Transmettre son savoir est un don de soi

Les OVNIS de A à Z: C.

SOURCE: http://www.ufologie.net/htm/cf.htm

This page in EnglishClick!

Les OVNIS de A à Z: C.

Cliquez! CAA
Cliquez! Caetano, Paulo
Cliquez! Cal Tech
Cliquez! Campagnac, Edmond
Cliquez! Campbell, Glenn
Cliquez! Canaries 1976
Cliquez! Carbonate
Cliquez! Carlotto, Dr. Mark
Cliquez! Carrouges, Michel
Cliquez! Carson Sink
Cliquez! Cash Landrum
Cliquez! CAUS
Cliquez! Cavero, Carlos Catro
Cliquez! Cayce, Edgar
Cliquez! CIA
Cliquez! CIFAE
Cliquez! Cirrocumulus lenticularis
Cliquez! CIRVIS
Cliquez! Cisternas, Marcelo
Cliquez! Clipéologie
Cliquez! Close encounter
Cliquez! CNES
Cliquez! Coe, Albert
Cliquez! Colares
Cliquez! Collier, Alex
Cliquez! Collins, Robert
Cliquez! COMETA
Cliquez! Composite Réductionniste (Théorie)
Cliquez! Condign
Cliquez! Condon Report
Cliquez! Constable, Trevor James
Cliquez! Condor
Cliquez! Continuum
Cliquez! Cooper, Bill
Cliquez! Cooper, Gordon
Cliquez! Cooke, Charles, Lt.Col.
Cliquez! Coquil, Eugène
Cliquez! Corbin, Lou, Lt.Col.
Cliquez! Corning, conférence
Cliquez! Couturier, Louis
Cliquez! Coyne (le cas)
Cliquez! Craigie, L.C. Major-General
Cliquez! Cratère
Cliquez! Crop circles
Cliquez! CUFOS
Cliquez! Cyclops, programme

CAA

Civil Aeronautics Administration, Administration civile de l’aéronautique aux Etats-Unis. Fondée en 1938 quand la Loi Civile d’Aéronautique a transféré les responsabilités fédérales de l’aviation civile du ministère du commerce à une nouvelle agence indépendante, l’Autorité Civile de l’Aéronautique. Le Président Franklin Roosevelt a partagé son autorité en deux agences en 1940, l’Administration Civile de l’Aéronautique (CAA) et le Conseil Civil de l’Aéronautique (CAB). La CAA a été remplacé par l’Administration Fédérale de l’Aviation (FAA, Federal Aviation Administration), en 1967.

La CAA était responsable du contrôle du trafic aérien civil, de la certification des aviateurs et avions civils, des mesures de sécurité et du développement des voies aériennes.

Caetano, Paulo

Dans les premières heures de la soirée du 17 novembre 1971, Paulo Caetano et un autre homme roulaient près de la ville de Bananeiras, Brésil, quand leur voiture s’est mise à mal fonctionner et à caler près d’un objet au bord de la route de la route. Gaetano a déclaré qu’il a été enlevé par une « soucoupe volante » par l’intermédiaire d’un faisceau de lumière tiré vers lui, et d’entités extraterrestres qui ont ouvert la porte et se sont emparés de lui. Il a dit avoir été soumis a un examen médical qui lui a laissé une blessure, et que les extraterrestres lui ont dit que la ville d’Itaperuna serait détruite par explosion nucléaire.

Cependant, son compagnon n’a vu aucune soucoupe volante mais seulement un autobus garé, ce qui soulève des questions sur la réalité des événements rapportés par Gaetano.

Cal Tech

California Institute of Technology. Institut de Technologie de Californie, où des recherches avancées sont menées.

Campagnac, Edmond

En 1954, Edmond Campagnac était responsable des services techniques d’Air France à Tananarive sur l’île de Madagascar où il a été témoin du survol d’un engin volant non identifié au-dessus de la ville. Alors qu’il avait pensé alors qu’il pourrait s’agir de quelque engin russe révolutionnaire, il a fini par réaliser que cela ne pouvait pas être le cas et a commencé à s’intéresser à la question OVNI. Il a été un membre actif du GEPA, un des premiers groupes d’ufologie sérieuse en France et a participa à un débat télévisé concernant les OVNIS dans une fameuse émission de la série « Les Dossiers de l’Ecran » et à un débat TV plus récent très intéressant mais peu diffusé de la chaîne Planète.

Campbell, Glenn

Glenn Campbell, 36 ans travaillait comme programmeur aux alentours de Boston puis déménagea dans un petit appartement à Rachel, Nevada, en janvier 1993, à 90 miles au sud de la base militaire secrète de l’Area 51. Campbell s’est déplacé de Boston à seule fin d’étudier les rumeurs et les histoires au sujet de l’Area 51 et de Groom Lake. Ses investigations ont paru dans son livre, le « Guide du Spectateur de l’Area 51 » ainsi que sur son site web. Glenn Campbell s’en est toujours tenu aux faits et ne montre pas d’émotivité à ce sujet, ce qui lui a valu respect et crédibilité. C’est par ses recherches que l’Area-51 et les installations environnantes ont été révélées au grand public. Apparitions de Campbell dans les médias: ABC World, News Tonight, Larry King live et plusieurs articles parus dans des magazines tels que Popular Science et le New York Times Magazine.

Canaries 1976

Un grand phénomène lumineux identifié fut observé à plusieurs reprises dans les îles Canaries la nuit du 22 juin 1976. Les titres des journaux clamèrent que « des centaines de personnes observèrent un phénomène lumineux qui dura une vingtaine de minutes et fut vu au-dessus de Tenerife, La Palma et La Gomera. » L’aspect le plus sensationnel de l’affaire est qu’un docteur et son chauffeur de taxi virent le phénomène d’assez près pour discerner la présence de deux entités dans l’engin, et que l’Armée Espagnole qui fut aussi témoin du phénomène rendit le dossier public.

Carbonate

Un corps contenant du carbone et de l’oxygène sous forme du groupement CO3.

Carlotto, Mark

Au milieu des années 80, le Dr Mark Carlotto du TASC développa un algorithme qui permet de restituer les reliefs à partie d’une photo. C’est un algorithme travaillant sur les ombres. Les images de Mars ont fourni un excellent ensemble de données pour prototyper cet algorithme puisque l’atmosphère est légère et la réflectivité du sol bien comprise. Il a développé cet algorithme au moment ou d’autres scientifiques passaient en revue les photos provenant de Mars et découvraient le fameux visage sur Mars, un relief géologique sur Mars qui évoque un visage humain. Mais dans les années suivantes, de meilleures images par la NASA permettent de voir que si la forme est celle d’un visage, il ne s’agit que d’une formation naturelle.

Carrouges, Michel

Michel Carrouges, de son vrai nom Louis couturier, est né le 22 février 1910 à Poitiers, France, a obtenu une licence de droit et s’est spécialisé dans les affaires d’accidents.

Il a entamé une carrière d’essayiste et d’écrivain avec des études sur le mouvement surréaliste, sur Kafka, Duchamp, Roussel et Jarry, et sur les mythes modernes en général. En 1954, il publie une étude sur la mythologie moderne de l’érotisme, un roman d’anticipation féérique et une biographie de l’explorateur mystique Charles de Foucauld.

Il publie un premier article sur les soucoupes volantes dans la revue Arts le 10 octobre 1952, puis avec la vague de 1954, il lui devient évident qu’expliquer les soucoupes comme pure mythologie ne tient plus. Il publie en 1963 son livre « Les Apparitions de Martiens » (Fayard ed.) sur ce thème.

Carson Sink

Deux Lieutenant-Colonels de l’USAF à bord d’un B-25 ont témoigné avoir vu trois triangles volant en formation au-dessus de Carson Sink, Nevada, USA, le 24 Juillet, 1952. Evaluation de Blue Book: « inconnu. »

Cash-Landrum (cas)

En décembre 1980, Betty Cash, Vickie Landrum et leur petit fils Colby Landrum roulaient vers Huffman au Texas lorsqu’ils virent une large lueur dans le ciel. Poursuivant leur route ils croisèrent un grand OVNI en forme de diamant, planant au dessus de la route en crachant des flammes en dessous de lui. Les flammes bloquant la route, ils durent arrêter leur véhicule à une centaine de mètres de l’engin, Vickie et Colby restèrent dans leur voiture tandis que Betty s’approcha à pied de l’engin. Sa peau fut brûlée par la chaleur, elle revient au véhicule alors que l’engin s’envolait poursuivi par un grand nombre d’hélicoptères non identifiés. De retour chez eux, tous trois souffraient de « coup de soleil », vomissement et troubles gastriques. Il fut prétendu que l’engin était un prototype américain tentant de reproduire les performances des OVNIS, à cause des flammes sous lui et de son accompagnement par des hélicoptères.

CAUS (Citizens Against UFO Secrecy)

Une organisation sans but lucratif qui travaille à découvrir toute la documentation existante concernant la participation du gouvernement des États-Unis dans des investigations, des recherches et des dissimulations au sujet des OVNIS. Le CAUS classe un grand nombre de demandes FOIA pour obtenir la publication par le gouvernement des documents qui sont appropriés. Le CAUS édite « Just Cause », un bulletin trimestriel au sujet de l’actualité du groupe et des nouvelles en rapport avec les OVNIS dans le monde entier.

Cavero, Carlos Castro

Général des Forces Aériennes Espagnoles indiqua publiquement son opinion que les OVNIS sont d’origine extraterrestre et parla de sa propre observation.

Cayce, Edgar

(1877-1945) Medium mondialement connu pour ses visions de l’Atlantide, du futur et de bien d’autres thèmes. Sa très grande renommée provient surtout de sa capacité alléguée d’émettre des diagnostics précis et de proposer des remèdes efficaces pour des centaines de malades incurables. Voyez A.R.E sur http://www.are-cayce.com.

Les pouvoirs allégués de Cayce sont naturellement très contestés. Dans un « Dictionnaire des Sceptiques » à skepdic.com/cayce.html, par exemple, j’ai lu: « il n’y a aucune manière de démontrer que Cayce utilisait des pouvoirs psychiques même sur les cas où il n’y a aucun doute qu’il a joué un rôle essentiel dans la guérison. »

CIA

Central Intelligence Agency, aux Etats Unis, la principale agence d’espionnage. Est intervenue dans les affaires d’OVNIS d’une manière généralement négative.

CIFAE

Le CIFAE, formé à la suite de spectaculaires observations d’OVNIS en 1997, se montant à une soixantaine juste pour cette année là, est le « Comité d’Enquêtes des Phénomènes Aérospatiaux Anormaux », un service officiel d’étude des rapports d’OVNIS créé au sein de la FACh, l’Armée de l’Air du Chili. Le CIFAE est placé directement sous les ordres du commandement général de la FACh, et a comme participants des militaires et des ufologues chiliens, qui ont ainsi accès aux rapports d’observations d’OVNIS de sources militaires Chiliennes.

Cirrocumulus lenticularis

Nuages qui se forment parfois au sommet de montagnes et prennent une forme lenticulaire dont on a dit que les gens les prennent pour des soucoupes volantes, ce qui est en réalité rarement le cas.

CIRVIS

Une procédure spéciale que doivent obligatoirement suivre les pilotes civils aux Etats-Unis et au Canada pour rendre compte de l’observation d’OVNI aux autorités militaires. L’importance d’un message CIRVIS est telle qu’elle est prioritaire par rapport à un appel « Mayday ». La procédure a été abrogée au début des années 2000.

Cisternas, Marcelo

Marcelo Cisternas étaient le pilote et Capitaine du vol 904 d’un DC-6B des Lignes Aériennes Nationales Chiliennes, et a rapporté un événement OVNI au-dessus d’Arica en septembre 1965 lors de ce vol, décrivant l’objet en tant que quelque chose de mécanique dans le journal El Mercurio du 8 septembre 1965. L’observation a duré approximativement 15 minutes avant que l’objet qui avait zigzagué autour le son avion de ligne ne s’éloigne à une vitesse étonnante. Il était certain que ce n’était pas une illusion optique, et que cela a été également vu par d’autres membres de l’équipage.

Clipéologie

Littéralement, étude des boucliers. Terme inventé par des ufologues italiens à partir de l’expression « clipei ardentes » ou « boucliers ardents » utilisé dans les textes d’historiens antiques comme Tite-Live pour désigner des phénomènes célestes observés dans le ciel de la Rome antique dont il est aujourd’hui difficile de dire s’ils n’étaient que des météores ou inventions ou des soucoupes volantes.

Close encounter

Rencontre rapprochée avec un OVNI.

CNES

CNES est l’acronyme de Centre National d’Etudes Spatiales, (www.cnes.fr) et est l’agence spatiale du gouvernement français. Le CNES est un résultat de la volonté forte du Général Charles de Gaulle après la deuxième guerre mondiale de remettre la France sur le dessus du panier des nations dans le secteur de l’aéronautique et de l’espace, et cela a été réussi quand la France est devenue la troisième puissance spatiale après l’URSS et les Etats-Unis.

Le CNES a permis à la France d’accéder à l’espace proche avec la famille des fusées Ariane, a développé en partenariat avec d’autres pays européens un programme de surveillance global de l’environnement et de la sécurité avec les satellites SPOT, Topex/Poseidon et Jason-1, le système Argos et Envisat. Le CNES gère également des programmes de satellites pour la défense nationale.

Les sièges sociaux du CNES sont situés à Paris, des bureaux sont également situés à Toulouse, et il gère le centre spatial de Kourou en Guyane.

Le CNES est connu des ufologues parce que plusieurs personnes du CNES telles que Jacques Sillard ou Claude Poher ont depuis longtemps un intérêt pour la question des OVNIS. En 1977, Sillard, alors dirigeant du CNES, ouvert le GEPAN, une section d’enquête sur les rapports d’observations d’OVNIS dirigé par Claude Poher, un ingénieur de la maison qui avait déjà une longue activité en ufologie. Bientôt, quand les efforts de ce dernier ont eu comme résultat la position que les observations ne sont pas toutes des canulars et des confusion mais parfois bien mieux expliquées en tant qu’apparitions d’une technologie non-terrestre, la nouvelle politique a été d’éviter que cela fasse des vagues, ceci ayant pour résultat un manque flagrant de communication dans les décennies suivantes, et une réorganisation passée presque inaperçue sous le nom de SEPRA avec des ressources très maigres, pour en arriver à ce que des rumeurs indiquent que ce petit bureau des OVNIS d’une seul personne serait fermé ou allait être réorganisé. Par coïncidence ou pas, l’homme du SEPRA, Jean-Jacques Vélasco avait juste publié un livre, lequel ne parlait guère d’investigations du SEPRA mais diffusait l’opinion de son auteur qu’il existe des preuves scientifiques que des visiteurs extraterrestres surveillent l’activité nucléaire militaire de la terre.

Quand en 2004 il a semblé que le SEPRA disparaissait, j’ai fait quelque foin au sujet de leur documents non disponibles qui pourraient être perdus pour l’ufologie par négligence. Une pétition a suivie, signée par beaucoup d’ufologues sceptiques ou non, et en décembre 2006, CNES a annoncé qu’ils allaient bientôt publier leurs archives OVNIS sur l’Internet; ce qui était en effet commencé en mars 2007 avec une première série de documents tels que des rapports plutôt récents de témoins enregistrés par la gendarmerie, disponible en ligne à http://www.cnes-geipan.fr

Simultanément le bureau des OVNIS au CNES a été changé de SEPRA en un nouveau GEIPAN, avec un « I » pour « information », dirigé par un homme du CNES, Jacques Patenet, et soutenu par un comité de pilotage présidé par Yves Sillard, le tout accompagné de déclarations en reculades selon lesquelles « toutes les théories sur les OVNIS se valent » et par des signes positifs d’une bonne volonté ravivée pour étudier sérieusement des rapports d’observation d’OVNIS.

Coe, Albert

En 1969, Albert Coe a édité à compte d’auteur un livre intitulé « The Shocking Truth » qui a détaillé sa prétendue rencontre en en juin 1920 alors qu’il avait 16 ans avec un extraterrestre d’apparence humaine appartenant à une race qu’il a appelé les Norcains et dont il est devenu l’ami. Il a dit qu’il était en vacances faisant du canoë dans l’Ontario, Canada avec son ami Rod, quand tandis qu’il seul un jour, il a entendu une voix appelant pour demander de l’aide de sous un rocher sur lequel il se tenait. Il a dit qu’il a identifié la source de la voix, un jeune homme d’aspect humain qui s’était retrouvé coincé dans une fissure dans la roche. Coe a indiqué qu’il a sauvé l’homme, qui l’a remercié abondamment et lui a raconté qu’il était en train de pêcher quand il a accidentellement trébuché dans la fissure. Il a été décrit comme beau, blond, jeune, habillé dans un costume étrange gris argenté. Il a dit qu’il avait son petit avion dans une clairière voisine, et quand Coe l’a aidé à y retourner, il s’est rendu compte que l’engin était différent de tout ce qu’il avait vu avant: un disque de 6 mètres de diamètre, reposant sur trois pieds. L’extraterrestre a fait jurer à Coe de ne jamais rien raconter, a ouvert une trappe au-dessous de l’engin, y est entré et a décollé dans un bruit aigu. Coe affirme également que six mois plus tard il a reçu une courte note demandant à le rencontrer pour déjeuner à l’hôtel McAlpine à Ottawa. C’était signé « Xretsim » c.-à-d. « Monsieur X » écrit à l’envers. Coe est allé à l’hôtel, a retrouvé ce jeune homme qu’il avait sauvé, bien que cette fois il ait été habillé d’un costume ordinaire. Au déjeuner, le jeune homme a dit que son nom est Zret, et qu’il faisait partie d’une équipe d’exploration chargée de surveiller les progrès scientifique sur Terre. Il a dit que sa race venait de la planète Norca autour de l’étoile Tau Ceti, qui avait commencé à se dessécher il y a 14.000 ans, forçant les habitants à émigrer vers un autre système. Ils ont exploré notre système solaire et l’ont choisi comme nouvelle résidence. Selon Zret, 243.000 Norcains se sont embarqués sur le voyage de colonisation dans 62 énormes vaisseaux spatiaux, qui se sont tous écrasé dans le soleil en raison d’une erreur de navigation, sauf un qui s’est écrasé sur Mars, tuant 1.300 de ses 5.000 passagers. Les survivants ont colonisé Mars, puis sont passé à Venus et à terre, où ils ont fondé l’Atlantide et la Lémurie. Zret a déclaré que les Norcains sont maintenant principalement installés sur Vénus, bien qu’ils maintiennent plusieurs bases de recherches sur Mars. Coe a affirmé qu’il est resté en contact avec Zret et d’autre Norcains pendant les soixante années qui ont suivi, les rencontrant en moyenne une fois par mois.

Colares

Ile du delta de l’Amazone au Nord Est du Brésil. En 1977, des OVNIS qui survolaient l’île quasi quotidiennement depuis des mois sèment la panique parmi les habitants qui désertent la ville car ces OVNIS projettent sur eux d’étranges rayons qui causèrent des brûlures à plus de 35 personnes.

Collier, Alex

Affirme être en contact avec des extraterrestres d’Andromède depuis plus de 31 ans. Donne des conférences à ce sujet.

Collins, Robert

Voir Condor.

COMETA

Le vendredi 16 juillet 1999, un document intitulé « Les OVNIS et la Défense: A quoi doit-on se préparer? » fut publié. Le rapport n’a eu aucun quasiment écho médiatique en France, si ce n’est dans l’hebdomadaire satirique le Canard Enchaîné où l’on riait des signataires en expliquant qu’il s’agirait de « va-t-en-guerre » qui voulaient « des sous » pour « acheter des tanks » et avaient inventé « une invasion extraterrestre » pour justifier cela. Ce rapport de 90 pages était personalités qui étaient souvent des anciens des milieux militaires, et est une sorte de synthèse du phénomène OVNI, couvrant de nombreux aspects du sujet, en insistant particulièrement sur les aspects qui concernent la Défense Nationale. Bien que le rapport lui-même ne contienne aucune information ufologique vraiment inédite, il a l’intéressante conclusion que certains rapports ont comme explication la plus sensée des visiteurs extraterrestres, et que le gouvernement des Etats-Unis semble cacher des choses à ce sujet. Le point le plus intéressant est que les auteurs sont une association indépendante d’experts dont la plupart sont des anciens de l’Institut des Hautes Etudes de la Défense Nationale, l’IHEDN, d’autres sont des militaires de très haut rang, et d’autres des chercheurs scientifiques de différents domaines. Avant sa diffusion dans le public, le rapport a été envoyé au président de la République Jacques Chirac et à son Premier Ministre Lionel Jospin. Les media n’ont donné aucun écho au rapport.

En juin 2003, le rapport a été publié de nouveau, cette fois sous forme d’un livre relié, et ensuite encore en format de poche.

Le rapport a été beaucoup commenté mais seulement dans les cercles ufologiques: certains indiquaient une faiblesse des cas d’OVNIS cités, d’autres qui soutiennent la plupart du temps des théories sur les OVNIS comme phénomène « paranormal » ont détesté la notion de visiteurs extraterrestres dans le rapport et ont concocté quelques bizarres théories de conspiration au sujet de l’association COMETA comme étant une certaine tentative secrète et suspecte par un certain « homme de l’ombre » qu’ils accusent à promouvoir les « petits hommes verts » dans les cercles gouvernementaux, d’autres ont insisté sur le fait que puisque certains membres de l’association sont d’anciens gradés, c’est un document important en soutient de la thèse que les USA ont dissimulé une ou des captures de soucoupes volantes.

Théorie composite Réductionniste (TRC)

Terme plus adéquat formé par Claude Maugé et défendant la même explication pour les rapports d’observations d’OVNIS que la thèse sociopsychologique.

Condign

En 1995, un service de la Défense britannique commande à un auteur resté anonyme un rapport qui doit dire si les OVNIS représente un problème pour la défense et un risque pour la navigation aérienne. En 2000, l’auteur a fini de rédiger plus de 400 pages de pseudo-science sur la foudre en boule censée expliquer les OVNIS, une explication copiée sur des idées réfutées du debunker Philip Klass dans les années 60. Cette étude catastrophique restée secrète est demandée en 2006 par quatre ufologues qui la donnent à la presse et aux TV sans précautions, et les media du monde entier annonce que les OVNIS étaient des « plasma ». Quelques jours plus tard, la Défense met une grande partie du rapport à la disposition de tous, gardant secrète les données sur les OVNIS détectés par radar, et les gens sensés peuvent alors se rendre compte que l’étude n’est qu’une vaste fumisterie, tandis que les ufologues dits « sceptiques », habituellement prompts à s’insurger contre la pseudo-science, ne font aucun commentaire.

Condon (rapport)

Les résultats d’une enquête portant sur les OVNIS à partir de données choisies plus ou moins au hasard et notamment choisies parmi des cas pourtant déjà expliqués du projet Blue Book. Assuré en 1969 par le docteur Edward Condon, de l’Université du Colorado, l’étude faisait suite à des demandes gouvernementales et d’associations privées pour une investigation scientifique sur la nature des OVNIS. Il ouvrit l’enquête en affirmant que ceux qui voient des OVNIS sont des « ahuris, » que les auteurs d’ouvrages sur les OVNIS « devraient être fouettés, » que le projet Blue Book était « une perte de temps. » Ayant travaillé en sous-main avec la CIA, ayant éliminé de l’équipe scientifique ceux qui auraient vraiment voulu mener une enquête objective au motif qu’ils avaient prouvé par une indiscrétion que l’enquête ne l’était justement pas, il concluait un volumineux rapport comportant pourtant des indications nettes que les OVNIS existent bel et bien et pourraient bien être extraterrestre en affirmant que toutes les apparitions d’OVNIS avaient eue des explications simples et naturelles et que les OVNIS ne doivent plus être étudiés scientifiquement, sauf si une étude scientifique ultérieure venait à montrer qu’ils doivent être étudiés scientifiquement. Il recommanda également à tous les établissements d’enseignement de ne consacrer aucun programme à ce sujet et de décourager leurs élèves qui s’intéresseraient au sujet.

Condor

Egalement connu sous le nom de Robert Collins, qui prit une part dans une opération de désinformation avec William Moore et Richard Doty dirigée contre Paul Bennewitz.

Constable, Trevor James

Auteur du livre de 1959 « They Live In The Sky » (ils vivent dans le ciel), Trevor James Constable était un partisan de la théorie étrange que les OVNIS ne sont pas du tout des engins extraterrestres mais des animaux comparables à des amibes géantes qui « sont constituées de matière d’une dimension de l’Ether » ou « plasmatiques » et vivent dans les cieux de nos planètes. Ceci a été envisagé la première fois comme une simple possibilité par Charles Fort, mais Constable est allé plus loin en affirmant qu’il avait photographié ces « animaux de ciel » – volant parmi les soucoupes « ordinaires » en employant du film sensible à l’infrarouge, exposé entre l’aube et le lever du soleil dans des « lieux secs » dans lesquels « il est fréquemment possible d’objectiver des invisibles de diverses sortes vivant dans et passant par l’atmosphère. » L’idée vraiment merveilleuse était qu’il a affirmé également que c’était une intelligence extraterrestre qui l’avait contacté pour l’informer de la « technique secrète » – c.-à-d. la photo en infrarouge – qu’il a utilisé pour ses photographies des prétendus « animaux du ciel »! En réalité, ce qu’il capturait, entre quelques défauts de pellicule, était des traces de passages d’insectes et oiseaux que l’on connaît de nos jours sous l’appellation de « rods. »
Cover

Continuum

Le magazine de nouvelles officiel pour ParaNet et le MICAP. Il parait chaque trimestre et fournit de l’information et des articles souvent iconoclastes écrits par la crème des ufologues. Ce magazine fournit avec perspicacité une vue globale du phénomène et diffuse le contenu du réseau mondial de service d’information sur les OVNIS de ParaNet. L’abonnement est à 18 $ par an et il est disponible en envoyant un chèque pour les États-Unis à: ParaNet, Box 172, Wheat Ridge, Co. 80034-0172.

Cooper, Bill

William Cooper, connu sous le nom de Bill Cooper, a travaillé prétendument pour l’Armée de l’Air US et le renseignement de l’US Navy. Il a fait ses débuts publics sur Paranet avec un rapport sur une observation d’un OVNI qu’il aurait vécue tandis qu’il naviguait sur l’USS Tiru, un sous-marin US. Ce rapport a été accepté en bonne foi. Il a alors commencé à présenter des détails au sujet de divers projets secrets que mèneraient le gouvernements des USA dans lequel il aurait été impliqués quand il était dans le renseignement. Dès lors que les ufologues lui demandèrent quelque preuve, il se perdit dans le vague. Ses rapports ont continué à être publiés dedans et les chercheurs lui demandant toujours en vain des preuves, il fut banni de Paranet. Il a continué à publier des allégations sur divers autres forums de façon anonyme, accusant cette fois les ufologues qui ont remis en cause son authenticité d’être des agents travaillant en secret pour le gouvernement à désinformer le public. Cooper est ensuite devenu un conférencier fortement payé qui a parlait de ses « d’expériences, » maintenant que JFK aurait été assassiné par le conducteur de la voiture parce qu’il avait voulu révéler au public que les Etats Unis aurait des bases sur la Lune et sur Mars construit dans les années 50, avec concours extraterrestre. Ses preuves: aucune pour les bases et très mauvaise copie de septième de génération du film montrant l’assassinat. Il affirma également que les ET de la série TV « Alien Nation » sont de vrais extraterrestres employés en tant qu’élément d’un programme d’endoctrinement de sorte que le public accepte la réalité d’une présence ET plus facilement. Les sources de Bill Cooper pour son hypothèse étaient en fait un mélange des affirmations de Paul Bennewitz, Bill Moore, John Lear et Bob Lazar auxquelles il avait ajouté quelques théories non fondées qu’il s’est inventées. Quand Bob Lazar fut en liaison téléphonique en 1989 avec une radio alors qu’il se faisait connaître au public, Cooper appela et déclara qu’il avait parlé à Lazar pendant plus d’un an et qu’il avait vérifié ses affirmations qui seraient toutes véridiques. Puis, quelques mois plus tard, Cooper changea d’avis et annonça que Lazar avait menti dès le début. C’est un exemple des nombreuses voltes faces et contradictions que Cooper a pratiquées au cours des années. Ces théories sans preuves, volte faces et allégations ridicules, et d’autres activités dans lesquelles il était impliqué lui ont apporté la détestation de la quasi-totalité des ufologues américains.

Récemment il a animé une petite émission radio appelée « Une Heure de Temps » depuis Eagar, Arizona. Le thème était principalement anti-gouvernemental. Cooper était bien connu dans des cercles extrémistes. Le terroriste Tim McVeigh était un fan de Cooper, il lui aurait même censément demandé de l’aider à la mise au point de son terrible attentat d’Oklahoma City.

En octobre 2001 Cooper a été abattu par la police qui tentait de l’arrêter sur les charges d’agression d’un voisin et évasion fiscale car il refusait délibérément et publiquement de payer des impôts fédéraux. Cooper avait averti les officiers et les agents fédéraux que s’ils venaient l’arrêter, il livrerait bataille arme au poing. L’adjoint d’un shérif du comté d’Apache, marié, trois enfants, a été atteint par balles à la tête pendant l’arrestation et est décédé.

Cooper, Gordon

Astronaute de la NASA qui a été personnellement témoin d’observations d’OVNIS tandis qu’il était pilote de chasse en Allemagne après guerre, qui est convaincu de leur provenance extraterrestre et a tenu un discours officiel devant les Nations Unies pour leur demander de prendre enfin le sujet au sérieux.

Cooke, Charles, Lt.Col.

Le lieutenant-colonel Charles Cooke de l’Armée de l’Air des Etats-Unis s’était énormément intéressé aux objets volants non identifiés, étudiant de manière non officielle les rapports qui arrivaient au projet Blue Book. Le 7 août 1966, retraité, il a publié un article dans l’Evening Star, Washington, donnant son opinion que certains OVNIS soient effectivement des engins extraterrestres, ce qui a créé des pressions considérables pour que l’Armée de l’Air cesse ses dissimulations sur le sujet.

Coquil, Eugène

A 4 heures du matin du 16 janvier 1966, Eugene Coquil conduisait sa voiture près de Bollazec, en Bretagne, France, quand il a vu des lumières dans un champ. Pensant qu’il pourrait y avoir eu un accident là, il est sorti de la voiture et a marché à travers le champ vers la lumière. Quand il est arrivé plus près, il s’est rendu compte que les lumières étaient sur un objet se déplaçant vers lui à environ quinze pieds au-dessus du sol. Effrayé, il a couru de nouveau à sa voiture et a voulu partir, mais l’objet a plané au-dessus de la voiture, puis atterri de l’autre côté de la route, causant probablement des perturbations de son véhicule car il n’a pas pu redémarrer. Par la suite il a fini par pouvoir mettre le moteur en route et est parti sans avoir vu l’objet décoller. Sur le schéma qu’il a fait, l’objet avait la forme d’un cube. Il a précisé qu’il avec eu quatre lumières verticales ressemblant à des tubes de néon et trois lumières ovales horizontales énormes sur chaque face.

Corbin, Lou, Lt.Col.

Le Lieutenant-Colonel Lou Corbin est un ancien officier du renseignement militaire aux Etats-Unis qui était intéressé par les OVNIS et a publié des documents concernant leur existence et la dissimulation à leur sujet, qu’il obtenait par ses relations au Pentagone. Lors d’une réunion de l’association des officiers militaires retraités à Baltimore en 1972, il a dit qu’après la fin du projet Blue Book, l’Armée de l’Air étudiait toujours secrètement les rapports d’OVNIS en deux programmes Old New Moon et Blue Paper.

Corning, conférence

Le 25 janvier 1967, le Dr Edward Condon a donné une conférence à une fraternité scientifique à Corning, New York, Etats-Unis. Parlant du programme de recherche publiquement financé sur les rapports d’OVNIS qu’il était censé diriger d’une façon objective, il a dit: « C’est mon inclination en ce moment que de recommander que le gouvernement sorte de ces affaires. Mon attitude est en ce moment qu’il n’y a rien là dedans, mais je ne suis pas censé tirer une conclusion avant la fin de l’année prochaine. » Ceci a été l’un des occasions où il s’est avéré que l’objectivité dans cette étude n’avait aucune importance pour lui.

Coyne (cas)

Le cas de Coyne (ou de Mansfield ou « incident de l’hélicoptère de l’armée« ) est un des cas de rencontre avec un OVNI parmi les plus crédibles dans la catégorie « hautement étrange » de la vague de 1973. Un équipage d’hélicoptère de l’armée de réserve composé de quatre hommes a rencontré un objet gris, d’aspect métallique, en forme de cigare, avec les lumières, effectuant des manoeuvres peu communes, alors que l’hélicoptère allait de Columbus à Cleveland, dans l’Ohio. L’équipage a gagné la récompense de 5.000 dollars du « Blue Ribbon » décerné par le « National Enquirer » pour « le rapport OVNI le plus vraisemblable au regard de la science » de 1973.

Craigie, L.C. Major-General

Le 30 décembre 1947, le Major-General L. C. Craigie était le directeur de la Recherche et du Développement pour l’Armée de l’Air des Etats-Unis, au bureau du Sous-Chef de l’Etat-Major. Il a écrit une note au général commandant la base aérienne de Wright-Patterson, où se trouvait l’Air Technical Intelligence Center, demandant qu’un programme d’étude des rapports d’OVNIS soit mis en place. Ce programme a reçu la priorité 2-A, soit la 2e prei9rité juste sous la 1ère priorité, et a classifié comme a accès « restreint. » Le programme a été appelé Project Sign, publiquement présenté en tant que « projet soucoupe » et a résulté en une division forte entre deux factions parmi les personnels intéressés de l’Armée de l’Air, l’une concluant que les OVNIS sont extraterrestres, l’autre concluant qu’ils n’existent pas. Le mémo de Craigie a été publié dans les annexe du « rapport Condon. »

Cratère

Une dépression causée par l’impact d’une météorite, ou une dépression autour de l’ouverture d’un volcan.

Crop circles

Un phénomène supposé étrange qui a commencé à apparaître dans les années 80 dans les cultures en Grande-Bretagne souvent près de monuments célèbres comme Stonehenge. Mais le phénomène a maintenant pris une ampleur mondiale et ces figures devenues de plus en plus élaborés couvrent les Etats-Unis, la Suède beaucoup d’autres pays. De nombreux chercheurs ont essayé de résoudre le mystère et les théories avancées sont nombreuses: des canulars, du land art, des champs magnétiques, des ouragans, des canulars, les OVNIS, des esprits, laisseraient ces messages, et la théorie la plus amusante est celle de hérissons fous d’amour qui tourneraient en rond dans les champs la nuit. Le phénomène a en fait démarré comme une farce inspirée par les ronds que feraient les soucoupes volantes dans la nature en se posant, et a évolué ensuite vers une véritable nouvelle forme d’art, les extraterrestres et autres forces paranormales n’ayant rien à voir avec tout cela. Voir la section des Crop Circles de ce site pour plus d’information.

CUFOS

Le Centre pour l’Etude des OVNIS, Center for UFO Studies fut fondé en 1973 par le docteur J. Allen Hynek quatre ans après que son emploi au sein du projet Blue Book prit fin. Le centre publie un bimensuel titré International Ufo Reporter et une parution annuelle, le Journal of UFO Studies.

Cyclops, programme

Au début des années 70, sous la direction de l’astronome californien Bernard M. Oliver, le programme Cyclops était une tentative de détecter les ondes radio émises par les civilisations extraterrestres. Les moyens insuffisants n’ont donné aucun résultat et l’équipe a proposé de construire un groupement important de radio-télescopes pour rechercher les signaux intelligents dans la bande de 200 mégahertz sur un rayon de 1000 années lumière de notre terre. Aucun financement n’a été obtenu et le programme ne s’est pas concrétisé.

Valid XHTML 1.0 Strict

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :