Transmettre son savoir est un don de soi

Lockheed U2 avion espion

Le Lockheed U2 est un avion incroyable, conçu pour que la CIA et les Etats-Unis puissent espionner leurs ennemis. L’avion vole à 70.000 pieds (plus de 21.000 mètres), une altitude totalement hors de portée des avions ordinaires. L’avion U2 peut voler de jour comme de nuit, par tous les temps, et photographier au pied levé des installations au sol, ce que les satellites ne permettent pas de faire. Créé dans les années 1950, l’avion a volé pour la première fois en 1955, et malgré quelques exemplaires abattus au dessus de l’Union Soviétique, de Cuba et de la Chine, la flotte d’avions espions américains est toujours en service de nos jours. L’increvable U2 a survécu aux SR-71 et aux A-12 de la CIA, et continuera à voler au moins jusqu’en 2014 et peut-être même au delà.

Source : 20 minutes

En 1997 la C.I.A a publié un article qui décrit sa participation dans l’histoire du phénomène OVNI. Selon l’historien et auteur Jerry Haines, la C.I.A croyait que quand l’avion espion de haute altitude U-2 a commencé à voler au début d’Août 1955, « les pilotes et les aiguilleurs du ciel commerciaux ont commencé à rapporter une grande augmentation d’observations d’OVNI. » Mais cette explication des OVNIS par la C.I.A est absurde.

Le U-2 est l’avion espion rendu célèbre par l’incident du pilote Gary Powers en 1960 alors qu’il volait au-dessus de l’URSS pour espionnage, et par les photos des emplacements de missiles Russes à Cuba pendant la « la crise des missiles cubains. » M. Haines écrit, « selon des évaluations postérieures des fonctionnaires de la C.I.A qui ont travaillé sur le projet U-2 et le projet OXCART (SR-71 ou Blackbird), plus de la moitié de tous les rapports d’OVNI de la fin des années jusqu’aux années 60 ont été expliqués par les vols de reconnaissance (notamment l’U-2) au-dessus des Etats-Unis. Ceci a mené l’Armée de l’Air à faire des rapports fallacieux et trompeurs au public afin d’apaiser des craintes publiques et protéger un projet extraordinairement sensible de sécurité de Nationale. Bien que peut-être justifiée, cette déception a ajouté des arguments aux théories de conspiration ultérieures et à la polémique sur la dissimulation des années 70. Le pourcentage de ce que l’Armée de l’Air a considéré comme des observations non expliqués d’OVNI est tombé à 5,9 pour cent en 1955 et à 4 pour cent en 1956.

Cette explication pour beaucoup d’observation d’OVNIS (« plus de la moitié du total ») est nouvelle dans le sens ou elle n’a jamais été promue auparavant. Elle ne figure aucunement dans les documents publiés par la C.I.A en Décembre 1978 après qu’une loi sur la liberté de l’information (FOIA) ait permis à « Ground Saucer Watch », une organisation d’ufologues civils des débuts des années 80 d’obtenir ces documents précédemment secrets. Haines dit que l’U-2 a été pris pour un OVNI parce que « les premiers U-2 étaient argentés (ils étaient plus tard peint en noir) et reflètent les rayons du soleil, particulièrement à son lever et à son coucher. Ils seraient souvent apparus comme des objets lumineux aux observateurs au sol. Les gens de l’enquête OVNI de l’US Air Force, le projet Blue Book, avertis des vols secret du U-2, auraient alors tenté d’expliquer de telles observations en les liant à des phénomènes naturels tels que des cristaux de glace et des « inversions de la température ». Par vérification avec le personnel du projet U-2 de l’agence à Washington, les enquêteurs de Blue Book avaient pu selon lui attribuer de nombreuses observations d’OVNI aux vols de l’U-2. Ils faisaient attention, cependant, à « ne pas indiquer la cause véritable de l’observation au public. »

Le projet Blue Book était l’effort de l’US Air Force pour expliquer au public à quoi correspondent les observations d’OVNI, ou sinon de les classer. Le projet a fonctionné de début 1951 à1969. Quand il fut terminé, ainsi que ses prédécesseurs (le projet Sign, 1948, et le projet Grudge, 1949-1951) il avait rassemblé environ 13.000 observations, et considéré que 700 n’avaient pas trouvé d’explication.

L’affirmation que l’U-2 a causé « plus de la moitié de tous les OVNIS rapportés de la fin des années 50 jusqu’aux années 60 » est, pour s’exprimer poliment, absurde. Le U-2, avec ses 80 pieds de long et ses ailes de 6 pieds de large volait à 60.000 – 70.000 pieds et à cette altitude il était parfaitement invisible pendant le jour. Il ne créait aucune traînée en raison du manque d’humidité à cette altitude. Il était, après tout, conçu pour être invisible! Au lever et au coucher du soleil, et dans l’heure suivante il est possible qu’un avion non peint reflète assez le soleil pour être visible, peut-être avec une lueur rougeâtre résultant du rougissement de la lumière du soleil (provoquée par le passage de la lumière du soleil par l’atmosphère, qui agit comme un filtre qui enlève du rouge relativement au bleu et vert). Les ballons d’altitude élevée (par exemple, projet Skyhook) ont causé certain des rapports OVNIS pendant ces périodes du jour et étaient ainsi identifiées par les investigateurs de l’Armée de l’Air et les ufologues civils. Cependant, seulement une petite fraction des observations se produisent pendant ces périodes. La plus grande fraction des observations a lieu la nuit, quand l’U-2 ne peut pas être vu et la plus grande fraction suivante à lieu pendant la journée.

Un contrôle des statistiques des dossiers du projet Blue Book, qui inclut des observations par des pilotes et des aiguilleurs du ciel aussi bien que par du personnel militaire et des civils, montre ce qui suit: pour Juillet, 1955 il y eut 89 rapports et pour Août il y en eut 67. Ces nombres sont la somme des observations expliqués et non expliqués et ainsi, vraisemblablement, incluent les observations éventuelles du U-2. Ces nombres prouvent que le nombre d’observations à diminué dès lors que le U-2 a commencé à voler. Blue Book montre environ 316 observations en 6 mois avant l’U-2 et environ les 326 dans les six mois après. C’est peu de changement, pour cette période de temps plus longue. M. Haines a précisé que les pourcentages de non expliqués sont tombés de 5,9% de 1955 à 4% en 1956, avec l’implication que cette diminution était un résultat de plus d’observations expliqués par le U-2. Si nous supposons que l’augmentation des observations de 316 à 326, mentionné ci-dessus, a été provoquée par l’U-2, alors l’U-2 pourrait compter pour environ 100 x (10/320) = 3% des observations dans les 6 mois suivant. Par conséquent ces statistiques ne concordent pas avec l’affirmation qu’il y avait une grande augmentation des observations quel que soit le segment de la population, pilotes et aiguilleurs du ciel inclus, une fois que l’U-2 avait commencé à voler.

Des statistiques basées sur un ensemble différent de données sont contenues dans la « base de données U » de plus de 14.000 observations, créée par Larry Hatch (logiciels Larry Hatch, 142 rue de Jeter, ville de Séquoia, CA 94025-1957). Cet excellent logiciel pour PC fournit des statistiques qui sont basées sur des observations non expliqués enregistrés par le projet Blue Book et par des groupes d’ufologie civils comme le NICAP. Si les investigateurs du projet Blue Book expliquaient quelques observations comme étant l’U-2, ces observations n’apparaîtraient pas dans la liste d’observations non expliquées du projet Blue Book et par conséquent ne seraient pas inclus dans cette base de données. D’autre part, la collection bien plus grande d’observations que celle de Blue Book de cette base de données pourrait inclure les observations U-2, si la C.I.A à raison, qui n’ont pas été identifiés par les investigateurs civils qui étaient ignorants de l’existence de l’U-2 et par conséquent une comparaison des statistiques avant et après le début des vols de l’U-2 pourrait fournir la preuve que l’U-2 était rapporté comme OVNI. Dans cette base de données vous pouvez trouver ce qui suit:

tableau

La table ci-dessus prouve qu’il y a peu d’indication d’une augmentation des observations à la suite du premier vol de l’U-2 le 4 Août 1955. Le saut étonnant en Novembre, 1957 coïncide avec la « vague du Spoutnik » qui s’est produite juste après que Spoutnik 2 ait été lancé.

Cet vague est remarquable pour le grand nombre d’événements rapprochés impliquant le calage de moteurs de voitures. La plupart des observations n’étaient pas des observations de Spoutnik lui-même. En fait, en raison de l’événement Spoutnik, beaucoup plus de gens que d’habitude regardaient le ciel nocturne, ce qui explique un nombre plus élevé d’observations.

Un ensemble de statistiques encore plus impressionnant concerne les observations qui se sont produites lors du lever ou du coucher du soleil, les moments ou, selon M. Haines, l’U-2 serait apparu comme une tache lumineuse brillante ou rougeoyante dans un horaire de 04:00 à 07:00 du matin (ce qui couvre une période précédant le lever du soleil) (avec une fenêtre horaire plus large nous obtenons une surestimation du nombre d’observations juste avant le lever de soleil car la période du lever de soleil change pendant l’année.) Août 1955 est noté par *_*:

tableau

HORAIRE: 17:00 à 21:00, qui couvre la période suivant le coucher du soleil (avec une fenêtre de temps plus large nous obtiendrions une surestimation du nombre d’observations juste après le coucher du soleil puisque le temps local de coucher du soleil change pendant l’année):

tableau

Il n’y a aucune indication statistique d’une augmentation soudaine du nombre d’observations au lever de soleil ou au coucher du soleil quand l’U-2 a commencé à voler. Au contraire, le nombre d’observations en Août 1955 était inférieur que pendant le mois précédent.

Au début des années 60 plusieurs   U-2 ont été peints noirs ou autre camouflage sombre pour réduire de ce fait le nombre d’U-2 qui pourrait potentiellement être vu par réflexion des rayons du soleil.

D’ailleurs, beaucoup d’observations non expliqués concernent des objets vus de près. Des objets structurés, et non pas des points de lumière lointains. On a rapporté que ces objets se déplacent rapidement à des vitesses qui dépasseraient de loin la vitesse apparente qui de l’U-2, volant à environ 500 miles par heure à 70.000 pieds. L’U-2 semblerait se déplacer lentement, si toutefois il pouvait seulement être vu.

Source : Ufologie.net

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :