Transmettre son savoir est un don de soi

Crise d’Énergie ou crise d’Ignorance ?

« Il n’y a pas de crise de l’énergie mais simplement une crise d’ignorance » disait déjà Richard Buckminster Fuller (1895-1983), cet inventeur, à la fois architecte, ingénieur, mathématicien et philosophe, qui fut entre autres le concepteur du dôme géodésique (Montréal) de Terre des Hommes.

Les propos de M. Fuller sont encore d’actualité puisque très peu d’entre nous avons jusqu’ici entendu parler de l’énergie libre, une énergie communément appelée dans les milieux scientifiques « énergie du vide » ou « énergie du point zéro ».  Selon plusieurs sources, cette énergie, non polluante, illimitée, et gratuite, va bientôt se développer sur la planète et pourra remplacer en quelques années le pétrole.  Qu’on le veuille ou non, cette révolution de l’énergie est en marche… et cassera la volonté politique et économique de plusieurs pays à moins que ceux-ci décident dès maintenant, comme l’Inde et le Japon, d’appuyer leurs chercheurs et de passer à l’avant-garde dans ce  domaine avec des technologies qui affecteront toutes les sphères de l’existence, dépassant de loin tout ce qui a pu exister jusqu’ici.

Comme je ne pouvais pas passer sous silence la recherche sur l’énergie libre que j’ai effectuée tout d’abord pour assouvir ma propre curiosité, j’ai décidé il y a quelques semaines de rédiger un article pour faire prendre conscience au plus grand nombre que la solution à la crise pétrolière et alimentaire mondiale actuelle est à portée de main.  Il reste à savoir si nos décideurs d’ici emboîteront le pas dès maintenant dans cette avenue prometteuse et salutaire pour toute la planète dont l’impact économique sera énorme.

Alain Coutu
Alma (Québec)
coutualain@sympatico.ca

—————————————–
Note : Pour en savoir plus à mon sujet, je vous invite à visiter www.lagrandeloi.com un site relié à ma passion pour un autre champ d’activité, soit celui des pouvoirs créateurs de la conscience via la loi d’attraction.
————————————————

Article paru le 24 mai 2008 dans le journal « Le Quotidien » du Saguenay-Lac-Saint-Jean (Québec)

De l’«énergie libre», à profusion et gratuite…

Saviez-vous qu’au cours de l’été 1931, à Buffalo aux États-Unis, un scientifique émérite très connu à l’époque du nom de Nikola Tesla (1856-1943), qu’on surnommait le deuxième Einstein, a fait des essais sur route d’une berline Pierce Arrow haut de gamme ? L’auto était propulsée par un moteur électrique à courant alternatif, tournant à 1,800 t/m, alimenté par un « récepteur d’énergie ». Celle-ci était puisée dans l’éther, soit dans l’air ambiant.

Vous avez bien lu: dans l’air ambiant !  Il est important que vous saisissiez que ce moteur fonctionnait sans batterie et sans combustible d’aucune sorte.  Difficile à croire n’est-ce pas?

Pourquoi n’en a-t-on jamais entendu parler me direz-vous? La réponse est simple: Tesla, qui en était l’inventeur, dérangeait trop avec son moteur révolutionnaire qui, pour s’alimenter, pouvait capter à volonté une énergie illimitée et gratuite (énergie libre) provenant de l’espace.  C’est qu’il aurait fait perdre des sommes d’argent colossales à l’industrie de l’énergie (électrique et pétrolière) si son invention aurait été connue du grand public et produite en série.

Brevets

Plusieurs sources mentionnent que Tesla aurait vendu ses brevets à des magnats de l’industrie qui, au lieu d’en faire profiter l’humanité, les aurait mis au rancart. Il est bien clair qu’on ne voulait plus entendre parler de l’existence de cette  énergie illimitée et surtout gratuite et d’une  physique primaire  dans laquelle le spectre électromagnétique connu ne joue qu’un rôle secondaire.

Ainsi, Tesla s’est vu retirer rapidement tout soutien financier des grosses compagnies pour faire avancer ses recherches. Les médias sont devenus ensuite récalcitrants à son égard.

C’est ainsi que le nom de Tesla, ce superstar de l’énergie, fut pratiquement rayé de l’histoire des États-Unis, et ce, même s’il a été l’auteur de nombreux brevets traitant de nouvelles méthodes pour aborder la conversion de l’énergie.  Ce génie inconnu révolutionna le monde entier par ses inventions en électricité appliquée, nous donnant le moteur électrique à induction, le courant alternatif (AC), la radiotélégraphie, la télécommande par radio et les lampes à fluorescence et d’autres merveilles scientifiques.

Technologie moderne

C’est le courant polyphasé (AC) de Tesla, et non le courant continu (DC) de Thomas Édison, qui initia l’ère de la technologie moderne, bien que l’on ait fait d’Édison le père officiel de l’âge électrique.

Allez sur Google et inscrivez les mots-clés suivants: « Tesla ─ énergie libre ─ voiture à énergie libre de Nikola Tesla ─ énergie libre et technologies ». Vous apprendrez, entre autres choses, qu’il y a eu d’autres inventeurs qui ont créé des prototypes de moteurs (pouvant même servir à chauffer nos résidences) conçus sur le même principe que celui de Tesla et qui, comme lui, ont été réduits au silence.

Heureusement, les choses sont en train de changer; de plus en plus d’experts à travers le monde contribuent actuellement à ouvrir la porte à l’énergie libre, appelée également l’énergie du vide ou énergie du point zéro.

Ici au Québec,  le site www.lumieresurlaplanete.org qui est supervisé par des scientifiques aguerris, est dédié à la compréhension scientifique et à la diffusion d’informations visant à faciliter l’arrivée d’équipements fonctionnant à l’énergie libre dans nos sociétés.

Livres

Enfin, bien qu’il y ait de nombreux livres qui traitent des technologies de remplacement en énergie, il y en a un qui doit absolument être lu par nos décideurs et par tous ceux et celles qui cherchent des solutions à la crise énergétique actuelle.  Il s’agit du livre de Jeane Manning intitulé « Énergie libre et Technologies » paru en 2001 aux Éditions Louise Courteau, dont la préface est signée par Brian O’Leary, physicien et ancien astronaute.

Alain Coutu
Alma (Québec)
coutualain@sympatico.ca

source

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :