Transmettre son savoir est un don de soi

Les ondes cérébrales

Les ondes cérébrales


Des chercheurs ont découvert que nos différents états de conscience correspondent à des ondes cérébrales spécifiques. La fréquence de nos ondes cérébrales change en fonction de nos états mentaux.

Les ondes Bêta 13 Hz et plus : concentration, état de veille actif, affirmations et intentions spirituelles.
La ondes Alpha 8 à 12 Hz : rêve éveillé, méditation, hypnose, visualisation…
Les ondes Thêta 5 à 7Hz : visualisation lucide, début de la phase vibratoire, états de transe ; hypnose et méditation profondes, état hypnagogique.
Les ondes Delta 0,5 à 4 Hz : Guérison, conversion de rêve et réveil onirique, sommeil profond.

 

Les ondes bêta correspondent à notre état de veille normal. Nos yeux sont ouverts, nous sommes concentrés et nous dirigeons notre attention vers le monde qui nous entoure. Que nous soyons au travail ou à la maison, nous produisons des rythmes bêta (généralement entre 14 et 40 Hz). Ces rythmes sont les plus dominants dans notre cerveau et sont associés à l’attention physique, l’excitation, la concentration, la cognition, et à des niveaux supérieurs, à la peur et à la détresse. Lorsque nous ralentissons le rythme de notre activité cérébrale, nous devenons de plus en plus détendus et notre attention se tourne vers l’intérieur. Durant l’état alpha, la fréquence des ondes cérébrales s’étend de 8 à 13Hz. A cette fréquence, les ondes cérébrales alpha prennent le contrôle de notre cerveau, ce qui crée une sensation de calme souvent appelé état alpha. Il semble que cet état corresponde à une phase d’assoupissement ou de neutralité du cerveau, commune chez les gens libérés de tout stress. Lorsque nous sommes complètement détendus, et même légèrement assoupis, notre cerveau passe à un état plus lent, mais plus puissant, appelé thêta. La fréquence des ondes cérébrales se situe alors entre 4 et 8Hz.

L’état thêta est aussi appelé « état crépusculaire », car il se situe entre la veille et le sommeil. Cette phase cérébrale est généralement ponctuée d’imageries mentales involontaires et de rêves éveillés. Souvent associé à l’état hypnagogique, cet état peut être le point de départ d’une expérience de sortie hors corps ou d’un état de conscience mystique. Les ondes thêta ouvrent l’esprit au matériel subconscient, à une compréhension soudaine, à des intuitions et à plus de créativité. Cet état peut s’avérer ésotérique et difficile à maintenir. Il semble que les chercheurs ne soient pas en mesure de nous fournir plus d’information à ce sujet étant donné que les gens ne peuvent maintenir cet état que pendant une brève période de temps. Lorsque nous sommes complètement endormis, les ondes cérébrales dominantes sont les ondes delta.

Ces ondes sont encore plus lentes que les ondes thêta, leur fréquence se situant sous la barre des 4Hz. Il semblerait que certains individus soient capables de demeurer conscients dans cet état, associé à la méditation profonde, à la transe et à d’autres états de conscience transcendantaux. Le réveil onirique, tout comme la conversion de rêve, se produisent aussi dans cet état. Finalement, nous savons que lorsque notre cerveau entre dans l’état delta, cela déclenche la libération d’une hormone de croissance fort importante.

Le procédé Hemisync

Après avoir testé quelques centaines de fréquences différentes, Robert Monroe et ses collaborateurs finirent par mettre l’oreille sur un certain son, capable de maintenir sans peine le sujet dans un état oscillant entre la vigilance et le sommeil. Le procédé fut cent fois testé, perfectionné, breveté et les premiers résultats intéressant ne tardèrent pas à suivre. On constata tout d’abord que la majorité des volontaires expérimentaient un état commun dans lequel le corps était endormi mais où l’esprit demeurait, lui, alerte. Il fut arbitrairement dénommé focus 10 (point 10). Une nouvelle étape fut franchie lorsque l’on ajouta à la fréquence sonore d’éveil habituelle des fréquences bêta dont on savait qu’elles sont associées aux perceptions extrasensorielles.

Hors, en vertu d’une loi physiologique mise en évidence dans les années trente, le cerveau, à l’image d’un diapason, a tendance par effet de résonance à harmoniser son train d’ondes sur les fréquences qu’il perçoit. Le processus expérimental fut enfin complété par la mise au point d’un procédé permettant aux deux hémisphères du cerveau de fonctionner simultanément : le procédé hémisync.

Sans Hemisync

Avec Hemisync

On sait que notre cerveau possède deux hémisphères et qu’il incombe à chacun d’eux de remplir des tâches spécifiques. Nous utilisons ainsi notre cerveau gauche pour parler, compter, écrire et accomplir la plupart des tâches rationnelles ; le droit, en revanche, intervient lorsqu’il nous faut ressentir, imaginer ou saisir un concept dans sa globalité. Si nous souhaitons par exemple écouter de la musique, le cerveau gauche assure les opérations de mise en marche de la chaîne hi-fi tandis que le droit prend la relève au moment d’apprécier la délicatesse d’un concerto.

Le fonctionnement synchrone des deux hémisphères ne se produit que rarement à l’état de veille. Tout juste opère t-il quelques secondes chaque jour lorsque nous pénétrons dans des états de relaxation fortuite et dans les moments de création ou d’intuition. Bien qu’aucun des travaux entrepris n’ait encore mis en évidence de façon indiscutable les rapports existant entre la synchronisation des hémisphères cérébraux et les états hors du corps, on la retrouve en revanche associée de façon caractéristique à ce que l’on a coutume d’appeler les états modifiés de conscience parmi lesquels on peut citer le rêve, la relaxation profonde, la méditation et l’extase mystique. Autant de phénomènes dont les liens étroits avec l’expérience extracorporelle ne sont plus à démontrer.

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :