’y a aucune incertitude au sujet de la réalité de la guerre entre les nations sur notre planète et les effets désastreux des actions militaires. Les 200 sorties pilotées chaque heure contre l’Irak dans le golfe Persique ont fourni les preuves suffisantes de la puissance destructive de la guerre globale. D’autre part, il y a de nombreuses personnes qui peuvent croire qu’une discussion des maux théoriques qui pourraient être provoqués par une invasion d’OVNIS vraie ou imaginaire doit être « farfelue. » Mais il n’en est pas ainsi pour les milliers de témoins de phénomènes aériens non expliqués. Pour eux également, ce sont des affaires sérieuses.

L’intérêt de Chuck pour les OVNIS a débuté lors des heures matinales du 26 août 1942, alors qu’il faisait du roller skate de sa maison vers la station des pompiers la plus proche à quelques blocs de là; les hurlements des sirènes avaient signifié son rappel à son devoir de pompier, et avec les ordres rigoureux de black-out en vigueur, il n’aurait pas été sage de rouler en voiture; en outre, il était beaucoup plus passionnant d’être dehors à l’air libre d’où il pouvait voir les « feux d’artifice » aériens spectaculaires qui ont rempli les cieux tout autour de lui. Peu d’habitants des Etats-Unis avaient jamais éprouvé une invasion d’OVNIS vraie ou imaginaire comme celle qui s’est produit dans ce qui est depuis lors connu comme « le raid aérien de Los Angeles de 1942. » L’armée a annoncé l’approche d’avions hostiles et le système d’alerte aux raids aériens de la ville a été mis en oeuvre pour la première fois dans le deuxième guerre mondiale. La défense contre cette « attaque » est décrite en termes impressionnants dans le paragraphe d’ouverture de ce chapitre.

Mais quel ennemi avait été éconduit? Personne ne l’a jamais su. Tous les pompiers ont dit qu’il y avait eu dans le ciel 15 ou 20 « choses » en mouvement qui ont semblé changer de cours à grande vitesse et n’ont apparemment pas été affectés par les explosions des obus de la DCA tout autour d’eux. Des rumeurs que l’un d’entre eux avait été abattu n’ont jamais été vérifiées, et l’explication que ces envahisseurs zigzagants étaient des ballons météo n’a jamais été considérée comme sérieuse. Quoi qu’il en soit, pour Chuck, cet épisode inoubliable a réveillé son intérêt continu pour les OVNIS, rivalisant avec son domaine de la législation et la protection contre les incendies. Le fait qu’il ait entre-temps été membre d’un groupe de témoins dont l’observation d’OVNIS a été authentifiée par le radar d’un aéroport a aidé à soutenir cet intérêt.

Information de fond sur les OVNIS

Sans avoir l’intention d’essayer de prouver ou de réfuter l’authenticité des nombreuses rencontres d’OVNIS souvent relatées par des témoins très crédibles comprenant des pilotes de lignes et des pilotes militaires, des astronautes, des officiers de police, des combattants du feu, des membres du congrès, et même un président des États-Unis, l’ensemble de ce chapitre présentera une brève histoire de la nature des OVNIS et de leurs occupants allégués; leurs observations répandues autour du globe depuis les temps antiques; leur aspect, l’origine de propulsion, et des motifs possibles pour continuer la recherche.

Un examen rapide de certains des comptes rendus classiques de rencontres documentées en de nombreuses publications étrangères et des États-Unis pourrait nous aider à juger l’importance de leur menace, le cas échéant, à la stabilité sociale, et, si on le considère souhaitable, de proposer un plan pour les services du feu pour faire face à certains des effets catastrophiques imaginables que les OVNIS pourraient produire sur des villes et des secteurs fortement peuplés.

Pour les lecteurs qui ont déjà pris leur décision et décidé qu’il n’y a rien de tel que des OVNIS malgré les indications accablantes du contraire, il devrait être précisé qu’il y a des preuves indirectes des effets désastreux qui ont déjà attribués à l’activité d’OVNIS dans plus d’un pays, y compris les Etats-Unis.

Les OVNIS – Que sont-ils?

William Shakespeare a placé une remarque appropriée dans la bouche de Hamlet, le prince du Danemark, qui disait ceci: « il y a plus de choses dans le ciel et sur la terre, Horatio, que ne peuvent en rêver votre philosophie. » Nous ne saurons jamais si Hamlet se rapportait à ces lumières ou objets étranges qui apparaissent dans le ciel ou s’approchent de la terre et n’ont aucune cause connue, mais le World Book Encyclopaedia définit ce genre de choses comme étant les OVNIS. (37)

Plusieurs théories ont été proposées quant à ce qu’ils pourraient être. Quelques scientifiques pensent qu’ils sont d’origine extraterrestre – venant d’autres planètes. Des officiers militaires conjecturent qu’ils pourraient être des avions étrangers. Certains les attribuent tous à des causes naturelles, telles que des météores, des comètes, des sundogs, des réflexions de lumières, des feux-follets, de la foudre en boule, quoiqu’ils doivent admettre que les scientifiques ne peuvent pas expliquer tous les rapports d’OVNIS de cette façon. D’autres encore sont inclinés à croire qu’ils peuvent être des formes venant d’autres dimensions qui peuvent se matérialiser et se dématérialiser à volonté en faisant peut-être une transition de longueur d’onde ou de fréquence afin de devenir invisible aux humains. Certains croient qu’ils sont des voyageurs venus des temps futurs.

Système de Classification des OVNIS

Le Dr. J. Allen Hynek, professeur emeritus de l’Université d’Astronomie du Nord et conseiller de l’Air Force pour le projet Blue Book a adopté un système de classification très simple basé uniquement sur le contexte de l’observation:

  • 1. Lumières Nocturnes
  • 2. Disques Diurnes
  • 3. Rencontres Rapprochées (diurnes ou nocturnes)
  • 4. Enregistrements Radar.

Il concluait que ce système ne nous indique rien au sujet de la nature des OVNIS, mais qu’il peut suggérer une manière de rassembler les données. (38) Il a constaté que tandis qu’un grand nombre de tels rapports étaient aisément identifiables par des investigateurs qualifiés comme état des interprétations fausses d’objets ou d’événements connus, un petit résidu (environ 1.000) n’a pas été identifié. Ceux-ci sont venus de témoins crédibles en des lieux largement séparés tels que le Canada, l’Australie l’Amérique du Sud, et l’Antarctique. Il conclut par cela: « bien que je ne connaisse aucune hypothèse qui recouvre correctement la masse des évidences, ceci ne devrait pas nous décourager de suivre le conseil de Schroedinger: être curieux, capable de l’étonnement, et désireux de trouver. » (39) Le Dr. Hynek a écrit un article excellent, bien illustré, sur les OVNIS dans un ouvrage de 1982 qui donne une histoire détaillée des observations d’OVNIS, ainsi que les rapports de quelques personnes bien connues qui les ont faites, y compris le Président Jimmy Carter alors gouverneur de la Géorgie. (40)

Formes des OVNIS

Les témoins ont décrit la forme des OVNIS comme étant aussi variée que des sphères au boomerang. Certains ont ressemblé à des soucoupes volantes avec un dôme; d’autres à un tube incandescent; certains sont en demi-sphère avec des ouvertures colorées; d’autres ont des parties avec rougeâtre-orange incandescentes, ou émettent des décharges d’étincelles ou de feu. On observe souvent des vitesses incroyables et une manoeuvrabilité impossible aux avions de tout types. Plusieurs des livres et des articles dans l’annexe H ont d’excellentes photographies de ces visiteurs inexpliqués – des photos qui ont été examinées par des experts pour assurer leur authenticité.

Histoire des OVNIS

Depuis des centaines d’années des objets mystérieux dans le ciel et des lumières mobiles étranges ont été rapportés par beaucoup de gens, y compris des pilotes militaires lors de la deuxième guerre mondiale qui les ont appelés des Foo Fighters, (« Là où il y a du Foo, il y a du feu »). Au milieu des années 1900 on a observé de plus en plus de soucoupes volantes aux Etats-Unis et en d’autres pays. Les scientifiques à l’université du Colorado nommés par l’Armée de l’Air de 1966 à 1968 pour étudier ce type de phénomènes aériens ont pu expliquer la plupart des rapports d’OVNIS en tant qu’étoiles (Vénus) [sic], météores, planètes, ballons, fusées, satellites artificiels, etc… Des conditions atmosphériques, des traînées d’échappement d’avion, ou les états inhabituels d’éclairage peuvent parfois produire des illusions optiques que les observateurs pensent être des OVNIS. Après investigation de plus de 12.000 rapports, l’Armée de l’Air des Etats-Unis n’a pas pu expliquer d’où les OVNIS non expliqués viennent, mais a apparemment conclu que la sécurité nationale n’était pas menacée par eux. (41) L’emphase de l’équipe de l’université, dirigée par Edward U. Condon, a semblé se porter davantage sur l’établissement de la stabilité ou de l’instabilité émotive de ceux qui ont rapporté des observations que sur d’autres évidences.

Des psychiatres ont examiné les témoins qui ont prétendu avoir rencontré des OVNIS et même prétendus avoir été emmené à bord de leur engin, tel que ces deux ouvriers de chantier naval au Mississippi, et ont constaté qu’ils ne sont absolument pas des gens déséquilibrés. (42) « Ce ne sont pas des cinglés. Il y avait certainement quelque chose ici qui n’était pas terrestre. » (43) Le Dr. J. Allen Hynek a été d’accord, et a ajouté « d’où ils viennent et pourquoi ils sont ici est une question de conjectures mais le fait qu’ils étaient ici sur cette planète est au delà du doute raisonnable. » (44)

L’Air Force, après 20 ans de déluge d’observations d’OVNIS et ayant dépensé des millions de dollars en recherche, a décidé de laisser tomber les enquêtes sur le terrain et a laissé un groupe appelé NICAP (Comité National de Recherche sur les Phénomènes Aériens) de Kensington, dans le Maryland, les poursuivre. Ceci a laissé à la NASA avec une partie de la tâche de tenter de couvrir les rapports d’observation d’OVNIS, y compris de nombreuses par ses propres astronautes d’Apollo et de Skylab. D’ici à 1974 plus d’une vingtaine d’astronautes ont vu et ont photographié des OVNIS pendant leurs vols au-delà de l’atmosphère de la Terre.

Tôt dans la mission d’Apollo 11, qui a abouti à la marche de ‘homme sur la Lune, les astronautes Neil Armstrong, Edwin Aldrin, et Michael Collins ont rapporté des observations de ce qui a semblé être un OVNI pendant la première moitié de leur vol vers la surface lunaire. Il y au beaucoup d’autres observations par les astronautes Américains et Soviétiques. Le 11 novembre 1966, les astronautes Jim Lovell et Edwin Aldrin lors de Gemini XII ont dit qu’ils ont vu quatre OVNIS liés ensemble, et le 12 Octobre 1964, trois astronautes russes à bord de Voskod ont rendu compte qu’ils ont été contournés par une « formation d’objets rapides en forme de disque. » (45)

Organisations d’ufologie

En plus du NICAP, certains des autres organismes qui étudient les phénomènes d’OVNIS sont le MUFON (Mutual OVNI Network), le CAUS (Citoyens contre le secret sur les OVNIS), le GSW (Ground Saucer Watch), le CUFOS (le centre pour les études des OVNIS), et l’APRO (organisation de recherches sur les phénomènes aériens), une organisation scientifique et éducative sans but lucratif de l’Arizona, fondée en 1952. (46)

Pourquoi le secret?

Dans leur livre « OVNIS au-dessus de l’Amérique, » les auteurs Jim et Coral Lorenzen accusent la C.I.A (agence centrale du renseignement) d’avoir été étroitement impliquée dans la collecte et la suppression d’informations sur les OVNIS. « Des témoins de ces phénomènes ont été subornés, forcés, et menacés par la C.I.A, qui a voulu que les preuves valables leurs soient remises, à eux seuls. (47) Une raison donnée est que le renseignement militaire peut considérer les OVNIS comme un outil d’un ennemi potentiel connu ou inconnu. « Si ces véhicules se montrent furtifs et discrets, c’est encore plus de raison de les suspecter… la probabilité apparaît forte, que les esprits derrière ces véhicules puissent faire du renseignement pour leur propre bénéfice. » (48)

Une autre raison du secret pourrait être l’espoir d’obtenir des connaissances concernant des méthodes avancées de propulsion et des systèmes anti-gravité avant que d’autres ennemis potentiels sur Terre ne puissent les acquérir. Par conséquent, bien que beaucoup de nations étudient secrètement les OVNIS, elles sont peu disposées à partager leurs résultats. Robert Lofton, dans son livre « Soucoupes Volantes Identifiées, » affirme que l’Armée de l’Air est devenue le bouc émissaire dans les efforts de la C.I.A pour déboulonner beaucoup d’observations par des pilotes, des techniciens de radar et des observateurs civils dignes de confiance. Il pense que la suppression d’informations sur le point auquel les OVNIS sont dangereux est peut être une mauvaise chose. Après la citation d’un cas où un enfant a été brûlé à plus de 50 à 60 pour cent de son corps par un OVNI volant bas et ensuite emmené à un hôpital de l’Armée de l’Air, personne n’a pu expliquer pourquoi ses vêtements n’ont pas été également. Il décrit également un autre cas de brûlures au Nouveau Mexique et un autre homme qui a récemment reçu un coup aussi puissant que celui d’un marteau de forgeron qui l’a laissé sans connaissance, par le champ de force d’un OVNI de 100 pieds de diamètre. « On doit dire au public que c’est dangereux! Rien ne favorise les rumeurs et la panique autant que l’ignorance. » (49)

Le Major Donald Keyhoe décrit dans son livre « Aliens from Space – la Véritable Histoire des Objets Volants Non Identifiés » les difficultés qu’il a eues en 1957 en tentant d’obtenir la vérité des organismes gouvernementaux après qu’il ait été le directeur du NICAP, la plus grande organisation de recherches sur les OVNIS du monde avec plus de 30 sous-comités aux États-Unis et à l’étranger. (50)

Selon certains ufologues les tentatives de dissimulation par la C.I.A vont jusqu’à la destruction des preuves qu’elle ne pouvait pas confisquer. Apparemment certains des chefs importants de notre nation se sont vus refuser l’accès aux secrets d’un certain OVNI en possession d’une agence des Etats-Unis, dont l’existence même est classifiée au-dessus de top secret. (51) Le sénateur Barry Goldwater, un Brigadier Général en retraite de l’Armée de l’Air et pilote avec plusieurs décennies d’expérience de vol, ont été cités comme disant  » je crois certainement en les étrangers de l’espace. Ils peuvent ne pas nous ressembler, mais j’ai la conviction très forte qu’ils ont avancé au-delà de nos possibilités mentales. » Il a dit qu’on lui avait refusé la permission de vérifier les dossiers de l’Armée de l’Air sur les OVNIS et a ajouté, « je pense que quelques investigations fortement secrètes sur les OVNIS sont menées par le gouvernement sans que nous le sachions, et nous n’en serons pas informés à moins que l’Armée de l’Air ne le révèle. » (52) Il a dit avoir confiance dans les rapports des pilotes de l’Armée de l’Air, de la marine, et des pilotes commerciaux qui ont rapporté des exemples où un OVNI a volé près d’eux, juste près de l’aile de leur avion ou les suivant, et ensuite filant au loin à des vitesses incroyables. « Je me rappelle ce cas en Géorgie dans les années 50 où un avion de la Garde Nationale a pris un OVNI en chasse et n’est jamais rentré. Et je me rappelle le cas de Franklin, dans le Kentucky, quand quatre avions militaires ont étudié un OVNI. L’un d’eux a explosé en plein air et personne ne sait pourquoi. » (53)

Encouragés par la politique de Glasnost (une plus grande franchise) les médias soviétiques se sont sentis libres d’inclure des comptes rendus d’observations d’OVNIS. Un rapport de Tass du 10 octobre 1989, a rapporté une grande boule ou disque brillant planant au-dessus d’un parc de Voronej; les résidants ont vu l’OVNI atterrir et trois créatures semblables aux êtres humains en émerger, accompagnées d’un robot. (54)

Apparemment les Russes n’ont senti aucun besoin de supprimer ce rapport qui a été ridiculisé dans Newsweek et le Times (55) mais pas par U.S. News ni News of the World: « il y a à peine quelques décennies, le gouvernement des États-Unis et les médias ont traité le sujet des objets volants comme un sujet de plaisanteries – un sujet que même le Congrès a examiné. En 1966, le sénateur Ford a répondu à une éruption d’observations dans son état natal du Michigan en demandant, et en obtenant, une audition de la Chambre sur les OVNIS. » (56)

Missions des OVNIS

Beaucoup de raisons ont été avancées quant au but des visites d’OVNIS sur notre planète. Bien que certaines des personnes qui apparemment ont été les sujets de recherches génétiques, tels que la famille de Whitley Strieber, pourraient ne pas être d’accord, la majorité de ceux qui ont étudié les visiteurs possibles des OVNIS pensent qu’ils sont amicaux. M. Strieber a décrit son expérience comme terrifiante, et pense que ces « petits personnages avec leurs yeux qui semblent regarder aux plus profond de notre être demandent quelque chose. Quoi que cela soit, c’est plus que simplement des informations. Le but ne semble pas être la sorte d’échange libre et ouvert auquel nous pourrions nous attendre; quoi que ce soit qui s’en dégage, ils veulent bien plus que cela. Il me semble qu’ils explorent la profondeur même de nos âme; il recherchent une communion. » (57)

A partir des milliers de rapports qu’il a étudié, William Spaulding, ingénieur aérospatial et chef du Ground Saucer Watch basé en Arizona, pense qu’un pattern indique que les OVNIS sont ici pour une mission de surveillance: le fait qu’une majorité des observations se produisent autour de nos installations militaires, de nos installations de recherche et de développement, mène à la conclusion qu’une étude méthodique de la Terre et ses possibilités défensives et offensives et en cours. « Le phénomène n’est pas différent de nos propres explorations de l’espace: envoi de sondes, échantillons de sol, atterrissage. » (58)

Dans son livre Incident à Exeter, John Fuller discute de l’affinité apparente d’OVNIS pour des lignes de courant électrique dans la région du nord-est des Etats-Unis. Dans une section postérieure de ce chapitre traitant des effets d’OVNIS sur nos activités terrestres, nous verrons comment cette affinité a pu avoir été responsable de mettre 36 millions de personnes en panne de courant dans un secteur d’une surface de 8.000 miles carrés. (59)

En raison de nos aventures récentes dans l’espace, il en est qui spéculent que les OVNIS sont davantage concernés par ce que nous faisons là qu’à s’installer sur la planète. Quoi qu’il arrive, la publication officielle de l’Air Force (publiée par le Printing Office du gouvernement en 1968), intitulée Objets Volants indique que « aucun OVNI n’a été jugé représenter une menace pour notre sécurité nationale. » Cette conclusion, cependant, ne devrait pas éliminer des conséquences moins désastreuses que le renversement de notre gouvernement.

POTENTIEL NEGATIF DES OVNIS

Indépendamment de ses évaluations passées, l’Armée de l’Air a pu se tromper sujet d’un certain nombre de choses. « Ils ne peuvent même pas estimer é quelques milliard de dollars ce qu’un de leurs avions va coûter; peut-être qu’en en dépit du scepticisme des scientifiques et d’autres investigateurs, les OVNIS envoyés par d’autres planètes existent et ont visité la Terre. » (60) Et peut-être ont-ils montré quelques effets destructifs, si non intentionnels dans chaque exemple, ce que nous devons considérer quand nous rédigeons un plan pour faire face à une situation d’urgence où les OVNIS sont impliqués. Certains de ces effets documentés sont présentés maintenant.

Risques OVNIS

Les deux principaux risques remarquables en ce qui concerne les OVNIS ont été attribués aux champs électriques puissants qu’ils peuvent projeter dans un secteur général ou localisé et les effets psychologiques qu’ils ont produits sur la population générale ou lors d’un contact individuel.

Impact de champ de force

Des dérangements de l’air et des déplacements de terre ont été souvent rapportés en présence d’OVNIS. Les circuits d’allumage des moteurs d’automobiles et d’avions ont été apparemment affectés par des champs de forces énergétiques jusqu’à un tel degré qu’ils en arrivent l’arrêt de leurs opérations; des phares et des radios ont également cessé de fonctionner. Voici quelques exemples. A Buenos Aires, le 29 mars 1978, « une force étrange a coupé le moteur et les phares de leur Citroen CG., les a soulevés de 15 pieds au dessus de la route, puis les a reposé en bas une minute plus tard et 75 milles au nord. » Le conducteur avait remarqué une lumière jaune et violette brillant dans son rétroviseur alors qu’il conduisait sur le dernier tour d’une longue course de voitures, et il s’était rendu compte qu’elle s’approchait trop rapidement pour être un concurrent. Un mois plus tard un directeur de banque colombien et un officier de marine ont constaté l’arrêt des phares de leur voiture au moment où ils étaient survolés par un OVNI, avec l’homme de la marine souffrant de paralysie provisoire. D’autres pays sud-américains dans lesquels des faits similaires ont été rapportées autour de cette période sont l’Argentine, le Chili, le Pérou, et l’Uruguay. (61)

Il a également été remarqué que ces effets influencent les commandes et les instruments des avions, par exemple, le pilote d’un Piper PH-24 a signalé que ses commandes ne répondaient plus quand il a été approché par trois objets, de 10 à 12 pieds de diamètre, en forme de disque, au-dessus de Mexico le 3 Mai 1975. (62) Des cas semblables ont été rapportés par des pilotes militaires, illustrés par le cas classique de la quasi-collision en plein air d’un pilote d’un hélicoptère de l’armée avec un OVNI le 18 octobre 1973 au-dessus de l’Ohio, où non seulement les radios UHF et VHF ont été complètement mortes temporairement, mais un mouvement de haut en bas de l’hélicoptère avec ses quatre occupants a été induit par un faisceau vert à temps pour qu’il ne s’écrase pas au sol. (63)

Dérangements des Communications

En plus des effets sur les transmissions et la réception radio, comme cela décrit dans l’incident précédent, des interférences téléphoniques se sont produites, illustrées par le désespoir du Président qui a eu sa conversation téléphonique depuis la Maison Blanche à Washington D.C. coupée alors qu’il parlait à ses aides au Texas (64). La capacité de rendre inopérantes toutes les formes électroniques de communications, y compris celles qui commandent le lancement des systèmes d’armes de la défense, a été considérée comme faisant partie des possibilités des OVNIS. Que cela pourrait se prolonger jusqu’à l’effacement des données enregistrées des ordinateurs telles que des enregistrements des banques, les données sur des personnels, celles du FBI, de la C.I.A, et les enregistrements de la NSA, avec des informations critiques de toutes sortes n’est pas au-delà des limites du possible.

Pannes de courant régionales

On a longtemps suspecté qu’OVNIS aient les possibilités de causer la coupure du courant pour une ville, un état, ou de plusieurs états en exerçant un champ de force suffisant pour surcharger les circuits des installations de service publiques et privées. « Peu de choses sont plus dérangeantes qu’être plongé dans l’obscurité sans avertissement; c’est dangereux pour des masses de personnes. Cela paralyse des villes, bloque des routes, arrête des trains, laisse les ascenseurs coincés entre les étages. En général cela cause le chaos avec la vie moderne que nous avons. » (65) Vous pourriez penser que les compagnies d’électricité auraient réalisé une fiabilité suffisante dans leurs systèmes de technologie de pointe pour qu’une panne massive du type de celle qui a jeté dans l’obscurité New York et la Nouvelle Angleterre en 1965 ne se produirait jamais – mais cela s’est produit. Bien que, comme nous l’avons mentionné plus haut, on ait su que l’activité d’OVNIS a été associée à des perturbations des compas, des circuits d’allumage, des radios, etc, il était inconcevable que cela puisse également interférer la génération et la distribution du courant électrique. Un tel lien a également été indiqué en novembre 1953, quand un objet rouge incandescent est passé au-dessus d’une région résidentielle de New Haven, dans le Connecticut, provoquant l’affaiblissement lumières extérieures des deux côtés du trajet de l’objet et leur rétablissement quand il est sorti de la vue.

Des pannes de courant ont été également rapportées en association avec des OVNIS au Brésil en 1957 et en l959 à Rome, Italie, en 1958; et au Mexique en 1965. De même, à Uberlandia, où les opérateurs de centrale électrique ont promptement fermé les circuits quand l’OVNI les a apparemment faits s’ouvrir, cela n’a fait aucun bien, et ils n’ont pas pu rétablir le courant avant que l’OVNI ne soit parti.

« Le paroxysme de toutes les pannes totales de courant a été jusqu’ici la couverture stygienne qui est tombée sur plus de 30 millions de personnes dans le nord-est des Etats-Unis pendant la période du début de soirée le 9 novembre 1965. » (66) Les services de relais qui étaient censés transférer automatiquement la charge en cas de panne dans un secteur vers une source alternative ont mal fonctionné. Les communications militaires se fondant sur l’électricité publique sans réseaux de réserve alternatifs ont également été en panne, mais les communications étaient encore fonctionnelles pour faire une annonce publique rapide de ce qu’il n’y avait aucune urgence militaire. Bien que cela ait été globalement terminé le matin suivant, l’explication officielle au sujet d’un petit défaut de fonctionnement à une installation de production hydroélectrique canadienne n’a jamais expliqué la perte de millions de dollars de dispositifs électroniques qui ont subi des dégâts quand la panne s’est produite.

Boules de feu au-dessus de Syracuse – La Connexion avec les Pannes de Courant

Des pilotes d’avions ont rapporté que des OVNIS avaient été pourchassés à travers la Pennsylvanie à environ 16:30, et les ingénieurs de l’électronique et de la construction qui conduisaient ont vu des OVNIS se déplacer dans le secteur de l’aéroport de Syracuse vers environ 17:30, juste avant la grande panne de courant. Un instructeur de vol de vétéran qui avait volé au-dessus de Syracuse sur un vol d’entraînement a vu un globe rougeoyant au-dessus des lignes de haute tension menant à l’installation de production des chutes du Niagara. Des centaines d’autres ont vu l’objet incandescent dans le ciel la nuit de la grande panne de courant.

Cela avait eu lieu le 9 novembre. Le 2 décembre, environ 700.000 personnes dans le Texas, le Nouveau Mexique, et le Mexique ont également eu leur panne de courant. On a dit que cela était venu d’une panne normale à El Paso; puis le 5 Décembre, trois nuits plus tard. 40.000 maisons plus les installations militaires dans la région du Texas ont été également privés d’électricité – surcharge! Des zones de test de missiles (White Sands), Fort Bliss, la base aérienne de Holloman, et les nombreux aéroports ont tous été en panne (sans la protection d’une alimentation de secours), et c’était à ce moment que l’appel téléphonique du Président Johnson depuis la Maison Blanche à Washington, D.C a été coupé. En réponse à sa demande d’une explication, le Président Johnson a été dit que ses appels passaient dans un système de câble qui est complètement mort quand la montée subite de la puissance provoquée par l’explosion du régulateur d’El Paso l’a frappé, et que les batteries de secours n’ont pas fonctionné. Bien que l’on puisse discuter de si les cas de panne électriques ci-dessus aient été simplement des coïncidences avec l’activité d’OVNIS, un incident le 18 avril 1962, impliquant un OVNI qui avait été dépisté de New York, passant par le Kansas à Eureka, Utah, a été bien documenté. Le porte-parole de l’Armée de l’Air a admis que l’objet avait atterri, et pendant les 42 minutes pendant lesquelles il était au sol la centrale électrique n’avait plus de courant, mais il s’est rétabli quand l’OVNI est parti. L’objet a été poursuivi par des intercepteurs à réaction appelés de Phoenix et du terrain de Stead à Reno jusqu’à ce qu’il ait explosé sur la chaîne de Mesquite au Nevada en une lueur brillante qui avait été visible sur plus de cinq états. (67)

OVNIS – Les Risques de Panique

Le deuxième effet désastreux principal que l’activité d’UFO, vrai ou imaginé, peut avoir sur la population, est de générer la peur, la panique, le pillage, et de toutes sortes de comportement irrationnel. Nous avons déjà mentionné le cas plutôt bien documenté de l’hystérie et de sa contagion de masse créée par War of the World, la dramatique par radio par Orson Welles au sujet d’une invasion de Martiens. C’était une émission lors de Halloween en 1938 pendant la période des invasions de l’Allemagne en Autriche et de la Chine par le Japon. « La dramatique, présentée de façon réaliste sous forme de bulletins d’informations et d’interview au sujet d’un atterrissage de vaisseau spatial extraterrestre dans le New Jersey, a eu comme conséquence beaucoup d’actes hystériques, y compris des milliers d’appels téléphoniques paniqués, de fuites extravagantes en automobiles, et d’apparition de brigades de défenses armées improvisées. » (68)

Bien que la plupart des personnes rapportant OVNIS ne les interprètent pas comme des menaces personnelles, il est possible qu’une partie du grand volume de rapports puisse être attribuée à la contagion hystérique. De toute façon, une des raisons souvent citées pour le maintien du secret sur des résultats de recherches du gouvernement à propos des OVNI est la nécessité d’empêcher la panique possible qu’une révélation de la vérité pourrait réveiller. Des rumeurs de gens enlevées, dématérialisés, brûlés, victimes de radioactivité, emportés dans le ciel, liquidés avec des pistolets à rayon et des lasers ou transportées au loin vers Mars ou Vénus pourrait provoquent la crainte – la crainte de l’inconnu. L’hystérie pourrait faire imaginer à des personnes effrayées que leur eau a été empoisonnée, que l’air est souillé avec des aérosols indétectables mais mortels ou des gaz innervants. Avec des centaines d’escadrons d’OVNIS filant à travers le paysage de la Californie jusqu’à New York, de Toronto à Mexico, des communications coupées, des pannes de courant répandues, des aéroports et des chemins de fer paralysé, les routes transformées en aires géantes de stationnement de véhicules immobilisés pleins d’automobilistes terrifiés, le problème de reconstituer l’ordre et la santé d’esprit serait un défi énorme pour tous les services de secours, en supposant que leur personnel resterait calme, détaché et capable résister à l’impulsion humaine pour se mettre en sûreté et s’occuper du bien-être de leurs propres familles avant celles du public. Pour rendre les choses pires, certains des propriétaires d’armes à feu les plus excitables pourraient être tentés à se précipiter dehors à la façon Rambo, et dans la négligence totale des dommages que les balles perdues pourraient causer à des résidants innocents au-dessous, se mettant à tirer vers des objets évasifs indépendamment de leur distance.

Risques sur les Personnes – Risques Physiologiques

Les effets du champ de force sur l’environnement physique – les communications, les transports, l’éclairage, et le stockage de données automatisé – ont été déjà considérés. Nous pourrions avoir ajouté qu’on a observé quelques effets physiques aux endroits où des OVNIS ont atterri – des traces circulaires dans les champs détruits par la chaleur ou du rayonnement et la stérilisation du sol à l’emplacement.

Sur une base plus pratique il peut y avoir des raisons pour se soucier de ce que plus que le seul environnement puisse être compromis par des actions d’OVNIS. Tout en poursuivant des OVNIS, des avions militaires ont disparu en plein air, explosé, ou été inquiétés. Des gens au sol ont subi des brûlures sérieuses, la paralysie, et les « coups » d’un champ de force, des émissions de rayonnements, ou de faisceaux qui ont été décrits comme celui d’un « rayon paralysant » (69)

En 1980, trois témoins ont vu une boule de lumière rouge planer au-dessus des maisons à Kuala Lumpur, Malaisie, quand soudainement un éclair de lumière bleue a jailli vers le bas et a enflammé deux maisons. (70) Un homme dans l’Indiana a vu un flash de lumière brillante passer devant sa fenêtre; le courant a été coupé dans sa maison donc il est allé dehors pour se rendre compte de ce qui se passait et a constaté qu’un objet brillamment lumineux planait au-dessus de lui; quand il a commencé à marcher vers lui son corps a commencé à le picoter et il n’a plus pu se déplacer jusqu’à ce que l’objet ait disparu. Une sensation d’étourdissement similaire été subie par un autre homme à Lynn, dans le Massachusetts, une nuit où il a approché un objet en dôme avec un cône incandescent rouge s’élevant depuis un parking. Il a également été immobilisé jusqu’à ce que l’objet se soit déplacé hors de la vue. Certains pensent que même les animaux peuvent être en danger à cause des OVNIS; qu’il faut essayer d’expliquer la mort de 15 poneys, dont le chef d’une équipe d’enquêteurs a pensé qu’ils ont été écrasés par le champ anti-gravité d’une soucoupe volante pendant qu’elle prenait son envol. (71)

Ainsi, les OVNIS pourraient avoir non seulement la possibilité de contrôler une partie du matériel scientifique fortement technique des militaires et des industriels, ils pourraient également posséder la capacité d’imposer la douleur et de contrôler des personnes qui essayent de les attaquer, même jusqu’au point de les « liquider » d’une manière ou d’une autre.

OVNIS – MESURES D’URGENCE

En raison du fait que beaucoup d’ufologues croient que nous nous approchons rapidement du moment où les atterrissages manifestes d’OVNIS deviendront moins remarquables, et en l’ignorance de si leurs visites sont amicales ou hostiles, ce ne serait pas déraisonnable de prendre en une certaine considération le rôle que les services des pompiers pourraient jouer en cas de l’arrivée inattendue d’OVNIS dans leurs communautés. Par exemple, quelle serait votre ligne de conduite en tant que commandant d’incident sur les lieux d’une école où un OVNI s’écraserait dans la salle du chauffage, rompant une ligne de carburant, et mettant le feu au carburant répandu, mettant en danger les occupants de l’engin qui sont emprisonnés dans l’épave? Si vos tentatives de délivrance sont réussies, et que deux des cinq petites créatures étrangères sont blessées mais encore vivantes, comment est-ce que vous vous disposeriez des morts et traiterez les survivants? Comment la présence des enfants sur les terrains de l’école affecterait-elle vos actions? Quelles personnes et agences seraient informées?

Les auteurs n’ont jamais lu le moindre conseil sur ces sujets. L’avertissement suivant a été imprimé sur la jaquette avant intérieure du livre de Frank Edward sur les soucoupes volantes:

AVERTISSEMENT

« Approcher des OVNIS de près peut être nocif aux êtres humains. Ne vous tenez pas sous un OVNI qui plane à la basse altitude. Ne touchez pas et n’essayez pas de toucher un OVNI qui a atterri. Dans l’un ou l’autre cas la chose sûre à faire est de se retirer très rapidement et de laisser la place aux militaires. Il y a une possibilité de danger de rayonnement et il y a des cas connus où des personnes ont été brûlées par des rayons émanant d’OVNIS. Ne pas prenez pas de risques avec les OVNIS! »

En raison de la loi fédérale (citée précédemment) autorisant l’administrateur de la NASA à confisquer, sans audition, n’importe qui touche un OVNI ou ses occupants, il serait imprudent de tenter un contact personnel à moins que vous ne soyez disposé à vous soumettre aux conditions de quarantaine de la NASA, si cette loi devait être appliquée.

Sans compter que les effets physiques possibles en approchant un OVNI, par exemple des brûlures, des radiations, etc., il peut y avoir des effets psychologiques produits par les champs de force qui pourraient induire un état hypnotique chez le spectateur, la perte de conscience, la perte de mémoire, et la soumission aux occupants. Jacques Vallée, auteur de Le Collège Invisible, avertit que nous devrions considérer des effets psychiques, tels que des déformations de l’espace-temps éprouvées par les témoins, comme pour des engins qui apparaissent et disparaissent – se dématérialisent – des voix étrangères, ou des pensées qui peuvent effectuer les changements involontaires de la façon à laquelle les témoins peuvent réagir dans de telles circonstances. (72)

Peut-être que les avertissements d’Edwards et de Vallée ci-dessus sont peu trop prudents ou craintifs pour être adoptés comme conduite à tenir généralisée dans chaque situation. En l’absence d’actes manifestes indiquant une hostilité, il peut n’y avoir aucun danger à approcher un atterrissage (ou un débarquement) OVNI avec une attitude positive ou soucieuse d’apporter une aide. Cet état mental pacifique pourrait être perçu par télépathie par ceux à bord ou sortant de l’engin; une forme de communication non-vocale est une possibilité. Il va de soi que de montrer des armes à feu ou d’autres armes que l’on porte sur soi pourrait être interprété comme peu amical et probablement contrecarrer votre intention de présenter une attitude utile.

Dans le meilleur scénario, vous pourriez pouvoir obtenir des conseils quant aux mesures à prendre appropriées, de nature à préserver des vies, par exemple, en apaisant un feu, diminuant une flaque, préservant la propriété, ou même en réduisant les inquiétudes de la part de votre équipe de secours et des spectateurs.

Dans un scénario moins optimiste, vous pouvez avoir des problèmes de moteur en approchant les lieux, et le contact radio avec votre centrale pourrait être perdu. S’il fait nuit, vos phares pourraient sortir, la ville pourrait être livrée à l’obscurité, et vos générateurs portatifs pourraient mal fonctionner quand vous essayerez de les utiliser pour des ventilateurs et des éclairages portatifs. Ce serait certainement un temps inopportun pour vos camarades pour annoncer qu’ils avaient décidé de prendre leur retraite avec effet immédiat.

Quoi qu’il arrive, l’incident pourra fournir une expérience de valeur inestimable pour davantage de formation pour faire face aux urgences rares et difficiles. Quelle que soit l’information venue de « l’intérieur » que vous puissiez faire passer vers vos camarades officiers et vers les citoyens, cela pourrait aider à alléger des craintes déraisonnables, de sorte qu’il y ait moins de probabilité que nous éprouverions encore la panique et l’hystérie qui a été créée par « La Guerre des Mondes » il y a demi de siècle. La vérité est le meilleur remède contre l’inconnu. Une liste de certains des livres disponibles sur les objets volants non identifiés (OVNIS) se trouve dans l’annexe H.

CONCLUSION

Quelques chefs du feu ont peu de confiance dans les plans de gestion des désastres, particulièrement ceux qui traitent d’OVNIS ou d’attaques ennemies. Si vous développez un plan qui détermine vos responsabilités, ressources, organismes, sources d’information, numéros de téléphone, et données particulières qui seront utiles pour obtenir de l’aide et accomplir votre rôle dans la gestion des désastres, investissez dans une solution électronique, un ordinateur avec des possibilités de mise à jour continue par le traitement de texte moderne. Emmenez-le quand le besoin s’en fait sentir. Avec un bon plan, une bonne conduite, et des ressources proportionnées, vous pouvez sauver beaucoup de vies dans n’importe quel désastre, y compris de possibles attaques ennemies.

SOURCE DE L’ARTICLE: http://www.ufologie.net/books/firemenguidef.htm

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :