Transmettre son savoir est un don de soi

Source du site: secret ovni

Les déclarations de l’astronaute Clark McClelland en équipe au sol (2001) :

Je ne peux pas moi-même garantir que les témoignages de Clark McClelland concernant les observations d’OVNIS et l’implication de la NASA par rapport au phénomène sont vraies: il s’agit d’un témoignage humain. Je peux par contre dire qu’après vérifications, la participation de Clark McClelland aux projets de la NASA auquels il dit avoir paricipé est réelle. Il semble a priori être un témoin crédible.

Paola Harris est une correspondante internationale pour les magazines Italiens Notiziario UFO et Dossier Alieni et collaboratrice (traductions vers l’Italien) et amie de l’astronome J. Allen Hynek pendant 10 ans. Paola est aussi la correpondante du groupe UFO Disclosure.

Introduction par Paola Leopizzi Harris:

29 Septembre 2001.Bonjour tous.

J’ai interviewé Clark McClelland, qui était astronaute en équipe au sol, du 24 au 28 Juin 2001 à Orlando en Floride (il m’a fait visiter le Kennedy Space Center) et avec son aide, voici les commentaires que nous avons rassemblés. Son site web est STARGATE-CHRONICLES.ORG

Ceci sera publié sur mon site bientôt avec des photos.

Paola Harris http://utenti.tripod.it/paolaharris

Une Légende Emerge des Ombres – L’incroyable Histoire Inconnue de Clark C. McClelland:

Cela m’a pris environ six mois pour décider finalement d’essayer d’aborder cette histoire très spéciale d’un homme extraordinaire, Clark C. McClelland.

Qui est Clark C. McClelland, pourriez vous demander? C’est une bonne question. Pourquoi? Parce qu’il était en poste à l’intérieur des locaux Top Secrets de Cap Canaveral et du Kennedy Space Center pendant la majeure partie de sa vie et pratiquement inconnu sauf pour ceux qui ont travaillé avec et qui le respectaient pour ses diverses compétences. Il est l’un des êtres humains les plus uniques que j’ai jamais rencontré dans ma vie. Et j’en ai rencontré un certain nombre.

Je suis arrivée à Orlando, Floride et j’ai contacté Clark immédiatement. Il est venu à mon hôtel et nous sommes allés à un restaurant pour un dîner tardif. Le lendemain, il m’a invité à une visite guidée du Kennedy Space Center mondialement connu. La visite fut très agréable. J’ai découvert ces lieux qui ont fait l’Histoire tant de fois avec quelqu’un qui a réellement créé cette histoire. Nous avons regardé les fusées et sommes allés à la salle de projection en I-Max. Là nous avons vu un excellent film qui semblait envoyer les spectateurs dans l’espace. Le son était impressionnant. Pendant qu’un équipage de navette spatiale en orbite était montré, Clark a dit à un jeune garçon assis avec ses parents qu’il avait connu l’astronaute qui était sur l’écran. C’était Judy Resnik qui était morte dans l’explosion de Challenger en 1986. Clark avait des larmes aux yeux pendant qu’il parlait avec le jeune garçon impressionné. Clark a admis plus tard qu’il était un ami personnel de Judy et des membres de l’équipage infortuné. Il était évident que de voir ce film impressionnant faisaient revenir ses souvenirs de cette époque à la base de lancement quand l’évènement s’est produit. Il éprouvait encore du remords de nombreuses années après.

Nous sommes allés manger au restaurant LunchPad tout près. Là, j’ai commencé à interroger Clark au sujet de sa vie et sa participation aux mystères des phénomènes OVNIs, les visites d’extraterrestres à la Terre, et des sujets en rapport. Alors qu’il commençait à déverser son savoir, j’ai compris que cet homme était une vaste mine d’informations et la plupart étaient à faire dresser les cheveux sur la tête. Il a raconté son histoire comme suit:

Clark est arrivé au Cap Canaveral dans les années 1950 au tout début de la course de l’espace avec l’ancienne Union soviétique. Son père Clyde, sa mère Betty et son frère Robert avaient été au secteur du port de l’espace pendant plusieurs mois avant et son père travaillait déjà au Cap.

Il a été formé comme concepteur structural dans l’ancienne capitale de l’acier des Etats-Unis, Pittsburgh, en Pennsylvanie.

Cette profession a fait de lui une personne très recherchée dans le programme de l’espace naissant. Ses premières tâches devaient aider à la conception et à la construction des tours en acier importantes pour le service des missiles. Les fusées ne sont pas lancées sans ces tours et la guerre froide était réellement chaude et importante en ce qui concerne le développement de missiles ballistiques intercontinentaux par l’Union Soviétique et les Etats-Unis. Ainsi chaque missile en cours de développement demandait une tour de service.

Pendant que nous discutions de son histoire des débuts, je lui ai demandé à brûle pourpoint, « Qu’est-ce que vous savez au sujet des OVNIS et les fusées qui ont été lancées? Il m’a regardé fixement pendant un moment de l’autre côté de la table,  » Et bien, Paola, à mon arrivée ici, j’étais plus qu’un concepteur en acier. Mes collègues ignoraient mes activités précédentes avec l’ONI (Office of Naval Intelligence, Bureau de renseignements de la Marine) et mes rapports avec le National Investigations Committee on Aerial Phenomena (NICAP) – (Comité National d’Enquêtes sur les Phénomènes Aériens), à Washington DC. Je suis certain que vous savez que c’était l’agence principale d’investigations scientifiques en ce qui concerne les visites d’extraterrestres à la Terre à ce moment-là. » Je l’ai interrompu et dit, « Etiez vous un ami de son directeur, le major Donald E. Keyhoe? Il vous a affecté au cap?  » Clark a encore hésité et a dit, « Oui, j’étais un associé du Major, de son directeur adjoint, Dick Hall, de Stuart Nixon et de d’autres. Oui, il m’a assigné la responsabilité de créer le premier (et seul) sous-comité de NICAP au cap Canaveral. Il ne m’a pas envoyé à la base de lancement.

« Paola, j’ai également servi pendant deux ans comme directeur adjoint d’Etat pour le Mutual UFO Network (MUFON) – (Réseau Mutuel Ovni) en Floride et ai créé et dirigé leur unité d’investigations au Kennedy Space Center au début des années 90. Je ne crois pas que quelqu’un d’autre a jamais servi de directeur d’une unité du NICAP ou du MUFON au KSC depuis. »

« Au début, j’ai hésité à accepter une telle responsabilité pour NICAP parce que j’ai réalisé qu’elle allait probablement créer un conflit avec mes missions aérospatiales et le niveau d’habilitation supérieur (de secret) que les autres membres d’une telle unité auraient considérant nos différentes missions au Cap. Le Cap était une base d’USAF (United States Air Force – l’Armée de l’Air des US) de haute sécurité et dans d’autres secteurs, L’ US Navy (la Marine) et l’US army (l’Armée) avait l’autorité dans leurs secteurs de lancement. »

« J’ai spécifiquement demandé au major Keyhoe ou son personnel de ne révéler aucun de mes membres d’unité dans aucun document, livre, bulletin, rapport, etc… Il a convenu et il n’a seulement mentionné notre Unité 3 une fois dans son livre, « Aliens from Space » (Aliens de l’Espace. Le livre a été édité au début des années 70. »

« Le mot OVNI était tabou, au Cap. Plus tard, mon implication chez NICAP, APRO et éventuellement au MUFON est revenue me hanter. »

J’ai demandé à Clark, « Il est évident que vous ayez pris un grand risque que votre carrière pourrait être écourtée à cause de votre rapport avec le NICAP? » Il m’a regardé, son front plissé, et a dit, « Absolument, cela a par la suite détruit ma carrière en 1992 ». Emue, j’ai demandé, « Qu’est-ce qui s’est produit? » Clark continua « J’étais à ce moment-là assigné à un secteur Top Secret au quatrième étage du bâtiment du LCC (Launch Control Center – Centre de Commande de Lancement) et avec environ six autres membres de l’équipe, j’étais responsable de la surveillance de toutes les activités concernant la flotte de la navette spatiale et d’autres activités orbitales spéciales. Nous avons entendu et vu tout ce qui s’est produit en orbite. Donc, beaucoup d’ « incidents ».

La population du monde doit maintenant être informée du fait absolu que la Terre est et a été, depuis l’origine de la race humaine, visitée, sinon créé par des races en provenance des étoiles. La NASA et tous les gouvernements modernes de la terre sont au courant de ce fait. Continuer à retenir une telle information stupéfiante est une trahison des valeurs qu’on nous a appris à accepter de la part de nos prétendus chefs.

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :