Transmettre son savoir est un don de soi

http://fr.wikipedia.org/wiki/Objet_volant_non_identifi%C3%A9

Un objet volant non identifié, généralement désigné sous l’acronyme OVNI, désigne un phénomène aérien qu’un ou plusieurs témoins affirment avoir observé sans avoir pu l’identifier, ou encore une trace qui peut avoir été enregistrée par différents types de capteurs (caméra vidéo, appareil photo, radar, etc.) mais dont on ne connaît pas l’origine ou la nature exacte.

L’acronyme anglais UFO (unidentified flying object) fournit la racine du mot ufologue, personne étudiant le phénomène OVNI. Cette discipline est considérée par la communauté scientifique comme une pseudo-science.

Des observations d’OVNI ont déjà été faites dans le passé, mais les rapports d’observations sont devenus plus fréquents depuis les années 1950, notamment aux États-Unis. Des dizaines de milliers de témoignages ont depuis été faits à travers le monde[1].

Dans la culture populaire, le terme OVNI est généralement utilisé pour se référer à n’importe quel vaisseau spatial étranger hypothétique, la soucoupe volante étant un terme régulièrement utilisé. Par extension, le terme ovni sert à désigner de manière humoristique un personnage ou un objet qui semble surgir de nulle part et qui n’a généralement pas d’avenir (exemple : « un ovni dans le paysage politique »).

Préhistoire et Antiquité [modifier]

Des récits de phénomènes aériens non identifiés existent depuis très longtemps. D’après certains auteurs [2], des représentations étranges visibles dans quelques grottes ornées, telles celle d’Altamira en Espagne ou celle de Cougnac en France, seraient des représentations d’ovnis[3]. De plus, des statuettes ou des peintures (comme les fresques du Tassili, en Algérie) ressembleraient étrangement à certaines représentations d’extraterrestres du XXe siècle, preuve, selon certains courants ufologiques, de l’ancienneté du phénomène.

Certaines de ces apparitions étranges peuvent avoir été des phénomènes astronomiques comme des comètes ou des météores brillants, ou des phénomènes optiques atmosphériques. L’analyse de ces faits passés est dénommée couramment rétro-ufologie. En voici quelques exemples :

  • Une description remontant au règne du pharaon Thoutmôsis III vers 1450 av. J.-C., fait état de multiples « cercles de feu plus brillants que le Soleil » d’environ 5 mètres d’envergure qui seraient apparus durant de nombreux jours. Ils ont finalement disparu après « être montés haut dans le ciel »[4].
  • L’auteur romain Julius Obsequens écrit, en 99 av. J.-C., « dans Tarquinia pendant le coucher du soleil, un objet rond, comme un globe, a pris son chemin dans le ciel d’ouest en est »[5].

(voir aussi théorie des anciens astronautes)

Moyen Âge et Renaissance [modifier]

Moyen Âge et Renaissance

À cette époque, il est surtout question de phénomènes occultes, chez des théoriciens comme Agrippa ou Paracelse. L’influence de la religion est réelle puisque les phénomènes célestes sont considérés comme des avertissements divins ou comme des expressions maléfiques dont sont responsables sorciers et sorcières.

  • Au Japon, dans la nuit du 24 septembre 1235, le général Yoritsume et son armée observent près de Kyoto des sphères de lumière non identifiées, aux mouvements erratiques. Ses conseillers lui disent « de ne pas s’inquiéter car c’était simplement le vent qui faisait osciller les étoiles »[6].

Gravure sur bois de Hans Glaser.

  • Gravure sur bois par Hans Glaser (1566), Nuremberg. Le 14 avril 1561, l’Allemagne est parcourue par une multitude d’objets apparemment engagés dans une bataille aérienne. On rapporte que de petits globes et disques sortaient de grands cylindres.

Ces observations sont alors interprétées comme des prodiges surnaturels, des anges et autres présages religieux[7].

De nos jours, ces témoignages sont parfois interprétés comme étant l’équivalent ancien de rapports d’ovnis modernes. Pour les cas les plus souvent cités, une explication simple est fournie par les historiens de l’art[8]. Ainsi :

  • les cosmonautes de la fresque du monastère de Detjani au Kosovo (1350) sont des représentations symboliques du Soleil et de la Lune comme on en trouve dans l’art byzantin religieux de cette époque ;
  • l’ovni du tableau de Mainardi (Madonna col Bambino e San Giovannino), qui traverse les cieux en pleine nativité, est en réalité la représentation symbolique de l’archange Gabriel ;
  • l’objet en forme de soucoupe volante sur le tableau de Paolo Uccello, la Tébaïde, est un chapeau du cardinal ;
  • la fameuse pièce de 1680 censée commémorer un passage d’ovni au-dessus du ciel de France, est en fait un jeton de jeu sur lequel est dessinée une roue de la fortune.

Nuage de Tags

%d blogueurs aiment cette page :