Transmettre son savoir est un don de soi

Les OVNIS de A à Z: D.

Les OVNIS de A à Z: D.

SOURCE: http://www.ufologie.net/htm/df.htm
Cliquez! Daedalus, projet
Cliquez! Däniken, Erich von
Cliquez! Daniel, Keith
Cliquez! Dark Side
Cliquez! DARPA
Cliquez! Davis, William O., Dr.
Cliquez! Daylight disk
Cliquez! Day the Earth Stood Still, the
Cliquez! Dean, Robert O.
Cliquez! Debunking
Click! Dechmont Woods
Cliquez! Désinformation
Cliquez! Deimos
Cliquez! Deimos (grec)
Cliquez! Deimos (mythologie)
Cliquez! Delarof
Cliquez! Delta Force
Cliquez! Denton, William
Cliquez! Dickerson, Robert
Cliquez! DoD
Cliquez! Dodds, W.C.
Cliquez! Donahower, Clyde
Cliquez! Doty, Richard
Cliquez! Drake (équation de)
Cliquez! Drake, Frank, Dr
Cliquez! Dreamland
Cliquez! Druffel, Ann
Cliquez! Dysonsphere

Daedalus, projet:

Le projet Daedalus a été un des premières études détaillées d’un programme de vaisseau spatial interstellaire. Il a été mené entre 1973 et 1977 par un groupe de onze scientifiques et ingénieurs de la Société Interplanétaire britannique, menés par l’ancien ingénieur en fusée de Rolls Royce Alan Bond.

Les contraintes étaient que le vaisseau spatial de Daedalus devait utiliser une technologie actuelle ou du futur proche et devait pouvoir atteindre sa destination dans le temps d’une vie humaine.

Il a démontré qu’un voyage sans équipage, rapide, vers les étoiles est réalisable.

Des calculs ont été effectués avec l’étoile de Barnard, une naine rouge à 5,9 années-lumière du soleil, comme cible. Pour l’atteindre en 50 ans, un vaisseau spatial devrait se déplacer à environ 12 pour cent de la vitesse de la lumière, soit 36.000 km/s. Comme c’était bien au-delà de la possibilité d’une fusée chimique, l’équipe de Daedalus a envisagé une autre alternative: une fusée nucléaire à impulsion, un système de propulsion qui avait été déjà étudié durant le projet Orion. Cependant, tandis qu’Orion aurait utilisé la fission nucléaire, les ingénieurs de Daedalus ont choisi la fusion nucléaire, par la technique interne de fusion confinée: de petites granules contenant un mélange de deutérium et d’hélium-3 seraient bombardées une par une dans la chambre de combustion du vaisseau spatial par des faisceaux d’électrons et de ce fait exploseraient comme des bombes thermonucléaires miniatures. Un champ magnétique puissant confinerait les explosions et en même temps canaliserait le plasma à grande vitesse hors de l’arrière du vaisseau spatial pour fournir la poussée. En faisant détonner 250 granules par seconde, et en utilisant un système à deux étages, la vitesse de croisière désirée aurait pu être atteinte pendant une phase d’accélération de quatre ans.

Daedalus serait construit en orbite terrestre et aurait une masse initiale de 54.000 tonnes, comprenant 50.000 tonnes de carburant et 500 tonnes de charge utile scientifique. Le premier étage serait misele feu pendant deux ans, amenant le vaisseau spatial à 7,1 pour cent de la vitesse de la lumière, avant d’être arrêté et largué. Ensuite le deuxième étage serait mis à feu durant 1,8 ans avant d’être arrêté pour commencer la croisière de 46 ans vers l’étoile de Barnard. Puisque le concept ne prévoyait aucune disposition pour la décélération à l’arrivée, Daedalus emporterait 18 sondes autonomes, équipées de l’intelligence artificielle, pour étudier l’étoile et ses planètes potentielles. Le moteur de 40 mètres de diamètre du deuxième étage servirait de parabole de communications. Sur ce deuxième étage, il y aurait un un compartiment de charge utile contenant les sondes, deux télescopes optiaues de 5 mètres, et deux radio-télescopes de 20 mètres. Des surveillants robot pourraient assurer le dépannage en vol. Un disque de béryllium de 50 tonnes, de 7 millimètres d’épaisseur, protégerait le compartiment de charge utile contre des collisions avec la poussière et les météorites durant le vol phase interstellaire, tandis qu’un nuage artificiel de particules à environ 200 kilomètres en avant du véhicule aideraient à disperser de plus grandes particules tandis que les sondes plongeraient dans un système planétaire potentiel de l’étoile cible. En route, Daedalus ferait des mesures du milieu interstellaire. Environ 25 ans après le lancement, ses télescopes de bord commenceraient à examiner les alentours de l’étoile de Barnard pour en apprendre plus sur d’éventuelles planètes. L’information recueillie ainsi serait fournie aux ordinateurs des sondes, qui seraient déployées entre 7,2 et 1,8 ans avant que l’engin principal n’entre dans le système cible. Alimentés par l’énergie nucléaire ionique et des portant des caméras, spectromètres, et tout autre équipements sensoriels, les sondes voleraient rapidement près de toutes les planètes en cherchant en particulier tout signe de la vie ou conditions favorable pour la biologie.

Le Projet Daedalus a été décrit par Bond, A., Martin, A. R., Buckland, R. A., Grant, T. J., Lawton, A. T., et al., dans « Project Daedalus », Journal of the British Interplanetary Society, N.31, 1978.

Däniken, Erich von:

Un chercheur indépendant très populaire, qui affirme que les extraterrestres ont visité notre planète dans le passé lointain. Il a rédigé 25 ouvrages très critiqués sur les « anciens astronautes » c’est à dire les visiteurs extraterrestres et des traces architecturales, culturelles et archéologiques qu’ils ont laissé ou qu’ils auraient laissé. En plus des réfutations d’erreurs scientifiques en ses livres, il est également critiqué pour l’usage d’idées de d’auteurs antérieurs tels que Robert Charroux sans qu’il ne leur en ait rendu crédit.

Daniel, Keith

Keith Daniel a affirmé que le 12 juillet, ou en mi-juin de 1981, ou 1972, selon les sources, il campait avec un ami et un groupe d’enfants dans la forêt de Delamere près de l’estuaire de la Dee, R-U, quand approximativement à 02:00 heure du matin ils ont vu une lumière jaune-blanche brillante à une certaine distance. La lumière a apparemment tourné au bleu-blanc et filé au loin rapidement. Il a été dit que l’observation est corroborée par un rapport d’un équipage aérien qui était au-dessus du secteur à ce moment. Par la suite, l’ufologue Jenny Randles a fait des recherches sur le background de Keith Daniel et en a présenté la notion qu’il y avait des antécédents familiaux de rencontre possible avec des OVNIS et une imagerie onirique reliée aux événements OVNIS dans sa famille, mais aucune confirmation de ce que tout cela corresponde à des événements réels n’est apparue. Apparemment, Daniel est devenu convaincu qu’il avait vécu un certain nombre d’expérience inhabituelles mais réelle et déclarait des opinions telles que « la nature de toutes les choses semble être cyclique » ou « j’ai exprès évité de mentionner l’hypothèse des extraterrestres parce que je ne me rappelle pas que ce qui s’est passé lors du missing time » ou « moi, je ne peut pas me permettre de me joindre aux croyances égoïstes de notre société en ruine. »

Dark Side

Voici en résumé l’hypothèse Dark Side telle que développée par son auteur John Lear: Des dizaines de vaisseaux extraterrestres se sont écrasées dans les années passées et le gouvernement américain les a récupéré et monta le projet Redlight en 1962 dans le but d’en comprendre le principe de propulsion au sein du « S-4 » de la base secrète Area 51. Lear prétend que le gouvernement ne contrôle plus la base qui a été prise en main par les extraterrestres. Le gouvernement US aurait conclu un traité avec ces derniers, les autorisant à disposer d’installations et à enlever des êtres humains, ce en échange de leurs secrets technologiques et de la liste des personnes qu’ils enlèveraient. En 1973, leur gouvernement aurait découvert que les aliens prélèveraient plus que le quota convenu d’êtres humains et lors de la confrontation qui s’ensuivit, 44 chercheurs de haut niveau et des membres de la « force delta » auraient trouvé la mort. Les sources de Lear étaient Paul Bennewitz, Bob Lazar et plus tard Bill Cooper. Bob Lazar déclara finalement à la télévision en 1989 qu’il ne croyait pas du tout à cette hypothèse et qu’il n’avait rien à voir avec Lear et ses associés.

DARPA

Defense Advanced Research Projects Agency. Organisme placé sous le contrôle de la C.I.A. et de la D.I.A qui travaille conjointement avec les services de renseignements des trois armées des Etats-Unis.

Davis, William O., Dr.

Après la vague des observations à Exeter, New Hampshire, USA, en 1965, le Bureau de la Recherche Scientifique de l’Armée de l’Air a tenu une discussion sur la communication avec des extraterrestres. Le Dr William O. Davis, anciennement physicien de l’Armée de l’Air, y a suggéré que les occupants des OVNIS, par souci pour les humains, retardent un contact massif et en restent à respecter une période d’acclimatation de l’humanité à l’acceptation de leur existence, une idée qui était et est toujours plutôt populaire en ufologie.

Daylight disk

« Disque diurne ». Voir sous Hynek Classification System.

Le jour où la terre s’arrêta

« The Day the Earth Stood Still », ou « Le jour où la terre s’arrêta », est un film de science-fiction de 1951, réalisé par Robert Wise, comprenant des scènes de soucoupe volante qui étaient plutôt impressionnantes pour l’époque bien qu’elles semblent évidemment naïves aux artistes d’effets spéciaux actuels. La soucoupe, avec sa rampe d’accès, son pilote extraterrestre « Klaatu » qui était représenté en tant que totalement humain, son robot métallique géant, l’intérieur de la soucoupe, devait inspirer beaucoup de prétendus « contactés » comme Adamski, Menger, Bethurum dans les années qui ont suivi la projection du film dans les cinémas partout dans le monde.

Cependant, les auteurs « UFO-sceptiques » ne voient pas que des rapports non-fictifs explicites de rencontres avec des visiteurs de l’espace et leurs engins existaient des siècles avant le film, et raisonnent comme si, quand quelqu’un prétend qu’il est Napoléon, cela réfute l’existence du véritable Napoléon. Le robot, la soucoupe,
et l’extraterrestre Klaatu.

Dean, Robert O.

Robert O. Dean s’est engagé dans le domaine de la recherche sur les OVNIS pendant les 40 dernières années. Il a commencé ses recherches en service actif dans l’armée Américaine où il a servi pendant 27 années. En plus, de 1963 à 1967 il a servi aux quartiers généraux des puissances alliées d’Europe (SHAPE), à l’OTAN, en tant qu’analyste du renseignement, et c’est tandis qu’il était au SHAPE qu’il a enlevé un dossier d’une chambre forte de sécurité appelée « Une évaluation de menace militaire possible pour les forces alliées en Europe ». Selon Dean, le document conclut simplement que la Terre est sous la surveillance de plusieurs civilisations extraterrestres depuis longtemps. Les projets en cours Dean sont orientés sur le gain de l’immunité pour les militaires en retraite qui peuvent témoigner sur le phénomène OVNI, leur permettant de témoigner devant une audition congressionnelle sans crainte de perdre leurs pensions et sans crainte de poursuites.

Dechmont Woods

En 1979 à Dechmont Woods près de Livingston en Ecosse, Bob Taylor, un forestier entre dans une clairière. Il est stupéfait d’y voir un objet sphérique. Il est attaqué par deux plus petits objets qui en sortent. Affaire non classée, dit la police.

Debunking

Le debunking, de l’anglais « debunk » qui signifie « discréditer » ou « démythifier », est l’art qui, appliqué au phénomène OVNI consiste à nier et à discréditer pour une raison ou une autre tout événement ayant trait de près ou de loin à l’existence d’êtres extraterrestres.

Deimos

Deimos est le plus petit des deux satellites de Mars. C’est un corps sombre qui semble être composé de chondrites carbonacées à sa surface. Il est similaire aux astéroïdes de type C qui existent dans la ceinture d’astéroïdes extérieure Certains scientifiques pensent que Deimos comme Phobos sont des astéroïdes capturés par le champ de gravité de Mars, d’autres scientifiques présentent des arguments contraires à cette théorie. Deimos mesure 16 sur 12 Km et effectue sa révolution autour de Mars en 30 heures. Deimos est également couvert de cratères, son aspect est moins tourmenté que celui de Phobos car certains cratères sont emplis de poussières et débris.

Deimos (grec)

En grec ancien, Deimos signifie « panique ».

Deimos (Mythologie)

Deimos est le nom d’un compagnon de combat du dieu de la guerre Mars.

Delarof

Un radio nommé Robert S. Crawford a rapporté des années après les faits à un consultant du NICAP une observation d’un OVNI dont il a été témoin avec 14 autres membres d’équipage à bord du navire de transport et d’attaque USAT Delarof de l’US Navy, en Mars 1945 ou été 1945, selon les sources. L’événement a eu lieu tandis que le bateau se rentrait vers Seattle, et était en pleine mer près d’Adak. Un objet est sorti de l’eau à environ 1 mile du bateau, a volé presque droit vers le haut, puis a fait un virage et a tourné autour du navire 2 ou 3 fois, et a ensuite volé au loin et disparu. Des flashes de lumière ont étés vus là où il a disparu.

Delta Force

Une troupe d’élite de l’Armée Américaine qui s’occupe de la sécurité de l’Area 51 et d’autres complexes militaires sensibles.

Désinformation

Une stratégie qui serait utilisée par les gouvernements pour masquer les connaissances qu’ils auraient au sujet des OVNIS. La désinformation consiste à fournir des documents truqués et de fausses information à ceux qui étudient le phénomène OVNI et au public.

Dickerson, Robert

En septembre 1959 il y avait eu de nombreux rapports d’OVNI près de Redmond, Orégon, Etats-Unis, dont le premier était de l’officier de police Robert Dickerson qui patrouillait aux limites de la ville. Il a vu un objet incandescent descendre du ciel puis se stabiliser à approximativement 70 mètres, montrant clairement une forme de disque. L’objet est alors passé sur l’aéroport de Redmond, et s’est arrêté à nouveau, stationnaire au-dessus du terrain d’aviation. Dickerson a rapporté l’OVNI au terrain d’aviation et plusieurs fonctionnaires de l’Autorité Fédérale de l’Aviation ont pu eux-même observer le disque pendant plusieurs minutes.

Denton, William

Les Denton étaient une famille de praticiens « psychométristes » de Wellesley, dans le Massachusetts, les gens qui affirmaient qu’ils ont des pouvoirs leur permettant de « lire » l’histoire d’un objet par « ses vibrations psychiques » qu’ils reçoivent en le tenant. En 1866, William Denton a commencé à utiliser la « psychométrie » pour entrer en contact avec d’autres planètes et a bientôt annoncé que lui et sa famille avaient rendu des visites régulières à la planète Mars. Il a dit que les gens sur Mars ressemblent étonnamment aux gens de la Terre et qu’ils apprécient les promenades à bicyclettes volantes. Les Dentons ont mené une vie très confortable grâce aux revenus des circuits de conférences, effectuant des démonstrations de leur prouesses psychométriques et parlant de la vie sur d’autres planètes.

DoD

Department of Defense, soit Ministère de la Défense, USA.

Dodds, W.C.

Le 27 juin 1947, l’inspecteur à White Sands W. C. Dodds a rapporté avoir vu une « flamme haut dans le ciel » à environ un demi-mile au sud d’Alamorgordo Nouveau Mexique, Etats-Unis. Ceci a semblé être une confirmation de l’observation par le capitaine John L. Detchmendy (en retraite) qui a rapporté une même « flamme » alors qu’il conduisait par la passe de Saint-Augustine, environ 20 miles au nord-est de Las Cruces, près du centre d’essai des missiles de White Sands.

Donahower, Clyde

En mars 1973, M. et Mme Clyde O. Donahower ont rapporté à la police locale qu’ils avaient observé un engin volant non identifié atterrir à leur ferme de Robesonia, Pennsylvanie, USA. Le véhicule est resté stationnaire pendant environ trente minutes et les témoins ont affirmé qu’ils pouvaient voir des entités se déplacer à l’intérieur. Quand la police est arrivée, malheureusement, l’engin avait disparu.

Doty, Richard

Un agent secret de l’AFOSI qui aurait fourni à Paul Bennewitz de la désinformation et employa William Moore pour espionner des ufologues célèbres et leur fournir de faux documents Doty lui attribua le pseudonyme Falcon lorsque tous deux apparurent à la télévision US dans l’émission « UFO Cover-Up Live », qui tourna l’ufologie en ridicule quand ils se mirent à raconter que les extraterrestres vivaient dans des bases secrètes américaine et adoraient la glace à la fraise et la musique Tibétaine.

Drake equation

L’équation de Drake déclare que le nombre « N » de civilisations extraterrestres dans notre galaxie qui peuvent envoyer dans l’espace des signaux de communication discernables pourrait être lié aux paramètres suivants:

  • Rs : Taux moyen de formation d’étoile dans notre galaxie par an.
  • fp : Fraction de ces étoiles qui ont des planètes.
  • ne : Nombre moyen de planètes qui peuvent potentiellement soutenir la vie par étoile qui a des planètes.
  • fl : Fraction de ce qui précède où la vie s’est réellement développée à un certain moment.
  • fi : Fraction de ce qui précède où s’est réellement développer une vie intelligente.
  • fc : Fraction des civilisations qui développent une technologie qui émet dans l’espace des signes discernables de leur existence.
  • L : Durée pendant laquelle telles civilisations émettent dans l’espace des signaux discernables.

L’équation est:

N = Rs * fp * ne * fl * fi * fc * L

En 2004, avec les nombreuses détections récentes de planètes extra-solaires ou exoplanètes, l’astronome Frank Drake, qui avait à l’origine composé cette équation, a déclaré « nous estimions que N était environ 10.000. Maintenant je pense qu’il pourrait être beaucoup plus grand. »

Drake, Frank, Dr.

Le Dr Frank Donald Drake, né en 1930 à Chicago, est un astronome et un astrophysicien Etats-Unien.

Il a dit qu’il a considéré la possibilité de la vie sur d’autres alors qu’il était encore un enfant mais ne l’a jamais discutée avec sa famille ou ses professeurs du fait de l’idéologie religieuse répandue voyant l’homme comme la seule créature intelligente dans l’univers créé par Dieu.

Il a étudié l’astronomie à l’Université de Cornell, et est devenu bien plus intéressé au sujet de la vie extraterrestre en assistant à une conférence de l’astrophysicien Otto Struve en 1951 où ce dernier avait montré qu’il était bien probable qu’il y ait 99 milliards de planètes dans notre seule galaxie. Il eu son diplôme en radio-astronomie à l’Université de Harvard. En 1960, il a mené la première recherche de signaux par radio dirigés vers la terre par des intelligences extraterrestres (SETI), le projet Ozma. En 1961, avec J. Peter Pearman, un fonctionnaire du Bureau de la Science de l’Espace de l’Académie Nationale des Sciences des Etats-Unis, il a organisé la première conférence SETI tenue à l’observatoire de Green Bank en Virginie Occidentale, Etats-Unis, où les discussions ont eu comme conséquence l’équation de Drake« , maintenant célèbre, une approche probabiliste sur le nombre de civilisations extraterrestres dans notre galaxie qui peuvent envoyer dans l’espace des signaux de communication discernables.

Il a travaillé à la conversion de l’observatoire d’Arecibo en observatoire de radio d’astronomie, qu’il a dirigé en 1965. En 1972, avec son ami l’astronome Carl Sagan, il a conçu une plaque avec un message pour les civilisations extraterrestre qui est maintenant à bord de la sonde spatiale Pioneer, et il actuellement toujours impliqué dans la recherche SETI par l’intermédiaire du programme Phoenix.

Bien qu’il ne sache pas grand chose sur la question du voyage interstellaire et n’ait eu aucune activité en ufologie, il a de temps en temps exprimé que tous les rapports d’observations d’OVNIS doivent être des canulars et des confusions puisqu’il pense que le voyage vers la Terre par des extraterrestres devrait résulter en un contact manifeste et à grande échelle avec des gouvernements, et puisqu’il n’a jamais vu aucune preuve matérielle d’extraterrestres ou d’engins extraterrestres venus sur Terre.

Dreamland

Un surnom de la base de l’USAF Area 51.

Druffel, Ann

Ann Druffel a commencé à étudier les rapports d’observations d’OVNIS en 1957 au sein de la section de Los Angeles, Californie, du Comité National d’Investigations des Phénomènes Aériens (NICAP). Elle est l’auteur des livres « How to Defend Yourself Against Alien Abduction » (« Comment se défendre contre les enlèvements extraterrestres »), et une biographie remarquable, « Firestorm: Dr. James E. McDonald’s Fight For UFO Science » (« Firestorm: le combat du Dr. James E. McDonald pour la science des OVNIS »), et a co-écrit « The Tujunga Canyon Contacts » (« Les contacts des gorges de Tujunga »), avec D. Scott Rogo. En plus de ces travaux elle a mené de nombreuses enquêtes de terrain sur des rapports d’observation d’OVNIS, a contribué à de nombreux articles et donné de nombreuses conférences sur la question OVNI, en des colloques, et des groupes civiques et éducatifs.

Dysonsphere

Une sphère de Dyson est une énorme structure proposée à titre spéculatif en 1959 par le physicien Freeman Dyson (1925-). Cette sphère creuse serait construite autour d’une étoile afin de rassembler toute l’énergie qu’elle émet. La sphère serait assemblée à partir de beaucoup de planétoïdes artificiels séparés placés en orbite autour de l’étoile. Le matériel de cette coquille viendrait des planètes démontées et des corps naturels existant. Dyson a calculé que dans notre système solaire, il y a assez de matière pour créer une coquille au moins trois mètres d’épaisseur autour du soleil à la distance Terre Soleil. Les Dysonspheres sont de bons candidats pour une recherche de civilisations avancées intelligentes dans l’univers.

Valid XHTML 1.0 Strict

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :